Soutenez aqui.fr face au défi de la Nouvelle Aquitaine

21/02/18 : Charente-Maritime: Dominique Bussereau a annoncé sur twitter qu'il quittait Les Républicains. "Je reste attaché aux militants, aux amis. Le faux pas grave d'un chef ne me permet pas de rester dans l'équipe du chef",s'est-il justifié sur Public Sénat.

20/02/18 : Pont d'Aquitaine fermé et la section de la rocade A630 comprise entre les échangeurs 2 (Lormont - Croix Rouge) et 4 (Bordeaux – Labarde), les nuits du mercredi 21 février à 21h00 au jeudi 22 à 6h00 et du 22 à 21h00 au 23 février 6h00

16/02/18 : Suite au décès de Joan Taris, les élus MoDem & Apparentés du Conseil régional néo-aquitain ont choisi Pascale Requenna, tête de liste du département des Landes lors des élections régionales de 2015, pour incarner la Présidence de leur groupe.

- Publicité -
S’abonner ici !
- Publicité -
  • 23/02/18 | La Charente-Maritime en alerte pollution atmosphérique

    Lire

    La préfecture de Charente-Maritime a placé en alerte pollution atmosphérique le 22 février, jusqu'à nouvel ordre. La vitesse des véhicules à moteur est donc limitée sur les routes du département : à 110km/h sur les portions d’autoroutes normalement limitées à 130km/h ; à 90 km/h sur les routes normalement limitées à 110 km/h, à 70 km/h sur les routes limitées à 90 km/h. Il est également interdit de brûler des déchets verts ou autre à l'air libre.

  • 22/02/18 | Bordeaux: Anne Walryck démissionne à son tour après les propos de Wauquiez

    Lire

    Anne Walryck, adjointe au maire de Bordeaux, vice-présidente de la métropole, annonce ce jour sa démission des Républicains « devant les propos assumés et calomnieux de Laurent Wauquiez sur Alain Juppé », rejoignant ainsi d'autres conseillers démissionnaires: Elizabeth Touton, Anne Brézillon, Jean-Louis David, Stéphane Delaux, Joël Solari, Laetitia Jarty-Roi.

  • 22/02/18 | Pic de pollution en Gironde: réduction des vitesses maximales autorisées

    Lire

    En conséquence du déclenchement d'une alerte de pollution aux particules fines émise par Atmo Nouvelle-Aquitaine pour jeudi 22 et vendredi 23 février sur le département de la Gironde, Didier Lallement, préfet du département, a pris un arrêté qui réduit de 20km/h les vitesses maximales autorisées sur l’ensemble du réseau routier du département (hors voiries urbaines) jusqu’à la fin de l’épisode de pollution.

  • 22/02/18 | La Gironde déclenche le niveau 2 du plan Grand Froid

    Lire

    Compte tenu de la vague de froid attendue cette semaine sur la Gironde, le préfet Didier Lallement a décidé, dans le cadre du niveau 2 du plan Grand froid, de renforcer la capacité d’accueil en hébergement d’urgence. 66 places supplémentaires sont ainsi ouvertes dont 34 pour les familles et 32 pour les personnes isolées. Au total, ce sont 1 576 places qui sont mobilisées pour l’accueil des sans-abri en Gironde dont 365 places au titre du dispositif hivernal.

  • 21/02/18 | Du mouvement au sein de la Gauche régionale

    Lire

    Des élus du conseil régional ayant quitté le groupe (et le parti) socialiste en début d'année (dont son ex-président Stéphane Delpeyrat-Vincent) un nouveau groupe annonce sa création au sein de l'assemblée régionale : le « Groupe Génération.s », issu du mouvement de Benoît Hamon. Créer par Naïma Charaï, Stéphane Delpeyrat-Vincent, Mathieu Bergé et William Jacquillard, il ambitionne "d'alimenter la Gauche d’idées nouvelles en adéquation avec les valeurs que nous avons toujours portées, notamment au sein de l’assemblée régionale, dans la perspective de la voir gagner les prochaines élections régionales de 2021"

Les dossiers d'Aqui

La LGV Sud-Ouest Idées neuves en Nouvelle Aquitaine Innov'action et Agriculture

Politique | Yves Urieta, le laboureur qui fait les rois à Pau

09/02/2014 | C’est le « faiseur de rois » disent certains. Yves Urieta, lui, est persuadé qu’il va gagner la mairie de Pau. Portrait d’un candidat qui laboure patiemment son terrain

Yves Urieta , au contact des habitants, lors d'un de ses "bistrots citoyens"

Les Palois aiment le contact direct. André Labarrère, l’ancien maire resté aux commandes pendant 35 ans, était passé maître à ce jeu-là. Au point que son aisance à serrer la main de ceux qu’il rencontrait l’avait fait surnommer « toque-manettes ». Yves Urieta, qui a été son adjoint avant de lui succéder en 2006, a retenu la leçon.

Moins prodigue que d’autres en conférences de presse, il a choisi de travailler le terrain comme il l’a toujours fait. Depuis plusieurs mois, les « bistrots citoyens » et les rencontres avec les habitants qu’il organise dans des écoles ou les salles des fêtes, lui permettent de décliner les grandes lignes de son programme. Mais aussi  de répondre à de multiples questions. Quel que soit le sujet : la « ville labyrinthe » dont s’inquiète un commerçant,  l’agrandissement du stade du Hameau qui titille un supporter de la Section Paloise. Le micro trottoir pratiqué en direct est devenu sa tasse de thé.

Le « tombeur » de Bayrou « La seule chose qui me passionne, c’est ma ville » répète à l’envi  cet ex cadre des Assedic dont le parcours politique a connu des horizons divers. Ancien secrétaire fédéral du PS, il a été désigné maire en 2006, suite au décès d'André Labarrère,  avec le soutien de la vieille garde du conseil municipal. Puis il est devenu le rival de Martine Lignières-Cassou dans la rude guerre de succession qui a, à nouveau, secoué la ville deux ans plus tard. Ce qui l’a amené à provoquer  une triangulaire au second tour des municipales de 2008 et, avec le soutien de l’UMP, à faire tomber François Bayrou dans sa course à la mairie.

Après avoir tourné le dos à la Gauche Moderne qu’il a un temps côtoyée, Yves Urieta continue depuis  à faire cavalier seul, et à s’appuyer sur des réseaux patiemment  tissés au sein de la société civile. L’association Convergences qu’il a créée en 1984, puis étendue sur le plan national,  veut être un laboratoire d’idées. Celles-ci respectent un principe : se situer en dehors des partis, réunir des personnes de toutes opinions et confessions, fédérer les compétences. Une profession de foi que le candidat désormais sans étiquette rappelle dans chaque réunion. Ce qui n’empêche pas la cruauté : « François Bayrou ?  Je l’ai vu trois fois ces dernières années. Mais depuis octobre, on le voit presque tous les jours. »  

Moins d'études, plus d'économies Opposé au projet de bus-tram qu’il juge trop coûteux et favorable à la gratuité des transports publics, Yves Urieta accuse également son concurrent du Modem d’avoir copié certaines de ses idées sur l’aménagement des halles. Un équipement auquel il veut donner une dimension plus « écologique ». La mise en place d’un nouveau plan de circulation, avec carte de stationnement à tarif réduit,  le frein mis à la préemption des immeubles vides par la ville, et la baisse des impôts sont également des axes de sa campagne. « En cinq ans, la municipalité a dépensé plus de 6,5 millions d’euros de frais d’études. Or 450 000 euros, cela représente un point d’impôts ». Moins d’études,  plus d’économies, martèle-t-il.

Pau doit devenir « un laboratoire national de la formation professionnelle », et répondre ainsi aux besoins des entreprises, ajoute Yves Urieta. L’ancien maire se démarque de même de ses concurrents en voulant maintenir en centre- ville  le parc des expositions, qu’il ferait rénover. Ajoutez à cela, une vie culturelle qui s’appuierait sur trois grands festivals, comme cela se fait à Bilbao et San Sebastian. Ou encore des idées comme celle qui consiste à installer des accès wifi gratuits partout en ville, entre autres initiatives.

Et quand quelqu'un lui demande  s'il rejoindra le socialiste David Habib ou François Bayrou après que des sondages l'aient crédité de 13% à 16% des intentions de vote au premier tour, la question est écartée  d’un revers de manche : « C’est n’importe quoi ! Toute notre équipe est unanime. Pour le premier tour, il n'y aura aucune alliance !  » s’est-il exclamé en janvier, lors d’une rencontre organisée dans un bar du centre-ville. « D’abord, on finira premiers. Si une négociation doit avoir lieu au second tour, ce ne sera pas pour un rapprochement avec des partis politiques, mais en fonction de notre programme. »
Laisser une porte entrebaillée est un art.

Jean-Jacques Nicomette
Par Jean-Jacques Nicomette

Crédit Photo : Aqui.fr

Elections municipales - 2014Cet article fait partie du dossier

Voir les autres articles de ce dossier
Partager sur Facebook
Vu par vous
2810
Aimé par vous
1 J'aime
Les réaction
0 réaction
Envoyer par email
Email
Convertir en PDF
PDF
Imprimer cet article
Imprimer
Politique
Politique
Retour à la page d'accueil
Accueil
Aucune réaction à cet article pour le moment. A vous de jouer !

Nom * :
Email * :
Texte :
Combien font 25 + 8 ?*

Toutes les réactions sont soumises à validation de la rédaction d'Aqui avant leur publication sur le site. Conformément à l'article 10 du décret du 29 octobre 2009, les internautes peuvent signaler tout contenu illicite à la rédaction d'aqui.fr qui s'engage à mettre en oeuvre les moyens nécessaires à la suppression des dits contenus.

* champs obligatoires

J'aime aqui, je le soutiens ! Aqui!Presse - Des experts pour vous former ! J'aime aqui, je le soutiens !