Soutenez aqui.fr face au défi de la Nouvelle Aquitaine

20/05/18 : Demain dimanche, de 10 h à 17 h se tiendra la deuxième édition du marché de producteurs fermiers du Pays basque IDOKI à Ustaritz. Outre la production de produits locaux, le matin, sera organisé le concours culinaire "Défi Crêpes"

16/05/18 : Amateurs de musique, rendez-vous ce week-end la 4ème édition du festival ODP de Talence. Coeur De Pirate, Les Négresses Vertes ou Alt-J en seront les principales têtes d'affiche. Ils chanteront au profit des "Orphelins des Sapeurs-Pompiers de France".

16/05/18 : La Cour d'Appel de Paris a condamné Jérôme Cahuzac ex-ministre du budget jugé pour fraude fiscale et blanchiment à 4 ans de prison, dont 2 avec sursis et à une amende de 300.000 euros et 5 ans d'inéligibilité. Sa peine de prison ferme sera aménagée.

15/05/18 : Ils l'avaient annoncé, ils l'ont fait: 300 cheminots CGT de la SNCF de Bayonne et d'Hendaye se sont invités ce matin devant la résidence secondaire du PDG de la SNCF, Guillaume Pepy, située au dessus de la falaise de la Côte des Basques à Biarritz.

12/05/18 : La 35e édition de Herri Urrats, le jour de fête des ikastola du Pays basque a lieu ce dimanche autour du lac de Saint-Pée-sur-Nivelle. Cette année, elle visera à récolter des fonds pour les travaux d'agrandissement du collège de Larceveau

08/05/18 : Le 35ème chapitre de la Confrérie du Chipiron de Bidart aura lieu dimanche 13 mai au Kirolak avec la participation d’une soixantaine de confréries. Après un défilé vers la Chapelle de la Madeleine, la Confrérie intronisera plusieurs personnalités.

03/05/18 : Deezer, leader du streaming musical en France, vient d’annoncer sa décision d’ouvrir un nouveau site dans la métropole bordelaise. "Une nouvelle reconnaissance de notre attractivité" soulignent satisfaits Alain Juppé et Virginie Calmels.

24/04/18 : Charente-Maritime : pendant la semaine de vacances du 16 au 22 avril, 14 accidents sont à déplorer sur les routes du département, au cours desquels 2 personnes ont perdu la vie, et 19 ont été blessées.

- Publicité -
S’abonner ici !
- Publicité -
  • 16/05/18 | Le Sénat veut indemniser les propriétaires du Signal

    Lire

    Ce mercredi, une grande partie des sénateurs se sont prononcés en faveur de la mobilisation du fonds Barnier dans le but d'indemniser les propriétaires de l'immeuble Le Signal, à Soulac, devenu un emblème local des dangers de l'érosion côtière et pour lequel les 78 propriétaires sont toujours face à un blocage, malgré l'évacuation de l'immeuble en 2014 par arrêté municipal. La proposition de loi n'est cependant qu'une première étape puisque le texte doit aussi être adopté devant l'Assemblée Nationale, or le gouvernement s'y est montré plutôt défavorable.

  • 16/05/18 | La biodiversité en 24h Chrono au Teich

    Lire

    Les amoureux de la nature sont convoqués les 25 et 26 mai prochain au Parc Naturel Régional des Landes de Gascogne du Teich pour les 24h de la biodiversité. Gratuit et ouvert à tous, cet évènement propose de nombreuses occasion de découvrir les enjeux autour de la préservation des espèces locales. Ciné-débat, spectacles vivants, expositions ou (plus original) inventaire d'espèces et sorties de terrain auront pour principales stars chauves-souris, oiseaux, reptiles ou escargots pour des temps forts organisés en partenariat avec des professionnels et des associations du territoire. N'oubliez pas les chaussures de randonnée !

  • 16/05/18 | La Gironde poursuit ses conseils de territoire

    Lire

    Le département de la Gironde poursuit ses travaux autour des "conseils de territoire". Autour de ces réunions, organisées deux fois par an, l'ensemble des acteurs locaux (collectivités, associations, entrepreneurs...), la Gironde tente de faire avancer ses pactes territoriaux, mis en place en 2017. Entre mai et juin 2018, neuf conseils de territoire se déclineront sur tout le département comme le 17 mai à Talais (Médoc), le 5 juin à Sainte-Foy-La-Grande (Libournais), le 18 juin à Lanton (Bassin d'Arcachon) ou encore le 19 juin à Bordeaux.

  • 15/05/18 | Trois jours de Fêtes de Bayonne payantes pour les non Bayonnais

    Lire

    Nous en avions fait écho, son maire l'a annoncé en fin de matinée: les Fêtes de Bayonne (25-29 juillet) seront gratuites pour les Bayonnais, et pour tous les enfants entre le vendredi midi et le lundi matin. Si on regarde le verre(de rosé)à moitié vide, gratuites pour tous mercredi et jeudi,elles seront en partie payantes -7 à 8 euros- pour les autres -non Bayonnais- le week-end afin, assure le maire Jean-René Etchegaray, de financer "le coût de leur sécurité et la pérennité de l'événement.

  • 14/05/18 | Bordeaux fait le point avec Darwin

    Lire

    Le maire de Bordeaux a réuni ce matin en mairie de Bordeaux des représentants de l'éco-système Darwin et de Bordeaux Métropole aménagement pour tenter de réconcilier les deux parties, en conflit depuis plus d'un an sur des emprises de la caserne Niel. Il a confirmé la cession à Darwin de deux hangars déjà occupés de manière provisoire (skate-park et dépôt Emmaüs), sous la forme d'un potentiel futur bail emphytéotique. En revanche, pas question de céder du terrain sur les 2000 mètres carrés de l'actuelle ferme urbaine : elle sera bien remplacée par la construction d'un parking prévu dans le cadre de la ZAC Bastide-Niel.

Les dossiers d'Aqui

La LGV Sud-Ouest Idées neuves en Nouvelle Aquitaine Innov'action et Agriculture

Politique | Vu de mon canapé : FOG, on sait où ta bagnole est garée !

19/04/2012 |

Vu de mon canapé

Les journalistes ont un peu honte de se donner en spectacle, leur carte de presse s'en trouve un peu écornée. Même M.Pujadas, dont Sarko s'amuse de « la pugnacité caractérisée », fait de son mieux pour ne pas montrer qu'il est un bouffon. Bien sûr il met en action ses zygomatiques sous l'oeil des caméras de Jean-Jacques Amsellem pour mieux faire passer son message subliminal dans les cerveaux des veaux défoncés à la seringue hypodermique devant leur télé... ça fait parti du jeu. Mais cette fois-ci, c'est l'éditorialiste star du Point qui a crevé l'écran. Franz-Olivier Giesbert, qui avait sûrement « besoin de sommeil », a pété un plomb devant 4 millions de téléspectateurs-électeurs. Alors moi, le numéro 117682, qui dort bien merci, je ne vois pas pourquoi je me priverais de sortir la kalachnikov.

La démocratie c'est beau, on a le droit de dire n'importe quoi, même si on ne devrait pas. C'est lesacro-saint temps de parole. « Chacun aura ses 16 minutes et 34secondes », a prévenu Pujadas. C'est pas la célébrité d'Andy Warholassurée pour tous, mais ça va le devenir. « C'est le temps de référence,comme dans le sport », explique le roi de la mimique à la mèchetélégénique. Et comme dans les matchs de foot, mais dans les couloirs deFrance 2, Guillaume Daret ramasse à la balayette les miettesd'information que les boulimiques que nous sommes ont encore à se mettresous la dent. Vous n'êtes pas rassasiés? ça tombe bien, il en reste.

L'émission "Des paroles et des actes" de France 2 proposait 160 minutes de débats politiques entre des candidats bigarrés et un jury dont l'objectivité, à géométrie variable, n'aura échappé à personne. Heureusement qu'il y avait Fabien Namias, le fils de Robert ex-directeur de larédaction de TF1, nommé rédacteur en chef des services politique etéconomie de France 2 dans la perspective des élections présidentiellesde 2012. Le cyborg aux yeux si bleus qu'on s'attend, à tout moment, voirpasser un poisson rouge, mâchouillait sa langue pour ne dérangerpersonne. À part à l'époque de la Pravda, on n'a jamais fait soldat de l'information plus objectif.

Et, elle aussi sur le plateau, Nathalie Saint-Cricq, rédactrice en chef de l'émission fait tant d'efforts pourtenir son rôle d'impertinente sans trembler, qu'on ne pourra luireprocher que sa pertinence relative. Elle s'étonne gravement, au nom de la démocratie, que François Hollande n'ait pas donnéd'interview au Figaro, ou au nom de la laïcité, qu' Eva Joly cautionne le travail des femmes voilées auprès des enfants. Heureusement qu'il y a des grands oriflammes derrière lesquels elle peut se planquer... Car on frôle la désolationquand l'inquisitrice obligée tente de museler, à l'aide d'un dé à coudre ces bêtes politiques que sont Sarko et Le Pen.

Le Sarko show
Et puis Sarko est arrivé sur le plateau, comme un boxeur sur le ring. Nathalie Saint-Cricq, gonflée à bloc, sort de son foulard une vidéo lemontrant, alors ministre de l'intérieur, invité d'honneur au congrès de l'UOIF. On le voit s'agiter devant une assistance partagée entrehommes d'un côté et femmes voilées de l'autre. Il manque la bande sonore à cette vidéo ! Sarko s'enindigne. Et Nathalie Saint Cricq avoue benoîtement qu'elle s'attendait àcette réaction ! Elle vient de montrer, précisément, le passage où, plaidant l'interdiction du voile sur les photos d'identité, il esthué par une foule d'intégristes.Tapis rouge. Alors Sarko déroule sa litanie crypto-républicaine. Il n'a jamais pactisé avec les fous de Dieu. Le président a toujours été au service des valeurs de la République. CQFD.

« La France n'a pasperdu son triple A », affirme à contre-sens le président de la crise. Personne ne ditrien. Pas même Monsieur Lenglet, le Monsieur graphique de BFM business,au charisme d'endive et à la voix d'Emile Gravier. Sarko est lancé comme un v2, impossible de freiner, il ne peut pas s'empêcher de déborder de son temps de parole.« Vous aggravez votre cas ! » lance David Pujadas innocemment, un brintaquin.« J'ai compris, il faut que je parte »... silence... Sans que personne ne le pousse, le rois'est pris les pieds dans le tapis rouge. « Permettezmoi de vous dire bonsoir. » La classe présidentielle.

FOG sans fard
Les tics consolidés de M.Pujadas, l'impertinence de Mme Saint-Cricq, l'objectivité de Namias et la science de Lenglet camouflent une mise en scène du sens. Pas besoin de lire Bourdieu pour se douter que la télévision joue de notre esprit critique. Mais les journalistes télé font leur métier : ils posent des questions orientées. Face à des machines de guerre ils prennent des coups, mais encore une fois, ils font leur métier.

Mais quand Mister FOG arrive avec ses yeux de merlan frit pour 10 minutes d'une analyse politique à l'emporte pièce, on voit le vrai visage de l'éditorialiste "mainstream" qu'il est. Le vrai journaliste pédant, sans masque et sans scrupule. Du cynisme jusqu'à loucher. Eva Joly ? « une erreur de casting absolu. On ne comprend rien de ce qu'elle dit... d'ailleurs tout le monde s'en fout! ». Nathalie Arthaud? « C'est Les Bronzés font de l'économie ». Philippe Poutou ? « Un type extrêmement sympathique, totalement baba cool, j'ai plein de copains comme ça, d'ailleurs on passe de bonnes soirées! On bouffe des sardines à Marseille, on rigole bien. » François Hollande ? un écureuil qui plane au-dessus de sa campagne. Quant à Nicolas Sarkozy, « il était bon. Il a capté l'électorat du Front national et maintenant il amorce la campagne de second tour ». Le grand éditorialiste Franz-Olivier Giesbert s'est bien marré sur le service public. Heureusement que l'oreillette de Pujadas fonctionnait. Le service public décline toute responsabilité. Les commentaires n'engagent que lui. Et ça le fait marrer...

Pour ma part, mon temps de parole est écoulé. Les lecteurs d'Aqui auront sans doute apprécié mon sens de la mesure et mon respect confraternel. J'ai décidément beaucoup à apprendre... Je retourne sur mon brin de laurier m'endormir comme un loir.

Olivier Darrioumerle
Par Olivier Darrioumerle

Crédit Photo : Wouzit

Partager sur Facebook
Vu par vous
759
Aimé par vous
0 J'aime
Les réaction
0 réaction
Envoyer par email
Email
Convertir en PDF
PDF
Imprimer cet article
Imprimer
Politique
Politique
Retour à la page d'accueil
Accueil
Aucune réaction à cet article pour le moment. A vous de jouer !

Nom * :
Email * :
Texte :
Combien font 22 + 11 ?*

Toutes les réactions sont soumises à validation de la rédaction d'Aqui avant leur publication sur le site. Conformément à l'article 10 du décret du 29 octobre 2009, les internautes peuvent signaler tout contenu illicite à la rédaction d'aqui.fr qui s'engage à mettre en oeuvre les moyens nécessaires à la suppression des dits contenus.

* champs obligatoires

J'aime aqui, je le soutiens ! Aqui!Presse - Affichez Vous chez Nous ! J'aime aqui, je le soutiens !