Soutenez aqui.fr face au défi de la Nouvelle Aquitaine

06/12/19 : La Rochelle : suite aux manifestations d'hier, environ 200 personnes se sont rassemblées devant la gare suite à un appel intersyndical. Rendez-vous est donné pour une nouvelle manifestation mardi au départ de la place de Verdun à 14h.

06/12/19 : Christelle Dubos, secrétaire d’État auprès de la ministre de la Santé, devait venir en Dordogne ce 6 décembre, pour présenter le dispositif de complémentaire santé solidaire mais les perturbations des transports l’ont contrainte à annuler sa venue.

05/12/19 : La Rochelle : (erratum) contrairement à ce qui a été indiqué, l'ouverture officielle des portes se fera en deux soirée : le vendredi à 18h avec élus, pompiers et Compagnons ; le samedi à 18h40 avec Isabelle Autissier et Romain Sazy (non Uini Antonio)

04/12/19 : Grèves dans les transports: Les infos trafic en Nouvelle-Aquitaine sont à retrouver sur : https://transports.nouvelle-aquitaine.fr/fr/info-trafic

04/12/19 : Saintes des manifestations sont à prévoir demain de 10h à 17h : Cours National, Pont Palissy, rue Gautier, cours Charles de Gaulle, rue Martel.

04/12/19 : La Rochelle : des manifestations sont à prévoir demain de 14h à 20h : Quartier de la Gare, boulevards Joffre, Robinet, Sautel et l’axe du Moulin des justices.

04/12/19 : Rochefort : demain des manifestations sont à prévoir de 10h à 14h : Corderie Royale, rues Toufaire, Grimaux, Docteur Peltier, Audry de Puyravault, de la République, et Victor-Hugo.

04/12/19 : Niort : pour la grève de demain, La Ville met en place à l’école des Brizeaux un service minimum d’accueil (SMA), sans restauration (pique-nique possible), pour les écoles dont le nombre d’enseignants grévistes est au moins de 25%.

04/12/19 : Charente-Maritime: les communes d'Esnandes, Rochefort et Saint-Georges de Didonne ont été reconnues en état de catastrophe naturelle pour les périodes de juillet à décembre 2018 suite à des mouvements de terrain consécutifs à la sécheresse.

03/12/19 : Le feuilleton biarrot ne fait que commencer d'autant que sur la Chaîne Public Sénat, le ministre Didier Guillaume a annoncé qu'il ferait part de sa décision en janvier. Suite à un appel cosigné par Guy Lafitte, premier adjoint de Michel Veunac.

03/12/19 : Après les louanges tressés lors du congrès des hôteliers, le secrétaires d'Etat Jean-Baptiste Lemoyne au tourisme a abattu ses cartes et annoncé son ralliement à la liste du maire sortant Michel Veunac. Avec une demande commune d'investiture LREM

03/12/19 : Le Haut Commissaire à la lutte contre la pauvreté, Isabelle Grimault se rendra en Corrèze le 4 décembre afin de découvrir les dispositifs déployés et rencontrer les bénéficiaires de ces actions.

- Publicité -
S’abonner ici !
proprietes-rurales.com
- Publicité -
  • 07/12/19 | François Bayrou mis en examen

    Lire

    Ce 6 décembre, François Bayrou a été mis en examen pour " complicité de détournement de fonds publics" dans le dossier des emplois du parti centriste au Parlement européen. Pour son avocat Pierre Cornut-Gentille cette décision a été prise " à l'encontre de tous les éléments de preuve produits, la suite de l'instruction démontrera qu'elle est totalement infondée"

  • 06/12/19 | Lancement des Foires Grasses de Brive

    Lire

    Pour la saison 2019-2020, tapis rouge pour les Foires Grasses, salle Brassens à Brive. Dès samedi 7 décembre, les chefs des tables Gaillardes présenteront plusieurs recettes pour les repas de fin d’année. Le 14 décembre, la salle Brassens accueillera la Foire primée aux chapons, le 1er février, celle des oies et canards et le 7 mars la Foire grasse des producteurs et commerçants de gras.

  • 06/12/19 | SNCF: Trafic encre "très perturbé" ce 6 décembre

    Lire

    En raison de la reconduite du mouvement de grève des cheminots ce vendredi 6 décembre, la SNCF annonce à nouveau un trafic "très perturbé" sur les voies ferrées de Nouvelle-Aquitaine. Pour les TER, 10 seulement circuleront : 3 A/R Bordeaux-Arcachon et 2 A/R Bordeaux-Agen, 292 autocars de substitution seront répartis sur l’ensemble du territoire. Côté TGV sont assurés 3 A/R Bordeaux - Paris, 1 A/R OUIGO Bordeaux- Paris, 1 A/R La Rochelle-Paris et 1 A/R Toulouse-Paris. Enfin sur les Intercités seul 1 A/R Brive-Paris sera en circulation.

  • 06/12/19 | Charente : 2e édition du salon des vins de Ségonzac

    Lire

    Les bacheliers de la filière "vente en vins et spiritueux" du lycée Claire Champagne de Ségonzac organisent pour la deuxième fois leur salon des vins, samedi et dimanche de 10h à 18h. Une quarantaine de stands se dresseront dans la salle des distilleries de l'établissement, avec des appellations de toute la France. Pour les étudiants qui ont sélectionné les vins présentés, c'est une façon de mettre en pratique leur connaissance. Entrée gratuite. Adresse : rue Aimé-Richard à Ségonzac.

  • 06/12/19 | A Angoulême, Francis Selier, nouveau maître européen de la photographie

    Lire

    Il y a quelques jours, La Fédération des Photographes Professionnels Européens (FEP/ Federation of European Professional Photographers) s'est réunie à Prague, en République tchèque. A l'issue de cette 40e session de qualification, la FEP a décerné le titre de "Maître européen de la photographie" à Francis Selier, dont le studio est basé à Angoulême depuis 27 ans. Au total, parmi les 50 000 studios de photo européens, 500 ont obtenu le titre de "Photographe Européen Qualifié" (QEP). À ce jour seuls 90 des plus grands photographes européens ont reçu la distinction suprême de "maître", couronnant un travail jugé au sommet de leur art.

Les dossiers d'Aqui

La LGV Sud-Ouest Idées neuves en Nouvelle Aquitaine Innov'action et Agriculture

Politique | Charente Maritime : un vote du budget sur fond de réforme de la fiscalité locale

22/12/2018 | Le vote du budget 2019 a été adopté avec 10 abstentions et 9 voix contre, sur 58 votants.

Vote du budget

Suite au débat d’orientation budgétaire en octobre, le conseil départemental s’est penché ce 21 décembre sur la validation du budget primitif de 2019. « Le budget principal s’équilibre à 943,160 millions d’euros dont 231,049 millions d’euros en investissement et 712,111 millions d’euros en fonctionnement », a rapporté Corinne Imbert, rapporteur général du budget. Les recettes vont être augmentées de +3% en 2019, dont 414,7 millions d’euros de recettes fiscales et 94,4 millions annoncées de dotations de l’Etat.

« En complément de l’autofinancement qui s’élève à 8 millions d’euros, nous inscrivons en section d’investissement un emprunt d’équilibre de 79 millions d’euros dont le montant sera revu à la baisse lorsque les résultats seront affectés lors de notre session d’été », a annoncé Corinne Imbert avant de rappeller que le Département s’était désendetté de 23 millions d’euros en trois ans.

Les dépenses d’investissement directes ou indirectes augmentent de 7,9 millions d’euros par rapport au budget primitif 2018. Tandis que les investissements directs s’élèvent à 91,8 millions d’euros. « La voierie départementale restant une priorité, nous lui consacrerons 2 millions d’euros de plus qu’au budget 2018, soit 42 millions d’euros », a précisé Corinne Imbert. 13,3 millions sont notamment prévus pour les travaux dans les collèges et 11 millions pour les centre d’incendie et de secours, sans oublier 8 millions pour les PAPI et les 7 millions pour poursuivre le déploiement du très haut débit. Le Département a également choisi de renforcer son soutien aux communes avec une aide aux équipements, avec une enveloppe de 46,3 millions, soit +12% que l’année précédente. Autre budjet augmenté : celui du social, avec 8 millions d’euros supplémentaires, pour atteindre 393,8 millions d’euros. « Les dépenses sociales représentent plus de 50% de notre budget de fonctionnement », rappelle Corinne Imbert. A elles seules, les allocations individuelles de solidarités représentent  186,3 millions d’euros. Suite au débat d’orientation budgétaire en octobre, le conseil départemental s’est penché ce 21 décembre sur la validation du budget primitif de 2019. « Le budget principal s’équilibre à 943,160 millions d’euros dont 231,049 millions d’euros en investissement et 712,111 millions d’euros en fonctionnement », a rapporté Corine Imbert, rapporteur général du budget. Les recettes vont être augmentées de +3% en 2019, dont 414,7 millions d’euros de recettes fiscales et 94,4 millions annoncées de dotations de l’Etat. Le Département a également fait le choix de ne pas augmenter les taux de la taxe foncière sur les proprités bâti.

Au final, le montant consolidé du budget primitif 2019, budgets annexes inclus, s’élève à 1 milliard 38 millions d’euros en mouvement réel et d’ordre, soit 44,6 millions d’euros de plus qu’au budget prévisionnel 2018. « Cette augmentation s’explique notamment par la reprise au 1er janvier 2019 en régie directe de la gestion de 6 ports dont celui de la Côtinière », a expliqué Corinne Imbert.

 Le budget a été adopté avec 34 oui, 10 abstension et 9 Non, les élus PS et DVG s'étant majoritairement abstenus ou positionné contre. Le représentant du groupe PS, le maire de Marennes Mickaël Vallet, a justifié cette décision par une longue litote : "« J’aurais une très grand compréhension si un jour étant majoritaire je contatais que vous vous absteniez [de voter le budjet] parce qu’on prendrait en compte le potentiel fiscal plutôt que la taille des communes ; parce qu’on aurait une planification des projets un peu moins au coût par coût ; parce que le social ne serait pas vécu non pas comme une obligation imposée par l’Etat mais comme une marge de manœuvre de la vie quotidienne."

  

Dominique Bussereau monte au créneau sur la réforme de la fiscalité locale

« Cela va être un immense débat de l’année 2019 », a prévenu Dominique Bussereau durant la séance de clôture de la session de décembre du Département. « Nous allons rentrer dans une période de forte tension avec l’Etat, puisqu’il vont présenter avant l’été un projet de loi réformant l’ensemble de la fiscalité locale. Nous sommes en train de travailler avec les associations des maires, de Départements et des Régions de France pour faire des propositions communes car on ne veut pas se faire piéger par un système de propositions divergentes  dans lequel l’Etat arbitrerait. » Dominique Bussereau entend également s’attaquer via l’ADF au concept de la péréquation volontaire. « Le système actuel des DMTO (Le fonds national de péréquation des droits de mutation à titre onéreux) est absurde. Un département comme le nôtre est à la fois prélevé par l’Etat et en même temps nous recevons. » 

Dominique Bussereau a reçu le soutien de plusieurs élus, y compris de l’opposition. « Ce n’est pas ici que cela se réglera mais nous le vivons au quotidien », a poursuivi le conseiller départemental et maire de Marennes Michaël Vallet (PS) : « Nous sommes pris au milieu d’une espèce de distorsion  consistant à présenter les questions de décentralisation comme étant la panacée – d’une coup on redécouvre l’intérêt de l’élu local et des bienfaits de la proximité – tout en étant dans une espèce d’injonction contradictoire puisque les collectivités territoriales auxquelles on conférait un pouvoir décentralisé n’ont pas tous les attributs qui vont avec, comme les prélèvements, sur lesquels nous avons une faible marge de manœuvre », explique le maire de Marennes qui aimerait voir appliquer une maxime anglo-saxone « pas de prélèvement sans la responsabilité qui va avec » . « Ca ne pose pas que des questions budgétaires ou comptables, ça pose des questions démocratiques ».

"Toutes les idées sont les bienvenues", a conclu Dominique Bussereau, qui prédit des négociations d'au moins six mois.

Anne-Lise Durif
Par Anne-Lise Durif

Crédit Photo : DR

Partager sur Facebook
Vu par vous
5046
Aimé par vous
0 J'aime
Les réaction
0 réaction
Envoyer par email
Email
Convertir en PDF
PDF
Imprimer cet article
Imprimer
Politique
Politique
Retour à la page d'accueil
Accueil
Aucune réaction à cet article pour le moment. A vous de jouer !

Nom * :
Email * :
Texte :
Combien font 10 + 18 ?*

Toutes les réactions sont soumises à validation de la rédaction d'Aqui avant leur publication sur le site. Conformément à l'article 10 du décret du 29 octobre 2009, les internautes peuvent signaler tout contenu illicite à la rédaction d'aqui.fr qui s'engage à mettre en oeuvre les moyens nécessaires à la suppression des dits contenus.

* champs obligatoires

J'aime aqui, je le soutiens ! Aqui!Presse - Des experts pour vous former ! J'aime aqui, je le soutiens !