Soutenez aqui.fr face au défi de la Nouvelle Aquitaine

22/06/21 : L'ancien vice-président du Conseil départemental de la Dordogne en charge de l'agriculture, Jean-Pierre Saint-Amand est décédé lundi à l'âge de 71 ans. Il a été conseiller départemental du canton de Vergt de 1992 à 2015.

21/06/21 : Usinage, soudage, maintenance, aéronautique... Le CFAI Adour ouvre ses portes au public les 25 juin et 7 juillet sur ses 3 sites d'Assat (64), Lanne (65) et Tarnos (40). Il propose 148 offres en apprentissage dans les entreprises industrielles locales+ d'info

20/06/21 : Départementales en Dordogne : Véronique Chabreyrou et Jacques Ranoux, candidats de gauche, soutenus par la majorité sortante, sont en tête avec 37,80 %, devant le binôme RN Pascale Léger et Serge Muller à 23,80 %.

20/06/21 : Départementales en Dordogne : Sur le canton de la vallée de la Dordogne, Germinal Peiro (PS) le président du conseil départemental sortant est réélu avec 64,96 % dès le premier tour. Il est associé à Patricia Lafon-Gauthier.

20/06/21 : Départementales en Dordogne : le binôme socialiste composé de Marie-Lise Marsat et Serge Mérillou est réélu sur le canton de la Lalinde.

20/06/21 : Régionales en Dordogne : Sur le canton de Saint-Astier, Alain Rousset (PS) est en tête avec 30,39 % des voix devant la candidate RN Edwige à 23 %. L'écologiste Nicolas Thierry est en 3e position à 10,51 %.

20/06/21 : En Dordogne, l'abstention estimée pour les élections départementales et régionales en Dordogne est de 66,2%. C'est la participation la plus faible de toutes élections confondues dans le département.

20/06/21 : En Haute-Vienne, le taux de participation à 17h était de 28,54% en forte baisse par rapport à 2015 où on avait enregistré 52,36 % de votants à la même heure.

20/06/21 : Dans les Pyrénées-Atlantiques, après un taux de participation à midi s'élevant à 14,5%, ce même taux s'affichait à 31,37 % pour le double scrutin des élections régionales et départementales du 20 juin 2021.

20/06/21 : A 17h, le taux de participation aux élections régionales et départementales s'élève à 25,68%. En 2015, il était de 45,09% pour les régionales et 44,78% pour les départementales, soit une baisse de près de vingt points.

20/06/21 : Dans la Vienne, la baisse de la participation aux élections régionales et départementales se confirme. À 17h, le taux était de 26,07% contre 43,77% pour les départementales en 2015 et 44,87% pour les régionales en 2015.

20/06/21 : En Dordogne, le taux de participation au premier tour des élections départementales et régionales estimé à 17 h est de 33,78 %, en baisse par rapport aux scrutins de 2015.

Arte Flamenco
- Publicité -
S’abonner ici !
proprietes-rurales.com
- Publicité -
  • 23/06/21 | 5000 € de dons remis au Téléthon Gironde

    Lire

    Les salariés d'EDF Commerce sud ouest, qui participent régulièrement aux courses du Téléthon, se sont adaptés au contexte sanitaire en participant à un challenge à distance via une application de loisir qui permet de cumuler des points en pratiquant l’activité physique de son choix. En 15 jours, du 30 novembre au 13 décembre 2020, les 260 participants ont réussi à récolter la somme de 5 000 €, qui servira "à soutenir la recherche et la mise en œuvre des premiers médicaments pour des maladies rares et génétiques", précise Christian Capdeville coordinateur du Téléthon en Gironde. Le don a été remis à l'association ce 22 juin.

  • 23/06/21 | Une nouvelle bâtonnière pour l'Ordre des avocats de Bordeaux

    Lire

    Les élections du Bâtonnat de Bordeaux se sont déroulées ce mardi 22 juin. A l'issue des votes, c'est Christine Maze qui a été élue Bâtonnière du Barreau de Bordeaux. Avocate depuis 1992, elle collabore à l'Association des avocats pénalistes de France. Elle prendra ses fonctions, à la suite de Christophe Bayle, le 1er janvier 2022, avec à ses côtés, Monsieur Pierre Fonrouge, vice Bâtonnier, lui même successeur de Caroline Laveissière. Ils sont élus pour 2 ans.

  • 22/06/21 | Maïsadour cède son pôle Charcuterie à la Fipso

    Lire

    Le groupe Fipso (Filière Porc du Sud-Ouest), fondé en 1965, vient d’acquérir, afin de poursuivre sa croissance, l’activité salaisons sèches de la coopérative landaise Maïsadour. Cette acquisition, réalisée grâce à l'intervention des 4 caisses régionales du Crédit Agricole, va permettre à la Fipso de récupérer 5 sites de production (en plus de se 3 usines) et de se positionner en leader du Jambon de Bayonne. Maïsadour, de son côté, va ainsi se recentrer sur l'activité Foie gras et vise à retrouver la voie de la croissance d'ici à 2023.

  • 22/06/21 | Le bassin de la Midouze se restaure

    Lire

    Dans le cadre de l’appel à projets initié par l’Agence de l’Eau Adour-Garonne, l’Institution Adour en partenariat avec l’Association de protection de l’environnement du Gers ainsi que les syndicats mixtes du Midou et de la Douze, et celui du bassin versant de la Midouze ont déposé un projet de restauration et d’aménagement de 8 périmètres de zones humides sur le bassin de la Midouze.

  • 21/06/21 | Régionales : Pas d'accord Rousset-Thierry ce lundi

    Lire

    Alors que se pose depuis hier soir la question d'un accord entre la liste du président sortant Alain Rousset et celle de Nicolas Thierry pour EELV, les négociations semblent pour aujourd'hui dans l'impasse. "Ce lundi, aucun accord n’a pu être signé. Il n’y avait manifestement aucune volonté d’accord tant les exigences et le ton employé étaient incompatibles avec une possibilité de négociation.", indique le service de presse du candidat Alain Rousset. "Je ne conçois pas la politique régionale comme une simple question de partage de postes. C'est une relation politique, pas une question comptable", indique le président sortant.

Les dossiers d'Aqui

La LGV Sud-Ouest Idées neuves en Nouvelle Aquitaine Innov'action et Agriculture

Saveur | Au Salon de l'agriculture de Paris, les Périgourdins ont leur boutique de producteurs

25/02/2020 | Les visiteurs du Salon peuvent acheter dans l'espace Dordogne Périgord les produits qu'ils ont l'occasion de goûter lors de dégustations organisées sur le stand.

La Dordogne a sa boutique de producteurs porte de Versailles

Cette année, le Conseil départemental de la Dordogne a souhaité s'offrir un stand rien qu'à lui au salon de l'Agriculture à Paris. Depuis deux ans, la collectivité souhaite développer deux axes majeurs pour faire la promotion de son territoire : la gastronomie et ses filières agricoles à travers des animations culinaires proposées jusqu'au dimanche 1er mars et le tourisme avec la présence des offices du tourisme. La nouveauté de cette édition, c'est une boutique des producteurs où sont présentés une centaine de produits sous signe officiel de qualité en présence d'agriculteurs locaux.

Conscient de la difficulté des entreprises périgourdines d'être présentes à la Porte de Versailles pour des questions de coût, le Conseil départemental a trouvé la solution pour accueillir, dans un espace dédié, des producteurs et créer un espace de vente. La collectivité a initié une boutique des producteurs, bien visible au coeur de l'espace des régions.  Depuis des années, au Salon de l'agriculture de Paris,  le rituel est immuable. Le Périgord s'affiche à la Porte de Versailles pendant dix jours, malgré une présence de moins en moins nombreuses des producteurs périgourdins, en raison des aspects budgétaires. Comme l'an dernier, ils ne sont que cinq  : les foies gras Grolière, artisan conserveur au Bugue, la Brasserie artisanale de Sarlat, la ferme des quatre vents, qui fabrique des produits textiles à base de chèvres Angora, Alexandre Toson, canards gras, au Buisson de Cadouin et la Sarl Jean de Rocamadou, conserves de plats cuisines de Calès. 

Pourtant l'espace Dordogne Périgord, les 600 000 visiteurs du SIA ne peuvent le manquer. En deux ans, il est passé de 60 m2 à 120 m2 cette édition pour un coût de 180 000 euros, hors charges de personnel. Une dizaine d'agents sont présents chaque jour. Germinal Peiro, le président du Département assume cette nouvelle stratégie de communication : Depuis que je préside le Conseil départemental, j'ai voulu que l'on renforce notre présence au salon de l'agriculture, car c'est un lieu où l'on a l'occasion de présenter au grand public, et notamment des visiteurs venus de toutes les régions de France le meilleur de la Dordogne, des produits sous signe officiel de qualité, de la noix, du canard, de la truffe, du miel, des cèpes. En plus on a réussi à réunir sur un même lieu, le tourisme avec la présence des offices du tourisme qui assurent  la promotion du territoire et l'agriculture avec ses filières agricoles d'excellence."

 Une centaine de références proposées à la vente

Le Département a donc initié cette boutique au coeur du Salon où une centaine de références sont proposées à la vente. Les amateurs de foie gras, de truffes, de noix, de châtaignes, de cabécous, de caviar, de cèpes, de miel, de vins de toutes les appellations trouvent leur bonheur. Les produits sous signes officiels de qualité sont aussi mis en valeur à travers des animations culinaires menées par des cuisiniers de la Dordogne. Et on peut déguster. Dès les premières heures de la matinée, les visiteurs en redemandent, et chez certains cela déclenche l'acte d'achat.

Laurent Charbonnel exploitant et producteur de noix  

Chez les producteurs, on salue l'initiative. "C'est une première expérience intéressante, certains points d'organisation seront peut être à améliorer à l'issue de ces dix jours. Je suis à la tête d'une exploitation qui produit des noix, des cerneaux et de l'huile et nous avons un atelier bovins viande. Je suis présent pour deux jours avec mon épouse. S'absenter dix jours de la ferme aurait été impossible pour des questions d'emplois du temps. Et avoir un stand, c'est impensable au vu du budget. De cette façon là, cela nous donne une certaine lisibilité et cela permet d'échanger aussi  avec le grand public, à un moment où nous jouissons d'une mauvaise image, notamment le secteur de l'élevage. L'image de la noix est par contre très bonne. Nous avons été sélectionnés par notre syndicat , témoigne Laurent Charbonnel, qui a repris l'exploitation familiale en 2005.
Même avis du côté de l'entreprise agroalimentaire Péchalou de Saint Cyprien. " Moi je suis plutôt un habitué des marchés. Depuis cette année, nous vendons nos yaourts sur les marchés de Dordogne. Ce qui est intéressant, c'est que l'on est au contact direct du public, qui n'a pas au premier abord le réflexe d'acheter. Notre rôle c'est de donner envie, à travers les dégustations. Ce sera sans doute une expérience à renouveler", estime Stéphan Lebran animateur de ventes chez Péchalou. Jusqu'à dimanche ils seront 90 producteurs ou représentants de petites entreprises agroalimentaires à se succéder sur le stand et à donner envie aux visiteurs d'emporter un morceau de la gastronomie du Périgord. Et de prendre des contacts pour que ceux-ci viennent séjourner en Dordogne.

Claude-Hélène Yvard
Par Claude-Hélène Yvard

Crédit Photo : Claude-Hélène Yvard

Inno'action et agricultureCet article fait partie du dossier

Voir les autres articles de ce dossier
Partager sur Facebook
Vu par vous
13740
Aimé par vous
0 J'aime
Les réaction
0 réaction
Envoyer par email
Email
Convertir en PDF
PDF
Imprimer cet article
Imprimer
Saveur
Saveur
Retour à la page d'accueil
Accueil
Aucune réaction à cet article pour le moment. A vous de jouer !

Nom * :
Email * :
Texte :
Combien font 25 + 12 ?*

Toutes les réactions sont soumises à validation de la rédaction d'Aqui avant leur publication sur le site. Conformément à l'article 10 du décret du 29 octobre 2009, les internautes peuvent signaler tout contenu illicite à la rédaction d'aqui.fr qui s'engage à mettre en oeuvre les moyens nécessaires à la suppression des dits contenus.

* champs obligatoires

J'aime aqui, je le soutiens ! Aqui!Presse - Des experts pour vous former ! J'aime aqui, je le soutiens !