Soutenez aqui.fr face au défi de la Nouvelle Aquitaine

16/09/19 : Deux-Sèvres : les agents des finances publiques sont en grève, suite à l'appel de l'intersyndicale CGT/CFDT/FO/Solidaires/CFTC. Ils protestent contre la fermeture d'ici 2022, de 4 des 10 centres -Prahecq, Airvault, Frontenay-Rohan-Rohan et Coulonges.

13/09/19 : Region : le projet Viti de la Région a été retenu par l'Etat dans le cadre de l'appel projet territoire d'innovation de grande ambition (TIGA). Ce programme concerne tous les vignobles et plus de 130 partenaires. Objectif : la sortie des pesticides.

13/09/19 : Charente : Le festival de photographie Barrobjectif, à Barro, fête sa 20e édition du 14 au 22 septembre. L'invité d'honneur est le photographe italien Paolo Pellegrin, multiprimé pour son travail, notamment sur les conflits dans le monde. Gratuit.

13/09/19 : Angoulême : le circuit des Remparts démarre ce soir pour un week-end festif qui célèbre les 80 ans du circuit. 600 voitures de sport d'hier et d'aujourd'hui sont attendues sur ce circuit urbain inchangé depuis sa création, avec des stars de la F1.

13/09/19 : La Rochelle : le premier ministre l'a annoncé ce midi, l'agglomération rochelaise a été retenue comme lauréat de l'appel à projet Territoire d'innovation de grande ambition, sur son programme "territoire urbain littoral zéro carbone" à l'horizon 2040

13/09/19 : Charente-Maritime : le ministre de la culture Franck Riester a fait plusieurs annonce ce matin à La Rochelle concernant la réforme de l'audiovisuelle qui sera présentée dans quelques jours à l'Assemblée, à l'occasion du festival du film de fiction.

13/09/19 : Dordogne : Martin Lesage, directeur de cabinet du préfet du Finistère, est nommé secrétaire général de la préfecture de la Dordogne. Sa prise de fonctions interviendra le lundi 16 septembre.

13/09/19 : Selon le classement des villes où "il fait bon vivre" de l'hebdomadaire l'Express (en date du 11/09)Pau se classe 3ème au niveau national (derrière Angers et Dijon), et 1ère de Nouvelle-Aquitaine, sur 100 agglomérations étudiées.

13/09/19 : Agenda: Proximum Group organise un salon d'affaires d'envergure nationale les 26 et 27 novembre à Bordeaux pour promouvoir l'accélération de la transformation 4.0 des entreprises industrielles néo-aquitaines et françaises. 1000 participants attendus.

13/09/19 : A travers son outil de réflexion et de prospective dédié à la révolution numérique intitulé « Université du Futur », le Conseil régional de Nouvelle-Aquitaine propose une conférence gratuite, intitulée « Se déplacer au 21ème siècle : quelles révolutions a

13/09/19 : Jean-Luc Gleyze, président du Conseil départemental de la Gironde, a choisi le nouveau directeur général des services. Renaud Helfer-Aubrac succèdera à la mi-septembre à Philippe Mahé, qui rejoindra à cette date le Ministère de l'Intérieur.

12/09/19 : La semaine prochaine, les Landes et notamment Dax et Contis, accueilleront pour 28 jours le tournage du film De l’or pour les chiens, long métrage d’Anna Cazenave Cambet avec Julie Depardieu, Ana Neborac, Talullah Cassavetti et Corentin Fila.

12/09/19 : Un comité de ligne TER de la ligne Angoulême-Bordeaux, se tient le 19 septembre salle "L'Alpha", à Angoulême à 18h. Au menu : échanges avec les usagers sur l'actu de la ligne, ses résultats (trafic et régularité), sa qualité de service, travaux, etc.

- Publicité -
S’abonner ici !
proprietes-rurales.com
- Publicité -
  • 16/09/19 | Darwin : renoncement temporaire d'expulsion

    Lire

    La SAS Bastide-Niel (associant les bailleurs sociaux Aquitanis et Domofrance et la société Bordeaux Métropole Aménagement) s'est désistée ce lundi 16 septembre de la demande d'expulsion ordonnée à Darwin pour l'allée centrale, les rues à l'intérieur de l'ancienne caserne Niel et les abords des hangars lors d'une audience en référé au tribunal de grande instance de Bordeaux. Le renoncement n'est pas définitif, puisque la SAS peut toujours déposer une nouvelle demande d'expulsion. Pour le dirigeant de Darwin, Philippe Barre, "c'est un geste d'apaisement (...)mais ça ne règle rien sur le fond".

  • 16/09/19 | Challenge de la mobilité: environ 600 établissements engagés

    Lire

    Du 16 septembre au 22 septembre, le 9ème Challenge de la mobilité Nouvelle-Aquitaine a pour principe que les entreprises, administrations ou associations incitent leurs collaborateurs à utiliser des alternatives à la voiture individuelle pour se rendre au travail (covoiturage, transports en commun, vélo, marche, trottinette, télétravail...) En 2018 dans les 18 agglomérations de la région engagées, les 11 000 participants des 465 établissements inscrits ont parcouru plus de 500 000 km autrement qu'en voiture individuelle, soit 16 tonnes de Co2 évitées ! lwww.challengedelamobilite.com

  • 16/09/19 | Une lettre de Mme de Maintenon exposée à Niort

    Lire

    Un véritable trésor du patrimoine vient d'être acquis par le Département des Deux-Sèvres : une lettre du 16 juillet 1684 par la marquise de Maintenon, originaire de Niort. L'épouse secrète de Louis XIV y écrit à son oncle, M. de Villette, au sujet de sa jeune nièce. Pour partager ce patrimoine, la collectivité expose cette lettre depuis 12 septembre au coeur d'une exposition dédiée aux correspondances hors du commun, réalisée en partenariat avec l'agglomération du Niortais.

  • 16/09/19 | Un café de l'emploi à Lons (64)

    Lire

    La 29ème édition du Café de l'emploi se tiendra le 19 septembre 2019 de 9h à 12h à la Médiathèque de Lons, avenue de Santona à Lons. Cet évènement organisé par la Communauté d’Agglomération Pau Béarn Pyrénées et l’association A.CO.R (Action pour le Conseil et le Recrutement), propose aux candidats de rencontrer directement les employeurs qui recrutent. Nombre de place limitée. Inscription et renseignements sur les offres d'emploi: 05.59.82.82.02

  • 16/09/19 | 3ème édition du Color Campus Poitiers

    Lire

    Le jeudi 19 septembre à 19h30, l’Université de Poitiers et Grand Poitiers organise dans le cadre du Mois d’accueil des étudiants le Color Campus. Au coeur du campus, un parcours de 5km jalonné d’animations attend les participants. Dès 19h, un échauffement en musique est organisé et à 20h30, un concert d’Oré assurera la fin de la soirée. Les inscriptions et le départ du parcours se font à la Maison des étudiants.

Les dossiers d'Aqui

La LGV Sud-Ouest Idées neuves en Nouvelle Aquitaine Innov'action et Agriculture

Politique | Yannick Boutot, nouveau président du parti radical de gauche, prônant une politique d'alliance

01/07/2019 | Yannick Boutot a été élu président de la fédération girondine du Parti Radical de Gauche, le 6 juin 2019.

Yannick Boutot nouveau président de la fédération girondine du PRG

Des effectifs réduits, une stratégie en permanent rodage... voilà un profil assez éloigné des machines de guerre électives dirigées par les technocrates contemporains. Le Parti Radical de Gauche, qui se présente comme un parti aux ambitions modestes mais renouvelées, offre un point d'observation singulier du jeu politique, surtout en cette période de préparation des élections municipales. Analyse de la partie d'échec avec Yannick Boutot, nouveau président de la fédération girondine du parti .

Yannick Boutot a été élu président de la fédération de Gironde du Parti Radical de Gauche le 6 juin 2019, il prend ainsi la succession de Régine Marchand en poste depuis 1996. Une place à laquelle, il le sait, on attend de lui une prise en main des aspects administratifs et organisationnels du parti afin que les hommes d'idées s'élèvent, que les élus, à l'instar de Benoit Biteau député européen depuis 2019, puissent penser et agir. Un rôle qu'il endosse avec lucidité et volonté.

 Un Parti Radical à Gauche 

Mouvement politique de centre gauche, ses statuts le présentent comme "un parti politique républicain qui a vocation à regrouper homme et femme se reconnaissant dans la gauche réformiste, humaniste et laïque" et qui "propose une vision spécifique de l'organisation sociale fondée sur la primauté de l'individu". A l'époque où les courants politiques sont assimilés aux figures qui les représentent on retient de ce parti Jean-Michel Baylet, président de deux décennies de 1996, à 2016, Sylvia Pinel sa successeure et Guillaume Lacroix nommé président en mars 2019. En Nouvelle-Aquitaine, ils sont quatre conseillers régionaux à siéger sous l'étiquette du PRG: Soraya Ammouche-Milhiet et Benoit Biteau de Charente-Maritime, Régine Marchand et Francis Wilsius en Gironde. Si les élus sont clairement identifiés, la fédération girondine peine encore à établir des chiffres précis quant au nombre de ses militants et adhérents. Une incertitude numérique qui oblige le parti à mettre en place des alliances pour maintenir une présence lors d'élections. Une stratégie assumée mais qui illustre une amère vérité que, déjà au XX° siècle, Jacques Ellul dénonçait : les idées minoritaires voient leur portée proportionnellement réduite à l'audience de leur parti.

 Des valeurs radicales mais modernisées

Ce petit parti, qui se présente ainsi sans en rougir, se veut fidèle aux valeurs du radicalisme. Une étiquette à la résonance particulière. Parce que de radicale à extrême la méprise n'est jamais loin, et que le contexte de cet entre deux scrutin peut pousser à la bévue, il est important de préciser. Préciser donc, que ce radicalisme là, ne l'est que dans sa fidélité aux valeurs républicaines qu'il prône. Parmi elles comptent l'humanisme, les libertés individuelles, et particulièrement la résurgence d'une démocratie par le bas. "Le PRG est fondamentalement attaché aux territoires, à une décentralisation puissante, donc proche des institutions qui l'incarnent auprès des français. Il souhaite redonner le goût aux gens des institutions, du vote" détaille Yannick Boutot. Au titre des autres réflexions du parti, notamment portées par les anciens présidents Baylet et Pinel, le projet d'une VI° République qui reviendrait sur le parlementarisme rationalisé, si cher à la V° et à la Constitution de Michel Debré. Un Parlement fort de nouveau, une décentralisation puissante, des territoires revalorisés, un retour au scrutin proportionnel, un projet qui sonnerait, presque, le retour des Girondins (groupe politique modéré fondé en 1791). Et quand on évoque le souvenir de la Troisième République, habituel signal d'alarme quand on s'approche du régime semi-présidentiel français, le parti ne s'inquiète pas. C'est peut-être en cela qu'il porte encore bien son étiquette de "radical", radical vis à vis de la société actuelle. Pour expliquer les ambitions du parti le nouveau président de la fédération girondine se réfère aux idées de Jérémy Bentham: proposer des choses actuelles pour que chacun puisse vivre mieux et par cette voie améliorer la communauté. Que par l'expression des besoins de chacun le groupe dépasse l'individualisme prégnant de notre société post moderne pour tenter d'atteindre un bonheur commun maximum. Si les termes sont grandiloquents et l'idée semble irréaliste, la volonté existe et passe par des stratégies concrètes comme des projections d'alliance.

 S'unir pour maintenir une présence aux municipales

Face aux élections municipales, l'organisation est la même pour tous les partis: réfléchir à des lignes programmatiques, dresser la liste des sortants, énumérer les mairies où le mouvement a une carte à jouer, puis, rassembler les candidats. Pour le PRG l'exigence est de mise: "des locaux émanant d'une société dans laquelle ils sont ancrés, des gens aux prises avec les préoccupations réelles des citoyens, des associatifs, des volontaires" insiste le président de fédération. Le défi est, comme pour tout groupement politique, de trouver des éligibles portant les valeurs défendues au niveau national, et qui soient des locaux investis dans les territoires. Une fois encore la question de la visibilité resurgit, et avec elle la stratégie des alliances. Des mariages qui sont envisagés notamment avec le Parti Socialiste, ou d'autre groupement de gauche. La Gironde est un territoire vaste et attractif, et à l'approche du scrutin municipal, parmi les nombreuses mairies où le parti souhaite conserver une présence ou s'implanter, Bordeaux devient le centre d'attraction des ambitions de la gauche. Même si, pour l'heure, la capitale de région reste une grande interrogation "on n'y voit pas clair pour déterminer ce que l'on fera" admet l'élu; les réflexions se mettent en place. Des négociations se feront jour, bien entendu. Le risque étant double, entre la précipitation et l'apathie, qui ferait rater une belle occasion... Pour l'heure la prudence est de mise. "C'est une ville pas facile pour la gauche. Il faudra réussir à contrer les individualités de chacun" rappelle Yannick Boutot. Des propos qu'on peut trouver aisés pour le dirigeant d'un groupe qui n'a pas vocation à prendre la tête de liste en Gironde, mais nourrit de véritables espoirs pour la Charente-Maritime, particulièrement La Rochelle, où le parti se sait en territoire, autrefois conquis.

 

Anna Bonnemasou
Par Anna Bonnemasou

Crédit Photo : photo libre de droit

Partager sur Facebook
Vu par vous
3525
Aimé par vous
10 J'aime
Les réaction
0 réaction
Envoyer par email
Email
Convertir en PDF
PDF
Imprimer cet article
Imprimer
Politique
Politique
Retour à la page d'accueil
Accueil
Aucune réaction à cet article pour le moment. A vous de jouer !

Nom * :
Email * :
Texte :
Combien font 19 + 15 ?*

Toutes les réactions sont soumises à validation de la rédaction d'Aqui avant leur publication sur le site. Conformément à l'article 10 du décret du 29 octobre 2009, les internautes peuvent signaler tout contenu illicite à la rédaction d'aqui.fr qui s'engage à mettre en oeuvre les moyens nécessaires à la suppression des dits contenus.

* champs obligatoires

J'aime aqui, je le soutiens ! Aqui!Presse - Des experts pour vous former ! J'aime aqui, je le soutiens !