Soutenez aqui.fr face au défi de la Nouvelle Aquitaine

29/05/20 : Municipales : A Melle (79), la liste menée par Sarah Klingler ayant obtenu la majorité absolue (28 voix) au premier tour, le conseil a été installé hier, avec 9 postes d'adjoints créés, avec Jérôme Texier et Favienne Manguy comme 1er et 2e adjoints.

27/05/20 : Les 11 Clowns Stéthoscopes organisent une "déambulade festive" aux fenêtres des patients qu’ils ont l’habitude de côtoyer au CHU de Bordeaux à l'Hôpital des enfants afin de renouer le lien physique rompu par le confinement, le 29 mai dès 15h00.

26/05/20 : Le Conseil municipal de Libourne a réélu à sa tête Philippe Buisson. Laurence Rouède se voit confier la délégation de 1ere adjointe, déléguée à la coordination des activités municipales, aux ressources humaines, à l’urbanisme et au foncier.

25/05/20 : Le secrétaire d'État en charge du tourisme, Jean-Baptiste Lemoyne, a assuré que l'exécutif réfléchissait à un "élargissement significatif" de la limite de déplacement (100 km autour du domicile), qui pourrait entrer en vigueur la semaine prochaine.

25/05/20 : Les hospitaliers du CHU Pellegrin à Bordeaux sont en grève illimitée depuis le 22 mai sur préavis de SUD Santé. Un rassemblement de soutien est organisé le 26 mai devant l'hôpital.

22/05/20 : Dans le cadre de la célébration de la Journée Mondiale des Oiseaux Migrateurs, les 24 et 31 mai 2020 à Vitrezay, BioSphère Environnement propose 2 sorties de découverte des oiseaux des marais de Gironde, de 8h30 à 10h30. Réservations: 05 46 49 89 89.

19/05/20 : Allant dans le sens de la déclaration du Premier Ministre ce matin, le préfet des Pyrénées Atlantiques Eric Spitz déclare que les Bordelais et les Toulousains en zone verte pourraient venir en vacances en juillet et août dans les Pyrénées Atlantiques

18/05/20 : L’incertitude de l’évolution sanitaire, et l’impossibilité de mettre en œuvre les mesures barrières, entrainent l’annulation de l’opération de sensibilisation des jeunes à la nage, Objectif Nage, pour l’été 2020, annonce le Département de la Gironde.

15/05/20 : Initialement prévu le samedi 12 septembre prochain, la 36ème édition du marathon des Châteaux du Médoc est reportée au samedi 11 septembre 2021.

14/05/20 : L'activité partielle pour les entreprises du tourisme et de l'évènementiel sera maintenue jusqu'à fin 2020 et que l'accès au fonds de solidarité est prolongé jusqu'à fin septembre. En revanche, pas de baisse prévue pour la TVA.

12/05/20 : La Compagnie aérienne Chalair annonce la reprise progressive de ses vols entre Bordeaux, Brest et Montpellier. Au rythme de 2 vols hebdomadaires, rdv le 8 juin, pour la reprise des liaisons Bordeaux-Brest puis le 15 juin, pour Bordeaux-Montpellier

- Publicité -
S’abonner ici !
proprietes-rurales.com
- Publicité -
  • 31/05/20 | Arette (64): L'usine d'espadrille devenue tiers-lieu

    Lire

    Le tiers-lieu Pic Nic implanté à Arette (1 000 habitants) dans le Haut-Béarn, en vallée de Barétous au sud de Pau et d'Oloron-Sainte-Marie se développe. Impulsé en 2013 par l'achat par un couple d'architectes de l'ancienne usine d'espadrille du village, le lieu, espace de travail partagé et est devenu un outil commun à une dizaine de professionnels indépendants et télétravailleurs salariés. Afin de développer le tiers-lieu, tout en permettant l'émergence de projets communs, il a pris le statut de Société Coopérative d'Intérêt Collectif, que la commune souhaite intégrer. La création d'extensions est aussi envisageé.

  • 30/05/20 | Des esturgeons exotiques dans le Bassin d'Arcachon

    Lire

    Avec le débordement de cours d'eau du Sud Gironde les 10 et 11 mai 2020, des piscicultures dans les bassins du Ciron et de la Leyre ont été inondées laissant échapper des esturgeons sibériens et des esturgeons du Danube. Si l’espèce sibérienne pourrait a priori survivre sans se reproduire, les esturgeons sibériens emportés dans le Bassin d’Arcachon ne supportent pas la salinité des eaux. Ces deux espèces ne doivent pas être confondus avec l’esturgeon européen, protégé en voie de disparition. La prefecture demande donc aux pêcheurs de relâcher vivants tous les esturgeons qui seraient pris, quelle que soit l’espèce.

  • 30/05/20 | Dordogne : une hausse 24,2 % du nombre de demandeurs d'emploi en avril

    Lire

    La Dordogne voit son nombre de chômeurs s'envoler au mois d'avril. Pôle emploi a enregistré une hausse des inscrits en catégorie A, c'est à dire sans aucune activité, de 24,2 % en avril par rapport à mars 2020. En Nouvelle-Aquitaine, elle est de 27,4 %. C'est plus qu'au niveau national : cette hausse historique est de +22,6 %. Cela porte à 25 170 le nombre de personnes sans aucune activité en Dordogne. Le nombre d'inscrits en catégorie B et C (activité réduite) enregistre une forte baisse.

  • 30/05/20 | Plus de 48 000 salariés périgourdins en activité partielle

    Lire

    En Dordogne, 7390 entreprises ont établi une demande de chômage partielle, ce qui concerne 48 572 salariés actuellement. 1045 entreprises ont demandé des reports de charges fiscales, cela correspond à un montant de 9,4 millions d'euros. 14 487 entreprises ont sollicité le fonds de solidarité, cela représente une somme globale de 24,2 millions d'euros. Sur ces demandeurs, 64 % sont des entreprises individuelles et 24 % sont des SARL.

  • 30/05/20 | Bordeaux Métropole : des mesures pour le tourisme

    Lire

    Bordeaux Métropole vient d'adopter 11 mesures (550 000€) pour soutenir la filière tourisme, parmi lesquelles le financement (à 50%) du déficit d'exploitation "à venir" de l'Office de Tourisme et d'une campagne de promotion de la "destination Bordeaux", une réduction du prix du stationnement dans certains parkings souterrains pour les clients des hôtels, un délai de reversement de la taxe de séjour (dont la redevance passe de 2,5 à 5%) pour les hébergeurs ou l'exonération de "tout ou partie" des redevances d'occupation des pontons pour le tourisme fluvial.

Les dossiers d'Aqui

La LGV Sud-Ouest Idées neuves en Nouvelle Aquitaine Innov'action et Agriculture

Saveur | Les petites merveilles d'Aqui ! - Alice à la foire au Jambon de Bayonne

04/04/2016 | Retour sur un moment de pur bonheur avec Alice...« Alors on se rejoint là-bas ? Oui, oui… Allez-y ! On verra bien sûr place. Amusez-vous bien ! »

Alice à la foire au Jambon de Bayonne

Miracle, j’ai réussi à motiver François pour aller à la Foire au Jambon, à Bayonne. Pour les enfants, pas besoin de les pousser. Plusieurs jours de négociations. Permis fraîchement passé. Ils y vont de leur côté. Bon, mais c’est moi qui conduis. OK, mais au retour. Pas de soucis, moi, je ne bois pas. Génération Sam. Le message semble être bien passé. Mais de toutes les façons, la Foire au Jambon, c’est pas les fêtes de Bayonne. Hein ?! Quoi que… à voir la motivation, on pourrait se poser des questions. Bon, le mieux : voir sur place, et par nous-mêmes.

Enfin ! Après de longs mois de léthargie et de sidération, mon petit bolide rouge pas chic mais pratique, reprend du service. Pour un peu, elle en scintillerait de joie. Depuis combien de temps déjà ? Pas d’escapade ? Pas d’envie ? Plutôt compliqué de parler de ce qui pourrait passer pour des futilités. Les sombres journées de l’automne, annonciatrices de moments difficiles à venir… ça laisse des traces. Alors ?! Réagissons ! Comme à Paris, retournons aux terrasses des cafés. C’est exactement l’appel que semble nous lancer la Foire au Jambon !

On nous avait prédit un dimanche froid et gris… Et le ciel déborde de bleu et de lumière ! La route file, toute seule. Au fond, les Pyrénées, s’amusent des nuages hauts perchés, comme pour nous narguer. Eh oui, il nous reste encore un peu de neige. Si cela vous tente !

Sûr que c’est tentant ! mais aujourd’hui ce sera Bayonne et ses petites rues du centre-ville, la Nive, l’Adour et ses Halles si charmantes ! Parking facile au bord de l’eau, avec ses bateaux de plaisance sortant de l’hiver en douceur. A peine si quelques voitures plus ou moins bien garées signalent quelque chose d’inhabituel. Quelques pas et nous voilà au cœur de la fête. Un léger flot de personnes semble, comme nous, attiré comme par un aimant. D’abord, quelques notes de banda. Reprise des classiques « Capitaine flamme, tu n’es pas… ». Les bras dansent. Le soleil est déjà chaud ! Pas de tenue de festayres, les T-shirts légers côtoient les doudounes. A chacun son interprétation du printemps. Mais, cette fois, ce sont les maisons du vieux Bayonne qui ont enfilé leurs habits des fêtes. Entre les colombages, rouges, verts ou bleus, des messages nous interpellent. Alexandre se régalerait : « S’il te plait, dessine-moi un Jambon » ou encore «Le XXIème siècle sera charcutier ou ne sera pas… N’a jamais dit André Malraux ». Un peu plus loin, toutes les vieilles maisons du Petit Bayonne affichent jeux de mots et maximes revisitées. Les nombreux amateurs de jambon, amassés aux rambardes de la rive gauche de la Nive semblent apprécier. Le nez au vent, comme dans une grande rêverie, en fait, ils lisent un à un les mots dessinés entre les volets colorés. My Name is Bon. Jean Bon. J’ai envie de toi, Henriette. Mais oui, ça y est j’ai compris. Il faut parfois un peu de temps pour décrypter les messages.

Régal des yeux, délice des neurones, éveil des papilles… cette Foire au Jambon rappelle si bien que « dans le cochon tout est bon » ! Me revient alors de façon tenace, cette chanson que les enfants, tous petits, avaient « inventée ». Comme la Nive et l’Adour se rejoignent à Bayonne, ils avaient relié rugby et Jambon… à Bayonne : « Allez-y coupez, coupez, le Jambon de Bayonne, Allez-y coupez, coupez le Jambon Bayonnais ». Pas mal pour une pub… Et facile à retenir !

Un peu plus loin, face aux Halles, vivantes, joyeuses et débordant de monde, un stand de Taloa me tend les bras. Ici, les artisans sont de la fête. Pas d’impératif de rentabiliser leur place. Ils sont là, tout simplement, comme au marché du village. On est loin d’autres événements où les échoppes proposent de tout, et n’importe quoi. Là, c’est un éleveur de brebis qui présente son fromage tout droit descendu de la vallée de Baretous. Ici un apiculteur proposant miels et variations de confitures aux cerises d’Itxassou agrémentées de piment d’Espelette, de chocolat… Ah super, je vais pouvoir renouveler mon stock de piment. J’en mets partout. Et, tout du long de la Nive, des cornets remplis de délicieuses chiffonnades de Jambon de Bayonne, de rondelles de saucissons divins… nous tendent les bras. Avec la nouvelle heure, les estomacs sont un peu perdus.

« Comment ça qu’est-ce qu’on fait ? On se balade, on mange un Taloa au Txistorra… Ah, vous voulez qu’on se retrouve en terrasse pour manger ? ». Mort de rire François l’avait parié. OK rendez-vous comme autrefois, à l’entrée de la rue Pannecau. Tablées de fêtes, nappes à carreaux rouge et blanc, vintage ou simple tradition. Allez, on s’installe. Le soleil ne perce pas encore sous les arcades de pierre de taille. Il fait un peu frais. Peu importe. Un groupe de deux musiciens s’installe. Passants et convives reprennent avec eux. De Boby Lapointe aux Bee Gees, des balades basques aux chants espagnols, le plaisir de chanter avec eux nous réchauffe. Au menu, Jambon, bien sûr, mais aussi rôti de jambon à la basquaise, brandade de morue, œufs brouillés basquaise au jambon… A chaque plat, Victor et Sylvère partagent et échangent leurs assiettes, histoire de goûter. Comme deux frères. Aurore et Lisa partent d’un fou rire… Ma doudoune rose aura fait le tour de toutes les épaules. Dire que trois mètres plus loin les rayons du généreux soleil de mars dansent avec les clapotis de la Nive. Sur les pavés, au bord de l’eau, d’autres finissent leur sandwich… au Jambon, bien-sûr !

Petit café ? Les musiciens rangent leur matériel. Presque trop tôt. Un quart d’heure avant, un couple d’une soixantaine d’années chantait avec eux. Près d’une dizaine de jeunes de 20 ans les rejoignent et dansent à leurs côtés. Ils ne se connaissaient pas et puis… le charme de ces moments partagés.

Oh là ! C’est bientôt l’heure du match. Un dernier petit tour avant de rentrer. Les enfants sont repartis de leur côté. Partout sur les terrasses ensoleillées, des rires, des discussions. Ça faisait longtemps qu’on n’avait pas bavardé… Nous nous frayons un chemin pour entrer dans le grand chapiteau. Là encore, tous les producteurs, bardés de prix du concours général du Salon (de l’Agriculture) rivalisent de propositions à faire saliver même après un digestif. Il faut dire que c’est si bien présenté… On repart avec de jolis sacs remplis de saucissons, ventrêche et quarts de jambon. A la sortie, nous croisons un regard bleu et rieur. Vous connaissez le livre ? le co-auteur des Cochonneries en tous genres, d’où ont été extraites les petites phrases placardées sur les murs des vieilles bâtisses, est là. On discute. « Permettez que je me serve de cette phrase pour la dédicace ? » Avec application il dédie son livre à Alexandre… Eh oui, le gras c’est la vie !

Comme ces moments simples où l’on se retrouve, pour un instant, une heure ou deux… toutes générations mélangées, autour d’une table, sans chichis, à parler du Jambon de Bayonne et de sa jolie foire.

Alice
Par Alice

Crédit Photo : Alice

Partager sur Facebook
Vu par vous
29050
Aimé par vous
1 J'aime
Les réaction
1 réaction
Envoyer par email
Email
Convertir en PDF
PDF
Imprimer cet article
Imprimer
Saveur
Saveur
Retour à la page d'accueil
Accueil
Thierry Merger | 13/04/2016

Belle évocation, Alice ! (au pays des merveilles ?)

Nom * :
Email * :
Texte :
Combien font 33 + 11 ?*

Toutes les réactions sont soumises à validation de la rédaction d'Aqui avant leur publication sur le site. Conformément à l'article 10 du décret du 29 octobre 2009, les internautes peuvent signaler tout contenu illicite à la rédaction d'aqui.fr qui s'engage à mettre en oeuvre les moyens nécessaires à la suppression des dits contenus.

* champs obligatoires

J'aime aqui, je le soutiens ! Aqui!Presse - Professionnels des contenus ! J'aime aqui, je le soutiens !