Soutenez aqui.fr face au défi de la Nouvelle Aquitaine

22/09/20 : L'édition 2020 du festival Animasia, prévue les 10 et 11 octobre prochains a finalement été annulée pour respecter les annonces de la Préfecture concernant les nouvelles restrictions sanitaires notamment la réduction de la jauge d'évènements publics.

21/09/20 : Après consulation du comité d’experts, la préfète des Landes a décidé qu'à compter de ce jour 14h00, la vigilance revient au niveau jaune pour les feux de forêt. Autrement dit une vigilance moyenne, au niveau 2 sur une échelle de 5.

18/09/20 : L'incendie du 17 septembre en Nord Gironde avait causé l'interruption du trafic sur la LGV Sud Europe Atlantique. Après vérification du bon fonctionnement des installations par Lisea, le trafic a repris très progressivement depuis 16 heures.

17/09/20 : Plusieurs centaines de personnes ont défilé ce jeudi à la mi-journée à Bordeaux comme un peu partout en France à l'appel de plusieurs syndicats (CGT, FSU, Solidaires) pour dénoncer le plan de relance gouvernemental et les plans sociaux.

17/09/20 : Dans le 47, la fibre optique arrive dans le Pays de Duras. 1ers foyers lot-et-garonnais raccordables début septembre grâce à l’action d’Orange passé avec le Conseil départemental.

17/09/20 : Touchés par la crise liée au Covid, les producteurs de Foie gras ouvrent leurs portes lors des journées du patrimoine (19-20/09). En Lot-et-Garonne, 2 élevages accueillent le public : La Ferme de Souleilles à Frespech et la Ferme de Ramon à Lagarrigue.

16/09/20 : Trois statues de la flèche de Notre-Dame⁩ sont de retour à Paris depuis mardi, plus précisément à la cité de l'architecture. Elles avaient été déplacées dans le cadre de travaux trois jours avant l’incendie pour être restaurées en Dordogne.

13/09/20 : A Beynac, plusieurs centaines de personnes, des dizaines d’élus dont le député des Pyrénées Atlantique, Jean Lassalle sont présents ce dimanche matin à la manifestation en soutien au projet de contournement, qui a été invalidé par la justice.

11/09/20 : Les fortes chaleurs annoncées ces prochains jours (de 31° samedi à 36° lundi et mardi)conjuguées à la sécheresse des sols, ont conduit la préfète de la Gironde à élever la vigilance risque feux de forêt au niveau orange du 12 au 15 septembre inclus.

10/09/20 : Reporté du 31 août au 7 septembre en raison de la COVID-19, le concours de Bordeaux dévoile son palmarès. 990 médailles ont été attribuées sur les 3 427 vins candidats soit 28,8% : 327 médailles d'or, 420 médailles d'argent et 243 médailles de bronze.+ d'info

10/09/20 : Le Mouvement Européen France - Gironde a tenu son Assemblée Générale début septembre. François Adoue, directeur de l'Observatoire International des Métiers Internet a été élu président de l'association et succède ainsi à Jean-Michel Arrivé.

10/09/20 : Pour le centenaire d'aquitanis, arc en rêve propose de visiter l'architecture contemporaine à l'occasion des Journées Européennes du Patrimoine. Les visites se dérouleront au Grand Parc le 19 septembre à partir de 11h puis à la Benauge le 20 septembre.

- Publicité -
S’abonner ici !
proprietes-rurales.com
- Publicité -
  • 22/09/20 | Un marché de producteurs médocains à Ludon

    Lire

    Le jeudi 24 septembre, de 18h30 à 19h30, l’AMAP des Baillots médocains organisera son premier marché des producteurs sous les arbres situés entre l’église et l’école primaire de Ludon. Ce marché des producteurs, permettra aux ludonais, et voisins, de déguster et acheter des légumes eysinais de saison, des huîtres du Cap Ferret, des confitures solidaires de Parempuyre, de la bière de Labarde, du fromage de chèvre de l’Entre-deux-mers, des produits d’entretiens bio 100 % girondins… tout en respectant les prescriptions préfectorales imposées par la situation sanitaire.

  • 22/09/20 | Une troisième journée sans voiture sur l'île Madame

    Lire

    Le mercredi 23 septembre, de 12 heures à 18 heures, l’accès à l’Île Madame par la Passe aux Bœufs, ne sera autorisé qu’aux piétons, cyclistes et utilisateurs de modes de transport doux. Une calèche et des vélos seront mis à disposition. Cette opération s'inscrit dans le cadre du classement de l'agglomération de Rochefort comme Grands sites de France, qui récompense les collectivités qui promeuvent un tourisme durable sur leur territoire. L'agglo a officiellement reçu cette distinction le 21/09.

  • 22/09/20 | Poitiers: L'Université veut favoriser la poursuite des études post bac

    Lire

    L'université de Poitiers est lauréate d'un nouveau financement du Programme d'investissements d'avenir-PIA avec le projet CODA, à la CrOisée Des pArcours, fruit d'un partenariat avec l'université de La Rochelle, le Rectorat de l'Académie de Poitiers et le Crous de Poitiers. Ce projet vise à créer une dynamique de préparation à l'entrée dans l'enseignement supérieur au plus près des possibilités d'orientation des lycéens sur tous les types de territoires. Objectif : favoriser le taux de poursuite d'études après-bac.

  • 21/09/20 | Location saisonnière : 22 villes interpellent l'Union Européenne

    Lire

    Ce jeudi, le maire de Bordeaux Pierre Hurmic était au côté des 21 autres maires de villes européennes pour demander une évolution de la règlementation sur la location saisonnière auprès de Margrethe Vestager, commissaire européenne à la concurrence. Leur but : obtenir plus de pouvoir de régulation de cette activité et "poursuivre les plateformes en cas de manquement à la règlementation locale". Des mesures en ce sens sont attendues dans un futur Acte européen pour les services numériques. À Bordeaux, environ 4 300 logements entiers sont soustraits du parc locatif privé.

  • 21/09/20 | À Bordeaux, Montaigne se cache encore

    Lire

    Le squelette en bon état de conservation d'un individu de sexe masculin, c'est ce qu'a découvert l'équipe de scientifiques qui a ouvert ces derniers jours le contenant en plomb retrouvé fin 2018 dans les sous-sols du Musée d'Aquitaine, à Bordeaux. Etant supposément le cercueil du philosophe Michel de Montaigne, les recherches continuent. De futures analyses ADN (sur des morceaux de tissus et de supposés cheveux) doivent être menés dans les prochains mois. Les résultats ne sont pas attendus avant début 2021.

Les dossiers d'Aqui

La LGV Sud-Ouest Idées neuves en Nouvelle Aquitaine Innov'action et Agriculture

Saveur | Échiré, une nouvelle boutique pour le beurre d’ici la fin 2020

26/12/2019 | Connue mondialement, Échiré est à la fois une commune des Deux-Sèvres, située au nord de Niort, et une coopérative qui produit 2 000 tonnes de beurre.

De g. à d. Michel Papot (directeur de la coopérative laitière de la Sèvre), Patrick Roulleau (président de la coopérative laitière de la Sèvre), Jérôme Baloge (président de la communauté d'agglomération du niortais), Thierry Devautour (maire d'Échiré)

La commune d’Échiré, dans les Deux-Sèvres, est (re)connue mondialement pour son beurre. Chaque année, 2 000 tonnes sont produites dans l’usine qui compte une quinzaine de salariés. C’est au pays du « soleil levant » que le beurre semble obtenir le plus de succès : de nombreux Japonais font la queue pour s’arracher des produits à base de ce beurre baratte. C’est un peu cet exemple qu’aimerait reproduire la coopérative laitière de la Sèvre, qui détient la coopérative d’Échiré, en ouvrant une nouvelle boutique ainsi que des ateliers pour accueillir des clients et des professionnels qui travaillent ce produit emblématique que l’on retrouve sur de nombreuses tables de restaurants et d’hôtels de luxe. Ce bâtiment, qui donne sur l’usine, devrait être aménagé d’ici la fin de l’année 2020. L’objectif est que le territoire profite aussi  de son image de marque.

La place de l’église d’Échiré dans les Deux-Sèvres est arborée de tilleuls. En contrebas, une cheminée de briques. Il s’agit de l’usine qui porte le même nom que cette petite ville de 3 450 habitants. Ici sont fabriquées près de 2 000 tonnes de beurre et de la crème fraîche. Implantée depuis 1894, la coopérative Échiré, qui fait partie de la coopérative laitière de la Sèvre, compte une quinzaine de salariés. Cette coopérative participe à la renommée mondiale de la commune comme beaucoup d’autres. Comme pour Roquefort, Camembert ou encore Cognac, Échiré c’est donc aussi le nom d’un produit prestigieux et luxueux : le beurre. « Échiré possède une histoire rare et atypique. Notre commune porte le nom d’un produit emblématique et de qualité avec un processus de fabrication particulier qu’est la barrette en bois », explique Thierry Devautour, maire d’Échiré.  

Le beurre d'Échiré a la cote. Un tiers de la production est pour l'export. Parmi les pays qui l'apprécie : le Japon.

Un beurre qui a la cote au Japon

La coopérative Échiré est mondialement connue. Les produits sont exportés sur tous les continents et dans quarante pays. Parmi eux, le Japon, où elle se développe depuis 1999. Il existe trois boutiques qui portent le nom de la commune deux-sévrienne : deux à Tokyo, une à Osaka. Il y a même des files d’attente devant. Les Japonais se battent pour acheter des produits à base de ce beurre si particulier qui est encore produit dans des barattes en bois. « On peine à croire que des gens font la queue pour acheter nos produits à l’autre bout du monde. Pour l’avoir vécu, c’est assez impressionnant », explique Patrick Roulleau, président de la coopérative laitière de la Sèvre (qui comprend Sèvre et Belle, Atelier de la Sèvre et Échiré). Un succès que confirme le maire de la commune : « On m’envoie des photos de gens dans le métro de Tokyo avec des sacs estampillés Échiré ». D’autres maisons du beurre vont ouvrir au Japon. Il devrait y en avoir 5 à 6. Actuellement, une centaine de tonnes de beurre est exportée au pays du soleil levant. « D’ici deux ans, cela devrait doubler », précise Michel Papot, le directeur de la coopérative laitière de la Sèvre. 

L’exemple de ces boutiques  japonaises a donné des idées aux dirigeants de la coopérative. « Le souci est que nous n’avons pas d’outil de communication de ce genre en France… Avant d’ouvrir une boutique sur l’avenue des Champs-Elysées, il faudrait peut-être en faire une à Échiré », indique Patrick Roulleau. Aujourd’hui, il existe un petit magasin à l’intérieur de l’entreprise, mais difficile de le développer. « Pour y aller, il faut rentrer dans l’usine. Pour des raisons sanitaires, cela ne sera plus possible. Il faut aussi la rendre accessible aux personnes à mobilité réduite », poursuit le président. Il a fallu trouver un autre lieu. Tout naturellement, le maire et les dirigeants de la coopérative ont pensé au bâtiment de l’ancienne poste d’Échiré dont un mur est d’ailleurs mitoyen et donne sur l’endroit de livraison de lait de l’usine. 

Un bâtiment avec vue sur l’usine

La Communauté d’agglomération du niortais va investir dans ce bâtiment de 125 m2. Coût total entre 300 et 400 000 euros avec tous les aménagements intérieurs. « Il est important que les gens sachent situer sur une carte Échiré. Avec cette boutique de plus en plus de personnes le sauront », indique Jérôme Baloge, maire de Niort et président de la communauté d’agglomération. La mairie d’Échiré, quant à elle, s’occupera d’aménager l’extérieur et de rendre la place accueillante et accessible. Le bâtiment sera loué à la coopérative avec une possibilité d’achat en fin de bail. « Une forme de leasing », précise Jérôme Baloge. Les travaux devraient se finir d’ici la fin de l’année 2020. « Pour les fêtes, ce serait l’idéal », commente le président de l’agglomération. Pour l’instant le dossier est parti chez le notaire et il va falloir lancer un appel à projet auprès de cabinets d’architecte. Niveau cahier des charges, Patrick Roulleau partage déjà quelques idées. « Il faut une salle d’animation pour les professionnels. Nous devons montrer à nos clients notre savoir-faire et permettre aux plus grands chefs de s’exprimer. Nous avons prévu de faire une baie vitrée qui donnera une vision sur la coopérative et qui permettra de voir arriver le lait ». Une boutique est bien évidemment prévue pour proposer du beurre d’Échiré, la crème fraîche et d’autres produits dérivés. « Nous voulons peut-être aussi vendre d’autres produits locaux », explique Michel Papot. C’est toujours en réflexion. 

Plus de 2 000 tonnes de beurre sont produites chaque année dans cette usine juste en contre bas de la place de l'église d'Échiré

Cette nouvelle boutique va ouvrir plus souvent que l’actuelle gérée par un employé. « On devrait recruter au moins une personne pour avoir des horaires d’ouverture plus importants », confie Michel Papot. Les chiffres  sont d’ailleurs encourageants. Les ventes de la boutique actuelle ont augmenté de 18% cette année par rapport à 2018. Le chiffre d’affaires est de 140 000 euros. Aujourd’hui il n’est pas rare de voir des touristes, le plus souvent japonais, faire le détour par la commune des Deux-Sèvres. « Ils se heurtent souvent le week-end au portail de l’usine fermé », explique Thierry Devautour, le maire qui est voisin de la coopérative. « Échiré est une marque. Sa force est sa coopérative de producteurs en circuit court. Son image dépasse notre territoire et même la France. C’est une chance formidable pour les éleveurs du coin », analyse Jérôme Baloge. Effectivement la coopérative laitière de la Sèvre fait appel à 120 fermes (65 en bovins et 55 en caprins) dans un rayon d’une trentaine de kilomètres autour des deux sites de productions à Échiré et Celles-sur-Belle. 

Ce nouveau bâtiment va sans doute faire venir du monde à Échiré. « On aura notre clientèle habituelle qui se situet dans un rayon d’une trentaine de kilomètres et même parfois au-delà. Puis il y a aussi les personnes en déplacement à Niort, souvent dans le secteur des mutuelles, qui font le plein pour eux et pour leurs collègues », indique Patrick Roulleau, le président de la coopérative. Sans oublier les touristes. Le beurre d’Échiré, un produit de renom et de qualité qui fait fonctionner autour de lui toute une économie. Un tiers de la production annuelle de 2 000 tonnes est consacré à l’export. Le premier importateur est le Japon. L’an dernier, en octobre 2018, la coopérative a signé un contrat avec un importateur japonais pour 10 ans. Un bon signe pour le développement de la coopérative dans le monde. « On réfléchit aussi à comment mieux valoriser sur le territoire cette marque depuis une quinzaine d’années. Nous avons une boulangerie et un restaurant qui proposent des produits au beurre d’Échiré », explique Michel Papot, le directeur de la coopérative. Echiré se doit de profiter également des retombées de son or jaune, son beurre barrette de grand renom.

Julien Privat
Par Julien Privat

Crédit Photo : Aqui.fr

Inno'action et agricultureCet article fait partie du dossier

Voir les autres articles de ce dossier
Partager sur Facebook
Vu par vous
97222
Aimé par vous
0 J'aime
Les réaction
0 réaction
Envoyer par email
Email
Convertir en PDF
PDF
Imprimer cet article
Imprimer
Saveur
Saveur
Retour à la page d'accueil
Accueil
Aucune réaction à cet article pour le moment. A vous de jouer !

Nom * :
Email * :
Texte :
Combien font 24 + 15 ?*

Toutes les réactions sont soumises à validation de la rédaction d'Aqui avant leur publication sur le site. Conformément à l'article 10 du décret du 29 octobre 2009, les internautes peuvent signaler tout contenu illicite à la rédaction d'aqui.fr qui s'engage à mettre en oeuvre les moyens nécessaires à la suppression des dits contenus.

* champs obligatoires

J'aime aqui, je le soutiens ! Aqui!Presse - Professionnels des contenus ! J'aime aqui, je le soutiens !