Soutenez aqui.fr face au défi de la Nouvelle Aquitaine

20/11/18 : La Rochelle : nouveaux blocages ce matin devant le site pétrolier de La Pallice, où les forces de l'ordre sont intervenues pour dégager l'accès et la route. Un automobiliste ayant forcé le barrage de police a été interpellé.

20/11/18 : En Dordogne, le trafic était encore perturbé ce mardi par les gilets jaunes, notamment dans l'agglomération de Bergerac, avec de nombreux poids-lourds bloqués et stationnés le long des routes. De nombreux blocages et barrages filtrants sont attendus.

20/11/18 : Les installations de péage automatique ont été incendiées à Virsac en Gironde sur l'autoroute A 10 par des gilets jaunes dans la nuit de lundi à mardi.

20/11/18 : Grand Poitiers organise le mercredi 21 novembre à 18h au centre socio-culturel des Trois Cités une réunion publique d'échanges sur le Projet de territoire de Grand Poitiers.

19/11/18 : Gironde: le préfet de Gironde et Nouvelle-Aquitaine annonçait la réouverture du Pont d'Aquitaine dans les deux sens de circulation à 19h15

19/11/18 : Charente-Maritime : grosse mobilisation des gilets jaunes encore aujourd'hui, avec des barrages filtrants renouvelés à La Rochelle, Royan et Saintes aux entrées et en sorties de villes.

19/11/18 : Le Château Smith Haut Lafitte a été sacré International Best Of Wine Tourism 2019 à Adélaïde (Australie). Sur 393 candidats au plan mondial, seuls 10 ont reçu ce trophée venant récompenser les propriétés les plus remarquables en matière d’œnotourisme

19/11/18 : Dordogne : lundi après midi, ils subsistaient encore une dizaine de points rassemblement organisés par les Gilets jaunes : à Thiviers, Mussidan, Montpon, Sarlat, Terrasson, Port de Couze, Eymet, St Laurent s/Manoire, Bergerac, Chancelade et Trélissac.

19/11/18 : Charente-Maritime : les communes de Marennes et de Hiers-Brouage, près de l'île d'Oléron, s'apprêtent à fusionner. Une charte commune a été adoptée par les élus lors du dernier conseil municipal du 15 novembre au soir.

19/11/18 : Charente-Maritime : Ce lundi matin, des manifestants bloquaient les accès sur la voie publique aux dépôts pétroliers de La Pallice à La Rochelle. Les forces de sécurité sont intervenues afin de rétablir la libre circulation - opération sans incident.

19/11/18 : Une subvention de 50 000 euros a été votée en faveur de l’association « SOS Méditerranée » lors de la commission permanente du Conseil régional de Nouvelle-Aquitaine qui s’est tenue le vendredi 16 novembre à Bordeaux.

17/11/18 : Lors de l'ouverture des Rencontres littéraires "les Idées mènent le monde" à Pau, François Bayrou a annoncé le désistement du penseur Edgar Morin, pour des raisons de santé. Il devait initialement intervenir ce 17 novembre dans la matinée.

- Publicité -
S’abonner ici !
proprietes-rurales.com
- Publicité -
  • 20/11/18 | La Rochelle : de nouveaux blocages à La Pallice

    Lire

    La police et la gendarmerie sont intervenues ce matin à la demande du préfet pour assurer la fluidité de la circulation aux abords des dépôts pétroliers de La Pallice à La Rochelle, et pour libérer les accès à la rocade à Saintes, de nouveau bloquée. Selon un communiqué de la préfecture, "un automobiliste ayant forcé un barrage de police a été interpellé pour mise en danger de la vie d'autrui et violence sur agent de la force publique".

  • 20/11/18 | Gilets jaunes : quatrième jour en Nouvelle-Aquitaine

    Lire

    Dans le Lot-et-Garonne, plusieurs gilets jaunes, accompagnés de transporteurs et d'agriculteurs, bloquaient ce matin le péage de Samazan (A62 sortie 5) et laissaient passer les voitures. Un barrage filtrant était mis en place à Marmande sur le rond-point d'un centre commercial en direction de Bordeaux. La Charente Maritime a subi des embouteillages (nationale 11 de Beaulieu au pont de l'île de Ré). A Pau, 150 camions de forains et des gilets jaunes ont prévu d'organiser une opération escargot sur l'A64. Barrage filtrant à Langon

  • 20/11/18 | Gilets jaunes : la Gironde toujours perturbée

    Lire

    Plusieurs postes automates du péage de Virsac ont été brûlés dans la nuit de lundi à mardi par les gilets jaunes. Au nord de Bordeaux, un blocage subsiste toujours sur la RN10 au niveau de Saint-André de Cubzac. Au sud, la police a levé le blocage de l'A63 (au niveau de Marcheprime dans le sens Bayonne-Bordeaux), mais les itinéraires bis étaient toujours saturés ce matin. Sur l'A62, un barrage filtrant bloque toujours les camions au niveau de Langon. A 10h, la sortie 35 de l'A10 était fermée dans les deux sens de circulation.

  • 20/11/18 | La carte jeune s'exporte

    Lire

    Douze communes de la métropole (Ambarès-et-Lagrave, Ambès, Artigues-près-Bordeaux, Bordeaux, Bouliac, Gradignan, Le Bouscat, Le Taillan-Médoc, Saint-Aubin-de-Médoc, Saint-Louis-de-Montferrand, Saint-Médard-en-Jalles et Talence) ont annoncé leur intention de proposer dans chacune de leurs communes la mise en place d'une carte jeune accessible à tous les résidents de moins de 26 ans, prévue pour mars 2019. A Bordeaux, le dispositif a été lancé il y a cinq ans et profite à plus de 25 000 jeunes, leur permettant de bénéficier de différentes réductions dans des lieux culturels.

  • 20/11/18 | Le département de la Gironde conserve sa note AA-

    Lire

    Dans sa notation annuelle, Standard & Poor's évalue la stratégie financière départementale comme « transparente, claire, efficace et prudente ». Et la possible reprise financière sur les recettes de fonctionnement à partir de 2019, liée au dépassement probable du niveau maximal annuel des dépenses de fonctionnement fixé par l'Etat (dans un contexte de non contractualisation) n'inquiète pas outre mesure l'agence de notation qui considère que « le Département sera en mesure d’absorber ces impacts budgétaires négatifs et qu’il continuera de présenter de bons indicateurs d’endettement ainsi qu’une situation de liquidité favorable »

Les dossiers d'Aqui

La LGV Sud-Ouest Idées neuves en Nouvelle Aquitaine Innov'action et Agriculture

Politique | Vu de madrid : Le Pays Basque comme la Catalogne...

02/03/2007 |

Mathieu de Taillac

Voici le premier d'une série de rendez vous " Vu de Madrid" que Mathieu de Taillac (notre photo) donnera aux lecteurs d'Aqui!on line. Mathieu était, il y a peu encore, étudiant à Sciences Po Bordeaux avant d'intégrer brillamment l'école de journalisme du grand quotidien espagnol "El Païs". Depuis Madrid il assure de nombreuses correspondances. C'est ainsi qu'il suit de près l'évolution des négociations entre le gouvernement espagnol et l'ETA. Que se cache-t-il derrière ce grand débat qui agite l'Espagne, entre espoir et crainte?

Aqui! : Voilà plus de huit mois que l'ETA a annoncé un cessez-le-feu permanent mais plus le temps passe et plus on a le sentiment vu de France que rien de décisif ne se produit, sinon un regain de tension et des actes délictueux (vols d'armes en France ) et des manifestations au Pays Basque et à Madrid. N'y a t-il pas des négociations secrètes dont personne ne parle ?

Mathieu de Taillac : Il y a une date clé à prendre en compte : l'annonce par José Luis Zapatero ,le 29 juin dernier, qu'après avoir vérifié l'abandon de la violence par l'ETA, il ouvrait les négociations avec la bande armée. Le contenu des négociations est donc secret, mais leur existence même fait peu de doute.
Il faut distinguer ici deux démarches formellement séparées. D'un côté, les négociations avec les terroristes. Officiellement elles ne portent que sur la situation des prisonniers et la concrétisation du démantèlement de l'ETA. D'autre part la future création d'une « table des partis » basques, c'est-à-dire des réunions entre toutes les formations, dont la vitrine de l'ETA aujourd'hui illégale, Batasuna, pour discuter de l'avenir politique du Pays Basque.

@! : La démarche de Zapatero n'est pas aussi lisible que ses propos pourraient le laisser penser. Que peut contenir le" grand accord de coexistence politique au Pays basque" dont parle le président du gouvernement espagnol ?

M.d.T. : Cet accord se réfère justement à la partie politique du processus de changement au Pays basque. La « table des partis » a pour objectif de discuter de l'évolution institutionnelle de la communauté autonome Pays basque, l'Euskadi.
Une bonne référence de jusqu'où le gouvernement espagnol est disposé à céder, c'est le nouveau Statut catalan, la mini constitution qui dans chaque région espagnole régit les rapports entre l'État et la région. Le Statut catalan est le fruit d'un très large consensus au Parlement régional, et il prévoit de nouvelles compétences -la gestion des aéroports par exemple- et un nouveau financement -la Catalogne doit recevoir de l'État un financement proportionnel à sa contribution-, en plus de définir la Catalogne comme une « nation ».
A contrario, le « plan Ibarretxe » qui devait établir un État basque « librement associé à l'État espagnol », voté par une courte majorité à Vitoria, a été fermement rejeté par Madrid en 2005.

@! : A supposer que la trêve se poursuive, quelles étapes concrètes peut-on imaginer dans la négociation? Et croyez-vous, qu'au delà de la classe politique espagnole, la société puisse accepterqu'un référendum d'autodétermination voit jamais le jour au Pays Basque espagnol ?

M.d.T. :On a l'impression que les deux interlocuteurs se regardent en chiens de faïence. Le gouvernement attend de l'ETA une confirmation que le cessez-le-feu n'a pas de marche arrière possible. L'ETA attend des gestes concrets du gouvernement, par exemple sur la situation des prisonniers.
Une fois ce processus engagé, la question politique pourra revenir au premier plan. Une étape clé serait la légalisation de Batasuna, ou la création sous d'autres sigles d'un parti politique légal représentant le mouvement indépendantiste qui partage les mêmes objectifs que l'ETA. Si cette légalisation n'intervient pas avant les élections municipales et régionales de Mai 2007, le processus risque de se gripper sérieusement.
Quant au referendum d'autodétermination, il est inimaginable à ce jour. La société espagnole n'est pas prête à donner l'impression de céder sur l'une des revendications phare des terroristes. Si un jour un Pays basque pacifié parvenait à devenir une espèce de Québec européen, alors l'hypothèse pourrait devenir envisageable, mais je crois qu'au moins une génération d'hommes politiques et de citoyens de base aura dû passer entre temps.

Partager sur Facebook
Vu par vous
309
Aimé par vous
0 J'aime
Les réaction
0 réaction
Envoyer par email
Email
Convertir en PDF
PDF
Imprimer cet article
Imprimer
Politique
Politique
Retour à la page d'accueil
Accueil
Aucune réaction à cet article pour le moment. A vous de jouer !

Nom * :
Email * :
Texte :
Combien font 23 + 17 ?*

Toutes les réactions sont soumises à validation de la rédaction d'Aqui avant leur publication sur le site. Conformément à l'article 10 du décret du 29 octobre 2009, les internautes peuvent signaler tout contenu illicite à la rédaction d'aqui.fr qui s'engage à mettre en oeuvre les moyens nécessaires à la suppression des dits contenus.

* champs obligatoires

J'aime aqui, je le soutiens ! Aqui!Presse - Professionnels des contenus ! J'aime aqui, je le soutiens !