18/12/17 : Alain Juppé et plusieurs maires dont Martine Aubry réclament le soutien de l'Etat car "2017 s’achève sur une hausse massive de la demande d’asile et de nouveaux arrivants mettant sous une extrême tension les politiques publiques (...) classiques"

17/12/17 : "Avant si j'était vieux", théâtre, musique et bien vieillir, voici le mélange détonant que les caisses de retraite d’Aquitaine proposent de découvrir gratuitement. La prochaine représentation a lieu le 19 décembre à 15 h à Bergerac au centre culturel.

15/12/17 : Futuroscope : le président du directoire Dominique Hummel a annoncé dans La Nouvelle République qu'il allait quitter ses fonctions en mars prochain.

14/12/17 : Depuis ce 12 décembre, la FRSEA Sud Ouest a de nouveaux contours. Regroupant désormais les régions Occitanie et Nouvelle-Aquitaine elle représente 25 départements. Le même jour, Philippe Moinard en a été élu à la présidence.

- Multivote -
- Publicité -
S’abonner ici !
- Publicité -
  • 18/12/17 | ProFilBio, la revue sur l’agriculture biologique

    Lire

    Destinée à informer et faciliter l’appropriation des techniques et pratiques de l’agriculture biologique ou alternatives, la nouvelle revue trimestrielle ProFilBio est constituée d’articles de fond sur des techniques de production et de transformation utilisées en bio comme en conventionnel. Celle-ci disponible gratuitement sur abonnement, et exclusivement sous format numérique. A retrouver sur www.nouvelle-aquitaine.chambres-agriculture.fr

  • 15/12/17 | Les radicaux de gauche Nouvelle Aquitaine...

    Lire

    Après la récente fusion du Parti Radical de Gauche et du Parti Radical Valoisien au sein "d’une nouvelle structure baptisée « Mouvement Radical » dans laquelle ils ne se reconnaissent pas totalement les élus Radicaux de Gauche du Conseil régional ont souhaité prendre leurs distances avec ce contexte politique national. Ainsi Soraya Ammouche-Milhiet, Benoît Biteau, Régine Marchand, Francis Wilsius,réaffirment leur place au sein de la majorité d’Alain Rousset et gardent leurs distances avec les jeux politiques des appareils nationaux, partageant des valeurs communes autour du triptyque républicain et de la Laïcité."

  • 15/12/17 | La Charente-Maritime toujours en manque d'eau

    Lire

    Au vu de la situation hydrologique actuelle et de l’absence de pluviométrie, le préfet de la Charente-Maritime a décidé de prolonger l'arrêté en date du 31 octobre 2017 jusqu’au dimanche 14 janvier 2018 inclus. Le prélèvement d’eau en vue du remplissage ou du maintien du niveau des retenues d’eau à usage d’irrigation agricole et tous les plans d’eau est interdit sur tous les bassins de gestion de Charente-Maritime (sauf bassin Charente aval) pour les remplissages par prélèvement superficiel.

  • 15/12/17 | Martin Leÿs délégué régional EDF en janvier 2018

    Lire

    Benoît Thomazo délégué régional d'EDF en Aquitaine puis Nouvelle Aquitaine depuis 4 ans passera le relais en janvier prochain à Martin Leÿs. Celui-ci, jusque là directeur du dialogue social au sein du groupe, présidait le Comité central d'entreprise et le Comité européen ainsi que le Fonds "Agir pour l'emploi" d'EDF qui soutient les projets portés par les associations d'insertion. Martin Leÿs avait été en 2002 directeur de cabinet de la délégation d'Aquitaine à Bordeaux avant de devenir conseiller social auprès de François Roussely et de diriger depuis la Chine le développement Asie d'EDF pendant six ans.

  • 15/12/17 | Asphodèle, le plus bio des salons revient à Pau

    Lire

    Plus grand et plus ancien salon des produits bio du Sud ouest, Asphodèle, est de retour, du 15 au 17 décembre, au Parc des expositions à Pau pour sa 22ème édition. Résolument engagé pour la planète et le bien être, il se dédié à la bio et aux nouvelles façons de vivre et de consommer, à travers cette année plus de 220 exposants. Des artisans, producteurs, viticulteurs, créateurs, entreprises de transformation triés sur le volet. Au programme aussi de nombreuses animations et conférences qui évoqueront notamment les OGM, l'agriculture bio, l'éco-construction ou encore les semences libres.

Les dossiers d'Aqui

La LGV Sud-Ouest Idées neuves en Nouvelle Aquitaine Innov'action et Agriculture

Politique | Universités bordelaises : le malaise est profond

09/02/2009 |

Manifestation du 5 février 09

4000 selon la police : autant d'étudiants pour défendre leurs profs, cela s'est rarement vu ! Le décret Pécresse sur la modulation entre enseignement et recherche pour les maîtres de conférence et professeurs des universités inquiète toute la communauté universitaire. La loi LRU (Libertés et Responsabilités des Universités) adoptée en 2007 commence à être massivement contestée. Enseignants et étudiants sentent que le gouvernement cherche, sous prétexte d'autonomie, à faire des économies tandis que le grand débat national sur les missions de l'Université n'a toujours pas eu lieu.

Grève des cours, "changement de programme" et explication de la réforme devant les étudiants, rétention des notes du premier semestre (qui ne sont pas transmises àl'administration), les maitres de conférence et professeurs bordelais sont déterminés à demander le retrait du « décret Pécresse » qui permet la modulation de leurs heures entre enseignant et recherche par les présidents d'université. Une mesure qui risque de donner libre cours àl'arbitraire de ces derniers, par ailleurs invités par la loi LRU àgérer leur université comme une entreprise. Pour les enseignants-chercheurs, il s'agit de défendre leurs conditions de travail et de carrière mais aussi, plus largement, une recherche qui devient de moins en moins autonome : après le CNRS, qui se transforme en "agence de moyen" distribuant des contrats de recherche soumis àla demande politique, ce serait aux chercheurs des universités de perdre une partie de leur indépendance.

De nouvelles formes de mobilisation
Sur ces bases de mobilisation qui relèvent autant de la défense d'un statut particulier que de l'intérêt général, il est étonnant que les étudiants se mobilisent aussi vite et aussi fortement pour soutenir leurs professeurs. Comme ailleurs en France, les AG se multiplientdans les facs et les IUT, et le cortège de jeudi après-midi était nourri de jeunes gens en colère, criant leur opposition à une conception marchande et entrepreneuriale du savoir. Beaucoup brandissaient à bout de bras un livre, symbole de ce savoir qui prend le temps de s'approfondir et de revenir sur lui-même, aujourdhui devenu un instrument de lutte. Comme si ce décret était la petite goutte d'eau qui faisait déborder le vase, déjàbien plein, des marques de déconsidération gouvernementale pour le monde de l'éducation et de la recherche.

Au-delàd'une solidarité avec leurs professeurs, les étudiants semblent manifester une grande inquiétude devant leur avenir et celui de la société. Ils savent que la formation, c'est maintenant « tout au long de la vie », qu'ils auront sans doute besoin de revenir à la fac, que leurs diplômes sont de plus en plus dévalués sous les effets de la massification de l'enseignement supérieur et que la crise économique et la rigueur budgétaire diminuent leur chance de trouver un emploi à la hauteur de leurs espérances. Ils inventent alors de nouvelles formes de mobilisations pour esquisser les contours d'une autre société : interventions théâtrales dans le tramway, cours « hors les murs » dans des lieux publics, AG soucieuses de libre expression et de procédures démocratiques, comme àl'IUT de Bordeaux 3 où le débat ne peut continuer que lorsqu'il a été clairement répondu àune question venue de la salle... Soudainement apparu et rapidement structuré, il semble que le mouvement soit appelé, à durer, d'autant plus que Nicolas Sarkozy a été très expéditif sur la question de l'éducation et de l'université dans son émission télévisée de jeudi soir.

Vincent Goulet

Partager sur Facebook
Vu par vous
383
Aimé par vous
0 J'aime
Les réaction
0 réaction
Envoyer par email
Email
Convertir en PDF
PDF
Imprimer cet article
Imprimer
Politique
Politique
Retour à la page d'accueil
Accueil
Aucune réaction à cet article pour le moment. A vous de jouer !

Nom * :
Email * :
Texte :
Combien font 20 + 18 ?*

Toutes les réactions sont soumises à validation de la rédaction d'Aqui avant leur publication sur le site. Conformément à l'article 10 du décret du 29 octobre 2009, les internautes peuvent signaler tout contenu illicite à la rédaction d'aqui.fr qui s'engage à mettre en oeuvre les moyens nécessaires à la suppression des dits contenus.

* champs obligatoires

J'aime aqui, je le soutiens ! Aqui!Presse - Des experts pour vous former ! J'aime aqui, je le soutiens !