18/10/17 : La CGT appelle à nouveau à manifester en Dordogne contre les ordonnances Macron sur le droit du travail. Les rassemblements auront lieu ce jeudi 19, à 17 h à Périgueux (palais de justice), Bergerac (palais de justice) et Sarlat (place de la Grande-Rigaudi

18/10/17 : Malgré la protestation d’élus et des syndicats, la Direction générale des Finances publiques a entériné la fermeture de la trésorerie de Mussidan (24). D’autres pourraient connaître le même sort comme à Belvès, Saussignac, Thiviers et Brantôme.

17/10/17 : La Rochelle organise son Colloque Citoyenneté et Solidarités sur le thème "Innover aujourd’hui pour l’action sociale de demain" le 19 octobre à l'espace Giraudeau, avec l'intervention du CNAM de Paris. Gratuit sur réservation. www.ccas-larochelle.fr

15/10/17 : A TF1 Emmanuel Macron après le drame de Marseille a annoncé une nouvelle loi en matière de droit d'asile et d'immigration et la négociation en cours "d'accords bilatéraux avec les pays africains" pour rendre effectives les reconduites à la frontière.

13/10/17 : Les offices HLM de Charente-Maritime organisent une manifestation mardi à 14h devant la prefecture de La Rochelle pour protester contre la baisse des aides au logement pour les bailleurs sociaux.

11/10/17 : Le collectif national « Vive l'APL » qui regroupe 60 organisations associatives, syndicales, de consommateurs et bailleurs sociaux, appelle à la mobilisation samedi «pour défendre le droit au logement social». A Bordeaux, ce sera à Pey Berland à 14h

03/10/17 : L'organisation du Grand Pavois a enregistré quelque 80 000 visiteurs pour cette 45 e édition, identique à l'an dernier, et de nombreuses ventes d'unités. La prochaine édition se tiendra du 26 septembre au 1er octobre 2018.

- Multivote -
- Publicité -
S’abonner ici !
- Publicité -
  • 19/10/17 | Le Pays basque a déjà gagné le Tour de France

    Lire

    Le Pays basque intérieur pourrait bien ériger une statue aux organisateurs d'un Tour de France qu'il n'avait pas vu depuis 2006 -à Cambo-les-Bains-. En effet, cette étape contre la montre du samedi 28 juillet entre Saint-Pée-sur-Nivelle et Espelette se dispute la veille de l'arrivée, certes. Comble du bonheur, elle a lieu en pleine période... des Fêtes de Bayonne! Une aubaine touristique pour les maires Jean-Marie Iputcha et Pierre Marie Nousbaum. Il est vivement recommandé de réserver ses nuitées dès aujourd'hui au Pays basque.

  • 18/10/17 | Déviation de Beynac : plus de 2600 avis recueillis pour l'enquête publique

    Lire

    Concernant l'enquête publique sur la déviation de Beynac, en Dordogne, qui s'est clôturée le 17 octobre, plus de 2600 avis ont été déposés dont 2410 en ligne. La commission va remettre sous huitaine une synthèse au Conseil départemental qui pourra formuler des réponses. Dans un délai d'un mois, la commission rendra ensuite son avis avec d'éventuelles observations à la préfète de la Dordogne. C'est à elle que reviendra la décision finale de valider ou non le projet.

  • 18/10/17 | Les Pyrénées-Atlantiques "chouchoutées" par le Tour de France

    Lire

    Les Pyrénées-Atlantiques décrochent la timbale pour l'édition 2018 du Tour de France. Parti de Trie-sur-Baïse (65), le peloton arrivera à Pau le jeudi 26 juillet. Il disputera le vendredi 27 une étape émaillée de nombreux cols entre Lourdes et la commune montagnarde de Laruns (Aspin, Tourmalet, Bordères, Soulor-Aubisque). Un contre la montre entièrement basque sera enfin disputé le samedi 28 entre Saint-Pée-sur-Nivelle et Espelette. Equipes et accompagnateurs étant en prime logées pendant quatre jours à Pau. Que demander de mieux ?

  • 17/10/17 | Dominique Bussereau fait du lobbying pour le Tour de France

    Lire

    Alors qu'il assistera à la présentation du parcours du Tour de France ce mardi, le président de la Charente-Maritime compte bien "faire une petite piqûre de rappel" au patron du Tour de France Christian Prudhomme sur la volonté du Département d'accueillir le Tour de France "dans les prochaines années". Dominique Bussereau a notamment en tête un passage du Tour par les îles de Ré et d'Oléron. Une manne touristique et financière non négligeable, et une belle vitrine pour le territoire.

  • 15/10/17 | Les ours des Pyrénées donnent de leurs nouvelles

    Lire

    L'association Pays de l'ours- ADET se réjouit de "deux bonnes nouvelles" sur le massif pyrénéen. Tout d'abord la réapparition de Cannellito, le fils de l'ourse Cannelle tuée en 2004 par un chasseur béarnais. Alors que le plantigrade avait disparu depuis plusieurs mois, sa trace a été détectée grâce à la génétique en Bigorre et à Luchon. Par ailleurs, une quatrième portée comprenant deux oursons a été repérée sur le massif. "Ce qui porte à 7 le nombre minimum d'oursons cette année".

Les dossiers d'Aqui

La LGV Sud-Ouest Idées neuves en Nouvelle Aquitaine Innov'action et Agriculture

Nos partenaires


Saveur | La Ferme de Tauziet repense les circuits courts

12/11/2014 | Depuis Sabres, La Ferme de Tauziet marie tradition et innovation au service des produits du terroir et de qualité en circuit court

Vincent Sillègue et son épouse Géraldine sur le site de la Ferme de Tauziet, entourés des Chefs, Franck Descas et Sandre Yuma ainsi que de producteurs partenaires. Ici: l'Armoire à conserve, Caviar Sturia et les Cerfs de Luquet.

Le site lafermedetauziet.fr, lancé en ce début du mois de novembre, aurait pu être un site de ventes privées gastronomiques comme un autre. Sauf que «faire comme les autres», n'est pas vraiment dans la philosophie de Vincent Sillègue, le créateur du concept. Et encore moins quand il s'agit d'alimentation. La preuve ici, on préfère parler de «ventes événementielles», d'«excellence gustative», de «producteurs locaux», de «méthodes traditionnelles» et de «circuits courts». Enfin, et surtout, la Ferme de Tauziet se paie le luxe d'être bien plus qu'un nom de domaine sur internet, une exploitation bien réelle au cœur des Landes. Mieux, un airial landais que Félix Arnaudin ne renierait pas où gambadent poulets, poulardes et pintades entre chênes bicentenaires, et le chant de la Leyre en fond de parcelle.

Vincent Sillègue, ingénieur informaticien de formation est avant tout entrepreneur. Du haut de ses 43 ans, il compte, déjà, une quinzaine d'entreprises à son compte. Mais ce projet là de la Ferme de Tauziet, «un projet de folie», est celui qui relie plus que tout autre, son esprit d'entreprise à sa grande passion: «l'exploration gastronomique», la recherche du produit rare, la pépite gustative d'exception qui surprendra toujours un peu plus ses papilles.
Un souci du bien, bon et sain mangé, dont il ne trouve le salut que dans les circuits courts et les petites productions, tant pour le consommateur qu'il est, que pour les producteurs dont il prend volontiers le parti quand il s'agit de parler prix et marge. Autant d'éléments qui l'ont décidé il y a un peu plus de deux ans à investir dans cette propriété landaise, à Sabres, au cœur du Parc Naturel des Landes de Gascogne sur laquelle il a installé une exploitation de volailles, confiée aux bons soins de Patrick Seguin son associé.

Des produits «authentiques, rares fins et recherchés»Mettant en application des savoir-faire traditionnels, sont élevées ici en plein air, poulets cou-nu, pintades, dindes et poulardes. Des volailles toujours élevées en petites bandes, restant fidèles à l'esprit de produits sains et traditionnels, souhaité par le propriétaire des lieux. Et pour aller jusqu'au bout de cette démarche de savoir faire et tradition, la Ferme Tauziet s'est aussi lancée un programme de réintroduction de la poule landaise. Une volaille un peu rebelle, aux plumes noires, à la chair ferme et à la saveur particulière que les maîtres des lieux cherchent à valoriser aux mieux mais qui, pour l'heure en raison d'un trop petit nombre d'animaux, reste réservée aux Chefs.
Hormis les Landaises, les autres volailles, peuvent donc désormais être achetées via le site internet mis en ligne il y a quelques jours: lafermedetauziet.fr. Mais, en adepte des bons produits et des circuits courts, Vincent Sillègue a également ouvert son site de vente à des producteurs locaux qui partagent la même exigence de qualité sur leurs produits. Des produits «authentiques, rares fins et recherchés», pour ne pas dire des produits de niche, qui font tour à tour sur ce site l'objet de ventes événementielles. Au menu, de lafermedetauziet.fr  on trouvera donc par exemple des produits à base de poissons comme le caviar Sturia ou les sardines à l'huile de Jean de Luz, des viandes et produits de conserverie, parmi lesquels bien sûr les volailles de Tauziet, mais aussi les Cerfs de Luquet, la Ferme des Vallons et sa charcuterie de porcs noirs gascons, ou encore l'Armoire à Conserves, et ses recettes originales. En vente aussi des fromages, spiritueux, ou encore des desserts et gourmandises tels que des chocolats fins ou confitures atisanales.

La Ferme de Tauziet comme seul intermédiaireAvec actuellement une vingtaine de producteurs partenaires, qui voient là une bonne occasion d'élargir leur marché, Vincent Sillègue cherche à ouvrir la gamme de produits à une cinquantaine de producteurs testés par ses soins tant sur la qualité des produits que sur leur mode de production le plus sain et traditionnel possible. Pour tous ces producteurs, la Ferme Tauziet sera donc le seul intermédiaire avec les consommateurs, de plus le site présente pour chacun d'entre eux, une fiche de présentation du producteur et des produits. «On reste donc dans une logique de circuit court, avec chaque jour un nouvel événement culinaire qui apparaît».
Quant au gourmand internaute, il pourra accéder aux ventes et faire son marché qu'après s'être inscrit sur le site. Une fois le panier rempli, il valide ses achats, paie la livraison, dont les tarifs, sont dégressifs, passé un certain montant d'achats. Les livraisons à domicile, se font le jeudi ou vendredi selon le mode choisi. Pour les acheteurs les plus proches de Sabres il est possible de venir chercher son colis sur place. Une possibilité de retrait de colis permettant d'éviter des frais de port parfois un peu élevé, qui devrait également bientôt exister sur Bordeaux et Arcachon.
Un site internet et une ferme qui repensent les circuits courts et dont la qualité des produits sont par ailleurs placés sous le parrainage toqué des chefs Franck Descas, chef de l'Atelier de Franck à Saint-Gervais en Gironde et Sadre Yuma, chef de l'établissement bordelais Marcel Bistrot Français.

Solène Méric
Par Solène Méric

Crédit Photo : Aqui.fr

Partager sur Facebook
Vu par vous
9633
Aimé par vous
0 J'aime
Les réaction
0 réaction
Envoyer par email
Email
Convertir en PDF
PDF
Imprimer cet article
Imprimer
Saveur
Saveur
Retour à la page d'accueil
Accueil
Aucune réaction à cet article pour le moment. A vous de jouer !

Nom * :
Email * :
Texte :
Combien font 22 + 16 ?*

Toutes les réactions sont soumises à validation de la rédaction d'Aqui avant leur publication sur le site. Conformément à l'article 10 du décret du 29 octobre 2009, les internautes peuvent signaler tout contenu illicite à la rédaction d'aqui.fr qui s'engage à mettre en oeuvre les moyens nécessaires à la suppression des dits contenus.

* champs obligatoires

J'aime aqui, je le soutiens ! Aqui!Presse - Affichez Vous chez Nous ! J'aime aqui, je le soutiens !