Soutenez aqui.fr face au défi de la Nouvelle Aquitaine

26/09/20 : Bernard Madrelle, ancien maire de Blaye et député socialiste de Gironde, est décédé un an après son frère Philippe Madrelle, ancien sénateur et président du conseil départemental.

23/09/20 : Après consultation du comité d’experts, la préfète des Landes a décidé qu'à compter de ce jour 14h00, la vigilance revient au niveau jaune pour les feux de forêt. Autrement dit une vigilance moyenne, au niveau 2 sur une échelle de 5.

22/09/20 : La Chambre d'agriculture de la Haute-Vienne va engager une procédure pour obtenir le statut de calamité sécheresse en raison du déficit en eau des derniers mois. Les agriculteurs bénéficieraient d’aides pour pallier la baisse de rendement en céréales.

22/09/20 : L'édition 2020 du festival Animasia, prévue les 10 et 11 octobre prochains a finalement été annulée pour respecter les annonces de la Préfecture concernant les nouvelles restrictions sanitaires notamment la réduction de la jauge d'évènements publics.

18/09/20 : L'incendie du 17 septembre en Nord Gironde avait causé l'interruption du trafic sur la LGV Sud Europe Atlantique. Après vérification du bon fonctionnement des installations par Lisea, le trafic a repris très progressivement depuis 16 heures.

17/09/20 : Dans le 47, la fibre optique arrive dans le Pays de Duras. 1ers foyers lot-et-garonnais raccordables début septembre grâce à l’action d’Orange passé avec le Conseil départemental.

17/09/20 : Touchés par la crise liée au Covid, les producteurs de Foie gras ouvrent leurs portes lors des journées du patrimoine (19-20/09). En Lot-et-Garonne, 2 élevages accueillent le public : La Ferme de Souleilles à Frespech et la Ferme de Ramon à Lagarrigue.

16/09/20 : Trois statues de la flèche de Notre-Dame⁩ sont de retour à Paris depuis mardi, plus précisément à la cité de l'architecture. Elles avaient été déplacées dans le cadre de travaux trois jours avant l’incendie pour être restaurées en Dordogne.

10/09/20 : Le Mouvement Européen France - Gironde a tenu son Assemblée Générale début septembre. François Adoue, directeur de l'Observatoire International des Métiers Internet a été élu président de l'association et succède ainsi à Jean-Michel Arrivé.

- Publicité -
S’abonner ici !
proprietes-rurales.com
- Publicité -
  • 26/09/20 | Plus de 5 millions d’euros pour les Pyrénées-Atlantiques

    Lire

    Lors de la Commission Permanente du 25 septembre, le Département des Pyrénées-Atlantiques a attribué plus de 5 millions d’euros de subventions à 63 projets. Parmi les projets soutenus, 1 147 000 euros sont en faveur de la promotion de la langue basque, 447 436 euros en soutien aux acteurs de la culture dans le cadre de la crise sanitaire. Le Département s’engage aussi au travers d’une délibération à la préservation et la restructuration de la forêt de Chiberta fortement touché lors de l’incendie.

  • 26/09/20 | La Charente s’engage contre la fermeture de Verallia

    Lire

    Lors de sa commission permanente du 25 septembre, les élus du Département de la Charente ont voté une motion contre la fermeture de Verallia. A l’heure où cette fermeture entraîne la suppression de 80 emplois Ils souhaitent que "tout puisse être mis en œuvre pour préserver le bassin d’emploi de Cognac, et notamment que le plan de restructuration porté au niveau national préserve l’unité des acteurs du tissu économique local". De plus, le Département s’engage à être présent aux côtés des salariés et des élus pour faire face à cette annonce.

  • 26/09/20 | Le festival du film court d'Angoulême ce week-end

    Lire

    Le festival international du film court d'Angoulême revient du 25 au 27 septembre inclus, dans sa forme habituelle, à la Cité internationale de la bande-dessinée. 17 films en compétition sont à découvrir samedi après-midi. Ceux qui auront été primés seront de nouveau diffusés le dimanche à 18h30. Certains réalisateurs seront là pour échanger. A découvrir également : des courts-métrages à destination des plus jeunes, dont un Wallace et Gromit. Infos: www.filmcourtangouleme.com

  • 25/09/20 | L’hôpital de La Rochelle active son plan blanc

    Lire

    Le Groupe hospitalier Littoral Atlantique, qui regroupe les établissements de La Rochelle/Ré/Aunis, Rochefort et Marennes/Oléron, a activé mardi le niveau 1 de son plan blanc. Le nombre de patient Covid-19 est passé de 4 à 8 cette semaine, dont un en réanimation. Si le nombre de cas à l'échelle du Département reste faible (taux d'incidence <50 pour 100 000 habitants), le service réanimation est déjà sous tension, avec 2 places disponibles. Une unité spéciale Covid sera mise en place début octobre.

  • 25/09/20 | Bordeaux célèbre Mauriac

    Lire

    À l’occasion du 50ème anniversaire de la disparition de François Mauriac, les bibliothèques de Bordeaux proposent tout au long de l’automne une saison dédiée à l'écrivain, journaliste et Prix Nobel de la littérature. Conférences, expositions, projections et match d'improvisation exploreront les résonances contemporaines des engagements de François Mauriac, au travers de documents rarement montrés voire pour certains inédits. Point d’orgue de la saison, l’exposition "Écrire, c’est agir", à la bibliothèque Mériadeck du 5 novembre 2020 au 17 janvier 2021. http://mauriac2020.bordeaux.fr

Les dossiers d'Aqui

La LGV Sud-Ouest Idées neuves en Nouvelle Aquitaine Innov'action et Agriculture

Politique | Vincent Feltesse: un président ça fascine toujours

04/11/2017 | De l'importance de tenir un journal... Vincent Feltesse revient dans un livre sur ses années de conseiller politique de François Hollande

Vincent Feltesse

D'autres avant lui ont éprouvé la même fascination et cette manière de dévotion, non totalement exempte de prudent esprit critique, que les proches conseillers du prince épousent. Pour en avoir connus et rencontrés, sous d'autres présidents, nous comprenons mieux pourquoi Vincent Feltesse a commis quelques 420 pages sur ces presque trois années qu'il a passées auprès de François Hollande (1). Un récit, quasiment au jour le jour, des faits et gestes, des silences, des décisions prises car il y en eût, des réussites, des trahisons, des doutes et des imprudences d'un président qui en aura quand même commis une majuscule en ne se préoccupant pas de la future parution d'un livre où il s'est livré, sans retenue, aux auteurs de "Un président ne devrait pas dire ça"...

Ainsi apparaît donc, sous la plume de l'ancien président de la Communauté urbaine de Bordeaux, que l'Elysée s'attacha en mai 2014, après sa rude défaite aux élections municipales, la personnalité singulière d'un président qui avait annoncé vouloir être " normal". Un président, en ces jours de novembre 2016, dont le pays se demande quand il va annoncer sa candidature pour un second mandat et comment pourrait bien se passer sa présence à des primaires de la gauche. Un président qui va prendre tout le monde à contre pied en renonçant, une première sous la V° République, et dont le carré de conseillers, mis dans la confidence l'avant veille de ce 1° décembre, attend cette intervention télévisée qui va, outre sa dimension humaine, plonger le parti socialiste dans l'abîme.

Extraits façon bonnes feuilles: "Dans la soirée, le Président m’appelle. Très longuement de nouveau. Il s’inquiète de savoir si quelque chose a filtré. Non, absolument rien. Puis il parle – beaucoup –, tandis que je suis encore dans la rue, sur mon portable, à faire les cent pas sur le trottoir. Je croise des gens. Fais en sorte qu’ils ne puissent entendre. Et continue à converser avec l’homme qui va annoncer qu’il ne se représente pas. Une première dans l’histoire de la Ve République.

"Jeudi 1er décembre. L’agenda du Président est assez dégagé. Volontairement puisque, durant les deux premières semaines de décembre, nous avions éliminé tout ce qui était secondaire afin de laisser du temps au lancement de sa campagne. Je commence, quant à moi, par un petit déjeuner avec la secrétaire d’État à la Politique de la ville. Nous échangeons nos points de vue sur le bilan des politiques menées dans ce domaine. Les réussites. Les manques. Les attentes. Les déceptions. Les mobilisations possibles durant la campagne présidentielle. Je vois le chef de l’État à trois reprises avant l’annonce officielle de son renoncement. Nous sommes quatre, dans cet immense palais, à partager ce secret. À la première rencontre, je suis seul avec lui. Il me relit son discours, me le fait chronométrer – habitude chez lui, lui qui veut toujours faire court afin d’être percutant, manière aussi de se mettre les mots en bouche. Nous analysons le texte. Je lui conseille juste d’ajouter un mot sur les plus précaires. Je le vois aussi une deuxième fois en compagnie de Jean-Pierre ( Jouyet) et Gaspard ( Gantzer), moment où François Hollande nous donne ses éléments de langage : c’est une décision qui a mûri, confortée par trois éléments. Le départ d’Emmanuel Macron. La manière dont se profilent les primaires, qui seront des primaires de dispersion, d’élimination, non de construction et de rassemblement. Enfin, l’attitude du Premier ministre et de ceux qui le poussent. Sa décision répond à deux exigences : l’intérêt du pays et celui de la gauche. Je le revois une troisième fois. Où je lui explique qu’il me semble indispensable qu’il prévienne un certain nombre de personnes. Je me bats pied à pied pour le convaincre et sur chaque nom de ceux à avertir car il les rejette tous. À la fin, je suis seulement parvenu à lui faire accepter de téléphoner à Stéphane Le Foll et Julien Dray. Il les appellera, me dit- il. Quant à moi, j’ai le droit de passer quelques rares appels, mais pas avant 19 h 30. Et encore… Dont un à Jean- Christophe Cambadélis.

Comme toujours dans les moments historiques, c’est l’AFP qui a la primeur de l’information. Une dépêche d’alerte est faite : « Le président de la République va s’exprimer à 20 heures. » Tous les médias embraient, toutes les chaînes d’information se mettent en mode édition spéciale. Moi, je suis seul dans mon bureau. Mon téléphone ne cesse de vibrer, appels ou SMS. Je ne réponds à personne. Plus envie de mentir quelques minutes à peine avant la déclaration du Président. J’ai suggéré à Jean-Pierre de réunir les conseillers dans son bureau pour qu’ils voient l’allocution ensemble. À partir de 19 h 30, je passe mes appels autorisés. Impossible de joindre Cambadélis. Il est dans un avion. Je lui demande de me contacter de toute urgence. Vers 19 h 45, je monte au secrétariat du chef de l’État. Il me semble qu’Isabelle Sima y est, ainsi que Samia, Yakobina et Ludy. « Tiens, Vincent, on vient de voir passer le Président. Il a l’air en forme. »...

1.«Et si tout s’était passé autrement : Chronique secrète de l’Elysée sous François Hollande» (Plon, 420 p., 19,90 €).

Joël Aubert
Par Joël Aubert

Crédit Photo : aqui.fr

Partager sur Facebook
Vu par vous
39107
Aimé par vous
0 J'aime
Les réaction
0 réaction
Envoyer par email
Email
Convertir en PDF
PDF
Imprimer cet article
Imprimer
Politique
Politique
Retour à la page d'accueil
Accueil
Aucune réaction à cet article pour le moment. A vous de jouer !

Nom * :
Email * :
Texte :
Combien font 29 + 15 ?*

Toutes les réactions sont soumises à validation de la rédaction d'Aqui avant leur publication sur le site. Conformément à l'article 10 du décret du 29 octobre 2009, les internautes peuvent signaler tout contenu illicite à la rédaction d'aqui.fr qui s'engage à mettre en oeuvre les moyens nécessaires à la suppression des dits contenus.

* champs obligatoires

J'aime aqui, je le soutiens ! Aqui!Presse - Professionnels des contenus ! J'aime aqui, je le soutiens !