aqui.fr lance Aqui-Bordeaux-Métropole le 9 novembre 2015

27/05/16 : Alerte rouge pour le Biarritz Olympique: quand son voisin l'Aviron joue pour la montée, la DNACG, chargée du contrôle de gestion des clubs a décidé de rétrograder Narbonne, Bourgoin et Biarritz en Fédérale. Le club ferait appel face à ce coup fatal.

26/05/16 : Ce matin, prologue à la manifestation de protestation contre la loi El Khomri, une centaine de militants de la CGT ont bloqué le port de Bayonne avant de rejoindre la manifestation pour asphyxier le rond point Saint- Léon, axe stratégique de la ville

24/05/16 : Concerts, spectacles de danse, bal sévillan et toro de fuego figurent, entre autres animations, au programme du festival Flamenco y feria qui se déroulera à Pau du vendredi 24 au dimanche 26 juin+ d'info

21/05/16 : Avec la commune d'Amorots, canton Pays de Bidache, le cap des 100 (sur 158) favorables à l'établissement public de coopération intercommunale unique du Pays basque, EPCI,(contre 33), a été franchi.Le préfet Durand peut en préparer l'arrêté le 31 mai.

17/05/16 : Après, s'être installé à l'hôtel Regina de Biarritz,les dix-sept joueurs en stage de l'équipe de Didier Deschamps sont allés s'oxygéner à Anglet, sa ville voisine, dans la foret de Chiberta où ils ont effectué une virée de une heure à VTT.

- Publicité -
S’abonner ici !
- Publicité -
  • 26/05/16 | Chômage ALPC: + 0,4% en avril , France:-0,6%

    Lire

    En Aquitaine Limousin Poitou-Charentes, le nombre de demandeurs d'emploi de catégorie A s'établit à 301 961: +0,4 %/mars (+1 329 ) (- 0,4 % sur 3 mois et + 0,1 % sur un an). France métropolitaine:- 0,6 %/mars - 1,2 % sur trois mois et de 0,6 % sur un an. En Aquitaine Limousin Poitou-Charentes, en avril 2016, le nombre de demandeurs d'emploi en catégorie A augmente de 0,4 % pour les moins de 25 ans (–0,2 % sur 3 mois et –6,7 % sur un an), de 0,5 % pour ceux âgés de 25 à 49 ans (–0,6 % sur 3 mois et –0,3 % sur un an) et de 0,3 % pour ceux âgés de 50 ans ou plus (–0,1 % sur 3 mois et +5,8 % sur un an).

  • 25/05/16 | Le Ceser de la Région ALPC : oui mais au budget

    Lire

    Le CESER d'ALPC tout en approuvant le projet de budget considère comme essentiel que le Conseil régional conserve son rôle d’animateur du développement économique et social sur son territoire, en maintenant son action auprès du secteur associatif dans les domaines culturels et sportifs. Par ailleurs, "le CESER attire l’attention sur l’annonce par la Région d’une baisse structurelle des dépenses de fonctionnement. Cette stratégie aura des conséquences sur les politiques économiques, sociales et environnementales alors que les dépenses d’intervention sont souvent créatrices de richesse et d’emploi."

  • 25/05/16 | Un prix pour développer la langue occitane

    Lire

    L'Office Public de la Langue Occitane lance le Prix Jan Moreu sur l’innovation linguistique. Celui-ci récompense un projet exemplaire et innovant en termes d'actions, de produits ou services sur le thème de la transmission ou de l’utilisation de la langue occitane (événementiel, produit numérique, action de sollicitation ou sensibilisation de la population, outil pédagogique etc.)La candidature est ouverte aux personnes morales ou physiques majeures. Ce prix est doté d'une récompense pouvant aller jusqu'à 5 000 €. Renseignements sur ofici.occitan@gmail.com

  • 25/05/16 | Le moustique tigre surveillé dans les Pyrénées-Atlantiques

    Lire

    Une surveillance du moustique tigre a été mise en place jusqu'au 30 novembre dans les Pyrénées-Atlantiques qui sont classées au niveau 1 du plan national anti-dissémination des virus du chikungunya, de la dengue et du Zika. Ce niveau signifie que le moustique Aedes albopictus est implanté et actif dans le département. Le plan d'action mis en place par les pouvoirs publics comprend une veille citoyenne permettant à chacun de signaler la présence de ce moustique sur www.signalement-moustique.fr , ainsi qu'une surveillance entomologique et épidémiologique.

  • 25/05/16 | Feu vert pour la LGV Bordeaux-Toulouse-Dax

    Lire

    La section travaux publics du Conseil d'État a donné ce mercredi son feu vert pour le projet de LGV entre Bordeaux, Toulouse et Dax. Le Secrétaire d'État aux Transports, Alain Vidalies, a assuré que le projet allait être déclaré d'utilité publique avant le 8 juin prochain. Plusieurs études seront nécessaires avant que le chantier, qui est pour l'instant estimé à plus de 9 milliards d'euros (360 kilomètres de ligne nouvelle), ne démarre officiellement, pas avant 2020.

Les dossiers d'Aqui

La LGV Sud-Ouest Elections régionales 2015 Innov'action et Agriculture

Nos partenaires


Saveur | En Lot-et-Garonne, le domaine du Barry souffle ses 30 bougies d'existence

20/11/2013 | 50 hectares de vergers, 100.000 pommiers, 18 variétés de pommes : c'est le domaine du Barry situé à Lagarrigue en Lot-et-Garonne

Pierre et Daniel Balaresque

Golden, Rubinette, Pinova, Fuji, Story... Voici 5 des 18 variétés de pommes qu'abrite le verger du Barry, situé à Lagarrigue, en Lot-et-Garonne. Depuis 30 ans, Daniel Balaresque est au petit soin pour ses 100.000 pommiers répartis sur 50 hectares. Il les observe quotidiennement et laisse la nature faire son œuvre pour ne pas gêner l’écosystème. Pour fêter ses trois décennies de dur labeur, il a demandé à Michel Dussau, le chef de la Table d'Armandie (Agen), de concocter des recettes avec ses trésors fruitiers. Pierre Balaresque, le fils de Daniel, revient pour nous sur l'histoire de ce verger.

@qui ! : Au début des années 80, votre père, Daniel, s'est lancé dans l'arboriculture. Pourquoi ?
Pierre Balaresque :
En fait, c'est une longue histoire. Quand il était jeune, mon père avait visité un verger de pommiers et de poiriers chez un ami en Tarn-et-Garonne. Il l'avait trouvé magnifique. Il s'était alors promis que lui aussi aurait un jour un beau verger sur sa propriété de Lagarrigue. Dans les années 70, il s'est alors lancé dans l'aventure en plantant 30 hectares de poiriers. Mais au bout de quelques années de production une maladie s'est déclarée, le feu bactérien, qui a tué tous ses arbres. Il a du repartir de zéro. Et c'est vers 35 ans qu'il a décidé d'épouser complètement le métier de paysan. Il a recommencé assez petit et modestement en plantant deux hectares de pommiers soit 4.000 arbres. Et aujourd'hui, grâce à notre sol fertile - une belle terre argilo-calcaire - et un bel ensoleillement nord-sud sur les coteaux, nous possédons quasiment 100.000 arbres sur 50 hectares.

@! : Ces pommiers sont conduits en production fruitière intégrée. Qu'est-ce que cela signifie ?
P. B. :
C'est comme de l'agriculture raisonnée, mais encore plus poussée techniquement. En fait, nous observons... Il y a encore 30 ans, des plants de traitements existaient au quotidien. Un beau jour, mon père a acheté des loupes. Des loupes pour observer la faune auxiliaire dans nos vergers. Ce fut une véritable révolution chez nous. Plus de traitements systématiques. Nous avons pris conscience que la vie est un écosystème. Si nous traitons le puceron, ce traitement peut engendrer des dégâts sur d'autres insectes comme ses prédateurs. Il ne faut pas bousculer la vie dans les vergers. Pareil, nous n'introduisons pas les coccinelles... elles viennent toutes seules.

@ ! : Aujourd'hui quand on parle d'agriculture on entend sonde, drone, capteur... En utilisez-vous dans votre exploitation ?
P. B. :
Oui, nous utilisons des sondes depuis quelques années. Nous en avons plantées à différentes hauteurs dans nos vergers afin de comprendre à quel moment nos arbres avaient besoin d'eau. Ces sondes sont reliées à nos téléphones portables et nous disent plusieurs fois par jour s'il y a besoin d'arroser ou non. Grâce à cet outil nous avons fait une réelle économie d'eau.

@ ! : Pourquoi êtes-vous allé chercher le chef de la Table d'Armandie, Michel Dussau, pour valoriser vos fruits ?
P. B. :
En fait, à l'occasion des trente ans du domaine, nous souhaitions trouver un moyen de consommer différemment nos pommes. Nous avons eu l'idée des recettes et pour se faire nous désirions un partenariat avec un chef local. Nous avons tout de suite pensé à Michel Dussau. Nous l'avons contacté et, lui, étant fils de paysan, a tout de suite adhéré à notre démarche. Il a donc inventé douze recettes, une par mois, avec douze variétés de nos pommes. Ses clients pourront donc goûter un foie gras de canard frais aux pommes Renoir, déguster un magret de canard grillé aux pommes Fuji ou encore savourer des ravioles de pommes Granny Smith aux huîtres et au céleri rave. Tout pour nous mettre en appétit !

Sybille Rousseau
Par Sybille Rousseau

Crédit Photo : Studio Christian

Partager sur Facebook
Vu par vous
465
Aimé par vous
0 J'aime
Les réaction
0 réaction
Envoyer par email
Email
Convertir en PDF
PDF
Imprimer cet article
Imprimer
Saveur
Saveur
Retour à la page d'accueil
Accueil
Aucune réaction à cet article pour le moment. A vous de jouer !

Nom * :
Email * :
Texte :
Combien font 30 + 11 ?*

Toutes les réactions sont soumises à validation de la rédaction d'Aqui avant leur publication sur le site. Conformément à l'article 10 du décret du 29 octobre 2009, les internautes peuvent signaler tout contenu illicite à la rédaction d'aqui.fr qui s'engage à mettre en oeuvre les moyens nécessaires à la suppression des dits contenus.

* champs obligatoires

J'aime aqui, je le soutiens ! Aqui!Presse - Professionnels des contenus ! J'aime aqui, je le soutiens !