Soutenez aqui.fr face au défi de la Nouvelle Aquitaine

17/07/19 : Marc Médeville, succéde à Bernard Farges à la tête des Bordeaux et Bordeaux supérieurs avec 2 priorités de mandat: la reconquête des parts de marché auprès des professionnels et l'inscription de 100% des AOC dans des démarches environnementales.

17/07/19 : Elizabeth Borne nommée ministre de la transition écologique va cumuler ce poste avec celui des Transports qu'elle occupait déjà mais sans rang de ministre d'Etat comme son prédécesseur François de Rugy.

16/07/19 : L'allemande Ursula Von der Leyen a été élue ce 16 juillet présidente de la Commission européenne à une courte majorité - 383 voix sur 747 membres - par le parlement de Strasbourg après un discours où elle avait annoncé un « green deal » pour l'Union.

16/07/19 : Le maire de Cenon sur la rive droite de Bordeaux qui s'oppose à l'occupation illégale du parc du Loret par quelques 200 caravanes "évangélistes" de passage s'est vu notifier l'obligation préfectorale d'accepter leur présence jusqu'au 24 juillet.

16/07/19 : Elections municipales 2020: ce sera les 15 et 22 mars a fait savoir le ministère de l'intérieur ce 16 juillet avec comme date limite de dépôt des candidatures le 27 février.

16/07/19 : "Il s'agit d'une décision personnelle": Emmanuel Macron après la démission de François de Rugy du ministère de la transition écologique. L'obligation, après celle de Nicolas Hulot, de trouver un-une remplaçant(e) dans ce poste éminemment stratégique

14/07/19 : Jean-Jacques Lasserre, président du Conseil départemental des Pyrénées Atlantiques et Colette Capdevielle, avocate, ancienne députée du Pays basque font partie des personnes auxquelles la Légion d'honneur a été attribuée ce 14 juillet.

13/07/19 : Haute-Vienne : les travaux de modernisation de la ligne SCNF POLT vont démarrer le 22 juillet entre Limoges et Fromental. Un projet à 51 millions d'euros.

13/07/19 : Vienne : c'est la fin des travaux sur la ligne Paris-Bordeaux, entre Saint-Benoît et Vivonne, annonce la SNCF dans un communiqué du 12 juillet. 13 km de voies ont été restaurées pour 20 millions d'euros financés par SNCF Réseau.

12/07/19 : Le festival La Rochelle Cinema qui s'est tenu du 2 juin au 7 juillet a connu un vif succès, avec 86 492 entrées, soit la 2e meilleure année en termes de fréquentation dans l’histoire du festival. Rendez-vous l'année prochaine du 26 juin au 5 juillet.

12/07/19 : Du 14 au 26 juillet, la gare de Vayres sera fermée en raison de travaux, les arrêts de trains seront également supprimés. Les travaux de sécurisation de l'accès aux quais, ainsi que d'élargissement de la voie, seront effectuées de nuit.

12/07/19 : JO 2024. Le président de Bordeaux-Métropole, Patrick Bobet, vient d'annoncer la candidature commune Lacanau-Bordeaux Métropole pour l’organisation des épreuves de surf aux JO de Paris 2024.

- Publicité -
S’abonner ici !
- Publicité -
  • 17/07/19 | Ce mercredi aux arènes de Bayonne "Cendrillon" par Thierry Malandain

    Lire

    Le chorégraphe Thierry Malandain et sa compagnie internationale investissent les arènes de Bayonne, ce 17 juillet à 21h30 pour interpréter "Cendrillon". Édifiées pour la tauromachie, les arènes de Bayonne sont aussi, à la période estivale, la plus grande salle de spectacle du Pays Basque. Une scène « hors gabarit » sera installée dans le ruedo. Accès: 20€ - 15€ (tarif étudiant jusqu’à 26 ans, groupes de 10 personnes et plus, carte d’adhérent des Amis du Ballet - 10€) Billetterie www.malandainballet.com Offices de tourisme de Bayonne, Anglet, Biarritz

  • 17/07/19 | La Caravane des Sports, c'est reparti sur les routes de la Vienne !

    Lire

    A partir du mardi 16 juillet, la Caravane des Sports parcourt les routes de la Vienne pour proposer à la jeunesse une journée sportive et ludique. Faisant étape dans une quinzaine de communes viennoises, des professionnels sportifs du département proposeront diverses animations autour de seize disciplines dont l’escalade, le secourisme, ou encore le molkky. La Caravane des sports, des activités sportives ludiques et gratuites pour tous jeunes de la Vienne. Pour plus de renseignements : www.lavienne86.fr

  • 17/07/19 | Les dés sont lancés au Festival Ludique International de Parthenay

    Lire

    Du 10 au 21 juillet se déroule la 34e édition du FLIP (Festival Ludique International de Parthenay). Une référence. Cette année, 350 professionnels, artistes, créateurs et éditeurs viennent animer la ville transformée le temps de l’événement en plateaux de jeux. Ce festival gratuit propose de découvrir plus de 4 000 jeux et jouets. De quoi ravir les 170 000 visi-joueurs. Alors pour s’amuser, en famille ou entre amis, il ne reste plus qu’à se rendre à Parthenay.

  • 17/07/19 | Hausse de la fréquentation de la Cité Internationale de la Bande Dessinée et de l'Image d'Angoulême

    Lire

    Le 1° semestre 2019, la Cité de la BD a enregistré une hausse de 19% de sa fréquentation. Hors festival, elle a accueilli 10 610 spectateurs de plus que l'an dernier à la même période. Des chiffres qui résultent d'une dynamique d'attractivité qui porte ses fruits et qui reflètent la politique volontariste développée par l'établissement pour partir à la conquête de nouveaux publics.

  • 17/07/19 | L'Université de Poitiers, Grand Châtellerault et Thales s'engagent pour le développement économique du territoire

    Lire

    Jeudi 11 juillet, lors d'une rencontre concernant les collaborations en matière de formation et de recherche, l'Université de Poitiers, la société Thales et le Grand Châtellerault, ont officialisé leurs collaborations en signant deux conventions. La première lie le Grand Châtellerault et l'Université de Poitiers dans l'aide à l'innovation et entrepreneuriat, le second uni cette même université à la société Thales dans le soutien aux étudiants en situation de handicap.

Les dossiers d'Aqui

La LGV Sud-Ouest Idées neuves en Nouvelle Aquitaine Innov'action et Agriculture

Politique | Yannick Boutot, nouveau président du parti radical de gauche, prônant une politique d'alliance

01/07/2019 | Yannick Boutot a été élu président de la fédération girondine du Parti Radical de Gauche, le 6 juin 2019.

Yannick Boutot nouveau président de la fédération girondine du PRG

Des effectifs réduits, une stratégie en permanent rodage... voilà un profil assez éloigné des machines de guerre électives dirigées par les technocrates contemporains. Le Parti Radical de Gauche, qui se présente comme un parti aux ambitions modestes mais renouvelées, offre un point d'observation singulier du jeu politique, surtout en cette période de préparation des élections municipales. Analyse de la partie d'échec avec Yannick Boutot, nouveau président de la fédération girondine du parti .

Yannick Boutot a été élu président de la fédération de Gironde du Parti Radical de Gauche le 6 juin 2019, il prend ainsi la succession de Régine Marchand en poste depuis 1996. Une place à laquelle, il le sait, on attend de lui une prise en main des aspects administratifs et organisationnels du parti afin que les hommes d'idées s'élèvent, que les élus, à l'instar de Benoit Biteau député européen depuis 2019, puissent penser et agir. Un rôle qu'il endosse avec lucidité et volonté.

 Un Parti Radical à Gauche 

Mouvement politique de centre gauche, ses statuts le présentent comme "un parti politique républicain qui a vocation à regrouper homme et femme se reconnaissant dans la gauche réformiste, humaniste et laïque" et qui "propose une vision spécifique de l'organisation sociale fondée sur la primauté de l'individu". A l'époque où les courants politiques sont assimilés aux figures qui les représentent on retient de ce parti Jean-Michel Baylet, président de deux décennies de 1996, à 2016, Sylvia Pinel sa successeure et Guillaume Lacroix nommé président en mars 2019. En Nouvelle-Aquitaine, ils sont quatre conseillers régionaux à siéger sous l'étiquette du PRG: Soraya Ammouche-Milhiet et Benoit Biteau de Charente-Maritime, Régine Marchand et Francis Wilsius en Gironde. Si les élus sont clairement identifiés, la fédération girondine peine encore à établir des chiffres précis quant au nombre de ses militants et adhérents. Une incertitude numérique qui oblige le parti à mettre en place des alliances pour maintenir une présence lors d'élections. Une stratégie assumée mais qui illustre une amère vérité que, déjà au XX° siècle, Jacques Ellul dénonçait : les idées minoritaires voient leur portée proportionnellement réduite à l'audience de leur parti.

 Des valeurs radicales mais modernisées

Ce petit parti, qui se présente ainsi sans en rougir, se veut fidèle aux valeurs du radicalisme. Une étiquette à la résonance particulière. Parce que de radicale à extrême la méprise n'est jamais loin, et que le contexte de cet entre deux scrutin peut pousser à la bévue, il est important de préciser. Préciser donc, que ce radicalisme là, ne l'est que dans sa fidélité aux valeurs républicaines qu'il prône. Parmi elles comptent l'humanisme, les libertés individuelles, et particulièrement la résurgence d'une démocratie par le bas. "Le PRG est fondamentalement attaché aux territoires, à une décentralisation puissante, donc proche des institutions qui l'incarnent auprès des français. Il souhaite redonner le goût aux gens des institutions, du vote" détaille Yannick Boutot. Au titre des autres réflexions du parti, notamment portées par les anciens présidents Baylet et Pinel, le projet d'une VI° République qui reviendrait sur le parlementarisme rationalisé, si cher à la V° et à la Constitution de Michel Debré. Un Parlement fort de nouveau, une décentralisation puissante, des territoires revalorisés, un retour au scrutin proportionnel, un projet qui sonnerait, presque, le retour des Girondins (groupe politique modéré fondé en 1791). Et quand on évoque le souvenir de la Troisième République, habituel signal d'alarme quand on s'approche du régime semi-présidentiel français, le parti ne s'inquiète pas. C'est peut-être en cela qu'il porte encore bien son étiquette de "radical", radical vis à vis de la société actuelle. Pour expliquer les ambitions du parti le nouveau président de la fédération girondine se réfère aux idées de Jérémy Bentham: proposer des choses actuelles pour que chacun puisse vivre mieux et par cette voie améliorer la communauté. Que par l'expression des besoins de chacun le groupe dépasse l'individualisme prégnant de notre société post moderne pour tenter d'atteindre un bonheur commun maximum. Si les termes sont grandiloquents et l'idée semble irréaliste, la volonté existe et passe par des stratégies concrètes comme des projections d'alliance.

 S'unir pour maintenir une présence aux municipales

Face aux élections municipales, l'organisation est la même pour tous les partis: réfléchir à des lignes programmatiques, dresser la liste des sortants, énumérer les mairies où le mouvement a une carte à jouer, puis, rassembler les candidats. Pour le PRG l'exigence est de mise: "des locaux émanant d'une société dans laquelle ils sont ancrés, des gens aux prises avec les préoccupations réelles des citoyens, des associatifs, des volontaires" insiste le président de fédération. Le défi est, comme pour tout groupement politique, de trouver des éligibles portant les valeurs défendues au niveau national, et qui soient des locaux investis dans les territoires. Une fois encore la question de la visibilité resurgit, et avec elle la stratégie des alliances. Des mariages qui sont envisagés notamment avec le Parti Socialiste, ou d'autre groupement de gauche. La Gironde est un territoire vaste et attractif, et à l'approche du scrutin municipal, parmi les nombreuses mairies où le parti souhaite conserver une présence ou s'implanter, Bordeaux devient le centre d'attraction des ambitions de la gauche. Même si, pour l'heure, la capitale de région reste une grande interrogation "on n'y voit pas clair pour déterminer ce que l'on fera" admet l'élu; les réflexions se mettent en place. Des négociations se feront jour, bien entendu. Le risque étant double, entre la précipitation et l'apathie, qui ferait rater une belle occasion... Pour l'heure la prudence est de mise. "C'est une ville pas facile pour la gauche. Il faudra réussir à contrer les individualités de chacun" rappelle Yannick Boutot. Des propos qu'on peut trouver aisés pour le dirigeant d'un groupe qui n'a pas vocation à prendre la tête de liste en Gironde, mais nourrit de véritables espoirs pour la Charente-Maritime, particulièrement La Rochelle, où le parti se sait en territoire, autrefois conquis.

 

Anna Bonnemasou
Par Anna Bonnemasou

Crédit Photo : photo libre de droit

Partager sur Facebook
Vu par vous
2206
Aimé par vous
8 J'aime
Les réaction
0 réaction
Envoyer par email
Email
Convertir en PDF
PDF
Imprimer cet article
Imprimer
Politique
Politique
Retour à la page d'accueil
Accueil
Aucune réaction à cet article pour le moment. A vous de jouer !

Nom * :
Email * :
Texte :
Combien font 19 + 13 ?*

Toutes les réactions sont soumises à validation de la rédaction d'Aqui avant leur publication sur le site. Conformément à l'article 10 du décret du 29 octobre 2009, les internautes peuvent signaler tout contenu illicite à la rédaction d'aqui.fr qui s'engage à mettre en oeuvre les moyens nécessaires à la suppression des dits contenus.

* champs obligatoires

J'aime aqui, je le soutiens ! Aqui!Presse - Des experts pour vous former ! J'aime aqui, je le soutiens !