Soutenez aqui.fr face au défi de la Nouvelle Aquitaine

11/12/18 : 70 ans après l’adoption de la Déclaration Universelle des Droits de l'Homme la Ligue des Droits de l'Homme organise une conférence-débat avec Henri Leclerc pdt d’honneur de la LDH France, le mardi 18 déc à 19h30 à l’Athénée municipal à Bordeaux.

11/12/18 : Vendredi 14 décembre à 20h30, concert de fin d'année de l'Orchestre universitaire de Bordeaux, dans l'amphi 700 de l'Université Bordeaux Montaigne, avec au programme : Wolfgang Amadeus Mozart, Vincenzo Bellini et Antonín Dvořák.

11/12/18 : Ouverture des Halles de Talence ! Après 9 mois de travaux et 18 mois d’élaboration cet équipement a fait peau neuve. Prochainement, il accueillera 16 commerces de bouche dans l’hypercentre.

11/12/18 : 3ème « Partage - Groove for Food », dimanche 16 déc, où 12 des meilleurs DJs bordelais se mobiliseront en faveur des plus démunis de 12 h à 19 h, en se relayant aux platines du restaurant L’Épicerie Bordelaise, 14 rue Ravez.

11/12/18 : Charente-Maritime : à compter du 1er janvier 2019, deux nouvelles communes vont voir le jour : Marennes-Hiers-Brouage et Saint-Hilaire-de-Villefranche (près de St Jean d'Angély). Les nouveaux maires et adjoints seront élus lors des prochaines séances de c

11/12/18 : Les oeuvres de trois artistes amatrices des Beaux-Arts de Grand Poitiers proposent du 12 décembre 2018 au 6 février 2019 l'exposition "A Trois c'est mieux" aux Beaux-Arts de Buxerolles

11/12/18 : Le Président de la République a fait plusieurs annonces importantes. D'abord, l'augmentation du SMIC de 100 euros par mois par le biais de la prime d'activité, dès 2019, avec des heures supplémentaires versées "sans impôts ni charges, dès 2019".

10/12/18 : Enfin, le Président a souligné l'importance d'élargir le débat national qui s'annonce et a exprimé son intention de rencontrer les maires "région par région, pour bâtir le socle de notre nouveau contrat pour la nation".

10/12/18 : Emmanuel Macron a également précisé qu'il ne reviendrait pas sur l'ISF. "Pendant près de quarante ans, il a existé, vivions-nous mieux pendant cette période ? Les plus riches partaient".

10/12/18 : "Je demanderai à tous les employeurs qui le peuvent de verser une prime de fin d'année, qui n'aura ni impôts ni charges" a poursuivi Emmanuel Macron. Enfin, annulation de la hausse de la CSG pour les retraités gagnant moins de 2000 euros par mois.

10/12/18 : Emmanuel Macron s'est adressé aux français ce lundi 10 décembre, en évoquant les gilets jaunes et une "colère profonde, je la ressens comme juste à bien des égards. Il a condamné les violences en marge du mouvement des gilets jaunes.

10/12/18 : Mobilisation mardi matin dès 9h00 aux trois péages autoroutiers du Lot-et-Garonne orchestrée par la Coordination rurale 47 pour protester contre les taxes "Trop de taxes tue l'agriculture et les agriculteurs!" dixit la CR47.

- Publicité -
S’abonner ici !
proprietes-rurales.com
- Publicité -
  • 11/12/18 | L’État à la rencontre des commerçants impactés par les manifestations

    Lire

    Depuis hier, la DIRECCTE se rend chez les commerçants du centre-ville de Bordeaux qui ont subi des dégradations en marge de la manifestation du 8 déc. La délégation a notamment dialogué avec les dirigeants de l’Apple Store et les commerçants de la place Pey-Berland, des cours Victor Hugo et Alsace-et-Lorraine et de la rue Cheverus. Le but étant de connaître leurs besoins immédiats, les informer sur les aides de l’État et étudier les éventuelles demandes d’autorisation d’ouverture exceptionnelle.

  • 11/12/18 | Allocution du Président Macron : Jean-Luc Gleyze mécontent

    Lire

    Jean-Luc Gleyze, le président du CD 33, estime que les annonces de Président Macron « ne sont pas à la hauteur des attentes exprimées par la population. Après 4 semaines de silence absolu sur un conflit qui a partiellement bloqué notre pays, ce dernier a enfin daigné s’adresser à nos concitoyens. Au-delà du mea culpa attendu, ses annonces, si elles vont dans le bon sens, ne répondent que très partiellement aux revendications légitimes exprimées par les gilets jaunes. »

  • 11/12/18 | Réseau de chaleur: Limoges labellisée pour la 4ème fois

    Lire

    La Ville de Limoges obtient pour la 4ème année consécutive le label « Ecoréseau de chaleur ». Ce prix, décerné par l’association AMORCE, a été remis le 4 décembre à Paris lors de la semaine de la chaleur renouvelable pour ses 2 réseaux de chaleur du Val de l’Aurence, source d’énergie renouvelable (biomasse constituée de plaquettes forestières provenant de la filière bois locale) et de Beaubreuil, source d’énergie de récupération (combustion de déchets).

  • 11/12/18 | Easyjet teste la desserte paloise

    Lire

    Entre le 4 février et le 3 mars 2019, EasyJet reliera Pau à Paris Charles-de-Gaulle à raison de 7 à 10 vols par semaine ( A320 de 186 sièges). Avec 1 à 2 vols par jour, les horaires se veulent adapter aux besoins des clientèles de loisirs et d’affaires, l’aller-retour dans la même journée étant possible les lundis, jeudis et vendredis. « Cette desserte permettra à EasyJet de tester le marché palois. Elle revêt ainsi une grande importance stratégique pour l’attractivité et l’accessibilité de Pau et du Béarn », selon les représentants de l'aéroport. Billets sur le site internet de la compagnie aérienne et en agences de voyages.

  • 10/12/18 | Banques Alimentaires en Gironde, une collecte à la hausse

    Lire

    Pour la 2ème année consécutive, la Banque Alimentaire de Bordeaux et de la Gironde (BABG) enregistre "une belle augmentation" du résultat de la collecte nationale: les 30 novembre, 1er et 2 décembre, la collecte de produits secs progresse de 10,84% avec 409t contre 369 en 2017. Et cela, dans "un contexte difficile de baisse des dons et de mouvements faisant craindre pour l’accès aux magasins" rappelle la BABG. Selon les 300 collecteurs présents dans près de 300 magasins girondins, "les donateurs étaient peut-être moins nombreux mais plus généreux". L'étape du tri (en cours) par près de 1000 bénévoles devrait être achevée à Noël.

Les dossiers d'Aqui

La LGV Sud-Ouest Idées neuves en Nouvelle Aquitaine Innov'action et Agriculture

Saveur | Bayonne fête le chocolat

18/06/2008 |

moulage

Et oui, certains ont l'air surpris, mais Bayonne ce n'est pas que le jambon. La ville est riche d'une tradition chocolatière vieille de plus de quatre siècles maintenant. Elle fut d'ailleurs la première en France à accueillir le chocolat. Pour rendre hommage à ce grand patrimoine, l'Académie du Chocolat en collaboration avec la Guilde des Chocolatiers de Bayonne, ont créé les « Journées du chocolat ». Une grande fête du chocolat, pour les petits comme pour les grands, organisée chaque année pendant le weekend de l'Ascension.

Cette année, ce sont les 2 et 3 mai que Bayonne a donné rendez vous aux amateurs du chocolat. Energisant, tonifiant, stimulant ou encore aphrodysiaque... comme on peut lire sur le dépliant du programme des Journées du chocolat, la liste des vertus attribuées à ce produit exceptionnel pourrait être sûrement beaucoup plus longue. Rien de plus surprenant si l'on remarque qu'il est vraiment difficile de trouver quelqu'un qui s'en lasserait. Qui plus est, le chocolat noir est réputé de ne pas faire grossir. Il serait même bon pour la santé, en débloquant les artères. Les gourmands peuvent se sentir rassurés.

Un régal pour les yeux et pour la bouche
Une occasion donc, pour eux à ne pas manquer. Un vrai régal pour la bouche offert par les nombreuses dégustations gratuites, organisées devant la boutique de chaque artisan. Mais aussi un régal pour les yeux avec, entre autres, démonstrations de trempage du chocolat, sculptures en chocolat, ateliers de moulage pour les enfants, visites des laboratoires chocolatiers. Ce sont d'innombrables attractions qui attendaient les Bayonnais et autres passionnés de chocolat.

Mais les Journées du chocolat ce ne sont pas que les artisans et dégustations. Plusieurs intervenants ont participé à l'événement comme le Musée Basque ou le Salon du Livre Ancien. Le premier a exposé un linteau portant le nom d'une des premières chocolateries de la ville « Chocolatenia », datant de 1621, la plus vieille preuve de la tradition chocolatière de Bayonne. Le Salon du Livre Ancien a proposé, de son côté, une collection d'ouvrages sur le chocolat et son histoire.

Hernan Cortés, celui qui amena le chocolat en Europe
Un point incontournable de l'événement fut la visite organisée par l'Office du tourisme autour du chocolat. Celle-ci retraçait non seulement les grandes dates du chocolat à Bayonne, en découvrant ses quartiers historiques, mais revenait aussi sur les origines du chocolat en Europe. On apprend ainsi que ce fut le peuple Maya, qui au 6 siècle avant J.C., avait introduit la culture du cacaoier. Celui-ci leur aurait été offert par un prêtre, « demi-dieu », Quetzulcoat, banni en fin de compte par des sorcières et chassé à l'ouest. Les Mayas étaient cependant persuadés, qu'un jour, il reviendrait. C'est pour cela, semble-t-il, que lorsque Hernan Cortés arriva en 1519, il n'eut aucune difficulté à conquérir les Mayas, qui voyaient en lui le prêtre Quetzulcoat revenu de l'ouest. Cortés envoie les premières cargaisons de chocolat en Espagne quelques dix ans plus tard. Il arrive ensuite à Séville où il est préparé, en catimini par les moines, en tant que boisson pour la noblesse. C'est grâce aux reines Anne d'Autriche, épouse de Louis XII, et Marie Thérèse, épouse de Louis XIV, que le chocolat fait son entrée, pour de bon, dans la cour royale en France vers le milieu du XVII siècle.

Lorsque Bayonne devançait encore la Suisse...
A Bayonne, c'est à la fin du XVI siècle que commence son aventure avec le chocolat. A cette époque précisément, de nombreuses familles de juifs portugais, fuyant l'inquisition, s'installent dans la ville, en y développant les premiers ateliers de chocolat. Les Bayonnais prennent vite goût à ce nouveau produit, en ouvrant à leur tour plusieurs boutiques. Le chocolat connaît un tel succès que, déjà au XVIII siècle, l'on disait qu'à Bayonne « on buvait plus de granSculptureChocod cru que dans tout le royaume. » Le XIX siècle est la période la plus propice aux chocolatiers bayonnais. Ils sont 130 en 1875, plus nombreux qu'en Suisse. Les deux guerres mondiales brisent malheureusement cet élan, et un grand nombre de boutiques est contraint de fermer, faute d'approvisionnement.

Devenir apprenti chocolatier
Ils sont aujourd'hui cinq seulement à faire partie de la Guilde des Chocolatiers. Les maisons Andrieu, Cazenave, Daranatz, Heynard et Pariès animent chaque année les « Journées du chocolat ». Ils reçoivent régulièrement du renfort de la part du Centre de Formation des Apprentis Chocolatiers qui fait aussi déguster gratuitement ses produits dans différents endroits de la ville. Cela ne fait d'ailleurs pas plus de dix ans que fonctionne la filière chocolat, mise en place par la Chambre des Métiers de Bayonne. Celle-ci forme en trois ans de jeunes apprentis au métier de chocolatier, qui deviennent titulaires d'un BTM (brevet technicien au métier). Ces jeunes, d'une vingtaine d'années, en dehors de la technique de fabrication, apprennent, entre autres, comment expliquer une recette en espagnol ou rédiger une commande pour un mariage de 150 personnes (composition du menu chocolatier, calcul des coûts, décorations).

Boycotter les Journées du chocolat?
Il semble y avoir toujours malheureusement le revers de la médaille. Sur la porte du Choco-Musée Puyodebat, situé en plein centre ville, les passants ont pu lire les excuses du propriétaire sur la fermeture du Musée en ces Journées du chocolat, en raison d'une « participation jugée non utile par la ville de Bayonne. » La note précise plus loin que le Musée déménage à Cambo-les-bains. « La ville n'a pas voulu me donner de locaux plus grands pour développer le Musée de chocolat. » explique M. Puyodebat « J'ai voulu aussi apporter quelques idées pour les Journées du chocolat, mais on m'a aussi tourné le dos. » « On n'a jamais fermé la porte à personne. » réplique Jean Paul Heynard, président de la Guilde « ... mais ce n'est pas parce qu'il y a des jeunes qui arrivent dans le métier qu'on va tout révolutionner et faire comme ils l'entendent. » *

Derrière ce côté très festif et jouissif des Journées du chocolat, il est dommage de constater que les artisans chocolatiers de la ville, partageant le même savoir faire et la même passion ne semblent pas en mesure de « jouer ensemble » à une telle occasion, au moins pour le plaisir du consommateur.

Piotr Czarzasty

* lisez « Bayonne, la capitale française du chocolat... l'est-elle encore? »

 

 

Partager sur Facebook
Vu par vous
831
Aimé par vous
0 J'aime
Les réaction
0 réaction
Envoyer par email
Email
Convertir en PDF
PDF
Imprimer cet article
Imprimer
Saveur
Saveur
Retour à la page d'accueil
Accueil
Aucune réaction à cet article pour le moment. A vous de jouer !

Nom * :
Email * :
Texte :
Combien font 14 + 18 ?*

Toutes les réactions sont soumises à validation de la rédaction d'Aqui avant leur publication sur le site. Conformément à l'article 10 du décret du 29 octobre 2009, les internautes peuvent signaler tout contenu illicite à la rédaction d'aqui.fr qui s'engage à mettre en oeuvre les moyens nécessaires à la suppression des dits contenus.

* champs obligatoires

J'aime aqui, je le soutiens ! Aqui!Presse - Des experts pour vous former ! J'aime aqui, je le soutiens !