aqui.fr lance Aqui-Bordeaux-Métropole le 9 novembre 2015

26/03/17 : Dordogne : le nombre de demandeurs d'emplois sans aucune activité est en baisse au mois de février. 20 900 personnes sans activité sont inscrites à Pole emploi. Cette diminution concerne les moins de 25 ans (-1 %) et les plus de 50 ans (-1,4 %).

26/03/17 : Philippe Poutou, candidat à la présidentielle pour le NPA, tiendra un meeting à Terrassion Lavilledieu, le lundi 3 avril. Il est le deuxième candidat à venir battre la campagne en Dordogne, après Jean-Luc Mélenchon.

26/03/17 : Charente-Maritime : le nombre de demandeurs d'emploi s'établit à 56 720 à la fin février, soit +0,6% d'inscrits en un mois. En revanche, le nombre de demandeurs sans aucune activités (cat.A) a baissé de 5% ces douze derniers mois.

25/03/17 : Charente-Maritme : lors de la session de printemps le 24 mars, les élus du Département ont adopté une motion à l'intention de la Région, concernant leurs inquiétudes vis-à-vis du transfert de la gestion des transports et du sort des salariés.

24/03/17 : La Rochelle : "victime" du succès de son équipe en tête du Top 14 : le stade Marcel-Deflandre affiche complet sur tous ses matchs jusqu'à la fin de saison. Le Stade Rochelais prévoit d'ouvrir 1000 places de plus pour la saison prochaine, dès avril.

21/03/17 : Promotion remarquée pour le marmandais Matthias Fekl qui succède à Bruno Le Roux, ministre de l'Intérieur poussé à la démission par F.Hollande et B.Cazeneuve à la suite des révélations sur l'emploi de ses filles à l'assemblée entre 2009 et 2016

20/03/17 : Le vélo-tourisme de Charente-Maritime a reçu 3 récompenses au salon Destination Nature ce week-end à Paris : la VélOdyssée et la route du Canal des 2 Mers pour les trophées "Itinéraires" et le 1erPrix "Destination Vélo" pour l'ensemble du département

- Multivote -
- Publicité -
S’abonner ici !
- Publicité -
  • 26/03/17 | Légère hausse du chômage en Nouvelle-Aquitaine

    Lire

    Le nombre de demandeurs d'emplois a augmenté en Nouvelle-Aquitaine de +0,5% entre janvier et février, avec 500 470 inscrits, toutes catégories confondues, soit +1,1% en un an. La Gironde enregistre le plus grand nombre de chômeurs, avec 147 880 chômeurs, soit une hausse de +2,6% en un an. La Creuse enregistre le plus forte baisse d'inscriptions, avec -2,6%. Le nombre de demandeurs d'emploi sans aucune activité a baissé en Corrèze (-8%), Charente (-6,6%) et Charente-Maritime (-5%) en 12 mois.

  • 21/03/17 | Ford: deux groupes de travail

    Lire

    Le comité de suivi du site Ford Aquitaine Industries (FAI) de Blanquefort réuni en préfecture en présence de la direction, des représentants du personnel et des collectivités a fait un point d’étape sur la situation et décidé la création de 2 groupes de travail l'un visant à rechercher des pistes d’améliorations de la compétitivité du site en vue de l’obtention de nouveaux produits, l'autre à aborder la diversification de l’usine vers l’électrification des véhicules. Les activités d'entreprises implantées dans la région et spécialisées dans ce domaine ont été présentées à Ford Europe.

  • 21/03/17 | Le premier ministre salue une rénovation urbaine à Pau

    Lire

    Bernard Cazeneuve, le premier ministre, a été accueilli lundi à Pau pour accompagner le lancement d'un important projet de rénovation urbaine. Celui-ci concerne le quartier populaire de Saragosse où 127 millions d'euros vont être investis sur 8 ans, dont 39 millions accordés par l'Etat. 1448 logements seront requalifiés et 1468 résidentialisés. 258 logements étant créés ainsi que 78 logements sociaux. Bernard Cazeneuve a également salué le dynanisme de l'Université de Pau et des Pays de l'Adour, labellisée I-Site pour ses spécialités dans l'énergie et l'environnement.

  • 19/03/17 | La Rochelle : début de chantier pour un futur centre de performance sportif

    Lire

    La Rochelle aura bientôt un centre de performance sportif pour son équipe de rugby, le Stade Rochelais. A la fois lieu de formation, d’entraînement, de vie du club et pôle santé, il accueillera d’autres sports comme le Pole France Voile ou le rugby fauteuil. La première pierre a été posée le 18 mars, en présence du secrétaire d’Etat aux sport Thierry Braillard.Les joueurs ont signé à cette occasion un partenariat avec la préfecture pour mener des actions de prévention routière auprès des jeunes.

  • 18/03/17 | Week-end musées Télérama en Dordogne

    Lire

    Les 18 et 19 mars, le site-musée Vesunna et le Musée d’art et d’archéologie du Périgord à Périgueux participent à l'opération « Week-end musées Télérama ».Au Musée d’art et d’archéologie du Périgord : accès aux collections et à l'exposition temporaire d'Anne Slacik "L'eau et les rêves", jeux de piste, jeux de société. A Vesunna, accès au site et à 15 h, dernières visites commentées de l’exposition" Ils sont Food ces Romains!" avant démontage. Entrée libre pour 4 personnes sur présentation du « pass » présent dans « Télérama » des 8 et 15 mars.

Les dossiers d'Aqui

La LGV Sud-Ouest Idées neuves en Nouvelle Aquitaine Innov'action et Agriculture

Nos partenaires


Saveur | Famille Michaud Apiculteurs met en place « l’IRM du miel »

14/02/2016 | L’entreprise basée en Béarn et numéro un européen du miel est la première de sa branche à se doter de la technologie de résonance magnétique nucléaire

Des contrôles exigeants destinés à vérifier qu'un miel est 100% pur et naturel

Une abeille butine dans un rayon de 9 kilomètres autour de sa ruche. Mais on ne peut pas mettre un apiculteur derrière elle pour vérifier sur quelle fleur elle se pose. Et les risques sont divers sur le parcours, en particulier ceux liés à la pollution. Sans parler des tricheries possibles après la récolte, comme les ajouts de sucre ou les fausses appellations. Dès lors, comment vérifier qu’un miel est 100% pur et naturel ? « La qualité de nos produits est un fait non négociable » répond-t-on chez Famille Michaud Apiculteurs. Chef de file européen sur le marché du miel et des produits sucrants, cette entreprise basée en Béarn s’est dotée d’un système de contrôle très exigeant. Elle est aussi la première au monde à mettre en place, dans sa branche d’activité, une technologie de résonance magnétique nucléaire. Pour ne laisser absolument rien au hasard.

C’est un fait. On trouve de moins en moins de miel dans le monde. Depuis 19 ans, la France a par exemple perdu  68% de sa production. « D’où la nécessité de protéger le produit » explique Patricia Beaune, responsable du laboratoire de Famille Michaud Apiculteurs.

D’une manière générale, une directive européenne définit ce que l’on attend de la qualité d’un miel, tout comme on le fait par ailleurs pour le vin.

Les critères sont multiples. On cherche à repérer les molécules qui vont jouer un rôle de « traceurs de fraîcheur ». On tient compte du taux d’humidité qui va assurer la bonne conservation du produit : moins celui-ci contient d’eau plus longtemps il pourra être utilisé.

On s’intéresse aussi à la diastase. C’est-à-dire à l’enzyme de l’abeille qui permet de transformer le nectar en miel et qui constitue l’un des moyens de garantir l’authenticité de ce dernier.

Couleur, sucres, pollen : tout y passeFamille Michaud  ne s’arrête pas là. L’entreprise, qui refuse 30% des produits qui lui sont proposés, effectue en effet de multiples analyses  pour  caractériser les appellations des miels qu’elle va mettre en pot.

Elle en examine  la couleur, mais également le pH (taux d’acidité) qui varie d’un produit à l’autre. Il en va de même pour le profil des sucres, simples ou complexes : fructose, glucose, saccharose etc.

Les grains de pollen toujours présents dans le miel, même en quantité très réduite, sont aussi étudiés. « Ils nous permettent de dire quelle espèce de fleur l’abeille a butiné et dans quelle quantité. Pour bénéficier de l’appellation miel de châtaignier, il est par exemple nécessaire d’avoir un taux de 93% de pollen de cette plante. Ce qui indique que l’insecte a butiné exclusivement sur celle-ci».

Un produit très surveilléRestent les contrôles de goût. Car, comme les grands noms du vin, Michaud possède ses « nez » et ses « palais », au total une dizaine de personnes ayant une capacité d’expertise sensorielle. « Lorsque toutes ces vérifications sont faites, nous donnons une appellation florale et géographique qui est apposée sur les étiquettes de nos produits ».

Plus de 2 000 appellations florales et géographiques de miel ont été répertoriées sur terre

La démarche est exigeante et très encadrée.  « Un miel ne peut être garanti 100% sain et naturel que s’il a été examiné par un laboratoire compétent » poursuit Patricia Beaune. Celui dont  l’entreprise des Pyrénées-Atlantiques s’est dotée est accrédité depuis 2013, et contrôlé tous les ans par le COFRAC, un organisme français lui permettant de bénéficier d’une norme internationale (ISO 17025).  Entres autres suivis…

Résonance magnétique nucléaire : une premièreA partir du mois de mars, une nouvelle étape va être franchie par l’entreprise, qui développe notamment la marque « Lune de miel » et dont le siège se trouve à Gan, au sud de Pau. Celle-ci va en effet se doter d’une technologie de résonance magnétique nucléaire. Ce que l’on peut comparer à une IRM du miel nécessitera un investissement global de 2 millions d’euros et l’amènera à tripler la surface de son laboratoire.

« Plus d’une quinzaine d’analyses différentes sont nécessaires pour tester la qualité globale des miels, caractériser les appellations et repérer les fraudes éventuelles » dit Patricia Beaune.

« En une seule opération, la RMN nous permettra de vérifier plusieurs facteurs : l’absence d’adultération d’un produit, le spectre des sucres, certaines molécules traceurs de fraîcheur et, à terme, les appellations florales. Nous allons gagner du temps, de la précision et accroître un niveau de fiabilité déjà important ».

Une base mondiale de donnéesFamille Michaud, qui travaille avec 500 apiculteurs en France et 1 700 à l’extérieur de nos frontières (dont l’Espagne et l’Italie « qui ont de très beaux miels »), en profitera également pour élaborer au cours des années qui viennent une base mondiale de données des miels. Ce qui, estime-t-elle, devrait renforcer sa position d’expert dans ce domaine.

Aujourd’hui, plus de 2 000 appellations florales et géographiques ont été répertoriées sur terre. D’autres restent à découvrir. L’entreprise béarnaise a ainsi chargé l’un de ses collaborateurs d’explorer « tous les territoires méconnus en matière de miel ». Cet Indiana Jones de la ruche est sur la route neuf mois par an.

Jean-Jacques Nicomette
Par Jean-Jacques Nicomette

Crédit Photo : Famille Michaud

Partager sur Facebook
Vu par vous
37344
Aimé par vous
0 J'aime
Les réaction
0 réaction
Envoyer par email
Email
Convertir en PDF
PDF
Imprimer cet article
Imprimer
Saveur
Saveur
Retour à la page d'accueil
Accueil
Aucune réaction à cet article pour le moment. A vous de jouer !

Nom * :
Email * :
Texte :
Combien font 28 + 9 ?*

Toutes les réactions sont soumises à validation de la rédaction d'Aqui avant leur publication sur le site. Conformément à l'article 10 du décret du 29 octobre 2009, les internautes peuvent signaler tout contenu illicite à la rédaction d'aqui.fr qui s'engage à mettre en oeuvre les moyens nécessaires à la suppression des dits contenus.

* champs obligatoires

J'aime aqui, je le soutiens ! Aqui!Presse - Des experts pour vous former ! J'aime aqui, je le soutiens !