Soutenez aqui.fr face au défi de la Nouvelle Aquitaine

15/08/18 : Charente: 6 communes viennent d'être reconnues en état de catastrophe naturelle, suite à des mouvements de terrains liés à la sécheresse, survenue entre janvier et juin 2017. Il s'agit de Balzac, Chalais, La Couronne, Fouquebrune, Linars et Nabinaud.

06/08/18 : Dominique Laurent, sous préfète de Bergerac depuis quatre ans, vient d'être nommée à ce même poste à Guingamp (22). Stéphanie Monteuil, sous préfète de Saint-Jean-d'Angely (17) lui succède et prendra ses fonctions le 27 août.

06/08/18 : Jean-Philippe Dargent vient d'être nommé sous-préêfet de Lesparre-Médoc en remplacement de Claude Gobin. Il est actuellement directeur à la citoyenneté, de la légalité et du développement territorial à la préfecture des Pyrénées-Atlantiques.

04/08/18 : Le meeting aérien de Belvès(24), le 15 août, est maintenu. L’Aéroclub Belvès Périgord a pris la décision de ne pas annuler la manifestation, suite au décès de son président. Lundi Alain Valleron a trouvé la mort dans le crash du Cessna qu’il pilotait.

03/08/18 : Jean-Philippe DARGENT nommé le 31 juillet sous-préfet de Lesparre-Médoc prendra ses fonctions le 3 septembre. Il était directeur de la citoyenneté, de la légalité et du développement territorial à la préfecture des Pyrénées-Atlantiques (64)

03/08/18 : Renforcement des mesures de limitation de prélèvements d’eau dans le 47 sur les cours d’eau non réalimentés. Ces restrictions impactent environ 2% de la surface agricole irriguée, 95% des surfaces irriguées bénéficiant de ressources en eau sécurisées

- Publicité -
S’abonner ici !
- Publicité -
  • 16/08/18 | Charente : le festival de Confolens fête ses 60 ans

    Lire

    Le festival de danses folkloriques du monde de Confolens attire chaque année 100 000 visiteurs. Débutée le 13 aout, cette 60e édition se déroule jusqu'au 19 inclus, avec de nombreux spectacles costumés mais aussi des ateliers de danse ouvert au public. Parmi les pays les plus représentés cette année : la République Dominicaine, le Brésil, le Pérou, la Bolivie, la Moldavie et le Botswana. Onze groupes de nationalités différentes se produiront le dimanche soir pour la soirée de clôture.

  • 15/08/18 | Corrèze: l'agriculture au rdv du numérique

    Lire

    Le 25 août, lors de la 50e édition du Festival de l'élevage de Brive, la Chambre d'agriculture de la Corrèze lance un vaste plan de développement des usages numériques agricoles: AgriNumérik 19. Son objectif: mettre à disposition de tous les agriculteurs volontaires du territoire un smartphone avec des applications et services associés. Une initiative d'ampleur unique en France, sous le regard bienveillant d'Hervé Pillaud, membre du Conseil national du numérique et VP de la Chambre d’agriculture des Pays de la Loire, invité de ce lancement.

  • 14/08/18 | EasyJet relie Paris et les pistes de ski

    Lire

    EasyJet vient de lancer une ligne Paris-Pau pour l’hiver 2019. L’aéroport de Pau proposera des navettes directes vers les pistes de ski, disponibles à la vente dès le 1er septembre, et la compagnie facilite le transport des équipements de ski. Deux vols quotidiens sont proposés et jusqu’à deux vols par jour les lundis, jeudis et vendredis.

  • 14/08/18 | Madiran et Pacherenc à la fête!

    Lire

    Ces 14 et 15 août, le village béarnais de Madiran met à l'honneur les appellations Madiran et Pachrenc du Vic Bilh à l'occasion de sa Fête du vins. Pour célébrer les 70 ans des 2 appellations, à travers de nombreuses animations: un espace vins (entrée 5 €) avec dégustations, ventes de vins et rencontres avec les vignerons, mais aussi jeux pour enfants, marché gourmand, défilé des confréries, soirées tapas, bals, concerts le tout accompagnée d'une fête foraine et d'un feu d'artifice pour finir en beauté, le 15 août à 23h30.

  • 13/08/18 | Revenu de base : une expérimentation dans les départements préconisée

    Lire

    Jean-Luc Gleyze, président du département de la Gironde, note avec intérêt que le rapport de préfiguration de France stratégie, qui vient d'être remis au Premier ministre sur l'allocation sociale unique préconise en conclusion "une expérimentation préalable dans une partie du territoire. Il rappelle la volonté de la Gironde d'expérimenter le revenu de base et précise que les scénarios d'expérimentation d'un revenu de base portés par la Gironde et 12 autres départements ne "font pas de perdants".

Les dossiers d'Aqui

La LGV Sud-Ouest Idées neuves en Nouvelle Aquitaine Innov'action et Agriculture

Saveur | Bayonne fête les 400 ans du chocolat

18/05/2009 |

Le chocolat

Cette année, Bayonne célèbrera, du 22 au 24 mai, les 400 ans de l'arrivée dans la ville de la recette chocolatière apportée par les Juifs expulsés du Portugal. Pour l'occasion, des timbres aux senteurs chocolat vont être édités par la Poste. Retour sur la fabuleuse histoire du chocolat dans la région.

C'est en 1609, à Bayonne, que le chocolat entre pour la première fois en France. Mais cela ne semble pas être, à cette époque, l'apanage des basques. Il faut d'abord se rappeler que les fèves de cacao ont été importées en Europe d'Amérique du Sud, lors d'un voyage en retour de Cortes, futur gouverneur de la Nouvelle Espagne (le Mexique) auprès de Charles Quint, en 1519. Elles permettaient de confectionner une boisson particulièrement « amère et détestable », selon lui... Les Espagnols sauront porter cette boisson à leur goût en la mêlant de sucre d'agave puis de canne. Le produit est vite apprécié et promet un marché intéressant, dans la lignée du marché des épices. Un programme de plantations est lancé en 1522 par Cortes. Les premières expéditions massives au travers de l'Atlantiques datent de 1585. Elles marquent le début du commerce du chocolat en Europe.

Le chocolat arrive en France grâce aux juifs portugais

En 1609, les juifs portugais fuyant l'Inquisition, passent la frontière, arrivent sur Bayonne et établissent leurs quartiers à Saint Esprit sur la rive droite de l'Adour, au-delà des remparts où la ville les repoussent. Industrieux et déjà initiés aux secrets du chocolat, ils mettent en place les premiers ateliers de transformation des fèves de cacao en poudre de chocolat à partir de 1615. Le produit est aussi précieux qu'il est rare, mais sa consommation commence à gagner l'aristocratie puisqu'il s'introduit officiellement à la cour de Louis XIII par son épouse Anne d'Autriche, fille du roi d'Espagne, à cette époque.

Au XVIIIème siècle, le chocolat devient accessible au peuple

Ce n'est qu'en 1705 que la libre commercialisation est enfin ordonnée par un édit du roi qui autorise les « limonadiers à vendre du chocolat à la tasse », ce qui rend le prix de cette denrée devient plus accessible au peuple. Les installations de « chocolatiers » foisonnent alors, entre 1710 et 1720, à Bayonne et Saint Jean de Luz... En 1761, dix chocolatiers basques sur Bayonne, avec Ezcura, à leur tête, établissent et font enregistrer par la ville, la guilde de la Corporation des Chocolatiers, « dans le but de perfectionner le métier, d'autant qu'une infinité d'étrangers inondent la ville et infectent le public par la mauvaise composition du chocolat qu'ils y débitent ». Cette guilde sera supprimée par arrêté du Parlement de Bordeaux en 1767, à la demande des dits « étrangers » (Moise Mesquit, Isaac Ledesma, Raphael Dias) appuyée par des épiciers basques et gascons de la ville (Elissalde, Saux, Saubagné, Pouyols). Cet appui inattendu laisse supposer que la qualité du produit confectionné par ces étrangers supplantait le piètre chocolat qu'imposaient les fabricants basques. La transformation du chocolat, notamment au niveau du broyage des fèves torréfiées, reste manuelle jusque vers la fin du XVIII° siècle.

Bayonne, capitale mondiale du chocolat

Au XIX° siècle Bayonne devient la capitale du chocolat, puisque la ville à elle seule recense à son apogée en 1856, 33 fabriques de chocolat qui emploient 130 ouvriers chocolatiers. Le déclin viendra avec la concentration des ateliers ; en 1898 il ne reste plus que 9 fabricants. Rappelons, qu'en 1842 que le chocolat Menier, plus grande fabrique de chocolat en France, s'établit à Noisiel, à l'est de Paris, sur 1500 ha !

Des timbres au goût de chocolat

Aujourd'hui cette activité chocolatière se réduit au Pays Basque à de la simple confiserie fine, et fort réputée. L'anniversaire sera l'occasion de raviver ce glorieux passé. A cet égard, La Poste édite un bloc original de 10 timbres aux effluves de chocolat, à 2,5 millions d'exemplaires. Il sera présenté en avant première à Bayonne et à Paris, les 23 et 24 mai prochains. Les timbres racontent l'histoire du chocolat en représentant pour l'un la fève de cacao, pour un autre une tablette croquée par un enfant, la cour du Roi Charles Quint à l'Alhambra de Grenade ou encore l'introduction du chocolat à Bayonne en 1609. Ces timbres auront une odeur de chocolat. Il faut frotter le timbre pour dégager les parfums. Avec ce procédé, on joue sur trois sens : la vue, car le timbre est beau, l'odorat et le toucher. Pour cela, une encre contenant 300.000 microcapsules par cm2 a été utilisée.

Nicolas César

Partager sur Facebook
Vu par vous
2340
Aimé par vous
0 J'aime
Les réaction
1 réaction
Envoyer par email
Email
Convertir en PDF
PDF
Imprimer cet article
Imprimer
Saveur
Saveur
Retour à la page d'accueil
Accueil
xavier | 17/12/2017

Super article ! pour rester dans le domaine de l'histoire du chocolat de Bayonne je conseil la maison Daranatz qui est ici dans le Pays Basque une institution de la chocolaterie.
http://www.daranatz.com

Nom * :
Email * :
Texte :
Combien font 18 + 14 ?*

Toutes les réactions sont soumises à validation de la rédaction d'Aqui avant leur publication sur le site. Conformément à l'article 10 du décret du 29 octobre 2009, les internautes peuvent signaler tout contenu illicite à la rédaction d'aqui.fr qui s'engage à mettre en oeuvre les moyens nécessaires à la suppression des dits contenus.

* champs obligatoires

J'aime aqui, je le soutiens ! Aqui!Presse - Affichez Vous chez Nous ! J'aime aqui, je le soutiens !