Soutenez aqui.fr face au défi de la Nouvelle Aquitaine

25/06/18 : Après dix mois de travaux nécessités par le futur TramBus Tarnos-Biarritz, le pont historique qui enjambe l'Adour à Bayonne sera rouvert ce 2 juillet et festivement inauguré. Passage réalisé une habile quote-part entre voitures-bus, vélos- piétons.

23/06/18 : L'interdiction de pêche et consommation des moules du bassin d’Arcachon a été levée ce 21 juin par le préfet. Dans le banc d’Arguin et les passes, le taux de présence de toxines a baissé mais ne permet pas de lever l'interdiction dans cette zone

20/06/18 : Ce 19 juin, l’état de catastrophe naturelle, a été reconnu pour les communes de Salies-de-Béarn et des Eaux-Bonnes (Gourette) pour les inondations des 12 et 13 juin 2018. Les autres demandes seront examinées le 3 juillet prochain.

18/06/18 : Avec 28,1 M de touristes dont 24,7 M de touristes français accueillis et 175 M de nuitées dont 152 M par des voyageurs hexagonaux, la Nouvelle-Aquitaine est en tête des destinations les plus fréquentées des Français en 2017.

15/06/18 : Charente-Maritime : la reproduction de la frégate L'Hermione revient dimanche dans son port d'attache à Rochefort vers 7h du matin.

11/06/18 : La Ville de La Rochelle a reçu le 2e Prix dans la catégorie Participation citoyenne aux Prix européens de l'innovation urbaine Le Monde-Smart Cities décernés à Lyon le 17 mai 2018.

- Publicité -
S’abonner ici !
- Publicité -
  • 25/06/18 | Basque et gascon au côté du français au Pays basque

    Lire

    Vendredi soir, après d'âpres discussions, la Communauté Pays basque, a voté -par vote électronique- "dans le respect du cadre juridique, la reconnaissance officielle du basque et du gascon comme langues de son territoire au côté du français." Le débat a porté sur la territorialité, la place du gascon par rapport au basque. Avec 59,65% des voix,l'amendement pour supprimer le périmètre géographique initialement prévu entre Basque et Gascon a été adopté.le gascon a évité une frontière linguistique au sein du territoire.

  • 25/06/18 | Le festival Sunny Side à La Rochelle du 25 au 28 juin

    Lire

    Le festival international du film documentaire Sunny Side of the dock prend de nouveau ses quartiers à l'espace Encan de La Rochelle pour quatre jours d'échanges entre professionnels de l'audiovisuel. Avec une nouveauté cette année : la journée du mercredi sera dédiée à l'usage du digital dans les collectivités locales, en particulier en terme de communication touristique. Le grand public pourra quant à lui découvrir les vidéos en réalité augmentée de Pixii. Renseignements : www.docmarkets.com

  • 22/06/18 | La grogne des CCI de Nouvelle Aquitaine

    Lire

    Réunis ce jeudi en AG à Bordeaux, les quinze présidents des Chambres de Commerce et d'Industrie régionales ont dénoncé la décision du gouvernement de raboter la Taxe pour Frais de Chambre de 100 millions d'euros par an sur les 4 prochaines années. "Fin 2017, plusieurs ministres s’étaient engagés à garantir la stabilité des ressources de 2019 à 2022 après une baisse de 150 millions en 2018. Que valent donc ces engagements, notamment quand le gouvernement refuse de reconnaître la performance des CCI sur les territoires ?" dénoncent-ils, parlant même d'une "casse sociale annoncée". Une réunion de crise est prévue le 5 juillet prochain.

  • 22/06/18 | Gourette: les travaux de la RD918 démarrent lundi

    Lire

    Après une semaine d'études du site de l'effondrement de la RD 918, suite aux intempéries du 12 juin, « les travaux commencent dès lundi », annonce le Département des Pyrénées-Atlantiques. La réalisation d’un remblai en terre armée sur une hauteur de 4 m permettra de rétablir une chaussée de 7 m de large, telle la voirie d’origine et garantissant les conditions de sécurité, pour un coût de 700 000 €. Le chantier devrait durer 4 à 5 semaines (sauf mauvaise météo), permettant d'assurer la 19ème étape du Tour de France. Des travaux de confortement et de drainage du talus amont seront aussi engagés sur le 2nd semestre 2018.

  • 22/06/18 | Viticulture: de nouvelles mesures de soutien

    Lire

    L'INAO, a décidé d'augmenter le niveau du volume complémentaire individuel à 20% maximum du rendement du cahier des charges et de faire évoluer de 30 à 50% le plafond cumulé de réserve sur 3 ans. Une manière de renforcer la résilience des exploitations face aux aléas climatiques et à leur récurrence, en jouant un rôle équivalent à celui d’une assurance récolte. Ainsi, les volumes complémentaires cumulés pourront être revendiqués en appellation d’origine en cas de récolte déficitaire. La structure a aussi donné un avis favorable à la demande d’expérimentation pour les vins liquoreux (Monbazillac, Sauternes et Barsac).

Les dossiers d'Aqui

La LGV Sud-Ouest Idées neuves en Nouvelle Aquitaine Innov'action et Agriculture

Saveur | Le Cannelé, ce mystère nommé désir...

09/05/2008 |

LECannelé

Le fameux Cannelé bordelais, ce petit flan aux cannelures dorées de caramel, croustillant et moelleux à la fois, objet de bien des délires et qui semble faire presque partie de notre vie de tous les jours, a attendu pourtant longtemps un premier ouvrage qui lui serait entièrement consacré. « Le Cannelé, ce mystère nommé désir » d'Isabelle Bunisset, tend à retracer le parcours « tumultueux » du Cannelé, qui, après avoir connu l'oubli et l'ingratitude, est aujourd'hui devenu, aux côtés du vin, la spécialité bordelaise par excellence dont le rayonnement dépasserait même les frontières nationales.

Mais alors, un « n » ou deux « n » pour Can(n)elé ? Nombreux se posent certainement la question. Selon l'auteur, Isabelle Bunisset, le nom originel porterait deux « n », que l'on retrouve dans le mot "cannelure". Et c'est en 1985, lorsque voit le jour la Confrérie du Canelé de Bordeaux, que ses membres décident d'en changer l'orthographe. « Ce qui était un coup plus médiatique que linguistique pour relancer le produit. » nous explique l'auteur, qui revient de manière intentionnelle à l'écriture originelle du Cannelé, par « nostalgie » et souvenir de « ses douces cannelures ».

Le Cannelé vu par... une Professeur de Lettres Modernes

Un autre mystère reste cependant à résoudre. Comment se fait-il qu'une universitaire, qui n'a jamais écrit de livres sur la gastronomie dans sa vie, et qui se désigne elle-même comme « une inculte de la cuisine» fut, néanmoins, la première à se pencher sur un produit aussi emblématique de Bordeaux que le Cannelé ? «J'étais assise avec mon futur éditeur dans une brasserie très bordelaise... » raconte Isabelle Bunisset « ...on nous a apporté un café, accompagné d'un petit cannelé. C'est à ce moment là que je me suis demandée si on avait déjà écrit quelque chose à ce sujet. "Pas à ma connaissance" m'a répondu l'éditeur, donc je me suis lancée.» Une histoire peut-être ni belle ni originale, mais ce qu'on en retiendra, en fin de compte, c'est le résultat. Et celui-ci est surprenant. Un ouvrage qui donne vraiment envie, en faisant titiller nos sens et émotions à la simple évocation du mot « Cannelé ».

Le Cannelé - entre légendes et vérités

L'auteur cherche à traquer, dans un premier temps, les origines du flan caramélisé, en essayant de distinguer entre légendes et vérités. On pourrait être surpris mais des origines « il y en a des milliers. » affirme Mme Bunisset. La première remonterait au XVIII s., celle des soeurs du couvent de l'Annonciade, qui, à partir des restes de farines laissées sur les quais de Bordeaux par les navires, auraient inventé la recette. D'autres parlent du cannelé en tant que possible descendant de la canole de Limoges. Il n'existe cependant nulle trace, ni écrit qui pourraient confirmer l'une ou l'autre de ces hypothèses. Les découvertes archéologiques entreprises dans le couvent semblent d'ailleurs avoir dissipé le doute, puisqu'aucun objet ressemblant à un moule de cannelé ne fut retrouvé. C'est seulement en 1937 que l'on notera une première référence littéraire au Cannelé ; dans un livre de Jean Balde, un ami de François Mauriac.

Une mise en bouche érotique

Isabelle BunissetTout un chapitre de l'ouvrage se voit, de même, consacré à une certaine "rêverie littéraire" autour du Cannelé. L'auteur nous emmène vers un monde lyrique et sensuel qui fait parler notre imagination. Elle éveille nos sens et émotions les plus fortes, en ne faisant que monter en nous le désir de croquer dans les parois croustillantes du cannelé et « le sucer pour en extraire son intimité. » Une mise en bouche presque érotique, que l'auteur n'a pas du tout l'intention de cacher. « Selon un vieux dicton, le cannelé ressemblerait à une élégante bordelaise qui se refuserait le premier soir pour en être que plus désirable le lendemain. » raconte Mme Bunisset.

« Une sensation, plus qu'un goût »
Alain Delon en était fou ; Catherine Deneuve exigeait cette spécialité bordelaise à la fin des tournages. Qu'est ce qui rend donc le cannelé si incontournable, objet de presque tous les désirs ? « Le charme de sa rusticité, sa forme assez singulière ; mais surtout cet antagonisme entre l'extérieur croustillant et son intérieur très moelleux. » explique, pour sa part, Mme Bunisset. « Le cannelé est une sensation plus qu'un goût. » remarque de son côté Jean-Luc Poujauran, pâtissier. Le cannelé serait même devenu un « bon compagnon », que ce soit au petit déjeuner avec un café; au goûter; ou dans un cocktail avec un verre de champagne; "il nous va très bien". De plus en plus de chefs-cuisiniers cèdent à son charme.

La beauté et l'élégance du geste

Et c'est justement quelques recettes ainsi que les confidences de plusieurs maîtres-pâtissiers et chefs-cuisiniers que nous fait partager l'auteur, plus loin dans son ouvrage. On y apprend que le cannelé ce n'est pas seulement un goût ou une sensation, mais aussi « la beauté, l'élégance du geste qui va avec. » C'est en observant le travail de ces maîtres-cuisiniers qu'Isabelle Bunisset découvre l'importance accordée à la perfection, au questionnement. « Ce sont des gens passionnés, leurs yeux brillaient en évoquant simplement le mot ; ils s'enthousiasmaient comme des enfants ; et c'est cela qu'il m'a semblé important de raconter. » explique Mme Bunisset. « Toute cette sensualité dévouée à la cuisine doit se reproduire dans les mots. »

L'auteur nous emporte donc dans de nombreuses fantaisies érotiques, nostalgiques et drôles autour du Cannelé, en nous montrant que c'est un plaisir qui, non seulement, se laisse admirer, croquer ou savourer ; mais aussi écrire. « Tout part d'un ravissement des yeux. » avoue Isabelle Bunisset « Et si le produit provoque du plaisir aussi sublime que le cannelé, on se doit de le pérenniser par des mots. »

Piotr Czarzasty

Isabelle Bunisset
« Le Cannelé, ce mystère nommé désir »
Photographies : David Nakache

sortie en librairie le 7 mai 2008

Editions Féret
24 allées de Tourny, Bordeaux
Tel : 05 56 13 79 95
www.feret.com

 

Partager sur Facebook
Vu par vous
1618
Aimé par vous
0 J'aime
Les réaction
1 réaction
Envoyer par email
Email
Convertir en PDF
PDF
Imprimer cet article
Imprimer
Saveur
Saveur
Retour à la page d'accueil
Accueil
Delatremoille | 08/05/2008

magnifique sujet que ces fameux cannelés, véritables marqueurs gourmands du patrimoine bordelais.manque juste quelques recettes pour se les mettre sous la dent en lieu et place des quelques fautes d'orthographe qui rendent l'article croustillant...eu égard de la profession de l'auteur!

Nom * :
Email * :
Texte :
Combien font 27 + 12 ?*

Toutes les réactions sont soumises à validation de la rédaction d'Aqui avant leur publication sur le site. Conformément à l'article 10 du décret du 29 octobre 2009, les internautes peuvent signaler tout contenu illicite à la rédaction d'aqui.fr qui s'engage à mettre en oeuvre les moyens nécessaires à la suppression des dits contenus.

* champs obligatoires

J'aime aqui, je le soutiens ! Aqui!Presse - Affichez Vous chez Nous ! J'aime aqui, je le soutiens !