Soutenez aqui.fr face au défi de la Nouvelle Aquitaine

10/12/18 : Mobilisation mardi matin dès 9h00 aux trois péages autoroutiers du Lot-et-Garonne orchestrée par la Coordination rurale 47 pour protester contre les taxes "Trop de taxes tue l'agriculture et les agriculteurs!" dixit la CR47.

10/12/18 : Charente-Maritime : au vue du contexte social actuel, le séminaire filière Fruits & Légumes de Nouvelle Aquitaine Propulso, qui devait se tenir les 11 et 12 décembre à Saintes est annulé. Une prochaine date devrait bientôt être fixée.

09/12/18 : La Rochelle : selon l'association Info Trafic 17, le dépôt pétrolier de La Pallice est bloqué ce soir par près de 200 personnes.

09/12/18 : Charente-Maritime : Annick Baillou a été nommée inspectrice d’académie-directrice académique des services de l’éducation nationale (IA-DASEN) de la Charente-Maritime. Elle succède à Gilles Grosdemange qui a fait valoir ses droits à la retraite.

09/12/18 : Samedi vers 23 heures, Jacqueline Dubois, députée du Sarladais a découvert sa voiture en feu, ainsi que celle de son mari, garées dans la rue devant son domicile de Vézac. L'élue a reçu de nombreux soutiens de la classe politique de tous bords.

09/12/18 : la manifestation des gilets jaunes d'abord pacifique à Bordeaux a dégénéré au milieu de l'après-midi lorsqu'une centaine de casseurs, ont jeté des projectiles divers sur les forces de l'ordre. Scènes de guérilla urbaine et dégradations ont suivi

08/12/18 : Forte participation à Bordeaux pour la Marche pour le climat: de l'ordre de 6 à 7000 personnes

08/12/18 : La Rochelle sera présente au Nautic de Paris du 8 au 16 décembre, stand G2 Hall 1, sous la bannière La Rochelle Force Océan. Elle y présentera ses différents événements sportifs comme la Minit Transat, dont les inscriptions sont désormais ouvertes.

07/12/18 : Rochefort : Véritable institution rochefortaise, l'ancien cinéma Alhambra devenu un studio de post-production de films et de musique inauguré au printemps dernier, organise une porte ouverte avec visite de ses locaux ce samedi de 14h à 19h. Gratuit.

07/12/18 : La Cité du Vin vient de recevoir 3 nouvelles récompenses de la part des professionnels de l'œnotourisme. Un International Best of Wine Tourism et 2 Iter Vitis awards "pour son action innovante et audacieuse en matière d'œnotourisme".

- Publicité -
S’abonner ici !
proprietes-rurales.com
- Publicité -
  • 10/12/18 | Hashtag d’Argent pour Limoges

    Lire

    Très présente sur les réseaux sociaux (Facebook, Twitter, Instagram, Snapchat et Linkedin) et avec plus de 67 000 abonnés, la Ville de Limoges a obtenu un « Hashtag » d’argent pour son engagement sur les réseaux sociaux pour communiquer avec ses administrés dans la catégorie « grandes villes de + 100 000 habitants ». Ce trophée, remis par l’Observatoire SocialMedia, récompense les territoires les plus agiles sur les réseaux.

  • 10/12/18 | Talents des Cités: les lauréats néo-aquitains

    Lire

    En Nouvelle-Aquitaine, Talents des Cités 2018 a distingué 3 créateurs d'entreprise dans les quartiers prioritaires de la Ville : Grégory Pédeboscq (Dax), et son food truck «La Cantoche», qui propose en partenariat avec des producteurs locaux sandwichs, burgers, salades et soupes originales ; Victor Du Peloux (Bordeaux) et son atelier bois coworking «La Planche» pour artisans, concepteurs et grand public, et Salomé Arenas (Pau), co-fondatrice de Monsieur Bernard, marque de vêtements et accessoires 100% plastique recyclé dont une partie est récoltée dans la Mer Méditerranée! Les lauréats nationaux seront connus fin janvier

  • 10/12/18 | Corrèze: la chambre d'agriculture dénonce la présence de L-214 dans les écoles

    Lire

    Réunie en session plénière le 26 novembre dernier, la Chambre d’Agriculture de la Corrèze demande à l’État, la Région, au Département et aux Maires l’interdiction immédiate de diffusion, dans toutes les écoles du département, des informations anti-viande de l’association L-214 éducation mais aussi de confier aux seuls organismes habilités et neutres à diffuser dans les écoles des informations justes sur l’alimentation et les produits agricoles.

  • 09/12/18 | Gilets jaunes : des violences à Bordeaux

    Lire

    Ce samedi à Bordeaux, de violents affrontements se sont déroulés en marge de la manifestation des gilets jaunes dès la fin d'une marche (ayant rassemblé environ 5000 personnes) vers l'hôtel de ville, en milieu d'après-midi. Dans un communiqué tardif, la préfecture évoque des "dégradations de bien publics (notamment des feux de barricades), de vitrines commerciales, de mobiliers urbains". Les services de police ont interpellé 44 personnes. 26 blessés sont à déplorer, dont un jeune manifestant ayant perdu sa main en voulant renvoyer une grenade lacrymogène.

  • 07/12/18 | «Signalement Voie Publique» le nouveau service de proximité de la Ville de Lormont

    Lire

    Déployé par la municipalité début novembre sous l’acronyme SVP, il vise à améliorer le signalement des dysfonctionnements ou anomalies au sein des espaces publics (propreté, stationnement abusif, éclairage défectueux). A bord d’un véhicule sérigraphié «Signalement Voie Publique» et du numéro de téléphone créé pour l’occasion (0633146911), deux agents circulent du lundi matin au samedi soir dans la commune. Ils doivent s’assurer et faire preuve de vigilance quant à la bonne tenue de la voirie, du mobilier urbain, de la chaussée ou des éclairages publics.

Les dossiers d'Aqui

La LGV Sud-Ouest Idées neuves en Nouvelle Aquitaine Innov'action et Agriculture

Saveur | Le millésime 2009 : Des primeurs avant les primeurs

17/03/2010 |

Alain Raynaud. Président fondateur du cercle rive droite des grands vins de Bordeaux

Le bordelais est déjà en ébullition. Comme chaque année, à la même période, se préparent les Primeurs qui se dérouleront du 29 mars au 1e avril. Cette originalité bordelaise qui veut que l'on présente aux professionnels de tout poil, journalistes spécialisés, représentants du négoce, grands acheteurs, le millésime en cours d'élaboration. Il s'agit alors d'une dégustation avant tout technique destinée à déceler le potentiel d'évolution des vins pour en fixer par la suite le cours.

Un système imaginé, à la base, pour permettre aux propriétaires de vignobles de faire entrer au plus tôt de la trésorerie afin d'investir et de développer leurs exploitations. Depuis, les primeurs ont évolué vers un système avant tout spéculatif, les producteurs concernés fixant, à partir d'avril, les prix de leurs produits en fonction des données recueillies lors des dégustations. Le comportement des acheteurs vis-à-vis de ces prix dessinera l'avenir du millésime. Mais cela ne va concerner que quelques dizaines d'étiquettes, entre 70 et 100 selon les années et la qualité supposée du millésime. De ce point de vue, 2009 s'annonce favorablement.

Avant première
Mais, depuis plusieurs années, les Primeurs sont aussi devenus un moment fort de communication, y compris pour des vins qui ne sont pas vendus en primeurs. Des négociants proposent, ainsi, à la dégustation des vins d'autres régions et parfois d'autres millésimes. C'est le cas notamment chez Jean-Luc Thunevin à Saint-Emilion, qui dans la partie négoce de son activité, présente tous les vins qu'il commercialise ainsi que ceux qu'il réalise dans des propriétés où il a pris des participations.
Un autre phénomène se développe aussi depuis plusieurs années. Celui des pré-primeurs. Des dégustations sont ainsi organisées depuis déjà plusieurs jours, principalement pour des négociants ou des journalistes qui préfèrent anticiper la date officielle et éviter la foule des dégustateurs venus du monde entier.
Le château Lanessan, cru bourgeois Haut Médoc, à Cussac-Fort-Médoc, a ainsi fixé un premier rendez-vous au jeudi 18 mars pour présenter son 2009 en avant-première. L'occasion aussi pour Paz Espejo, œnologue et nouvelle directrice de la propriété, qui a succédé à Hubert Bouteiller, de communiquer sur le travail amorcé depuis son arrivée dans le courant de l'été 2009.

Une date en débat
On pourrait citer ainsi de nombreux autres exemples. « C'est vrai que le temps des primeurs a beaucoup évolué », constate le docteur Alain Raynaud. Président fondateur du cercle rive droite des grands vins de Bordeaux, qui rassemble près de 130 propriétés de différentes appellations girondines situées sur les rives droites de la Garonne et de la Dordogne, il fut aussi, dans les années 90, l'initiateur d'une première et importante évolution des primeurs.
« Jusque en 1994, les Primeurs n'étaient ouverts qu'aux journalistes, rappelle t-il. J'étais alors président de l'Union des grands crus. Nous avons, cette année là, décidé de les ouvrir aux autres acteurs tels que les mandataires, les distributeurs et même les détaillants. Afin qu'ils se forgent leur propre idée et ne s'en tiennent pas uniquement à l'opinion des journalistes. »
L'idée se souvient-il, n'a guère plus au négoce bordelais sur le moment, mais a incontestablement donné un élan. Les lieux de dégustation se sont multipliés et le débat s'est animé autour de la date où il fallait fixer les primeurs. Certains souhaitant qu'ils aient lieu plus tôt dans l'année, d'autre préférant les repousser afin de permettre au vin, alors en barrique depuis seulement quelques mois, d'évoluer un peu plus. « La période du début avril marque la fin des fermentations malolactiques. Il aurait peut être était mieux de fixer les Primeurs un peu plus tard. Mais se pose le problème des dégustations organisées dans la foulée, notamment en Italie et en Allemagne, mais sans vente à la clé, puisque cela reste une spécificité très bordelaise », relève Alain Raynaud.
Le cercle rive droite, pour sa part, a déjà effectué des déplacements il y a quelques jours, aux Etats-Unis et Angleterre, également pour faire découvrir le 2009 de ses adhérents. « Parce que tout le monde dit que le 2009 est un millésime intéressant. Nous avons souhaité que nos interlocuteurs anglo-saxons qui ne se déplaceraient pas pour les Primeurs en jugent par eux même. »

Pas de deuxième chance
Une démarche fondée sur l'idée que crise oblige, les dégustateurs se déplacent en moins grand nombre à Bordeaux et qu'en allant sur place on peut aussi toucher des décideurs intermédiaires qui ne feraient pas nécessairement le déplacement. Il reste que certains acheteurs de premiers plans, les fonds d'investissement spécifiques nés depuis que les grands vins s'étaient affirmés comme de bons produits spéculatifs, ne sont plus au rendez-vous depuis la crise financière.
Dès lors, Alain Raynaud regrette que Bordeaux n'ai pas su, depuis les années 90, mettre en place une structuration commerciale permettant de vendre les vins après les primeurs. Une sorte de deuxième chance pour les années où le millésime ne dispose pas d'une image porteuse.

Légende : Alain Raynaud, président du Cercle rive droite

Partager sur Facebook
Vu par vous
510
Aimé par vous
0 J'aime
Les réaction
0 réaction
Envoyer par email
Email
Convertir en PDF
PDF
Imprimer cet article
Imprimer
Saveur
Saveur
Retour à la page d'accueil
Accueil
Aucune réaction à cet article pour le moment. A vous de jouer !

Nom * :
Email * :
Texte :
Combien font 12 + 18 ?*

Toutes les réactions sont soumises à validation de la rédaction d'Aqui avant leur publication sur le site. Conformément à l'article 10 du décret du 29 octobre 2009, les internautes peuvent signaler tout contenu illicite à la rédaction d'aqui.fr qui s'engage à mettre en oeuvre les moyens nécessaires à la suppression des dits contenus.

* champs obligatoires

J'aime aqui, je le soutiens ! Aqui!Presse - Professionnels des contenus ! J'aime aqui, je le soutiens !