Soutenez aqui.fr face au défi de la Nouvelle Aquitaine

19/11/20 : Charente-Maritime : le taux de positivité au Covid-19 était ce soir de 75 pour 100 000 habitants, et de 90 pour La Rochelle, soit moitié moins que la semaine dernière, selon l'ARS. 34 patients sont hospitalisés à La Rochelle, dont 14 en réanimation.

17/11/20 : Charente-Maritime: dans le cadre de la poursuite du chantier de changement des câbles du Pont de Ré, la circulation automobile aura de courtes interruptions jeudi 19 novembre entre 12 et 13h, sans conséquence pour le passage des piétons et des vélos.

17/11/20 : Le festival de la BD d'Angoulême se fera en deux temps: en janvier pour la remise des fauves et en juin pour un festival en présentiel. Une exposition sera dédié à l'art d'Emmanuel Guibert au musée des beaux arts d'Angoulême, inauguré le 20/11/2021.

16/11/20 : Les communes de La Mothe Saint Héray et Saint Maixent l'Ecole dans les Deux-Sèvres ont été reconnues en état de catastrophe naturelle, suite aux inondations subies au mois de mars.

15/11/20 : Le Centre communal d’action sociale CCAS de La Rochelle lance un appel à la solidarité et au bénévolat pour épauler les acteurs de l’aide alimentaire. Contact : Frédérique Duchesne àfrederique.duchesne@ccas-larochelle.fr ou au 05 46 35 21 16.

13/11/20 : Les élections régionales et départementales prévues en mars auront très vraisemblablement lieu en juin suite à la proposition faite en ce sens par Jean-Louis Debré qui a remis son rapport au premier ministre: option retenue par le gouvernement.

13/11/20 : Ce samedi 14 novembre, de 14h à 16h, associations, familles, professionnels de la santé et de l’éducation, vont manifester de l'Hôtel de ville au rectorat. Ils sont contre l'instruction à l'école obligatoire pour tous dès 3 ans. + d'info

12/11/20 : Confinement: Il serait irresponsable de lever ou d'alléger le dispositif actuel a déclaré le premier ministre, lequel a ajouté qu'un allégement strictement réservé aux commerces pourrait être envisagé le 1°décembre.

09/11/20 : Dans le cadre du reconfinement, la Ville de Bayonne et son maire J.R. Etchegaray ont aménagé 45 box au Palais des sports de Lauga pour accueillir les sans abri. Les lits ont été fournis par le 1er RPIma et dispositif assuré par l'association Atherbea

09/11/20 : Mme Estelle Leprêtre, directrice adjointe de la direction départementale de la cohésion sociale du Morbihan, est nommée sous-préfète de Jonzac en Charente-Maritime. Elle prendra ses fonctions le 23 novembre prochain.

05/11/20 : Charente-Maritime : suite à l'élection à la fonction de sénateur de Mickaël Vallet, ex président de la communauté de communes de Marennes, Patrice Brouhard, maire du Gua, a été élu président de la collectivité, lors du conseil communautaire ce jeudi.

05/11/20 : Avec la multiplication des cas de grippe aviaire en Europe, le Ministère de l'agriculture a passé en niveau d'alerte élevé 46 départements, dont la Charente-Maritime, les Deux-Sèvres, la Gironde, les Landes et les Pyrénées Atlantiques.

- Publicité -
S’abonner ici !
proprietes-rurales.com
- Publicité -
  • 23/11/20 | "Urgence sociale": des élus locaux et écolos interpellent J. Castex

    Lire

    Plusieurs élus locaux écologistes ont écrit au Premier ministre. Ils s’unissent pour faire face à la crise sociale qui découle de la crise sanitaire. Afin d’essayer de contrer des chiffres conséquents, "mettre en oeuvre une chaine de solidarité véritablement inconditionnelle est une priorité, une urgence". Que ce soit des aides sur l’accès au logement, l’hébergement d’urgence, l’aide alimentaire ou toute forme de précarité, ces élus demandent de l’aide et du soutien de la part de l’État. Pierre Hurmic, Maire de Bordeaux, Florence Jardin, Présidente de Grand Poitiers et Léonore Moncond’huy, Maire de Poitiers sont de ceux-là.

  • 23/11/20 | Val de Garonne Agglomération : un 2ème Plan de soutien à l’économie spécial COVID‐19

    Lire

    Dans la continuité du Plan de soutien n°1 ouvert en mai dernier suite au premier confinement (530 000 € attribués), Val de Garonne Agglomération déclenche un Plan de soutien n°2 mobilisant 800 000 € en faveur de l’économie locale durement touchée par la crise sanitaire. Ce 2ème Plan de soutien, planifié de mi-novembre 2020 à fin juin 2021, comporte 3 mesures de prêts à 0%.

  • 23/11/20 | Lescar dit stop aux violences faites aux femmes

    Lire

    Stop aux violences à l’égard des femmes. Le centre commercial Lescar s’engage dans cette cause en accueillant du 23 au 26 novembre, une exposition sur ce thème. C’est aux côtés de la direction départementale aux droits des femmes et à l’égalité et l’association Du côté des femmes que Lescar agit. Des affiches de l'ouvrage En chemin sont exposées. Différents thèmes sont abordés comme le mariage forcé, le viol, le consentement. Le but est de sensibiliser, libérer la parole des femmes, informer et dans l’idéal, participer à une prise de conscience et de responsabilité collective.

  • 23/11/20 | Financement acté pour la voie verte entre Marmande et Casteljaloux

    Lire

    Dans le cadre de son aide baptisée « Grands équipements structurants de rayonnement régional ou national », le Conseil départemental participe au financement de la voie verte entre Marmande et Casteljaloux à hauteur de 565 441 €, Val de Garonne agglomération (VGA) pour un montant de 417 491 € et la Communauté de Communes des Coteaux et Landes de Gascogne (C3LG) pour 147 950 €. D’un montant global de 5 654 416 €, la maitrise d’ouvrage de ce projet est assurée par VGA et C3LG, chacune sur leur périmètre géographique.

  • 22/11/20 | Rochefort : le centre de gestion des écoles de gendarmerie prend du galon

    Lire

    Le commandement des écoles de la gendarmerie nationale (GEGN) de Rochefort, dédié à la gestion des formations, des ressources humaines et des finances de 22 écoles et centres de formation de la gendarmerie, était appelé à disparaître. Le ministre de l'Intérieur a finalement annoncé cette semaine maintenir et même renforcer ses fonctions. Le service dédié à l'ingénierie des formation et du recrutement, basé à Issy (92), va rejoindre la structure, avec 60 équivalents temps-plein, d'ici 3 ans.

Les dossiers d'Aqui

La LGV Sud-Ouest Idées neuves en Nouvelle Aquitaine Innov'action et Agriculture

Saveur | Hautes-Pyrénées : le porc noir de Bigorre passe à table

19/06/2017 | Sa chair est savoureuse. Cela vaut bien une fête. Le porc noir de Bigorre sera dégusté le dimanche 2 juillet dans le village d’Oursbelille, au cœur du piémont pyrénéen

Un animal qui est ici chez lui, entre prairies et sous-bois

Trop lourd, trop lent, peu adapté aux exigences industrielles, le porc noir de Bigorre a failli disparaitre voici une trentaine d’années. Cet animal à la chair tendre et savoureuse, emblématique du piémont pyrénéen où il se promène entre prairies et sous-bois, a évité de sombrer dans l'oubli grâce aux efforts conjugués de la vingtaine d’éleveurs qui continuaient à le travailler, ainsi qu’à un réseau composé d’artisans charcutiers, de saisonniers et de techniciens. Chaque année, un groupe de bénévoles réunis dans le village d’Oursbelille, dans les Hautes-Pyrénées, lui consacre une sorte de grand’messe. Un repas convivial où sa viande est servie avec une autre vedette locale : le haricot tarbais. Inutile de dire que, dans le pays, on s’y presse.

Cette idée de repas est d’abord une idée de copains. « Dans les communes, le cloisonnement des habitants s’accentue » constate François Alleau, l’un des membres de l’association Terroir Initiatives et Convivialité. « On connait ses proches voisins. Mais pour les autres, c’est plus difficile ».

 Le phénomène ne touche pas que les cités-dortoirs que l’on peut trouver en périphérie de certaines villes. Le sociologue Jean-Pierre Le Goff l’a bien expliqué dans son livre « La fin du village, une histoire française ». « On s’y croise mais on ne se parle pas » note-t-il.

Côtes, épaules, grillades, saucisses…

Situé aux abords de Tarbes, Oursbelille ne fait exception à la règle. C’est la raison pour laquelle un projet de rendez-vous gastronomique, baignant dans la culture bigourdane, a émergé au sein d’un groupe d’amis.

Des tables et des chaises que l’on se fait prêter. Une grande surface du coin qui fournit la boisson. Des éleveurs locaux qui jouent le jeu. La première fête a vu le jour en 2008. Depuis, elle ne désemplit pas. La jauge tournant chaque année autour des 600 convives.

Au menu, que du local ! Le Consortium et la Société du Porc noir de Bigorre fournissent côtes et épaules. Grillades et saucisses vont bon train tandis que chaque convive fait honneur à un animal qui, au fil du temps, commence à retrouver ses lettres de noblesse.

Le goût du foehn

Aussi loin que l’on s’en souvienne, le « Noir » comme on l’appelle, a toujours vécu ici, se régalant de l’herbe des pâtures comme des glands de chêne. Sans oublier les invertébrés et les mollusques que son groin fouineur débusque dans la terre. Un régime très spécifique, propre à un terroir qui ne l’est pas moins.

 En raison du foehn, le vent sec et chaud qui souffle par-dessus les montagnes, le piémont pyrénéen alterne en effet les périodes sèches et humides. Un peu comme si la Normandie et l’Espagne se serraient la main.

Les gastronomes vous le diront. Chez le cochon noir,  cela donne une viande tendre et juteuse à nulle autre pareille, mais aussi un jambon « fondant et long en bouche », strié d’un gras très blanc dans lequel certains retrouvent des saveurs d’amande et de noisette.

 Bref, un régal que deux appellations d’origine contrôlée sont venues certifier en 2015. En attendant qu’une AOP reconnaisse un jour chacun de ces produits.

Des glaces et des rapaces aussi

Cette année, la prochaine fête  aura lieu le dimanche 2 juillet. Comme il est toujours bon d’innover, le dessert sera amené par un agriculteur du pays qui s’est lancé dans les yaourts et les glaces.

 Un village artisanal où le vin, le miel, les gâteaux et les vieux métiers séduiront les badauds est également prévu, tout comme des jeux pour les enfants, ente autres animations parmi lesquelles figurera un spectacle de fauconnerie.

Pour le repas proposé à 20 € et dont les réservations auront lieu à partir du jeudi 22 juin, il est prudent de réserver (tel. Corinne 05 62 33 42 54).

Détail croustillant,  le champ sur lequel les tables seront dressées  est situé rue des Cassoulets. Ca ne s’invente pas.

Pour en savoir plus :

http://www.noirdebigorre.com/

http://www.porcnoir.fr/

Jean-Jacques Nicomette
Par Jean-Jacques Nicomette

Crédit Photo : Consortium du Noir de Bigorre

Partager sur Facebook
Vu par vous
58332
Aimé par vous
0 J'aime
Les réaction
1 réaction
Envoyer par email
Email
Convertir en PDF
PDF
Imprimer cet article
Imprimer
Saveur
Saveur
Retour à la page d'accueil
Accueil
François Alleau | 20/06/2017

Superbe article, un bel historique, un "noir" que l'on apprécie et qui nous fera vivre encore cette année une belle journée.
Merci à Jean-Jacques Nicomette pour cet article.

Nom * :
Email * :
Texte :
Combien font 26 + 17 ?*

Toutes les réactions sont soumises à validation de la rédaction d'Aqui avant leur publication sur le site. Conformément à l'article 10 du décret du 29 octobre 2009, les internautes peuvent signaler tout contenu illicite à la rédaction d'aqui.fr qui s'engage à mettre en oeuvre les moyens nécessaires à la suppression des dits contenus.

* champs obligatoires

J'aime aqui, je le soutiens ! Aqui!Presse - Affichez Vous chez Nous ! J'aime aqui, je le soutiens !