Soutenez aqui.fr face au défi de la Nouvelle Aquitaine

27/02/20 : Lac de Caussade. La préfète de Lot-et-Garonne vient de faire savoir qu'elle "engage une procédure à l'encontre de la Chambre d'agriculture visant à accomplir des travaux d'office afin d'effectuer la vidange de la retenue".

27/02/20 : « Rien n’est décidé sur l’intervention des forces de l’ordre, tout est encore à l’arbitrage du Premier ministre ». Voici ce qu’a dit le ministre de l’agriculture Didier Guillaume au président de la Chambre d’agriculture 47 ce matin au SIA.

27/02/20 : Elisabeth Borne, ministre de la Transition Ecologique et Solidaire, se rendra ce vendredi à Bordeaux pour soutenir le candidat LaRem Thomas Cazenave aux prochaines élections municipales.

25/02/20 : Le Ministère des Sports a suspendu provisoirement, à titre conservatoire Michel Poueyts, directeur technique national au sein de la Fédération de pelote basque suite à sa mise en examen pour corruption avec un employé de la sous préfecture de Bayonne.

25/02/20 : Au SIA à Paris, les récompenses commencent à pleuvoir sur la Dordogne, hier ont été décernés 4 médailles d’or, 12 médailles d’argent et 12 médailles de bronze pour les produits, ainsi qu’un prix d’excellence au concours des vins du Sud-Ouest.

21/02/20 : Le TramBus de l'agglomération Bayonne-Anglet-Biarritz a franchi le cap du million de voyages, dont 200 000 en janvier. Les abonnements mensuels et annuels observent une progression de plus de 50%; les abonnements scolaires ont eux augmenté de +14 %

20/02/20 : A partir du lundi 24 février, les détenteurs d'un abonnement TBM pourront emprunter la ligne 42 du TER entre Bordeaux Saint-Jean et Parempuyre, et entre Pessac-Centre et Parempuyre, avec cette même carte TBM. Une expérimentation d'1 an renouvelable.

20/02/20 : C'était une figure de la presse française: Jean Daniel le fondateur du Nouvel Observateur s'est éteint ce 19 février à 99 ans. Ce natif d'Algérie, comme Camus, fut aussi un des témoins exigeants de la renaissance du parti socialiste dans les années 70.

19/02/20 : La métropole de Bordeaux a choisi le groupement Eiffage/UCPA/Dalkia et Banque des Territoires pour construire le futur stade nautique de Mérignac. Les travaux doivent démarrer en novembre pour une livraison en 2022.

19/02/20 : Municipales: la liste "Changer!" présente son programme pour Villenave d'Ornon autour de Patrick Bouillot et Florence Rialland ce samedi 22 février, à 10h, salle Jacques Brel

18/02/20 : Présence annoncée de Benoît Biteau député européen EELV et agriculteur en Charente-Maritime à la réunion, ce jeudi 20 février à 19h30, de la liste "Villenave écologique, solidaire et citoyenne" à l'auditorium de Sourreil.

18/02/20 : Dans le cadre des Conférences Montaigne organisées par l'Université bordelaise du même nom, Noël Mamère interviendra ce jeudi 20 février (Amphi B - 18h) sur le thème de "L’écologie, le paradigme politique du XXIe siècle".

- Publicité -
S’abonner ici !
proprietes-rurales.com
- Publicité -
  • 27/02/20 | La Charente-Maritime décroche le label "vélo et fromage" au SIA

    Lire

    Au Salon International de l'Agriculture de Paris, le Département de la Charente-maritime a obtenu le 26 février le label "Vélo & Fromages".Lancé en 2018 par l'Assemblée des Départements de France, ce label vise à faire découvrir aux amateurs de randonnées à vélo les produits fromagers du terroir. Le premier itinéraire labellisé en Charente-Maritime fait découvrir une quarantaine de sites fromagers sur un parcours de 154 km, qui démarre à l’entrée Nord du département, sur la Vélo Francette.

  • 27/02/20 | La Rochelle : les services municipaux réintègrent l'Hôtel de ville

    Lire

    Suite à la réouverture de l'Hôtel de ville de La Rochelle après 6 années de travaux, l'accueil des services municipaux se fait dorénavant à l'Arsenal, 8 place J-B Marcet, de 8 h 30 à 17 h 30, du lundi au vendredi. L’Hôtel de Ville héberge désormais le cabinet du maire et les élus peuvent y recevoir les citoyens sur RDV. Les cérémonies et mariages y sont de nouveau organisés, ainsi que les visites touristiques. La cour sera librement accessible au public de 8 h à 20 h du lundi au vendredi et de 10 h à 18 h le samedi.

  • 27/02/20 | Mois de sensibilisation au dépistage du cancer colorectal

    Lire

    Lancement d’une campagne de dépistage national du cancer colorectal par le Centre régional de Coordination des dépistages des Cancers de Nouvelle Aquitaine. Deuxième cancer le plus meurtrier, le cancer colorectal est chaque année responsable de 17 000 décès. Détecter ce cancer grâce au dépistage peut guérir 9 cas sur 10. Pour sensibiliser à cette démarche, une marche bleue est organisée ce dimanche 1er mars à partir de 10h sur le parvis de la Maison Éco citoyenne à Bordeaux.

  • 27/02/20 | Le quartier Terre Sud à Bègles labellisé EcoQuartier 2019

    Lire

    La Ville de Bègles vient d'être récompensée pour son projet d’aménagement du quartier Terre Sud, au titre du Label ÉcoQuartier 2019. Le 5 février dernier, le label lui a été décerné par le ministre Julien De Normandie, aux côtés de six autres communes françaises. Le maire de Bègles, Clément Rossignol Puech, recevra les acteurs ayant participé à la démarche de labellisation, mardi 3 mars, à 11h30, au Café de la Route.

  • 26/02/20 | Nouvelle-Aquitaine : la région veut anticiper l'évolution du coronavirus

    Lire

    L'Agence régionale de santé Nouvelle-Aquitaine renforce son organisation pour faire face à une éventuelle évolution du coronavirus. Les tests de diagnostics peuvent aujourd'hui être réalisés au CHU de Bordeaux, de Limoges et bientôt de Poitiers. Pour augmenter la capacité de ces 3 hôpitaux, 14 autres hôpitaux ont été mobilisés : Angoulême, La Rochelle, Saintonge, Brive, Périgueux, Libourne, Mont-de-Marsan, Dax, Agen, Pau, Côte Basque, Niort, Tulle et Guéret.

Les dossiers d'Aqui

La LGV Sud-Ouest Idées neuves en Nouvelle Aquitaine Innov'action et Agriculture

Politique | Yannick Boutot, nouveau président du parti radical de gauche, prônant une politique d'alliance

01/07/2019 | Yannick Boutot a été élu président de la fédération girondine du Parti Radical de Gauche, le 6 juin 2019.

Yannick Boutot nouveau président de la fédération girondine du PRG

Des effectifs réduits, une stratégie en permanent rodage... voilà un profil assez éloigné des machines de guerre électives dirigées par les technocrates contemporains. Le Parti Radical de Gauche, qui se présente comme un parti aux ambitions modestes mais renouvelées, offre un point d'observation singulier du jeu politique, surtout en cette période de préparation des élections municipales. Analyse de la partie d'échec avec Yannick Boutot, nouveau président de la fédération girondine du parti .

Yannick Boutot a été élu président de la fédération de Gironde du Parti Radical de Gauche le 6 juin 2019, il prend ainsi la succession de Régine Marchand en poste depuis 1996. Une place à laquelle, il le sait, on attend de lui une prise en main des aspects administratifs et organisationnels du parti afin que les hommes d'idées s'élèvent, que les élus, à l'instar de Benoit Biteau député européen depuis 2019, puissent penser et agir. Un rôle qu'il endosse avec lucidité et volonté.

 Un Parti Radical à Gauche 

Mouvement politique de centre gauche, ses statuts le présentent comme "un parti politique républicain qui a vocation à regrouper homme et femme se reconnaissant dans la gauche réformiste, humaniste et laïque" et qui "propose une vision spécifique de l'organisation sociale fondée sur la primauté de l'individu". A l'époque où les courants politiques sont assimilés aux figures qui les représentent on retient de ce parti Jean-Michel Baylet, président de deux décennies de 1996, à 2016, Sylvia Pinel sa successeure et Guillaume Lacroix nommé président en mars 2019. En Nouvelle-Aquitaine, ils sont quatre conseillers régionaux à siéger sous l'étiquette du PRG: Soraya Ammouche-Milhiet et Benoit Biteau de Charente-Maritime, Régine Marchand et Francis Wilsius en Gironde. Si les élus sont clairement identifiés, la fédération girondine peine encore à établir des chiffres précis quant au nombre de ses militants et adhérents. Une incertitude numérique qui oblige le parti à mettre en place des alliances pour maintenir une présence lors d'élections. Une stratégie assumée mais qui illustre une amère vérité que, déjà au XX° siècle, Jacques Ellul dénonçait : les idées minoritaires voient leur portée proportionnellement réduite à l'audience de leur parti.

 Des valeurs radicales mais modernisées

Ce petit parti, qui se présente ainsi sans en rougir, se veut fidèle aux valeurs du radicalisme. Une étiquette à la résonance particulière. Parce que de radicale à extrême la méprise n'est jamais loin, et que le contexte de cet entre deux scrutin peut pousser à la bévue, il est important de préciser. Préciser donc, que ce radicalisme là, ne l'est que dans sa fidélité aux valeurs républicaines qu'il prône. Parmi elles comptent l'humanisme, les libertés individuelles, et particulièrement la résurgence d'une démocratie par le bas. "Le PRG est fondamentalement attaché aux territoires, à une décentralisation puissante, donc proche des institutions qui l'incarnent auprès des français. Il souhaite redonner le goût aux gens des institutions, du vote" détaille Yannick Boutot. Au titre des autres réflexions du parti, notamment portées par les anciens présidents Baylet et Pinel, le projet d'une VI° République qui reviendrait sur le parlementarisme rationalisé, si cher à la V° et à la Constitution de Michel Debré. Un Parlement fort de nouveau, une décentralisation puissante, des territoires revalorisés, un retour au scrutin proportionnel, un projet qui sonnerait, presque, le retour des Girondins (groupe politique modéré fondé en 1791). Et quand on évoque le souvenir de la Troisième République, habituel signal d'alarme quand on s'approche du régime semi-présidentiel français, le parti ne s'inquiète pas. C'est peut-être en cela qu'il porte encore bien son étiquette de "radical", radical vis à vis de la société actuelle. Pour expliquer les ambitions du parti le nouveau président de la fédération girondine se réfère aux idées de Jérémy Bentham: proposer des choses actuelles pour que chacun puisse vivre mieux et par cette voie améliorer la communauté. Que par l'expression des besoins de chacun le groupe dépasse l'individualisme prégnant de notre société post moderne pour tenter d'atteindre un bonheur commun maximum. Si les termes sont grandiloquents et l'idée semble irréaliste, la volonté existe et passe par des stratégies concrètes comme des projections d'alliance.

 S'unir pour maintenir une présence aux municipales

Face aux élections municipales, l'organisation est la même pour tous les partis: réfléchir à des lignes programmatiques, dresser la liste des sortants, énumérer les mairies où le mouvement a une carte à jouer, puis, rassembler les candidats. Pour le PRG l'exigence est de mise: "des locaux émanant d'une société dans laquelle ils sont ancrés, des gens aux prises avec les préoccupations réelles des citoyens, des associatifs, des volontaires" insiste le président de fédération. Le défi est, comme pour tout groupement politique, de trouver des éligibles portant les valeurs défendues au niveau national, et qui soient des locaux investis dans les territoires. Une fois encore la question de la visibilité resurgit, et avec elle la stratégie des alliances. Des mariages qui sont envisagés notamment avec le Parti Socialiste, ou d'autre groupement de gauche. La Gironde est un territoire vaste et attractif, et à l'approche du scrutin municipal, parmi les nombreuses mairies où le parti souhaite conserver une présence ou s'implanter, Bordeaux devient le centre d'attraction des ambitions de la gauche. Même si, pour l'heure, la capitale de région reste une grande interrogation "on n'y voit pas clair pour déterminer ce que l'on fera" admet l'élu; les réflexions se mettent en place. Des négociations se feront jour, bien entendu. Le risque étant double, entre la précipitation et l'apathie, qui ferait rater une belle occasion... Pour l'heure la prudence est de mise. "C'est une ville pas facile pour la gauche. Il faudra réussir à contrer les individualités de chacun" rappelle Yannick Boutot. Des propos qu'on peut trouver aisés pour le dirigeant d'un groupe qui n'a pas vocation à prendre la tête de liste en Gironde, mais nourrit de véritables espoirs pour la Charente-Maritime, particulièrement La Rochelle, où le parti se sait en territoire, autrefois conquis.

 

Anna Bonnemasou
Par Anna Bonnemasou

Crédit Photo : photo libre de droit

Partager sur Facebook
Vu par vous
5235
Aimé par vous
11 J'aime
Les réaction
0 réaction
Envoyer par email
Email
Convertir en PDF
PDF
Imprimer cet article
Imprimer
Politique
Politique
Retour à la page d'accueil
Accueil
Aucune réaction à cet article pour le moment. A vous de jouer !

Nom * :
Email * :
Texte :
Combien font 29 + 8 ?*

Toutes les réactions sont soumises à validation de la rédaction d'Aqui avant leur publication sur le site. Conformément à l'article 10 du décret du 29 octobre 2009, les internautes peuvent signaler tout contenu illicite à la rédaction d'aqui.fr qui s'engage à mettre en oeuvre les moyens nécessaires à la suppression des dits contenus.

* champs obligatoires

J'aime aqui, je le soutiens ! Aqui!Presse - Affichez Vous chez Nous ! J'aime aqui, je le soutiens !