Soutenez aqui.fr face au défi de la Nouvelle Aquitaine

18/01/19 : Bordeaux: l'opération de parking gratuit place des Quinconces reconduite ce dimanche et étendue à demain samedi et jusqu’à la fin des soldes : environ 400 places de stationnement libre de 9h30 à 20h chaque samedi et dimanche jusqu'aux 16 et 17 février

18/01/19 : Le nouveau service de location de vélos de l'agglomération du Grand Périgueux s'appellera "Périvélo". 400 deux-roues (à assistance électrique, pliants, vélos classiques) seront progressivement mis à disposition pour les usagers à partir du printemps.

17/01/19 : Rochefort (17) : la tête d'affiche de la programmation du festival Stéréoparc vient de tomber. Il s'agit du groupe Offenbach, qui jouera le 20 juillet.

17/01/19 : Vendredi 18 janvier, EDF/Dalkia signera un partenariat avec la Ville de Poitiers pour Traversées, l'évènement artistique et culturel du Palais. La signature se fera à 10h en présence du maire de Poitiers et des représentants régionaux d'EDF/Dalkia.

17/01/19 : La Rochelle Université ouvre ses portes samedi 2 février, de 9h30 à 17h. L’accueil de la journée se déroulera au Technoforum (23 avenue Albert Einstein, La Rochelle). avec des stands d’informations de l’Université et de ses partenaires (CROUS, CDIJ, Yélo,

16/01/19 : La Rochelle : la Nuit de la lecture se tient samedi 19 janvier de 14 h à 7 h dimanche à la Médiathèque de Laleu/La Pallice, à la Médiathèque Michel-Crépeau et au Muséum d’Histoire naturelle. Des lectures et des animations variées sont organisées.

16/01/19 : Le lanceur de poids bordelais Jean-Luc Mastromauro a battu le record de France des moins de 50 ans. Il a réalisé 17m19 à Fronton le 13 janvier, améliorant ainsi son propre record de France, établi une semaine plus tôt avec 16m90.

16/01/19 : Dans le cadre du dispositif "Permis de Jardiner" et à l'initiative du collectif Pau Sud, la rue Jacques Terrier sera revégétalisée. La Maison du Jardinier organise le 18 janvier de 14h à 17h une après-midi de plantation participatif.

15/01/19 : le Préfet de la Dordogne a désigné le sous-préfet de Nontron, Frédéric Roussel, référent départemental pour le grand débat national. Il est joignable à l'adresse : pref-granddebat@dordogne.gouv.fr. Plus d'infos : www.granddebat.fr

15/01/19 : Solène Ndama, licenciée au Bordeaux Athlé commence bien la saison. La jeune athlète bordelaise (20ans) réalise la meilleure performance mondiale de la saison au pentathlon (5 épreuves) en salle à Clermont-Ferrand.

14/01/19 : Didier Lallement, préfet de la région Nouvelle-Aquitaine, préfet de la Gironde, a nommé Thierry Suquet, secrétaire général de la préfecture de la Gironde, comme référent pour le Grand Débat National en Gironde.

13/01/19 : Emmanuel Macron dans sa lettre aux Français: Faut-il reconnaître le vote blanc? Faut-il rendre le vote obligatoire? Quelle est la bonne dose de proportionnelle aux élections législatives pour une représentation plus juste de tous les projets politiques

12/01/19 : GJ.La préfecture de Gironde a fait le point suivant à 19h45: 6000 manifestants, 35 interpellations, pas de blessé du côté des forces de l'ordre, des vitrines et du mobiliers urbains dégradés ainsi que des poubelles brûlées.Dernières dispersions en cours"

- Publicité -
S’abonner ici !
proprietes-rurales.com
- Publicité -
  • 17/01/19 | Eco-Campus : Poitiers exemplaire

    Lire

    L'Université de Poitiers mise en valeur par le ministère de l'Enseignement Supérieur. Dans le cadre d'un séminaire dédié à la valorisation et la vie de campus, le ministère a invité l'Université de Poitiers à présenter son réseau de chaleur. Cette installation a permis une baisse de 500.000 euros de la facture énergétique. L'établissement poitevin est engagé dans une stratégie de développement durable récompensée par l'obtention du label Développement Durable et Responsabilité Sociétale en 2016.

  • 17/01/19 | Gilet jaunes : quel impact sur les commerces girondins ?

    Lire

    Dans une enquête de la Chambre de Commerce et d'Industrie Bordeaux Gironde sur l'évolution de a fréquentation des commerçants girondins sur les samedi du 15 décembre au 5 janvier auprès de 310 d'entre eux, on apprend que 93% des commerçants bordelais ont enregistré une baisse de fréquentation (supérieure à 50% pour plus d'un quart) par rapport à l'an passé et 90% une baisse de leur chiffre d'affaire (supérieure à 50% pour près d'un quart). Sur le reste du département, 69% ont enregistré une baisse de fréquentation et 66% du chiffre d'affaire, avec une Haute Gironde jugée "très fortement impactée".

  • 17/01/19 | Habitat 17 : des actions pour rompre l'isolement des retraités

    Lire

    Afin de rompre l'isolement des personnes âgées, l'association Voisins Solidaires et l'office public Habitat 17 viennent de créer un programme d'actions sur le département, allant du service rendu ponctuel à l'organisation d’événements de voisinage (type fête des voisins), reposant sur un réseau de voisins. 160 seniors isolés de 80 ans et + ont été identifiés. Avec cette action, l'office s'est vu renouveler le label européen du "bailleur social et solidaire", déjà obtenu en 2016 pour trois ans.

  • 17/01/19 | Mérignac : 4e édition de l’opération "Mon sang pour les autres"

    Lire

    Le Rotary Club de Mérignac et l'Association pour le don du sang bénévole de Mérignac s‘unissent au côté de l’Etablissement français du sang (EFS) Nouvelle-Aquitaine en organisant vendredi 18 janvier toute la journée et samedi 19 janvier au matin à la Maison des associations des journées pour donner son sang. Pour ce faire, il suffit d’être majeur et en bonne santé. L’objectif est de mobiliser 180 donneurs lors de cette collecte. Toutes les informations sont à retrouver ici.

  • 17/01/19 | Charente : une nouvelle Maison de Santé en zone rurale

    Lire

    Une nouvelle Maison de Santé sera inaugurée ce samedi à Barbezieux-Saint-Hilaire (23 avenue Charles-Virolleau), sur un territoire en désertification médicale. La MSP de Barbezieux-Saint-Hilaire regroupera 11 professionnels de santé aux fonctions complémentaires : deux médecins, un dermatologue, une sage-femme, deux cabinets d'infirmières, deux ostéopathes, une diététicienne, un psychologue et un réflexologue. Un projet soutenu pat la Région (150 000€) et l'Europe (200 000€).

Les dossiers d'Aqui

La LGV Sud-Ouest Idées neuves en Nouvelle Aquitaine Innov'action et Agriculture

Politique | Yves d'Amécourt : "le redécoupage des cantons n'a aucune cohésion territoriale"

09/03/2015 | Le chef de file du mouvement "Gironde Positive" a répondu aux questions du club de la presse, à l'occasion de l'ouverture de la campagne des départementales.

Yves D'Amécourt était l'invité du club de la presse ce lundi 9 mars

C'est ce lundi 9 mars que s'ouvre officiellement la campagne pour les départementales du 22 et 29 mars prochain. Ils sont déjà nombreux à battre le pavé dans les cantons pour tenter de faire passer leur message électoral. Parmi eux, la liste "Gironde Positive" portée par Yves d'Amécourt, candidat à la présidence du Conseil Général. Parmi les mesures phares défendues, une "décentralisation" du Conseil général, une redynamisation de la politique des transports en Gironde et un "small business act" pour défendre les PME de la région. Yves d'Amécourt a répondu aux questions du Club de la Presse de Bordeaux.

C'est donc ce lundi 9 mars qu'est inscrit dans le calendrier le début officiel de la campagne électorale pour les départementales, scrutin important compte-tenu des changements apportés par la loi NOTRe sur le regroupement des départements et des régions, qui se tiendra les 22 et 29 mars prochain. Répondant au questions de Pierre Sauvey, Président du Club de la Presse et des journalistes de WITT FM, Rue 89 Bordeaux et 20 Minutes, Yves d'Amécourt, chef de file de "Gironde Positive" (qui regroupe des candidats de la droite et du centre), a abordé plusieurs aspects essentiels défendus dans le programme de ce mouvement, largement soutenu par Alain Juppé

Pour cet élu de la mairie de Sauveterre de Guyenne, Président de la Communauté des Communes du Sauveterrois depuis 2008 et Conseiller général de la Gironde depuis 2004 (réélu en 2011), il faut appuyer la contestation politique sur des projets. "La marche est haute, mais le PS s'effondre partout, on l'a bien vu lors des dernières cantonales". Interrogé sur le contexte politique particulier de ces départementales, l'élu proche de François Fillon (ancien Premier Ministre sous Nicolas Sarkozy) n'a pas peur de le dire : "Le FN, c'est un parti dangereux, il n'a aucune consistance, aucun programme, aucun sens. Tous les candidats de Gironde positive ont dans ce sens signé une charte pour ne pas mettre le FN dans les consignes de vote, et ne pas faire d'union avec les membres de ce parti s'ils gagnent l'hémicycle. Je suis prêt à voter communiste s'il le faut !", tonne l'élu UMP. 

Un redécoupage des cantons "politique"

Le gros chantier de la loi NOTRe (Nouvelle Organisation Territoriale de la République), dont les députés viennent d'achever l'examen, est loin de faire l'unanimité. Récemment, l'ancien ministre UMP Dominique Bussereau, candidat en lice pour la présidence du Conseil départemental de la Charente Maritime, a qualifié le calendrier de "déni de démocratie". Alain Rousset, président de la région Aquitaine et de l'ARF (Association des régions de France) s'est même récemment demandé "si la loi doit aller jusqu'au bout". Yves d'Amécourt reste ferme. "Le redécoupage des cantons est politique, il a été fait pour protéger le PS, virer les communistes et rosir les cantons de droite. Il n'a aucune cohérence territoriale, certains cantons sont à cheval sur plusieurs circonscriptions... Aujourd'hui, les gens sont perdus. L'erreur a été d'avoir enterré l'idée de François Fillon de créer un conseiller territorial, qui aurait siégé au département et à la région, afin d'opérer un vrai rééquilibrage national ". Concernant ce fameux "conseiller", l'élu de droite parle ainsi d'"occasion manquée". 

"Un nouveau mode de scrutin, un nouveau nom, de nouvelles frontières... tout cela n'a aucun sens. Il ne faudra pas s'étonner si, le soir du 22, les gens se tournent vers les partis extrêmes". Pour Yves d'Amécourt, la grande région n'est même pas légitime : "Elle comptera 12 départements sur un territoire plus grand que l'Autriche... Il aurait sans doute été plus judicieux d'opérer une départementalisation de l'Aquitaine et d'opérer un travail interne à taille humaine", affirme-t-il. Et l'élu de lancer une pique sur l'ancien président du futur Conseil départemental, Phillipe Madrelle, qui ne compte pas briguer un nouveau mandat. "Sur le bilan de Madrelle, on ne voit pas beaucoup de grands projets. Ce n'est pas un bâtisseur. Il s'est servi du Conseil général pour des considérations partisanes, il a utilisé la ruralité à des fins politiques, amenant à une division entre les ruraux et les urbains. Avec ces grands cantons, il a tué la ruralité. En votant la grande région, en votant le texte sur les communautés de communes à 20 000 habitants, il s'est présenté comme un berger mais se comporte comme un mouton". 

Des propositions concrètes

A travers la proposition de "Gironde Positive" de créer un poste de Vice-Président pour la Métropole, les grands enjeux du Conseil départemental se dégagent. La récente baisse des dotations de l'Etat (- 85 millions d'euros) reste un facteur à combattre. Pour cela, Yves d'Amécourt défend un certain nombre de propositions, parmi lesquelles un engagement à "ne pas augmenter la fiscalité, alors que les socialistes ont programmé une hausse de 4% en 2015", "ne pas toucher à l'aide au communes et aux associations afin de faire une économie en interne. Pour cela, nous allons travailler à une mutualisation des services, une décentralisation du Conseil général et réaliser des économies en interne" (via le départ en retraite non renouvelé de 650 agents d'ici à 5 ans, soit une économie affichée de 23 millions d'euros). 

Une politique "décentralisée" des transports

Concernant la politique des transports en Gironde, l'élu défend une certaine idée de la  "décentralisation" des routes : "aujourd'hui en Gironde, on fait passer tout le monde par la ville centre. Nous avons la volonté de connecter ce département, en développant une liaison entre les sous préfectures sans nécéssairrement repasser par la rocade bordelaise. L'une des premières priorités, c'est la circulation. Cette région est sclérosée, on n'a eu aucun progrès significatif sur la décentralisation en Aquitaine". Parmi les propositions phares de GP, il y a la construction d'un pont entre le Blayais et Lamarque en Médoc, pour relier les deux rives de l'estuaire. Un projet de 4 kilomètres, sur 2 voies, dont le coût est estimé à 750 millions d'euros, et dont le péage serait compris entre 5 et 13 euros (sur la base d'une estimation à 5000 véhicules par jour). Ou encore cette idée, aussi défendue dans le programme d'EELV et du PS, la création du fameux "titre de transport commun". 

Enfin, sur le volet économique, Yves d'Amécourt a souligné sa volonté de "créer un contrat participatif avec les entreprises girondines, afin que l'investissement profite à l'économie locale. Nous allons simplifier l'accès aux PME en créant un "passeport girondin" qui permettra de mutualiser le dossier administratif pour répondre aux différents appels d'offre, une sorte de "small business act" girondin". Autre point de vue tranché sur la LGV, "la SNCF doit comprendre que c'est les collectivités locales qui payent. Nous avons voté pour, nous n'allons donc pas remettre le projet en cause.". 

Enfin, Yves d'Amécourt a souligné sa volonté de réveiller le Conseil général, qu'il qualifie "d'institution endormie. Au CG, l'opposition a plus de poids que la majorité !". Pour "réveiller" l'hémicycle, l'élu propose un système d'indemnités calées sur la présence pour lutter contre l'absentéisme (à hauteur de 40%), une diffusion des séances sur internet ou encore la nomination d'un élu de l'opposition à la présidence de la commission des finances, "ce qui n'a jamais été fait auparavant. Nous comptons faire revenir la République au Conseil général. Aujourd'hui, nous sommes dans la gestion de la précarité, nous souhaitons la combattre par l'emploi. Ce qu'on veut avant tout, c'est montrer qu'on va pouvoir investir dans la Métropole sans déshabiller le monde rural". Reste à voir les arguments avancés par l'actuelle majorité : un meeting départemental du PS doit se tenir ce lundi pour, là aussi, rentrer "officiellement" en campagne. Au vu des propos d'Yves d'Amécourt, on sent bien que Gironde Positive ne compte pas attendre les socialistes... Pas de doute, le train est bel est bien en marche. 

Romain Béteille
Par Romain Béteille

Crédit Photo : RB

Partager sur Facebook
Vu par vous
11158
Aimé par vous
0 J'aime
Les réaction
0 réaction
Envoyer par email
Email
Convertir en PDF
PDF
Imprimer cet article
Imprimer
Politique
Politique
Retour à la page d'accueil
Accueil
Aucune réaction à cet article pour le moment. A vous de jouer !

Nom * :
Email * :
Texte :
Combien font 21 + 7 ?*

Toutes les réactions sont soumises à validation de la rédaction d'Aqui avant leur publication sur le site. Conformément à l'article 10 du décret du 29 octobre 2009, les internautes peuvent signaler tout contenu illicite à la rédaction d'aqui.fr qui s'engage à mettre en oeuvre les moyens nécessaires à la suppression des dits contenus.

* champs obligatoires

J'aime aqui, je le soutiens ! Aqui!Presse - Professionnels des contenus ! J'aime aqui, je le soutiens !