18/12/17 : Alain Juppé et plusieurs maires dont Martine Aubry réclament le soutien de l'Etat car "2017 s’achève sur une hausse massive de la demande d’asile et de nouveaux arrivants mettant sous une extrême tension les politiques publiques (...) classiques"

17/12/17 : "Avant si j'était vieux", théâtre, musique et bien vieillir, voici le mélange détonant que les caisses de retraite d’Aquitaine proposent de découvrir gratuitement. La prochaine représentation a lieu le 19 décembre à 15 h à Bergerac au centre culturel.

15/12/17 : Futuroscope : le président du directoire Dominique Hummel a annoncé dans La Nouvelle République qu'il allait quitter ses fonctions en mars prochain.

14/12/17 : Depuis ce 12 décembre, la FRSEA Sud Ouest a de nouveaux contours. Regroupant désormais les régions Occitanie et Nouvelle-Aquitaine elle représente 25 départements. Le même jour, Philippe Moinard en a été élu à la présidence.

- Multivote -
- Publicité -
S’abonner ici !
- Publicité -
  • 15/12/17 | Les radicaux de gauche Nouvelle Aquitaine...

    Lire

    Après la récente fusion du Parti Radical de Gauche et du Parti Radical Valoisien au sein "d’une nouvelle structure baptisée « Mouvement Radical » dans laquelle ils ne se reconnaissent pas totalement les élus Radicaux de Gauche du Conseil régional ont souhaité prendre leurs distances avec ce contexte politique national. Ainsi Soraya Ammouche-Milhiet, Benoît Biteau, Régine Marchand, Francis Wilsius,réaffirment leur place au sein de la majorité d’Alain Rousset et gardent leurs distances avec les jeux politiques des appareils nationaux, partageant des valeurs communes autour du triptyque républicain et de la Laïcité."

  • 15/12/17 | La Charente-Maritime toujours en manque d'eau

    Lire

    Au vu de la situation hydrologique actuelle et de l’absence de pluviométrie, le préfet de la Charente-Maritime a décidé de prolonger l'arrêté en date du 31 octobre 2017 jusqu’au dimanche 14 janvier 2018 inclus. Le prélèvement d’eau en vue du remplissage ou du maintien du niveau des retenues d’eau à usage d’irrigation agricole et tous les plans d’eau est interdit sur tous les bassins de gestion de Charente-Maritime (sauf bassin Charente aval) pour les remplissages par prélèvement superficiel.

  • 15/12/17 | Martin Leÿs délégué régional EDF en janvier 2018

    Lire

    Benoît Thomazo délégué régional d'EDF en Aquitaine puis Nouvelle Aquitaine depuis 4 ans passera le relais en janvier prochain à Martin Leÿs. Celui-ci, jusque là directeur du dialogue social au sein du groupe, présidait le Comité central d'entreprise et le Comité européen ainsi que le Fonds "Agir pour l'emploi" d'EDF qui soutient les projets portés par les associations d'insertion. Martin Leÿs avait été en 2002 directeur de cabinet de la délégation d'Aquitaine à Bordeaux avant de devenir conseiller social auprès de François Roussely et de diriger depuis la Chine le développement Asie d'EDF pendant six ans.

  • 15/12/17 | Asphodèle, le plus bio des salons revient à Pau

    Lire

    Plus grand et plus ancien salon des produits bio du Sud ouest, Asphodèle, est de retour, du 15 au 17 décembre, au Parc des expositions à Pau pour sa 22ème édition. Résolument engagé pour la planète et le bien être, il se dédié à la bio et aux nouvelles façons de vivre et de consommer, à travers cette année plus de 220 exposants. Des artisans, producteurs, viticulteurs, créateurs, entreprises de transformation triés sur le volet. Au programme aussi de nombreuses animations et conférences qui évoqueront notamment les OGM, l'agriculture bio, l'éco-construction ou encore les semences libres.

  • 15/12/17 | Le point sur la tuberculose bovine en Dordogne

    Lire

    La campagne de prophylaxie 2017-2018 de la tuberculose bovine a débuté en avance avec un nouveau mode de dépistage qui donne des résultats encourageants. Il s’agit d’un procédé à la fois plus efficace mais aussi plus contraignant, car nécessitant une bonne contention des bovins. Depuis le début novembre, 106 dossiers de prophylaxie ont été traités et 5 élevages ont présenté des résultats positifs. Le nombre de foyers de tuberculose pour 2017 est toujours de 28 élevages, dont 8 ont fait l’objet d’un abattage total et 20 d’un abattage sélectif.

Les dossiers d'Aqui

La LGV Sud-Ouest Idées neuves en Nouvelle Aquitaine Innov'action et Agriculture

Saveur | Le millésime 2009 : Des primeurs avant les primeurs

17/03/2010 |

Alain Raynaud. Président fondateur du cercle rive droite des grands vins de Bordeaux

Le bordelais est déjà en ébullition. Comme chaque année, à la même période, se préparent les Primeurs qui se dérouleront du 29 mars au 1e avril. Cette originalité bordelaise qui veut que l'on présente aux professionnels de tout poil, journalistes spécialisés, représentants du négoce, grands acheteurs, le millésime en cours d'élaboration. Il s'agit alors d'une dégustation avant tout technique destinée à déceler le potentiel d'évolution des vins pour en fixer par la suite le cours.

Un système imaginé, à la base, pour permettre aux propriétaires de vignobles de faire entrer au plus tôt de la trésorerie afin d'investir et de développer leurs exploitations. Depuis, les primeurs ont évolué vers un système avant tout spéculatif, les producteurs concernés fixant, à partir d'avril, les prix de leurs produits en fonction des données recueillies lors des dégustations. Le comportement des acheteurs vis-à-vis de ces prix dessinera l'avenir du millésime. Mais cela ne va concerner que quelques dizaines d'étiquettes, entre 70 et 100 selon les années et la qualité supposée du millésime. De ce point de vue, 2009 s'annonce favorablement.

Avant première
Mais, depuis plusieurs années, les Primeurs sont aussi devenus un moment fort de communication, y compris pour des vins qui ne sont pas vendus en primeurs. Des négociants proposent, ainsi, à la dégustation des vins d'autres régions et parfois d'autres millésimes. C'est le cas notamment chez Jean-Luc Thunevin à Saint-Emilion, qui dans la partie négoce de son activité, présente tous les vins qu'il commercialise ainsi que ceux qu'il réalise dans des propriétés où il a pris des participations.
Un autre phénomène se développe aussi depuis plusieurs années. Celui des pré-primeurs. Des dégustations sont ainsi organisées depuis déjà plusieurs jours, principalement pour des négociants ou des journalistes qui préfèrent anticiper la date officielle et éviter la foule des dégustateurs venus du monde entier.
Le château Lanessan, cru bourgeois Haut Médoc, à Cussac-Fort-Médoc, a ainsi fixé un premier rendez-vous au jeudi 18 mars pour présenter son 2009 en avant-première. L'occasion aussi pour Paz Espejo, œnologue et nouvelle directrice de la propriété, qui a succédé à Hubert Bouteiller, de communiquer sur le travail amorcé depuis son arrivée dans le courant de l'été 2009.

Une date en débat
On pourrait citer ainsi de nombreux autres exemples. « C'est vrai que le temps des primeurs a beaucoup évolué », constate le docteur Alain Raynaud. Président fondateur du cercle rive droite des grands vins de Bordeaux, qui rassemble près de 130 propriétés de différentes appellations girondines situées sur les rives droites de la Garonne et de la Dordogne, il fut aussi, dans les années 90, l'initiateur d'une première et importante évolution des primeurs.
« Jusque en 1994, les Primeurs n'étaient ouverts qu'aux journalistes, rappelle t-il. J'étais alors président de l'Union des grands crus. Nous avons, cette année là, décidé de les ouvrir aux autres acteurs tels que les mandataires, les distributeurs et même les détaillants. Afin qu'ils se forgent leur propre idée et ne s'en tiennent pas uniquement à l'opinion des journalistes. »
L'idée se souvient-il, n'a guère plus au négoce bordelais sur le moment, mais a incontestablement donné un élan. Les lieux de dégustation se sont multipliés et le débat s'est animé autour de la date où il fallait fixer les primeurs. Certains souhaitant qu'ils aient lieu plus tôt dans l'année, d'autre préférant les repousser afin de permettre au vin, alors en barrique depuis seulement quelques mois, d'évoluer un peu plus. « La période du début avril marque la fin des fermentations malolactiques. Il aurait peut être était mieux de fixer les Primeurs un peu plus tard. Mais se pose le problème des dégustations organisées dans la foulée, notamment en Italie et en Allemagne, mais sans vente à la clé, puisque cela reste une spécificité très bordelaise », relève Alain Raynaud.
Le cercle rive droite, pour sa part, a déjà effectué des déplacements il y a quelques jours, aux Etats-Unis et Angleterre, également pour faire découvrir le 2009 de ses adhérents. « Parce que tout le monde dit que le 2009 est un millésime intéressant. Nous avons souhaité que nos interlocuteurs anglo-saxons qui ne se déplaceraient pas pour les Primeurs en jugent par eux même. »

Pas de deuxième chance
Une démarche fondée sur l'idée que crise oblige, les dégustateurs se déplacent en moins grand nombre à Bordeaux et qu'en allant sur place on peut aussi toucher des décideurs intermédiaires qui ne feraient pas nécessairement le déplacement. Il reste que certains acheteurs de premiers plans, les fonds d'investissement spécifiques nés depuis que les grands vins s'étaient affirmés comme de bons produits spéculatifs, ne sont plus au rendez-vous depuis la crise financière.
Dès lors, Alain Raynaud regrette que Bordeaux n'ai pas su, depuis les années 90, mettre en place une structuration commerciale permettant de vendre les vins après les primeurs. Une sorte de deuxième chance pour les années où le millésime ne dispose pas d'une image porteuse.

Légende : Alain Raynaud, président du Cercle rive droite

Partager sur Facebook
Vu par vous
424
Aimé par vous
0 J'aime
Les réaction
0 réaction
Envoyer par email
Email
Convertir en PDF
PDF
Imprimer cet article
Imprimer
Saveur
Saveur
Retour à la page d'accueil
Accueil
Aucune réaction à cet article pour le moment. A vous de jouer !

Nom * :
Email * :
Texte :
Combien font 20 + 18 ?*

Toutes les réactions sont soumises à validation de la rédaction d'Aqui avant leur publication sur le site. Conformément à l'article 10 du décret du 29 octobre 2009, les internautes peuvent signaler tout contenu illicite à la rédaction d'aqui.fr qui s'engage à mettre en oeuvre les moyens nécessaires à la suppression des dits contenus.

* champs obligatoires

J'aime aqui, je le soutiens ! Aqui!Presse - Affichez Vous chez Nous ! J'aime aqui, je le soutiens !