Soutenez aqui.fr face au défi de la Nouvelle Aquitaine

15/06/18 : Charente-Maritime : la reproduction de la frégate L'Hermione revient dimanche dans son port d'attache à Rochefort vers 7h du matin.

11/06/18 : La Ville de La Rochelle a reçu le 2e Prix dans la catégorie Participation citoyenne aux Prix européens de l'innovation urbaine Le Monde-Smart Cities décernés à Lyon le 17 mai 2018.

10/06/18 : Après sa 9e place qu’elle a obtenue samedi avec ses partenaires du K4 français, la kayakiste périgourdine Manon Hostens a décroché ce dimanche le titre de championne d’Europe de course en ligne sur 500 mètres associée à la Tourangelle Sarah Guyot.

- Publicité -
S’abonner ici !
proprietes-rurales.com
- Publicité -
  • 16/06/18 | Bilan des intempéries en Dordogne

    Lire

    477 interventions ont été réalisées dans le cadre des orages des 10 et 11 juin dernier en Dordogne. Les entreprises touchées par les intempéries ont la possibilité de faire appel à une indemnisation au titre de l’activité partielle. La chambre d’agriculture a demandé à ce que soit mis en œuvre un dégrèvement au titre de la taxe sur le foncier non bâti (TFNB) pour les exploitations touchées. 10 communes ont déposé en préfecture une reconnaissance de Catastrophe Naturelle.

  • 15/06/18 | Le dossier Ford s'invite au Conseil de Métropole

    Lire

    Dans une motion votée ce 15 juin, le Conseil de Bordeaux Métropole "déplore, avec la plus grande force, la décision du groupe Ford de lancer une procédure d’information-consultation préalable à un plan de sauvegarde de l’emploi à Ford Aquitaine Industries." Une décision "incompréhensible" et "prématurée" au regard de la mission confiée par Ford au cabinet Géris, "voilà à peine 2 mois, de rechercher des repreneurs potentiels" et des "discussions en cours entre le groupe Ford et un industriel qui a visité le site le 30 mai". Les élus appellent "l'Etat à maintenir la plus grande vigilance pour que Ford assume ses responsabilités".

  • 15/06/18 | Landes : Suivi des intempéries

    Lire

    Suites aux intempéries dans les Landes, une réunion se tient ce vendredi 15 juin après-midi, sur à l'étude de la réparation des dommages au titre des catastrophes naturelles, en présence du Préfet, des collectivités sinistrées et du Président du département. Ce dernier a par ailleurs indiqué ce jour que le Département, solidaire des agriculteurs et collectivités sinistrés, crée un fonds de solidarité territoriale qui sera mobilisé en particulier sur les voiries communales et intercommunales, en complément de l'Etat. Des crédits supplémentaires seront aussi inscrits pour la réparation des dégâts sur la voirie départementale.

  • 15/06/18 | Pyrénées-Atlantiques: suivi des intempéries

    Lire

    Le 1er comité de suivi après les intempéries dans les Pyrénées-Atlantiques s'est tenu ce vendredi. La préfecture dénombre cinquante communes ayant déposé des dossiers de demandes d'indemnisations au titre des catastrophes naturelles. Les 1ères commissions chargées d'examiner ces requêtes se réuniront le 19 juin. Parmi les dégâts, l'effondrement de la D918 rejoignant Gourette, sur 50 m de long et jusqu'à 8 mètres sous la route, sur lequel outre les déplacements quotidiens, devait passer le Tour de France le 27 juillet pour l'arrivée à Laruns. Un chiffrage des travaux est attendu avant toute décision de modification de l'étape.

  • 15/06/18 | Lancement du 1er concours « Campus numérique 47 »

    Lire

    Le Campus Numérique 47 organise la première édition du « Concours Campus Numérique 47 », du vendredi 22 juin au dimanche 24 juin à Agen, sur son site du 156 avenue Jean Jaurès. C’est un concours de création de Start Up numériques qui doit permettre d’installer en Lot-et-Garonne les pépites de demain.

Les dossiers d'Aqui

La LGV Sud-Ouest Idées neuves en Nouvelle Aquitaine Innov'action et Agriculture

Saveur | Apiculture : forte baisse des récoltes en 2014, l'Aquitaine s'en sort mieux

08/11/2014 | Le chiffre est alarmant : l'Union Nationale de l'apiculture française estime entre 50 et 80% la baisse de la récolte de miel en 2014. L'aquitaine s'en sort mieux.

José Acevedo, qui dirige une entreprise d'entretien des espaces verts, a décidé de s'engager pour la protection les abeilles.

L'heure semble grave. Le 26 septembre dernier, l'Union Nationale de l'Apiculture Française tirait la sonnette d'alarme : elle estime entre 50 à 80% de baisse pour la récolte de miel en 2014 au niveau national. En cause : les intoxications récurrentes des abeilles dues aux pesticides et aux produits répandus dans les champs, aux conditions météorologiques défavorables une partie de l'année mais aussi aux autres insectes, comme le frelon asiatique, qui menace l'équilibre des abeilles. Pourtant, les régions du Sud-Ouest, notamment l'Aquitaine, semblent épargnées par cette baisse. Nous avons tenté de comprendre les nouveaux enjeux de la filière.

50 à 80% de baisse de la récolte de miel en 2014. Le chiffre fait peur, et il est annoncé par l'UNAF, l'Association Nationale de l'Apiculture Française, lors d'un "appel à l'aide" rédigé sous forme de lettre le 26 septembre dernier. Une production nationale que l'organisme estime divisé par deux par rapport à l'année 2011 : 20 000 tonnes contre 10 000 tonnes annoncées cette année. Une situation plutôt alarmante qui inquiète bon nombre d'apiculteurs français, et qui est dûe à une accumulation de mauvais facteurs qui peuvent être très nocifs pour les abeilles. Guillaume Chaperon, apiculteur en Gironde, possède 400 ruches. Pour lui, cette baisse de la production est concrète : "On a une baisse autour des 60%", concède-t-il. "C'est très difficile pour nous qui en vivons, on a juste de quoi régler les charges, cette année, il n'y aura pas de rémunération. Les deux années précédentes n'étaient pas bonnes non plus, on espère que ça va changer pour l'an prochain". 

Une météo défavorable ?

Le marché de l'apiculture est complexe. Selon les derniers chiffres de l'UNAF, alors que les 2000 apiculteurs professionnels détiennent près de 50% du cheptel français, les petits apiculteurs sont beaucoup plus nombreux (on les estime à environ 50 000 en France). Entre les deux, il y a les apiculteurs pluriactifs, qui possèdent entre 30 et 150 ruches. Juan Gonzalez, jeune cadre domicilié au Haillan, est l'un deux. Il dispose en tout de 45 ruches, réparties un peu partout sur le secteur, mais qui restent sédentaires (ses ruches ne bougent pas). Pour lui, la météo a beaucoup joué dans la baisse de la production de miel : "On n'a pas suffisamment eu de périodes froides, et trop de pluie au moment des floraisons. Beaucoup de collègues qui sont professionnels me parlent d'une importante mortalité des abeilles cet hiver", déclare-t-il. Des propos nuancés par Laurent Dugué, éleveur de reines à Euronat : "On a eu une belle récolte au niveau du colza, notamment à cause du beau temps au mois d'avril", affirme-t-il. Les deux s'accordent à dire que l'Aquitaine, et plus généralement le Sud-Ouest ont été les régions les plus épargnées par cette baisse de la production. 

"Les apiculteurs ont peur de perdre leurs clients"Une baisse qui entraîne forcément des hausses importantes au niveau des prix. Selon Laurent Dugué, celui du miel d'acacia a bondi. "Il y a quelques temps, le miel d'acacia était à 6 euros le kilo. Cette année, il est à 10. Pareil pour le miel "toutes fleurs" : il est passé de 4 euros 50 à 8 euros. Beaucoup d'apiculteurs français sont inquiets de perdre leurs clients". Une inquiétude qui semble justifiée : les français consomment en moyenne 40 000 tonnes de miel par an, selon les derniers chiffres de France Agrimer. Les importations de miel, en augmentation constante, s'élevaient à 25 400 tonnes en 2012, et devraient atteindre les 30 000 tonnes en 2014. Sachez le, plus de 50% du miel que vous dégustez provient d'Espagne, d'Allemagne, de Belgique, de Hongrie, d'Argentine ou encore d'Italie. Mais, comme les autres régions, l'Aquitaine doit lutter contre plusieurs phénomènes qui empoisonnent le secteur. Chez les apiculteurs professionnels, ces pertes oscilleraient depuis 2010 entre 17 et 27% en Aquitaine, rien que pour les pertes hivernales.  

Les pesticides, un réel danger pour les abeilles.Même s'ils sont de plus en plus contrôlés, les pesticides et les produits chimiques fabriqués par l'homme représentent toujours un réel danger pour les abeilles. "La variation de récolte d'année en année peut être normale, mais la perte importante d'abeilles est beaucoup plus inquiétante et reste notamment liée aux effets des pesticides. C'est un problème purement politique", estime Juan Gonzalez. "On va autoriser des produits dangereux parce qu'ils sont contrôlés par des lobbys. La preuve : il n'y a aucune étude d'impact indépendante des pesticides réalisée à ce jour. La gravité de ces produits est encore méconnue. Mais quand j'ouvre une revue spécialisée, le terme "produit chimique" revient sur toutes les pages. En Gironde, on a moins de grandes cultures, on est donc moins affecté par les pesticides, mais cela reste un problème". 

Depuis 6 mois, Jean Acevedo, patron d'une entreprise bordelaise spécialisée dans l'entretien des jardins, a décidé de s'engager pour la protection des abeilles. Dans les locaux de sa société, il a installé une ruche, et en a 3 autres réparties chez ses clients. Pour lui, l'activité humaine a des conséquences dramatiques sur les cheptels : "L'abeille devient de plus en plus fragile. Dans un souci de rentabilité, on veut leur faire produire le plus de miel possible. Alors on les manipule, on les aide à faire leur récolte différemment et on les fragilise forcément un peu. Les produits chimiques utilisés par l'agriculture intensive sont nocifs, car le corps de l'insecte, comme celui de l'homme avec le médicament, réagit à ces produits", affirme le professionnel. "L'environnement a bien changé, et on cherche le maximum de surface cultivable, c'est dommageable", renchérit pour sa part Laurent Dugué. L'homme, responsable de la mort des abeilles ? C'est ce qu'une récente étude du journal 60 millions de consommateurs tendrait à confirmer. En passant au crible le contenu de 12 pots de miel en septembre dernier, elle a repéré sur l'ensemble des échantillons des... particules de plastique (jusqu'à 265 micro résidus par kilo) ! Des particules que les abeilles trouveraient dans l'air et dans certaines fleurs, qui seraient récoltées en même temps que le pollen. 

Le frelon asiatique, peut-on lutter ? Selon un dernier rapport de l'UNAF, les apiculteurs ont observé une recrudescence en Gironde du Vespa Velutina, plus communément appelé le frelon asiatique, par rapport à 2013. Jean Acevedo est aussi engagé dans la lutte contre la recrudescence de ce tueur d'abeilles dans la région. Depuis 2009, sa société dispose même d'un outil et d'une méthode brevetée pour éradiquer les nids, souvent en hauteur. Un système de canne injectée à l'intérieur du nid de frelons, qui diffuse un produit à base de gaz sulfureux et sous pression. Des opérations comme celles-là, dans lesquelles il doit parfois monter à plus de 20 mètres de hauteur, il en réalise environ une trentaine par an. "On trouve beaucoup de nids en ce moment, ce qui augure un bilan de fin d'année moins bon. Avec l'entretien des jardins, on est de plus en plus confrontés aux frelons, dont chaque nid peut contenir entre 10 et 15 000 larves par an. Les pouvoirs publics ont trop tardé pour classer cet insecte comme un nuisible, c'est donc trop tard pour l'éradiquer complètement", se désole-t-il.  D'autant plus qu'un arrêt ministériel datant de décembre 2012 a classé le frelon asiatique "danger sanitaire de deuxième catégorie". Comprenez danger considéré comme de moindre gravité, à la lutte mal répartie et aux moyens "quasi-inexistants" selon l'UNAF, qui réclame dans un communiqué datant du 7 novembre l'obtention de la première catégorie. En Lot-et-Garonne, par exemple, le frelon asiatique serait responsable de 17% de la mortalité des abeilles. On estime qu'il prolifère aujourd'hui dans plus d'une cinquantaine de département français. 

L'Aquitaine, qui dispose d'une variété de paysages et de cultures importante (l'acacia, le tilleul et le châtaigner sont par exemple les principales matières premières en Gironde), semble donc l'une des régions les plus épargnées par la baisse de la production, même si elle représenterait un peu moins de 40%. Pourtant, malgré toutes les mesures prises sur les pesticides et les professionnels du secteur qui s'organisent pour faire face aux obstacles qui se multiplient, si la tendance de mortalité des abeilles se confirme, la production de miel pourrait ne pas en être la seule victime. 

Romain Béteille
Par Romain Béteille

Crédit Photo : RB

Partager sur Facebook
Vu par vous
10984
Aimé par vous
0 J'aime
Les réaction
0 réaction
Envoyer par email
Email
Convertir en PDF
PDF
Imprimer cet article
Imprimer
Saveur
Saveur
Retour à la page d'accueil
Accueil
Aucune réaction à cet article pour le moment. A vous de jouer !

Nom * :
Email * :
Texte :
Combien font 20 + 12 ?*

Toutes les réactions sont soumises à validation de la rédaction d'Aqui avant leur publication sur le site. Conformément à l'article 10 du décret du 29 octobre 2009, les internautes peuvent signaler tout contenu illicite à la rédaction d'aqui.fr qui s'engage à mettre en oeuvre les moyens nécessaires à la suppression des dits contenus.

* champs obligatoires

J'aime aqui, je le soutiens ! Aqui!Presse - Affichez Vous chez Nous ! J'aime aqui, je le soutiens !