15/12/17 : Futuroscope : le président du directoire Dominique Hummel a annoncé dans La Nouvelle République qu'il allait quitter ses fonctions en mars prochain.

14/12/17 : Depuis ce 12 décembre, la FRSEA Sud Ouest a de nouveaux contours. Regroupant désormais les régions Occitanie et Nouvelle-Aquitaine elle représente 25 départements. Le même jour, Philippe Moinard en a été élu à la présidence.

13/12/17 : Pont d’Aquitaine fermé dans les 2 sens : rocade A630 entre échangeurs 2 (Lormont - Croix Rouge) et 4a (Bordeaux - Nouveau Stade) du jeudi 14 décembre 21h00 au 15 à 6h00. Déviations rocade intérieure et extérieure, via le pont François Mitterrand.

12/12/17 : Philippe Martinez,le secrétaire général de la CGT se rendra ce jeudi en Dordogne. Il visitera les ateliers SNCF du Toulon avant de rencontrer le syndicat cheminot. L'après midi, il participera à une assemblée avec tous les syndicats CGT du département.

11/12/17 : Catherine Seguin, 45ans, fille de Philippe Seguin qui était sous-préfète de Bayonne depuis 2016 a pris du galon et sera la nouvelle préfète du Gers en remplacement de Pierre Ory nommé dans les Vosges. Deuxième femme à occuper ce poste dans le Gers

11/12/17 : La Charente-Maritime est passée ce matin en vigilance "jaune" vents violents : la circulation est coupée sur le pont de l'île d'Oléron et les liaisons maritimes coupées avec l'île d'Aix, en raison d'une forte houle.

10/12/17 : A Orthez la liste menée par le socialiste Emmanuel Hanon remporte l'élection municipale (49,69%) devançant celle du maire sortant Yves Darrigrand (39,87%) et de Hélène Marest (Lrem -Modem 10,44%

10/12/17 : Philippe Mahé préfet de Meurthe-et-Moselle depuis août 2015 est le nouveau directeur général des services de la Gironde. Il a occupé plusieurs postes similaires depuis 1995 en Côtes d'Armor Finistère aux communautés urbaines de Nantes et de Toulouse.

10/12/17 : Dans un communiqué du 9/12, le président de la Charente-Maritime Dominique Bussereau annonce que l'instauration d'un péage à l'entrée d'Oléron ne sera finalement pas soumis au vote lors de la session du Département du 18 décembre comme annoncé.

10/12/17 : Charente-Maritime : Météo France annonce une tempête ce lundi, avec de violentes rafales pouvant atteindre localement 120 à 130 Km/h sur le littoral et 100 à 110 Km/h à l'intérieur des terres.

09/12/17 : Après l'annonce de la présence du groupe NTM, les Francofolies ont annoncé cette semaine leurs prochaines têtes d'affiches de l'édition 2018, qui se tiendra du 11 au 15 juillet : Orelsan, Jain, Véronique Sanson, Mc Solaar, Calogero et Shaka Ponk.

08/12/17 : Les maires de Port-au-Prince et de La Rochelle ont signé un accord mardi à l’occasion des 2e Assises de la coopération franco-haïtienne à Port-au-Prince. Une aide nouvelle sera apportée pour la construction d’un lieu d’accueil en cas de catastrophe.

07/12/17 : Le maire de Saint-Jean-de-Luz et premier vice-président de la Communauté Pays basque, Peyuco Duhart, 70 ans, est mort ce vendredi matin à 10 heures au Centre hospitalier de la Côte basque à Bayonne. Il avait été victime d'un AVC la semaine dernière.

- Multivote -
- Publicité -
S’abonner ici !
- Publicité -
  • 15/12/17 | Les radicaux de gauche Nouvelle Aquitaine...

    Lire

    Après la récente fusion du Parti Radical de Gauche et du Parti Radical Valoisien au sein "d’une nouvelle structure baptisée « Mouvement Radical » dans laquelle ils ne se reconnaissent pas totalement les élus Radicaux de Gauche du Conseil régional ont souhaité prendre leurs distances avec ce contexte politique national. Ainsi Soraya Ammouche-Milhiet, Benoît Biteau, Régine Marchand, Francis Wilsius,réaffirment leur place au sein de la majorité d’Alain Rousset et gardent leurs distances avec les jeux politiques des appareils nationaux, partageant des valeurs communes autour du triptyque républicain et de la Laïcité."

  • 15/12/17 | La Charente-Maritime toujours en manque d'eau

    Lire

    Au vu de la situation hydrologique actuelle et de l’absence de pluviométrie, le préfet de la Charente-Maritime a décidé de prolonger l'arrêté en date du 31 octobre 2017 jusqu’au dimanche 14 janvier 2018 inclus. Le prélèvement d’eau en vue du remplissage ou du maintien du niveau des retenues d’eau à usage d’irrigation agricole et tous les plans d’eau est interdit sur tous les bassins de gestion de Charente-Maritime (sauf bassin Charente aval) pour les remplissages par prélèvement superficiel.

  • 15/12/17 | Martin Leÿs délégué régional EDF en janvier 2018

    Lire

    Benoît Thomazo délégué régional d'EDF en Aquitaine puis Nouvelle Aquitaine depuis 4 ans passera le relais en janvier prochain à Martin Leÿs. Celui-ci, jusque là directeur du dialogue social au sein du groupe, présidait le Comité central d'entreprise et le Comité européen ainsi que le Fonds "Agir pour l'emploi" d'EDF qui soutient les projets portés par les associations d'insertion. Martin Leÿs avait été en 2002 directeur de cabinet de la délégation d'Aquitaine à Bordeaux avant de devenir conseiller social auprès de François Roussely et de diriger depuis la Chine le développement Asie d'EDF pendant six ans.

  • 15/12/17 | Asphodèle, le plus bio des salons revient à Pau

    Lire

    Plus grand et plus ancien salon des produits bio du Sud ouest, Asphodèle, est de retour, du 15 au 17 décembre, au Parc des expositions à Pau pour sa 22ème édition. Résolument engagé pour la planète et le bien être, il se dédié à la bio et aux nouvelles façons de vivre et de consommer, à travers cette année plus de 220 exposants. Des artisans, producteurs, viticulteurs, créateurs, entreprises de transformation triés sur le volet. Au programme aussi de nombreuses animations et conférences qui évoqueront notamment les OGM, l'agriculture bio, l'éco-construction ou encore les semences libres.

  • 15/12/17 | Le point sur la tuberculose bovine en Dordogne

    Lire

    La campagne de prophylaxie 2017-2018 de la tuberculose bovine a débuté en avance avec un nouveau mode de dépistage qui donne des résultats encourageants. Il s’agit d’un procédé à la fois plus efficace mais aussi plus contraignant, car nécessitant une bonne contention des bovins. Depuis le début novembre, 106 dossiers de prophylaxie ont été traités et 5 élevages ont présenté des résultats positifs. Le nombre de foyers de tuberculose pour 2017 est toujours de 28 élevages, dont 8 ont fait l’objet d’un abattage total et 20 d’un abattage sélectif.

Les dossiers d'Aqui

La LGV Sud-Ouest Idées neuves en Nouvelle Aquitaine Innov'action et Agriculture

Saveur | 2008 Un millésime de riches !! par Franck Dubourdieu

01/06/2009 |

Franck Dubourdieu

2006, 2007 furent deux millésimes difficiles: les conditions climatiques en particulier en période estivale ayant rendu les maturités aléatoires. Le millésime 2008 que l'on croyait quasiment perdu en août - été humide et mildiou dur à éradiquer -- fût sauvé par un été indien superbe. Il n'en fallait pas plus pour que le "2008" se voit gratifier d'une qualité miraculeuse dont les dégustations en primeurs ont voulu témoigner. Pour en avoir le coeur plus net Aqui.fr a demandé à Franck Dubourdieu l'homme "des Grands Bordeaux" de nous livrer son diagnostic. C'est ainsi que nous publions, et nous l'en remercions, le fruit de ses dégustations qui paraissent ces jours-ci dans le magazine "Bordeaux aujourd'hui"

2007 fut compliqué mais 2008 dépasse tout ce que le vignoble bordelais a connu depuis longtemps. Le cycle végétatif, d’abord retardé (15 j / Normale) par des conditions difficiles – soleil et chaleur déficitaires, humidité excessive (+ 30% / Normale de mai à fin août) -est en plus marqué par trois évènements climatiques pouvant coexister par endroits : le gel, la coulure et la grêle.

Le cycle végétatif
Malgré un débourrement tardif, la vigne est suffisamment poussée pour subir, le 7 avril, une gelée particulièrement meurtrière dans le sud du Médoc (Margaux) et dans le Sauternais. En mai, sur un fond de fraîcheur et d’humidité (180 mm / N : 70 mm),la vigne prend du retard et subit les attaques répétées des maladies cryptogamiques. La fleur démarre le 4 juin et s’étale jusqu’à la fin du mois dans des conditions déplorables. La fécondation se fait mal et on ne tarde pas à constater de la coulure sur tous les cépages, plus sur les blancs que sur les rouges, et plus sur les merlots, les vieux surtout, que sur les cabernets. Comme la gelée, la coulure est très « jalouse » : tels ceps ou telles parcelles seront touchés plus que d’autres. Les grappes grossissent de façon hétérogène et laissent apparaître des vides avec absence de fruit pour non fécondation ; c’est la véritable coulure. Et, ça et là, on peut trouver sur la même grappe des baies avortées qui resteront vertes ou qui mûriront plus lentement que les autres, avec un volume inférieur ; le millerandage. Au moment des vendanges, tous les stades, du vert et au parfaitement mûr,peuvent se retrouver sur la grappe. Les tables de tri, surtout la vibrante au sortir de l’érafloir, seront un atout majeur pour éliminer les avortons préjudiciables à la qualité.
Comble de malheur, le 28 maiun orage degrêle traverse la Gironde et fait des ravages en de nombreux endroits.
La véraison débute, très en retard, le 1er août et s’étale anormalement jusqu’à la fin du mois alors que le mildiou est omniprésent dans les vignes mal protégées. Il est à noter à ce sujet, comme on l’a constaté en 2007, la belle résistance des vignes (feuillage et raisins) des rares grands crus ayant opté pour le Bio ou laBiodynamie.
Si juillet est très sec et assez chaud, le mois d’août est véritablement pourri avec un ensoleillement réduit (< 10 j), des températures en dessous de la normale et une pluviométrie bien au-dessus. Plus que jamais tout est réuni pour condamner le millésime puisque le climat ne s’améliore pas tout au long de la première quinzaine de septembre. Le retard de maturité est tel que certains grands crus se demandent s’ils vont pouvoir produire du Grand Vin ! La vigne pousse toujours dans les zones les moins favorisées et la pression du mildiou omniprésente depuis le début est relayée par celle de la pourriture grise.

Un été indien miraculeux
Millésime à rebondissements, 2008 est sauvé in-extremis par un été indien miraculeux du 14 septembre au 20 octobre. Le vent de nord, des températures diurnes > 25° C et des nuits fraîches, bloquent le développement des champignons, font monter les degrés et avancer la maturité phénolique des raisins rouges (anthocyanes, polyphénols des pellicules et des pépins) comme celle des vins blancs (flavonoïdes).
La cueillette des blancs secs débute le 8 septembre (Carbonnieux, Haut-Brion) et s’échelonne jusqu’à la fin du mois selon les secteurs. D’abord le sauvignon menacé par la pourriture grise, puis le sémillon, plus tardif, qui profite d’une seconde quinzaine de septembre exceptionnelle. Une ombre au tableau : des rendements bas (30 hl/ ha en moyenne) pouvant descendre jusqu’à 5hl/ha chez ceux qui ont cumulé les avatars.
Depuis que l’on sait, outre la dégustation des raisins, apprécier analytiquement la maturité phénolique (tannins), il est plus aisé de choisir la bonne date de vendanges des rouges. En 2008, eu égard à l’acidité élevée ainsi qu’à la lenteur et à l’hétérogénéité des maturités, pour un même cru voire sur une même parcelle, il a fallu être patient pour récolter. Le choix n’a pas toujours été très facile et les vendanges ont souvent été très longues, jusqu’à un mois. A partir du 24 septembre jusqu’au 10 octobre, on cueille les merlots et on enchaîne avec les cabernets les plus précoces, dont la récolte durera jusqu’à la fin du mois. Ce beau temps permet d’attendre au maximum mais à un moment donné il fautse résoudre à couper car plus rien n’évolue – la sève estdescendue avec les premiers froids – et même l’acidité qui a bien chuté peut remonter !
Les rendements en rouge sont plus élevés qu’en blanc mais en dessous de la normale, soit une réduction générale de 15 à 20%. Le Médoc, hormis le sud touché par la gelée, s’en sort assez bien, comparativement à la rive droite où les rendements sont beaucoup plus faibles, particulièrement à Pomerol (entre 20 et 30 hl / ha).


Des vins d'une hétérogénéité inégalée depuis dix ans

Ce salut de dernière heure ne peut effacer, on s’en doute, tous les aléas d’un accouchement des fruits dans la douleur.
La dégustation des vins rouges en primeur a témoigné d’une hétérogénéité inégaléedepuis dix ans. Pour hisser la qualité à un niveau honorable, selon son rang, 2008 impose d’être bien né, « riche » d’un grand terroir (précoce, filtrant), complanté de vieilles vignes, d’avoir un rendement parfaitement maîtrisé et de satisfaire, par un investissement humain sans précédent, aux exigences de culture (lutte contre les maladies, travaux en vert…) et à de vendanges étalées. Saisir la maturité optimale de chaque parcelle - ou partiede parcelle ! -n’a pas été très simple. La cueillette sélective à la vigne s’est révélée capitale comme le tri au cuvier des grappes et des baies immatures (coulure) ou pourries.A ce prix, les dégustateurs ont pu avoir d’heureuses surprises, bien au-delà de toutesperspectives.Les exégètes de 2008 font valoir deux atouts : la réduction de récolte, naturelle (surtout rive droite avec 30 Hl en moyenne) ou volontaire pour éliminer, fin août, les fruits retardataires et la longue période, du 22 juin au 8 août, chaude, ensoleillée et sèche qui, par un stress hydrique modéré, bloque la croissance, favorise la véraison et la synthèse des polyphénols. Ce potentiel qualitatif, ignoré fin août, encore fallait-il savoir le révéler par le choix approprié de la date de vendange– une fenêtre très courte pour le merlot -par la conduite extrêmement douces des extractions. Et de fait pour obtenir un vin de presse de qualité dont les meilleurs lots sauront renforcer la structure des grands vins.
Quand on descend la hiérarchie des crus (terroirs) et des AOC, le niveau qualitatif baisse jusqu’à toucher des bas-fonds que, seuls, nous rappellent les petits millésimes tels 1997 ou 1999 avec leur cortège de défauts : verdeur (odeur et saveur herbacées), maigreur, forte acidité, dureté sinon amertume finale…). Ajoutons aussi une tendance oxydative de merlots flapis ou de cabernets sans ressort, à la trame fatiguée, par une cueillette trop tardive.
2008, millésime des extrêmes, démontre avec une acuité particulière l’heureuse conjonction des bienfaits du terroir et de la conduite élitiste de tout le processus viti-vinicole pour avoir raison d’un climat trop océanique. Ce sont les cabernets et les merlots les plus précoces, ceux des plus grands terroirs, qui ont, globalement, produit les plus grands vins. Le style, très classique, est tendu par une acidité de bon aloi sans se départir des équilibres fondamentaux.
D’un niveau qualitatif comparable à 2007, peut-être supérieur pour certains, les vins ne peuvent prétendre, sauf rares exceptions, aux atours des grands millésimes : charnu, gras, suavité, exubérance du fruit, profondeur, longue persistance... Certains se rapprocheront-ils des 2004 ou des 2006 pour les meilleurs ? Ce serait un bel hommage rendu aux hommes et aux femmes qui leur ont donné naissance dans cette mémorable adversité.
Les blancs secs se caractérisent par un sauvignon parfois assez marqué et une acidité soutenue. Cette fraîcheur, sera, comme en 2007, un gage d’évolution heureuse pour les quelques grandes étiquettes bordelaises.
A Barsac-Sauternes, le gel a réduit la moyenne de récolte des Crus classés à 6 Hl/ha ! Les conditions de récolte, du 15 septembre au 29 octobre, ont par contre été idéales pour la cueillette (4 à 6 tries) d’une belle pourriture noble. Sans posséder la richesse et la puissance des plus grandes années, les vins offrent une structure harmonieuse rehaussée d’un confit élégant laissant imaginer dans quelques années un grand raffinement gustatif.

Pas de notation Primeur 2008 sur www.franckdubourdieu.com

2008 est un millésime extrêmement tardif avec des vendanges jusqu’à fin octobre voire début novembre. Cinq mois après la récolte, un mois après la fin des fermentations malo-lactiques, la dégustation des primeurs, début avril, a été jugée vraiment trop précoce. Ce délai trop court d’élevage ne peut qu’aggraver la difficulté habituelle de se faire une idée convenable sur la qualité future de chaque vin. Beaucoup ne provenaient pas de l’assemblage final puisqu’il n’était pas encore défini, à l’instar des parts respectives du Grand Vin, du second et le cas échéant du troisième vin.
Trop d’incertitudes planent sur la qualité finale des échantillons présentés, d’autant que bon nombre proviennent de prélèvements sur fûts neufsce qui nuit souvent à la qualité ou la masque totalement. Et il est souvent annoncé que l’élevage se fera avec une participation bien inférieure de bois neuf !
De telles circonstances imposées par le marché sont à même de communiquer une fausse image du vin définitif. Aussi ai-je décidé de ne pas publier mes notes, me réservant, comme d’habitude, de déguster les vins après deux années de bouteille. Pour vos achats en primeur, je vous conseille de lire le N° 6 du magazine BORDEAUX AUJOURD’HUI dans lequel le comité de dégustation donne un avis sur la qualité des échantillons 2008 présentés par les crus classés et assimilés.

Bordeaux Aujourd'hui est disponible en kiosque ou sur abonnement (4 N° couplés à 6 N° de Bourgogne Aujourd’hui), avec une remise si vous vous recommandez de FrancK Dubourdieu soitpour 29 €/an (au lieu de 32 €) Ecrire en joignant votre règlement à l’ordre de Ecrivin, 40 route de Savigny, 21 200 Beaune Tel : 03 80
25 90 33.www.vins-et-terroirs.com
mail : ctupinier@ecrivin.fr


Partager sur Facebook
Vu par vous
481
Aimé par vous
0 J'aime
Les réaction
0 réaction
Envoyer par email
Email
Convertir en PDF
PDF
Imprimer cet article
Imprimer
Saveur
Saveur
Retour à la page d'accueil
Accueil
Aucune réaction à cet article pour le moment. A vous de jouer !

Nom * :
Email * :
Texte :
Combien font 18 + 18 ?*

Toutes les réactions sont soumises à validation de la rédaction d'Aqui avant leur publication sur le site. Conformément à l'article 10 du décret du 29 octobre 2009, les internautes peuvent signaler tout contenu illicite à la rédaction d'aqui.fr qui s'engage à mettre en oeuvre les moyens nécessaires à la suppression des dits contenus.

* champs obligatoires

J'aime aqui, je le soutiens ! Aqui!Presse - Des experts pour vous former ! J'aime aqui, je le soutiens !