Soutenez aqui.fr face au défi de la Nouvelle Aquitaine

18/06/18 : Avec 28,1 M de touristes dont 24,7 M de touristes français accueillis et 175 M de nuitées dont 152 M par des voyageurs hexagonaux, la Nouvelle-Aquitaine est en tête des destinations les plus fréquentées des Français en 2017.

15/06/18 : Charente-Maritime : la reproduction de la frégate L'Hermione revient dimanche dans son port d'attache à Rochefort vers 7h du matin.

11/06/18 : La Ville de La Rochelle a reçu le 2e Prix dans la catégorie Participation citoyenne aux Prix européens de l'innovation urbaine Le Monde-Smart Cities décernés à Lyon le 17 mai 2018.

10/06/18 : Après sa 9e place qu’elle a obtenue samedi avec ses partenaires du K4 français, la kayakiste périgourdine Manon Hostens a décroché ce dimanche le titre de championne d’Europe de course en ligne sur 500 mètres associée à la Tourangelle Sarah Guyot.

- Publicité -
S’abonner ici !
- Publicité -
  • 16/06/18 | Bilan des intempéries en Dordogne

    Lire

    477 interventions ont été réalisées dans le cadre des orages des 10 et 11 juin dernier en Dordogne. Les entreprises touchées par les intempéries ont la possibilité de faire appel à une indemnisation au titre de l’activité partielle. La chambre d’agriculture a demandé à ce que soit mis en œuvre un dégrèvement au titre de la taxe sur le foncier non bâti (TFNB) pour les exploitations touchées. 10 communes ont déposé en préfecture une reconnaissance de Catastrophe Naturelle.

  • 15/06/18 | Le dossier Ford s'invite au Conseil de Métropole

    Lire

    Dans une motion votée ce 15 juin, le Conseil de Bordeaux Métropole "déplore, avec la plus grande force, la décision du groupe Ford de lancer une procédure d’information-consultation préalable à un plan de sauvegarde de l’emploi à Ford Aquitaine Industries." Une décision "incompréhensible" et "prématurée" au regard de la mission confiée par Ford au cabinet Géris, "voilà à peine 2 mois, de rechercher des repreneurs potentiels" et des "discussions en cours entre le groupe Ford et un industriel qui a visité le site le 30 mai". Les élus appellent "l'Etat à maintenir la plus grande vigilance pour que Ford assume ses responsabilités".

  • 15/06/18 | Landes : Suivi des intempéries

    Lire

    Suites aux intempéries dans les Landes, une réunion se tient ce vendredi 15 juin après-midi, sur à l'étude de la réparation des dommages au titre des catastrophes naturelles, en présence du Préfet, des collectivités sinistrées et du Président du département. Ce dernier a par ailleurs indiqué ce jour que le Département, solidaire des agriculteurs et collectivités sinistrés, crée un fonds de solidarité territoriale qui sera mobilisé en particulier sur les voiries communales et intercommunales, en complément de l'Etat. Des crédits supplémentaires seront aussi inscrits pour la réparation des dégâts sur la voirie départementale.

  • 15/06/18 | Pyrénées-Atlantiques: suivi des intempéries

    Lire

    Le 1er comité de suivi après les intempéries dans les Pyrénées-Atlantiques s'est tenu ce vendredi. La préfecture dénombre cinquante communes ayant déposé des dossiers de demandes d'indemnisations au titre des catastrophes naturelles. Les 1ères commissions chargées d'examiner ces requêtes se réuniront le 19 juin. Parmi les dégâts, l'effondrement de la D918 rejoignant Gourette, sur 50 m de long et jusqu'à 8 mètres sous la route, sur lequel outre les déplacements quotidiens, devait passer le Tour de France le 27 juillet pour l'arrivée à Laruns. Un chiffrage des travaux est attendu avant toute décision de modification de l'étape.

  • 15/06/18 | Lancement du 1er concours « Campus numérique 47 »

    Lire

    Le Campus Numérique 47 organise la première édition du « Concours Campus Numérique 47 », du vendredi 22 juin au dimanche 24 juin à Agen, sur son site du 156 avenue Jean Jaurès. C’est un concours de création de Start Up numériques qui doit permettre d’installer en Lot-et-Garonne les pépites de demain.

Les dossiers d'Aqui

La LGV Sud-Ouest Idées neuves en Nouvelle Aquitaine Innov'action et Agriculture

Saveur | Aquitaine Légumes Surgelés : l'art et la manière de la surgélation du maïs doux à Saint-Sever

12/10/2011 |

Epis de maïs doux sur la chaîne de tri

Le maïs doux est un légume plein de surprises ! Annoncée, comme étant en retard à la fin du mois d'août, la récolte des épis se termine finalement dans les temps habituels de récolte, à savoir ces jours ci, un peu avant la mi-octobre. Une accélération du calendrier dû à la douceur de septembre... Mais, au-delà de la récolte, de la vitesse de maturité du maïs dépend aussi la première étape de sa transformation à savoir la mise en conserve ou la surgélation. Si le maïs surgelé est peu répandu dans les rayons de nos supermarchés français, c'est bien à ce type de transformation, et donc à l'export, que se consacre l'usine ALS à Saint-Sever. Visite guidée par son directeur d'exploitation Gérard Hanquiez.

Créée en 1990, l'unité de transformation est, depuis 1992, aux mains de deux partenaires incontournables dans leur domaine : la coopérative agricole Maïsadour et le groupe belge Ardo, leader de la production de légumes surgelés. Au total, un peu plus de cent vingt agriculteurs de la coopérative fournissent l'usine de surgélation en petits pois, haricots verts et maïs doux.

12000 tonnes de maïs doux transformées

Concernant plus particulièrement le maïs doux, c'est le produit de la récolte de 1600 ha qui est apporté chaque année à l'unité de transformation, soit un poids total d'environ 12000 tonnes de maïs doux, fournit par 62 maïsiculteurs. Organisés au fur et à mesure des récoltes, les ateliers réservés au maïs doux, sont donc en fonctionnement du début du mois de juillet jusqu'à la mi-octobre. Une organisation en « trois huit » et sept jours sur sept, qui garantit la fraîcheur, et donc le croquant et la douceur du maïs. Cette année, les derniers épis de maïs ont été livrés dans la nuit du11 au 12 octobre 2011. Quant à la durée du parcours suivi par l'épi de maïs sur les chaînes de l'usine, c'est-à-dire de sa sortie du camion de récolte à la mise en chambre froide de ses grains, elle ne dépasse pas les trente minutes !

De l'épi au grain surgelé: un parcours complexe en seulement trente minutes
Après le banchiment et avant la surgélation : le refroidissement dans de l'eau glacée
Trente minutes au cours desquelles, les épis tous droits venus des champs sont d'abord effeuillés mécaniquement avant de subir un triple triage. Grâce à un système de vidéo, un premier tri analyse la couleur des épis et renvoie automatiquement sur la chaine d'effeuillage ceux qui auraient encore leur feuille. Ce tri électronique est suivi par un triage mécanique qui lui-même est suivi par une inspection et un dernier tri manuel par le personnel.Une fois la qualité des épis assurée, vient l'étape de la séparation mécanique des grains de la rafle (« la coupe ») suivie du lavage des grains qui n'éviteront pas un nouveau triage électronique par colorimétrie. « Si les grains sont trop clairs ou trop foncés, ils sont éjectés par un mouvement d'air comprimé » explique le directeur du site. Tous les grains qui passent le test avec succès continueront leur course folle dans un bain d'eau bouillante pendant une minute... Après cette étape du blanchiment, les grains de maïs seront refroidis dans une eau glacée et renouvelée en permanence, avant de finir leur périple dans un tunnel de surgélation à -38° C où ils resteront durant 15 minutes. Une fois surgelés, ils sont ensuite conditionnés dans des containers d'une tonne, baptisés « octobins » en raison de leur forme octogonale, puis stockés en chambresfroidesà -23°C. Un circuit complexe et rapide, lors duquel « des contrôles de qualité sont effectués tout au long de la chaîne, insiste le directeur. Lors de ces contrôles on s'assure que le maïs est apte à son passage en usine et on vérifie de nombreux autres critères comme la qualité de la coupe, l'efficacité du tri, la température de surgélation, etc. »

Des certifications adaptées à l'export

La mise en octobine d'une tonne avant le départ pour la chambre froideQuant aux octobins, ils quitteront les chambres froides du site landais pour rejoindre très majoritairement à l'export d'autres usines du groupe ardo, qui conditionneront cette fois le maïs en paquet de 500g et un kilo, à destination de consommateurs britanniques et d'Europe du nord. C'est pour répondre àcette clientèle majoritairement étrangère, et plus gourmande en maïs doux que les français, qu'ALS, outre le Bio, travaille principalement avec des certifications telles que BRC (British Retail Consortium), un équivalent des normes ISO dans le monde anglo-saxon ou encore Global Gap ou Leaf qui sont des référentiels de qualité et d'engagements durables dans la grande distribution d'Europe du Nord ou britannique.

Photo: Aqui.fr

Solène Méric

Partager sur Facebook
Vu par vous
2555
Aimé par vous
0 J'aime
Les réaction
0 réaction
Envoyer par email
Email
Convertir en PDF
PDF
Imprimer cet article
Imprimer
Saveur
Saveur
Retour à la page d'accueil
Accueil
Aucune réaction à cet article pour le moment. A vous de jouer !

Nom * :
Email * :
Texte :
Combien font 20 + 12 ?*

Toutes les réactions sont soumises à validation de la rédaction d'Aqui avant leur publication sur le site. Conformément à l'article 10 du décret du 29 octobre 2009, les internautes peuvent signaler tout contenu illicite à la rédaction d'aqui.fr qui s'engage à mettre en oeuvre les moyens nécessaires à la suppression des dits contenus.

* champs obligatoires

J'aime aqui, je le soutiens ! Aqui!Presse - Professionnels des contenus ! J'aime aqui, je le soutiens !