Soutenez aqui.fr face au défi de la Nouvelle Aquitaine

19/11/20 : Charente-Maritime : le taux de positivité au Covid-19 était ce soir de 75 pour 100 000 habitants, et de 90 pour La Rochelle, soit moitié moins que la semaine dernière, selon l'ARS. 34 patients sont hospitalisés à La Rochelle, dont 14 en réanimation.

17/11/20 : Charente-Maritime: dans le cadre de la poursuite du chantier de changement des câbles du Pont de Ré, la circulation automobile aura de courtes interruptions jeudi 19 novembre entre 12 et 13h, sans conséquence pour le passage des piétons et des vélos.

17/11/20 : Le festival de la BD d'Angoulême se fera en deux temps: en janvier pour la remise des fauves et en juin pour un festival en présentiel. Une exposition sera dédié à l'art d'Emmanuel Guibert au musée des beaux arts d'Angoulême, inauguré le 20/11/2021.

16/11/20 : Les communes de La Mothe Saint Héray et Saint Maixent l'Ecole dans les Deux-Sèvres ont été reconnues en état de catastrophe naturelle, suite aux inondations subies au mois de mars.

15/11/20 : Le Centre communal d’action sociale CCAS de La Rochelle lance un appel à la solidarité et au bénévolat pour épauler les acteurs de l’aide alimentaire. Contact : Frédérique Duchesne àfrederique.duchesne@ccas-larochelle.fr ou au 05 46 35 21 16.

13/11/20 : Les élections régionales et départementales prévues en mars auront très vraisemblablement lieu en juin suite à la proposition faite en ce sens par Jean-Louis Debré qui a remis son rapport au premier ministre: option retenue par le gouvernement.

13/11/20 : Ce samedi 14 novembre, de 14h à 16h, associations, familles, professionnels de la santé et de l’éducation, vont manifester de l'Hôtel de ville au rectorat. Ils sont contre l'instruction à l'école obligatoire pour tous dès 3 ans. + d'info

12/11/20 : Confinement: Il serait irresponsable de lever ou d'alléger le dispositif actuel a déclaré le premier ministre, lequel a ajouté qu'un allégement strictement réservé aux commerces pourrait être envisagé le 1°décembre.

09/11/20 : Dans le cadre du reconfinement, la Ville de Bayonne et son maire J.R. Etchegaray ont aménagé 45 box au Palais des sports de Lauga pour accueillir les sans abri. Les lits ont été fournis par le 1er RPIma et dispositif assuré par l'association Atherbea

09/11/20 : Mme Estelle Leprêtre, directrice adjointe de la direction départementale de la cohésion sociale du Morbihan, est nommée sous-préfète de Jonzac en Charente-Maritime. Elle prendra ses fonctions le 23 novembre prochain.

05/11/20 : Charente-Maritime : suite à l'élection à la fonction de sénateur de Mickaël Vallet, ex président de la communauté de communes de Marennes, Patrice Brouhard, maire du Gua, a été élu président de la collectivité, lors du conseil communautaire ce jeudi.

05/11/20 : Avec la multiplication des cas de grippe aviaire en Europe, le Ministère de l'agriculture a passé en niveau d'alerte élevé 46 départements, dont la Charente-Maritime, les Deux-Sèvres, la Gironde, les Landes et les Pyrénées Atlantiques.

- Publicité -
S’abonner ici !
proprietes-rurales.com
- Publicité -
  • 23/11/20 | "Urgence sociale": des élus locaux et écolos interpellent J. Castex

    Lire

    Plusieurs élus locaux écologistes ont écrit au Premier ministre. Ils s’unissent pour faire face à la crise sociale qui découle de la crise sanitaire. Afin d’essayer de contrer des chiffres conséquents, "mettre en oeuvre une chaine de solidarité véritablement inconditionnelle est une priorité, une urgence". Que ce soit des aides sur l’accès au logement, l’hébergement d’urgence, l’aide alimentaire ou toute forme de précarité, ces élus demandent de l’aide et du soutien de la part de l’État. Pierre Hurmic, Maire de Bordeaux, Florence Jardin, Présidente de Grand Poitiers et Léonore Moncond’huy, Maire de Poitiers sont de ceux-là.

  • 23/11/20 | Val de Garonne Agglomération : un 2ème Plan de soutien à l’économie spécial COVID‐19

    Lire

    Dans la continuité du Plan de soutien n°1 ouvert en mai dernier suite au premier confinement (530 000 € attribués), Val de Garonne Agglomération déclenche un Plan de soutien n°2 mobilisant 800 000 € en faveur de l’économie locale durement touchée par la crise sanitaire. Ce 2ème Plan de soutien, planifié de mi-novembre 2020 à fin juin 2021, comporte 3 mesures de prêts à 0%.

  • 23/11/20 | Lescar dit stop aux violences faites aux femmes

    Lire

    Stop aux violences à l’égard des femmes. Le centre commercial Lescar s’engage dans cette cause en accueillant du 23 au 26 novembre, une exposition sur ce thème. C’est aux côtés de la direction départementale aux droits des femmes et à l’égalité et l’association Du côté des femmes que Lescar agit. Des affiches de l'ouvrage En chemin sont exposées. Différents thèmes sont abordés comme le mariage forcé, le viol, le consentement. Le but est de sensibiliser, libérer la parole des femmes, informer et dans l’idéal, participer à une prise de conscience et de responsabilité collective.

  • 23/11/20 | Financement acté pour la voie verte entre Marmande et Casteljaloux

    Lire

    Dans le cadre de son aide baptisée « Grands équipements structurants de rayonnement régional ou national », le Conseil départemental participe au financement de la voie verte entre Marmande et Casteljaloux à hauteur de 565 441 €, Val de Garonne agglomération (VGA) pour un montant de 417 491 € et la Communauté de Communes des Coteaux et Landes de Gascogne (C3LG) pour 147 950 €. D’un montant global de 5 654 416 €, la maitrise d’ouvrage de ce projet est assurée par VGA et C3LG, chacune sur leur périmètre géographique.

  • 22/11/20 | Rochefort : le centre de gestion des écoles de gendarmerie prend du galon

    Lire

    Le commandement des écoles de la gendarmerie nationale (GEGN) de Rochefort, dédié à la gestion des formations, des ressources humaines et des finances de 22 écoles et centres de formation de la gendarmerie, était appelé à disparaître. Le ministre de l'Intérieur a finalement annoncé cette semaine maintenir et même renforcer ses fonctions. Le service dédié à l'ingénierie des formation et du recrutement, basé à Issy (92), va rejoindre la structure, avec 60 équivalents temps-plein, d'ici 3 ans.

Les dossiers d'Aqui

La LGV Sud-Ouest Idées neuves en Nouvelle Aquitaine Innov'action et Agriculture

Saveur | Le rhum martiniquais veut sa propre "Cité du Vin"

22/11/2018 | Une délégation martiniquaise parmi laquelle figurait le maire de Fort-de-France, a visité la Cité du Vin ce jeudi dans le but de s'en inspirer pour créer une Cité du Rhum.

Cité du Vin

Le 29 août dernier, la Cité du Vin de Bordeaux a dépassé le cap symbolique du million de visiteurs de 176 nationalités différentes depuis son ouverture en juin 2016. On se doutait que ce succès allait donner des idées. Cette semaine, une délégation martiniquaise a visité les murs du bâtiment culturel, avec en tête l'idée de développer, au coeur de la capitale de l'île, une Cité du Rhum. Même si l'idée n'en est qu'à ses prémices, elle pourrait ressembler en beaucoup de points à sa jumelle bordelaise. Entre deux étages, dialogues avec les principaux intéressés qui souhaitent s'inspirer de la Cité du Vin pour désigner un "phare" à leur "spiritourisme".

Appel du pied

C'est ce que l'on pourrait aisément appeler une rencontre préfiguratrice. Cette semaine, une délégation d'élus et de responsables martiniquais a effectué un petit séjour à Bordeaux pour y rencontrer quelques officiels et organisations locales. Mais ce n'était pas là leur principale cible. Ils ont surtout eu droit à une visite privée de la Cité du Vin par son président, Philippe Massol. Ce dernier avait été reçu en Martinique un mois plus tôt pour participer à une rencontre envisageant la création sur place d'une... Cité du Rhum. Cette idée traîne déjà dans les têtes depuis un moment (en 2016, elle avait déjà été évoquée lors des Ateliers du Rhum et de la Canne).

Le rhum agricole de Martinique, devenu depuis 1996 une Appellation d'Origine Contrôlée, a en effet, tout comme les vins du bordelais, une Histoire et un passé à raconter et à mettre en valeur. Le secteur pèse lourd  : 85% du rhum agricole français y est fabriqué dont 74% part à l'export (chiffres de 2012). Mieux, le spiritourisme (tourisme des spiritueux) est une véritable manne économique pour cette région insulaire, et les différentes distilleries visitées par le public, attirant environ 600 000 visiteurs par an selon une étude réalisée en 2017, cherchent toujours à se différencier (on peut par exemple citer l'étonnant centre d'art contemporain de l'habitation Clément).

"Une belle idée" ...

Pour Philippe Massol, l'ambition portée par la Cité du Rhum est "une belle idée. La Martinique a la chance d'avoir un grand nombre de touristes captifs. Si demain, il y a une Cité du Rhum, le taux de captation de ces touristes peut évidemment être très élevé et cela pourrait même inciter de nouveaux publics à venir". Pour l'instant, aucun plan ni montage financier n'est dessiné, mais dans la proposition de base le futur bâtiment pourrait fortement s'inspirer de la Cité du Vin, en étant à la fois un centre culturel, un lieu d'expériences sensorielles et un regroupement du patrimoine mondial du rhum.

Pour Lucie Manuel, présidente de Contact Entreprises, association représentative du tissu économique de l'île, la récente construction du Mémorial Acte en Guadeloupe (dont l'investissement de 83 millions d'euros est, si on le compare au nombre de visiteurs annuel, encore aisément discutable), semble avoir donné des idées aux décideurs politiques de tous bords. Cette dernière ne s'interdit pas de dépasser le budget de ce bâtiment consacré au devoir de mémoire. "L'idée, c'est d'avoir un projet ambitieux pour la Martinique qui sera structurant tant en termes d'économie que d'attractivité du territoire. Il y a un fort potentiel autour du rhum : il y a tout un circuit de spiritourisme déjà organisé. La seule habitation Clément draine 200 000 visiteurs par an. Ce projet doit s'appuyer sur la base actuelle (...) On a un peu tous les voyants au vert sur le financement, même si le montage financier est encore à faire. Les professionnels du secteur sont plutôt partants, les institutions publiques aussi, on pourrait faire un tour de table assez complet entre financement privé et public".

Projet à étages
Un PPP (Partenariat Public Privé) pourrait donc être envisagé pour la construction de cette future Cité du Rhum, à l'image du montage financier proposé par la Cité du Vin à sa création, dont la mairie de Bordeaux s'est constituée maître d'ouvrage. Si le coût de la construction pourrait être plus important qu'en métropole, Charles Larcher, président du CODERUM (Comité d'Organisation et de Défense du Rhum), affirme que les fonds européens pourraient être bien plus importants qu'en zone conventionnelle. Quant-à-savoir ce que ce futur "centre culturel" pourrait contenir, là encore, les discussions sont largement ouvertes. "Il y a évidemment une dimension historique et patrimoniale importante concernant les industries sucrières et rhumières. On est un peu sur le même type de spiritourisme que celui de la Cité du Vin avec plusieurs dimensions expérientielles ou patrimoniales", confie Lucie Manuel. "L'idée est en gestation mais le projet est en train de se faire. Des lieux sont pressentis comme Fort de France, capitale et terminal de croisière important. Nous n'avons pas encore structuré l'association préfiguratrice du projet, mais ça devrait intervenir dans les prochaines semaines. Les études de faisabilités devront aussi permettre de définir le cadre juridique, financier et culturel du projet".

Pour Philippe Massol, une chose est sûre : la petite soeur de la Cité du Vin devra cadrer ce qu'elle souhaite raconter avant de savoir combien ce cadre pourra coûter. "Définir le terrain de jeu va induire le modèle économique et le montage juridique. La mise de fonds pour avoir les réponses à ces questions n'est pas très élevée par rapport à l'enjeu du projet". Le spiritourisme a en effet ses adeptes dans les rangs des pouvoirs publics locaux : ces derniers visent le chiffre symbolique d'un million de spiritouristes à l'horizon 2022.

Romain Béteille
Par Romain Béteille

Crédit Photo : Maxime Chabaud/ La Cité du Vin

Partager sur Facebook
Vu par vous
6450
Aimé par vous
0 J'aime
Les réaction
0 réaction
Envoyer par email
Email
Convertir en PDF
PDF
Imprimer cet article
Imprimer
Saveur
Saveur
Retour à la page d'accueil
Accueil
Aucune réaction à cet article pour le moment. A vous de jouer !

Nom * :
Email * :
Texte :
Combien font 26 + 17 ?*

Toutes les réactions sont soumises à validation de la rédaction d'Aqui avant leur publication sur le site. Conformément à l'article 10 du décret du 29 octobre 2009, les internautes peuvent signaler tout contenu illicite à la rédaction d'aqui.fr qui s'engage à mettre en oeuvre les moyens nécessaires à la suppression des dits contenus.

* champs obligatoires

J'aime aqui, je le soutiens ! Aqui!Presse - Affichez Vous chez Nous ! J'aime aqui, je le soutiens !