Soutenez aqui.fr face au défi de la Nouvelle Aquitaine

21/02/18 : Charente-Maritime: Dominique Bussereau a annoncé sur twitter qu'il quittait Les Républicains. "Je reste attaché aux militants, aux amis. Le faux pas grave d'un chef ne me permet pas de rester dans l'équipe du chef",s'est-il justifié sur Public Sénat.

16/02/18 : Suite au décès de Joan Taris, les élus MoDem & Apparentés du Conseil régional néo-aquitain ont choisi Pascale Requenna, tête de liste du département des Landes lors des élections régionales de 2015, pour incarner la Présidence de leur groupe.

- Publicité -
S’abonner ici !
- Publicité -
  • 23/02/18 | Salon de l'Agriculture : trois personnalités régionales médaillées

    Lire

    Lors du salon de l'agriculture du 24 février au 4 mars, la Région Nouvelle-Aquitaine va récompenser 3 personnalités régionales promouvant le territoire : la viticultrice landaise Corinne Lacoste-Bayens, présidente de Qualité Landes ; l'éleveur deux-sévrien François Bonnet, président de la Fédération Régionale des Syndicats Caprins de Charentes-Poitou-Vendée ; Anne Alassane, chef du restaurant du Pôle de Lanaud (86), siège d'organismes intervenant dans la sélection de la race bovine limousine.

  • 23/02/18 | Les mesures de limitation de vitesse sont levées

    Lire

    Selon les données d’Atmo Nouvelle-Aquitaine transmises ce jour, l’épisode de pollution atmosphérique en Gironde est terminé. Le préfet de Gironde vient donc de lever les mesures de limitation de vitesse sur les routes et autoroutes du département qui ont été mises en place hier par arrêté préfectoral.

  • 23/02/18 | La Charente-Maritime en alerte pollution atmosphérique

    Lire

    La préfecture de Charente-Maritime a placé en alerte pollution atmosphérique le 22 février, jusqu'à nouvel ordre. La vitesse des véhicules à moteur est donc limitée sur les routes du département : à 110km/h sur les portions d’autoroutes normalement limitées à 130km/h ; à 90 km/h sur les routes normalement limitées à 110 km/h, à 70 km/h sur les routes limitées à 90 km/h. Il est également interdit de brûler des déchets verts ou autre à l'air libre.

  • 22/02/18 | Bordeaux: Anne Walryck démissionne à son tour après les propos de Wauquiez

    Lire

    Anne Walryck, adjointe au maire de Bordeaux, vice-présidente de la métropole, annonce ce jour sa démission des Républicains « devant les propos assumés et calomnieux de Laurent Wauquiez sur Alain Juppé », rejoignant ainsi d'autres conseillers démissionnaires: Elizabeth Touton, Anne Brézillon, Jean-Louis David, Stéphane Delaux, Joël Solari, Laetitia Jarty-Roi.

  • 22/02/18 | Pic de pollution en Gironde: réduction des vitesses maximales autorisées

    Lire

    En conséquence du déclenchement d'une alerte de pollution aux particules fines émise par Atmo Nouvelle-Aquitaine pour jeudi 22 et vendredi 23 février sur le département de la Gironde, Didier Lallement, préfet du département, a pris un arrêté qui réduit de 20km/h les vitesses maximales autorisées sur l’ensemble du réseau routier du département (hors voiries urbaines) jusqu’à la fin de l’épisode de pollution.

Les dossiers d'Aqui

La LGV Sud-Ouest Idées neuves en Nouvelle Aquitaine Innov'action et Agriculture

Politique | Une stratégie commune pour les pôles universitaires de la région

26/01/2018 |

Gérard Blanchard est venu présenter le projet de la région à l'université de La Rochelle

Le vice-président régional en charge de l’enseignement supérieur Gérard Blanchard s’est rendu à l’université de La Rochelle le 25 janvier 2018 pour dévoiler le projet de schéma régional de l’enseignement supérieur et de la recherche. Après un an de préparation, lancée l’an dernier à Bordeaux (1), ce plan d’actions sera soumis au vote des élus régionaux lors de la session du 26 mars prochain. « Nous avons pris le temps car nous voulions davantage une politique globale à mener qu’une liste d’actions concrètes façon catalogue à la Prévert », explique l’élu.

Ce schéma doit permettre de « construire un espace régional stratégique ». Les mesures décidées par le ministère de l’Education seront appliquées par une gouvernance régionale, mais celle-ci restera maître de la façon dont elles seront mises en place et dans quelle mesure. La Région compte bien prendre ses propres décisions notamment en matière de développement économique et de la recherche. Une ambition plus girondine que jacobine poussée bien au-delà de Bordeaux : « Nous avons un territoire très hétérogène en matière de recherche et d'enseignement supérieur... Il ne s’agit doc pas d’appliquer un seul et même plan pour tous de façon arbitraire mais bien de prendre en compte chaque spécificités des territoires pour en faire une force », explique Gérard Blanchard.

Combler les inégalités entre universités

Objectif de la région à terme : pouvoir positionner ses pôles d’enseignements et de recherche au niveau national, européen, et pourquoi pas, international. Ceux-ci auront donc tout intérêt à se fédérer pour être plus forts et répondre collectivement, par exemple, à des appels à projets (pluridisciplinaires notamment), demander des subventions au niveau européen…  Mais pour se faire, il faudra combler les inégalités entre les pôles universitaires, notamment concernant la recherche : 50% de l’enseignement et de la recherche régionaux se font actuellement à Bordeaux. Bien sûr, il ne s’agit pas de déshabiller Pierre pour habiller Paul – « Bordeaux reste notre locomotive » assure Gérard Blanchard- mais plutôt de faire d’une force les particularités locales, en spécialisant les pôles universitaires sur des thématiques, liées notamment aux enjeux sociaux économiques et environnementaux de demain. L’Université de La Rochelle est à ce jour le meilleur exemple régional, avec la volonté de son président Jean-Marc Ogier d’en faire un pole de recherche multi-disciplinaires autour du développement du "littoral urbain durable". De son côté, la Région promet d’accompagner ses pôles universitaires dans le développement de leurs filières : deux projets de création d’écoles d’ingénieurs sont en cours à Bordeaux et à Poitiers. « Nous allons également accompagner la consolidation d’un pole de formations autour de la céramique à Limoges », annonce Gérard Blanchard.

Coopérer, communiquer, vulgariser

Tout cela s’accompagnera bien sûr d’une enveloppe budgétaire, pas encore chiffrée pour le moment, mais Gérard Blanchard l’assure, la Région sera présente, quelqu’en soit le coût. Mais l’argent et les bonnes intentions ne suffiront pas. Pour répondre aux enjeux sociétaux de demain et rester viable économiquement, l’enseignement supérieur va devoir s’adapter. Ce nouveau positionnement passera notamment par une réorganisation des filières, pour les mettre davantage en complémentarité, comme l’ambitionne déjà l’université de La Rochelle. Objectif : travailler en coopération sur des projets, créer des réseaux… entre les pôles de recherche mais aussi avec le monde de l’entreprise et des collectivités locales. Bref, ouvrir l’enseignement supérieur sur le monde, et pas seulement en termes de recherche et de pédagogie. «Il faut aider le citoyen à comprendre aussi bien ce que l’on fait que les évolutions de la société et de leurs enjeux », explique Gérard Blanchard. Pour la vulgarisation, la Région compte sur les compétences en la matière de structures comme Cap Sciences à Bordeaux, l’Espace Mendès-France à Poitiers ou encore Escal’Océan à La Rochelle.

(1) Lire notre édition du 23 janvier 2017

Anne-Lise Durif
Par Anne-Lise Durif

Crédit Photo : Anne-Lise Durif

Partager sur Facebook
Vu par vous
2752
Aimé par vous
1 J'aime
Les réaction
3 réactions
Envoyer par email
Email
Convertir en PDF
PDF
Imprimer cet article
Imprimer
Politique
Politique
Retour à la page d'accueil
Accueil
Gustave | 27/01/2018

Beaucoup d'optimisme et quelques oublis notamment en ce qui concerne l'opposition grandissante de la part des étudiants et du corps enseignant.
A lire : https://secure.avaaz.org/fr/petition/Ministere_de_lenseignement_superieur_et_de_la_recherche_Agir_pour_votre_universite/sign/?aykOCmb

GRELLIER Corentin | 27/01/2018

Bonsoir à tous,

Cet article relate en effet des propos flatteurs du projet qui est en train d'être mise en place par l'équipe du Conseil d'administration de l'université de La Rochelle. En effet, on peut se complaire dans cette vision si idéaliste, mais elle n'est qu'un pale reflet de la réalité du terrain.
Le (meilleur) exemple de l'université de La Rochelle n'est pas si rose que ça. Effectivement, "Il n'est pas question de déshabiller Pierre pour habiller Paul" mais plutôt de déshabiller les sciences humaines et sociales pour habiller les sciences dures.
Pour preuve, plusieurs motions des professeurs de chacun des pôles d'enseignement s'oppose à ce projet les facultés de lettres, langues, histoire et faculté de droit ont à plusieurs reprises contestées et dénoncées ce projet qui saborde l'éducation nationale supérieure publique: suppression d'heures de cours remplacées par des heures d'autonomie/accompagnement dont on ne connaît aucune modalité; suppression de matières capitales pour la culture générale nécessaire au parcours universitaire des étudiants. Toutes ces "adaptations" ne sont en fait réalisées qu'au nom de la viabilité économique des universités.
De plus, les professeurs ne sont pas les seuls à s'offusquer de cette situation, mais les élèves ont bien pris conscience des changements qu'ils vont subir. En effet, ces derniers se sont regroupés sous la forme d'un groupe facebook "Collectif Rochelais Contre la Dégradation de l'Enseignement Supérieur" : https://www.facebook.com/groups/1724634154511583/.
Les élèves, ayant pris mesure de la gravité de la situation ont décidé de bloquer la séance du Conseil d'Administration pendant laquelle devait se voter ce projet. De plus, une pétition (de leur initiative) a été rédigée et elle a déjà obtenue plus de 1000 signatures (étudiants, professeurs, mais aussi futurs étudiants et futurs parents d'élèves) prenez le temps de la lire elle explique pourquoi c'est important pour nous étudiants : https://secure.avaaz.org/fr/petition/Ministere_de_lenseignement_superieur_et_de_la_recherche_Agir_pour_votre_universite/?rc=fb&utm_source=sharetools&utm_medium=facebook&utm_campaign=petition-458933-Ministere_de_lenseignement_superieur_et_de_la_recherche_Agir_pour_votre_universite&utm_term=guMCmb%2Bfr

Ma chère éducation nationale supérieure prends garde à toi.

Galeran | 27/01/2018

Si le pôle de formations autour de la céramique à Limoges est aussi centralisateur que la réforme voulue à La Rochelle, je plains les étudiants Limougeauds...

Nom * :
Email * :
Texte :
Combien font 26 + 8 ?*

Toutes les réactions sont soumises à validation de la rédaction d'Aqui avant leur publication sur le site. Conformément à l'article 10 du décret du 29 octobre 2009, les internautes peuvent signaler tout contenu illicite à la rédaction d'aqui.fr qui s'engage à mettre en oeuvre les moyens nécessaires à la suppression des dits contenus.

* champs obligatoires

J'aime aqui, je le soutiens ! Aqui!Presse - Professionnels des contenus ! J'aime aqui, je le soutiens !