Soutenez aqui.fr face au défi de la Nouvelle Aquitaine

24/11/20 : Âgé de 90 ans, André Luberriaga, ancien maire d'Ascain, au Pays basque, s’est éteint lundi, une semaine après son épouse Martta. Conseiller général d’Ustaritz de 1976 à 1988, l'UDF André Luberriaga, avait dirigé la commune de 1977 à 2001.

19/11/20 : Charente-Maritime : le taux de positivité au Covid-19 était ce soir de 75 pour 100 000 habitants, et de 90 pour La Rochelle, soit moitié moins que la semaine dernière, selon l'ARS. 34 patients sont hospitalisés à La Rochelle, dont 14 en réanimation.

17/11/20 : Charente-Maritime: dans le cadre de la poursuite du chantier de changement des câbles du Pont de Ré, la circulation automobile aura de courtes interruptions jeudi 19 novembre entre 12 et 13h, sans conséquence pour le passage des piétons et des vélos.

17/11/20 : Le festival de la BD d'Angoulême se fera en deux temps: en janvier pour la remise des fauves et en juin pour un festival en présentiel. Une exposition sera dédié à l'art d'Emmanuel Guibert au musée des beaux arts d'Angoulême, inauguré le 20/11/2021.

16/11/20 : Les communes de La Mothe Saint Héray et Saint Maixent l'Ecole dans les Deux-Sèvres ont été reconnues en état de catastrophe naturelle, suite aux inondations subies au mois de mars.

15/11/20 : Le Centre communal d’action sociale CCAS de La Rochelle lance un appel à la solidarité et au bénévolat pour épauler les acteurs de l’aide alimentaire. Contact : Frédérique Duchesne àfrederique.duchesne@ccas-larochelle.fr ou au 05 46 35 21 16.

- Publicité -
S’abonner ici !
proprietes-rurales.com
- Publicité -
  • 28/11/20 | Forte mobilisation contre la loi sécurité

    Lire

    Forte mobilisation populaire à l'initiative de La Ligue des Droits de l'Homme, d'Amnesty, de syndicats de journalistes, contre la loi sécurité globale, ce samedi, dans plusieurs villes de la région, à Pau, Bayonne, Mont-de-Marsan, Périgueux, La Rochelle, Bordeaux où La marche des libertés réunissaient quelques huit mille personne qui se sont rassemblées place de la Bourse et se sont dirigées vers la place Pey Berland. Des casseurs ont saccagé en marge de la manifestation plusieurs magasins du centre ville notamment entre la rue Sainte Catherine la place Camille Jullian

  • 28/11/20 | Rajeunissement pour Les Halles d'Andernos-les-bains

    Lire

    L’équipe municipale d’Andernos-les-bains se lance un défi de taille : reconstruire son centre-ville afin de donner un coup de boost à son attractivité. Trois opérations principales : construction d’un complexe cinématographique et culturel, réaménagement des espaces publics dans la rue du 11-Novembre, sur la place du 14-Juillet et l’avenue de Bordeaux. La dernière, et pas des moindres : la démolition-reconstruction des halles du marché. Cette structure de 1200m2 qui accueille 25 commerces, ne répond plus aux usages et normes en vigueur. Pour cette reconstruction, la Région soutien la commune avec une aide de 600 000€.

  • 28/11/20 | Un magasin de producteurs à Châteauneuf-sur-Charente

    Lire

    En 2017, la commune de Châteauneuf-sur-Charente (16) a acquis un bâtiment au sein duquel différents commerces et services de proximité sont actuellement installés. Au sein de ce bâtiment, un magasin de producteurs va voir le jour sur une surface de 167 m² et où la gestion de celui-ci sera réalisés par les producteurs. Afin de permettre à la collectivité d’aménager les espaces adaptés à cette activité, la Région Nouvelle-Aquitaine a attribué lors de sa dernière commission permanente une aide de 32 750 euros.

  • 28/11/20 | Saintes : le site de la Palu va devenir un espace naturel sensible

    Lire

    Classé en zone Natura 2000, La Palu est un site naturel unique de 122 hectares, situé non loin du centre-ville et au bord du fleuve Charente, au coeur de la ville de Saintes. Le conseil municipal vient de valider une convention avec le Département pour faire du site un Espace naturel sensible (ENS). Le Département co-financera à hauteur de 40% l'ensemble des actions liées à la gestion, la préservation et la valorisation de l'environnement des lieux, ainsi que la mise en place d'une éco-taxe.

  • 27/11/20 | La collecte nationale des banques alimentaires est lancée

    Lire

    La banque alimentaire de Bordeaux et de la Gironde organiste sa collecte ces 27 et 28 novembre. Cette fois-ci, elle sera physique dans le respect des gestes barrière,comme habituellement dans les magasins les plus importants. La seconde est dématérialisée, avec l’opération de distribution de coupons correspondant à des repas (2 euros pour un repas). Les sommes réunies sont transformées ultérieurement en achat de denrées alimentaires. Au niveau des produits, il est préférable de favoriser féculents et conserves de poisson, viande et légumes. Surtout pas de produits frais, ni de produits pour bébé.

Les dossiers d'Aqui

La LGV Sud-Ouest Idées neuves en Nouvelle Aquitaine Innov'action et Agriculture

Saveur | La cuisine, nouvelle voie d’intégration des populations

08/06/2019 | Premier facteur d’intégration dans le monde, l'alimentation devient un enjeu majeur. Notamment en France, terre d’accueil de nombreuses populations.

l'alimentation, facteur d'intégration.

« D’où viennent les aliments de nos assiettes ? », « Comment la cuisine réunit -elle les peuples ? », « Comment la cuisine devient vectrice d’intégration sociale ?», autant de questions que se pose la nouvelle conférence de l’AANA, Agence de l’Alimentation Nouvelle-Aquitaine ce vendredi 7 juin. Animé par Damien Conaré, secrétaire général chaire alimentation du monde de l’UNESCO, ce colloque avait pour but de démontrer comment la cuisine fut et reste au travers des époques, un moyen d’unification des peuples.

« Le monde entier se niche dans nos assiettes »

Aujourd’hui, 2/3 des aliments dans notre assiette sont originaires d’autres régions du monde. Comment l’explique-t-on ? Remontons au XV siècle, moment des premières découvertes. Tout commence, avec les Portugais, leaders maritimes de l’époque. Avec des navigateurs renommés dont Vasco de Gama, débute la mondialisation d’aliments et de plantes. Les grandes richesses commencent leur exode, c’est le « début d’échange et de mélange de culture gastronomique autour de la planète. » s’exprime Damien Conaré.

Toutes ces migrations impactent de nombreux régimes alimentaires de peuples. Par exemple, en France, le petit-déjeuner typique, d’abord réservé aux catégories aisées, n’aurait « jamais existé » sans l’exportation de nombreux produits tels que le café, le cacao ou même encore les fruits venant d’autres continents. Également, passant de rare à une consommation de masse, de nombreux plats voient leurs recettes revisitées suivant les pays, exemple du fameux cassoulet qui de base était réalisé avec des fèves, ensuite remplacés par des haricots avant l’importation de ceux-ci d’Amérique du Sud. Cette mondialisation culinaire prouve que l’assiette devient un lien, un rapport entre les mondes. Ainsi, « le ventre construit l’identité des peuples et par la même occasion, leurs idéologies. »

La cuisine est transmise entre générations, de tous pays. En France, 1 personne sur 4 a des grands-parents nés hors de l’hexagone. Apprendre de ses origines par la cuisine, voilà l’objectif de la campagne Grandmas Project. Cette transmission intergénérationnelle participe aussi à la migration de recettes à travers le temps et les continents.

« Un vivre-ensemble qui passe par l’alimentaire »

Autre mérite, l’alimentation devient le 1er secteur d’intégration en 2019. Exemple de New York, ou dès leurs arrivées sur le sol américain, les personnes immigrées sont envoyées dans les restaurant communautaires. Là-bas, ils apprennent directement les techniques culinaires, une porte d’intégration dans le monde professionnelle et la culture américaine.

En France, Alan Geaam, réfugié libanais est passé de sans-abris à chef étoilé grâce à sa persévérance et ses talents culinaires. Prenant exemple de ce prodige, l’AANA met en place des actions et des projets afin d’intégrer les personnes immigrées au sein de la communauté. Nommé « KUSKUS », le projet fondamental, évoque un échange de compétences, de capacités culinaires entre quatre pays, la France, l’Allemagne, le Portugal et l’Irlande. Favorisant la transmission de savoir, ce projet pourra inclure l’intégration d’étrangers dans la culture gastronomique française et notamment des migrants.

Dans le cadre de cette « intégration culinaires », Bordeaux organise du 13 au 22 juin prochain, la 4ème édition du Refugee Food Festival. Une initiative citoyenne « qui change le regard des réfugiés et valorise leur talent puis les insère dans la vie professionnelle » pour Sandrine Clément, porteuse du projet. La 3ème édition sur le sol bordelais, accueillera 7 chefs d’origines différentes (Syrien, Soudanais, Ethiopien, Sahraoui...) dans plus de 9 restaurants de l’agglomération bordelaise. Un moment convivial de découverte intercontinentale pour tous.

Damien Carrère
Par Damien Carrère

Crédit Photo : Damien C

Partager sur Facebook
Vu par vous
9546
Aimé par vous
0 J'aime
Les réaction
0 réaction
Envoyer par email
Email
Convertir en PDF
PDF
Imprimer cet article
Imprimer
Saveur
Saveur
Retour à la page d'accueil
Accueil
Aucune réaction à cet article pour le moment. A vous de jouer !

Nom * :
Email * :
Texte :
Combien font 31 + 17 ?*

Toutes les réactions sont soumises à validation de la rédaction d'Aqui avant leur publication sur le site. Conformément à l'article 10 du décret du 29 octobre 2009, les internautes peuvent signaler tout contenu illicite à la rédaction d'aqui.fr qui s'engage à mettre en oeuvre les moyens nécessaires à la suppression des dits contenus.

* champs obligatoires

J'aime aqui, je le soutiens ! Aqui!Presse - Des experts pour vous former ! J'aime aqui, je le soutiens !