Soutenez aqui.fr face au défi de la Nouvelle Aquitaine

21/02/18 : Charente-Maritime: Dominique Bussereau a annoncé sur twitter qu'il quittait Les Républicains. "Je reste attaché aux militants, aux amis. Le faux pas grave d'un chef ne me permet pas de rester dans l'équipe du chef",s'est-il justifié sur Public Sénat.

16/02/18 : Suite au décès de Joan Taris, les élus MoDem & Apparentés du Conseil régional néo-aquitain ont choisi Pascale Requenna, tête de liste du département des Landes lors des élections régionales de 2015, pour incarner la Présidence de leur groupe.

- Publicité -
S’abonner ici !
proprietes-rurales.com
- Publicité -
  • 23/02/18 | Salon de l'Agriculture : trois personnalités régionales médaillées

    Lire

    Lors du salon de l'agriculture du 24 février au 4 mars, la Région Nouvelle-Aquitaine va récompenser 3 personnalités régionales promouvant le territoire : la viticultrice landaise Corinne Lacoste-Bayens, présidente de Qualité Landes ; l'éleveur deux-sévrien François Bonnet, président de la Fédération Régionale des Syndicats Caprins de Charentes-Poitou-Vendée ; Anne Alassane, chef du restaurant du Pôle de Lanaud (86), siège d'organismes intervenant dans la sélection de la race bovine limousine.

  • 23/02/18 | Les mesures de limitation de vitesse sont levées

    Lire

    Selon les données d’Atmo Nouvelle-Aquitaine transmises ce jour, l’épisode de pollution atmosphérique en Gironde est terminé. Le préfet de Gironde vient donc de lever les mesures de limitation de vitesse sur les routes et autoroutes du département qui ont été mises en place hier par arrêté préfectoral.

  • 23/02/18 | La Charente-Maritime en alerte pollution atmosphérique

    Lire

    La préfecture de Charente-Maritime a placé en alerte pollution atmosphérique le 22 février, jusqu'à nouvel ordre. La vitesse des véhicules à moteur est donc limitée sur les routes du département : à 110km/h sur les portions d’autoroutes normalement limitées à 130km/h ; à 90 km/h sur les routes normalement limitées à 110 km/h, à 70 km/h sur les routes limitées à 90 km/h. Il est également interdit de brûler des déchets verts ou autre à l'air libre.

  • 22/02/18 | Bordeaux: Anne Walryck démissionne à son tour après les propos de Wauquiez

    Lire

    Anne Walryck, adjointe au maire de Bordeaux, vice-présidente de la métropole, annonce ce jour sa démission des Républicains « devant les propos assumés et calomnieux de Laurent Wauquiez sur Alain Juppé », rejoignant ainsi d'autres conseillers démissionnaires: Elizabeth Touton, Anne Brézillon, Jean-Louis David, Stéphane Delaux, Joël Solari, Laetitia Jarty-Roi.

  • 22/02/18 | Pic de pollution en Gironde: réduction des vitesses maximales autorisées

    Lire

    En conséquence du déclenchement d'une alerte de pollution aux particules fines émise par Atmo Nouvelle-Aquitaine pour jeudi 22 et vendredi 23 février sur le département de la Gironde, Didier Lallement, préfet du département, a pris un arrêté qui réduit de 20km/h les vitesses maximales autorisées sur l’ensemble du réseau routier du département (hors voiries urbaines) jusqu’à la fin de l’épisode de pollution.

Les dossiers d'Aqui

La LGV Sud-Ouest Idées neuves en Nouvelle Aquitaine Innov'action et Agriculture

Saveur | La consultante de haut niveau est devenue productrice de safran en Périgord noir

26/10/2014 | Ancien consultante, Sylvie Tisserand s'est installée comme agricultrice grâce à un prêt d'honneur. Elle cultive du safran, des plantes aromatiques et des oeufs.

Sylvie Tisserand est aujourd'hui productrice de safran qu'elle commercialise en directe

Le parcours de Sylvie Tisserand est original. Au milieu des années 90, elle est consultante pour un cabinet de renommée internationale. Un jour, elle décide de retourner à la terre, chez elle en Dordogne. Elle s'installe en 2007 à Campagnac-les Quercy, sur le causse. Elle s'intéresse à la culture du safran. La terre s'avère trop rude. Elle déménage alors pour Saint-Julien en 2009. Elle produit du safran et des plantes aromatiques tout en conservant pour partie son activité de consultante. L'an passé, elle franchit une nouvelle étape en devenant agricultrice à titre principale.

Au coeur d'un site exceptionnel, quasi magique, face aux châteaux de Castelnaud, de la Malartrie et des jardins de Marqueyssac, Sylvie Tisserand cultive du safran, des plantes aromatiques et médicinales, des noix et des oeufs bio.Cette ancienne consultante de haut niveau est devenue agricultrice par "choix assumé d'un retour à la terre". "J'en ai eu assez de la vie que je menais, à Paris et ailleurs. Ce retour à la terre je l'ai voulu. J'ai choisi la Dordogne, car c'est le pays où j'ai grandi. Sylvie Tisserand va s'intéresser très vite à la culture du safran, car cette production nécesssite peu de foncier, et pas de très gros investissements, mais beaucoup d'huile de coude et de la main d'oeuvre. "Du safran, en France, on a produit pendant des siècles. On en trouvait partout et surtout au pied des vignes, car le crocus sativus aime les terres argilo calcaires. Aujourd'hui, on doit réapprendre à s'approprier cette épice dans la cuisine, mais le produit reste cher, très cher." Il faut compter 30 à 35 euros le gramme.

500 g par an La production de Sylvie équivaut en moyenne à 500 g par an. "C'est une production exigeante au niveau de l'entretien des sols et en termes de main d'oeuvre. Il faut pouvoir compter sur ses amis au moment de la récolte, c'est la fleur est fragile. Sylvie Tisserand a conservé tous les réflexes de son premier métier. "C'est un produit onéreux, qui n'est pas à la portée de toutes les bourses. Les premiers acheteurs sont l'industrie pharmaceutique et la parfumerie. Cela ne sert à rien de produire si on ne le vend pas." Alors l'agricultrice a cherché à se diversifier et donner de la valeur ajoutée. Elle commercialise des produits dérivés :de la moutarde au safran, de la fleur de sel, des confitures de fruits rouges de son exploitation aromatisées au safran. 

2013, une nouvelle étape

Installée depuis 2009 à Saint Julien après une mauvaise expérience à Campagnac les Quercy, elle a franchi un nouveau cap l'an dernier. "Pendant plusieurs années, j'ai conservé une part de mon activité de consultante. J'étais cotisante solidaire. Puis il a fallu faire un choix. J'ai pu bénéficier d'un prêt d'honneur du dispositif d'Initiative Périgord pour l'agriculture. J'ai obtenu 10 000 euros remboursable sur 5 ans et ce prêt a été complété par un prêt bancaire classique de 10 000 euros. Ce dispositif a été un vrai coup de pouce : j'ai pu investir dans du matériel, créer mon espace boutique où je peux présenter tous mes produits, et développer ma communication en lançant un site internet."

Ferme pédagogique Sylvie Tisserand ne manque pas de projets. Apprès avoir suivi une formation, elle vient de se voir attribuer le label ferme pédagoqique pour accueillir sur le site des scolaires, des centres aérés. "Cet été, j'ai accueilli des familles. Cela s'est très bien passé. Je possède une centaine de poules et je développe une production d'oeufs bio. J'ai un gros projet avec les poules. Je voudrais travailler avec les enfants  sur cet animal de ferme qui en réalité est très mal connu." 

Sylvie Tisserand semble avoir trouvé sa vitesse de croisière, sans regret de sa vie d'avant et livre quelques belles leçons de sagesse à ses visiteurs. 

A lire aussi sur aqui.fr : L'installation en agriculture sans DJA, ça marche en Dordogne

Claude-Hélène Yvard
Par Claude-Hélène Yvard

Crédit Photo : Claude Hélène Yvard

Partager sur Facebook
Vu par vous
11084
Aimé par vous
0 J'aime
Les réaction
0 réaction
Envoyer par email
Email
Convertir en PDF
PDF
Imprimer cet article
Imprimer
Saveur
Saveur
Retour à la page d'accueil
Accueil
Aucune réaction à cet article pour le moment. A vous de jouer !

Nom * :
Email * :
Texte :
Combien font 26 + 8 ?*

Toutes les réactions sont soumises à validation de la rédaction d'Aqui avant leur publication sur le site. Conformément à l'article 10 du décret du 29 octobre 2009, les internautes peuvent signaler tout contenu illicite à la rédaction d'aqui.fr qui s'engage à mettre en oeuvre les moyens nécessaires à la suppression des dits contenus.

* champs obligatoires

J'aime aqui, je le soutiens ! Aqui!Presse - Professionnels des contenus ! J'aime aqui, je le soutiens !