Soutenez aqui.fr face au défi de la Nouvelle Aquitaine

29/05/20 : Municipales : A Melle (79), la liste menée par Sarah Klingler ayant obtenu la majorité absolue (28 voix) au premier tour, le conseil a été installé hier, avec 9 postes d'adjoints créés, avec Jérôme Texier et Favienne Manguy comme 1er et 2e adjoints.

27/05/20 : Les 11 Clowns Stéthoscopes organisent une "déambulade festive" aux fenêtres des patients qu’ils ont l’habitude de côtoyer au CHU de Bordeaux à l'Hôpital des enfants afin de renouer le lien physique rompu par le confinement, le 29 mai dès 15h00.

27/05/20 : La crise sanitaire est passée par là: la Commission et sa présidente Mme Von der Leyen annoncent un plan de relance de 750 milliards empruntés sur les marchés pour renforcer le budget de l'Union.Préalable: obtenir l'accord des 27 pour ce New Deal "fédéral

26/05/20 : Le Conseil municipal de Libourne a réélu à sa tête Philippe Buisson. Laurence Rouède se voit confier la délégation de 1ere adjointe, déléguée à la coordination des activités municipales, aux ressources humaines, à l’urbanisme et au foncier.

25/05/20 : Le secrétaire d'État en charge du tourisme, Jean-Baptiste Lemoyne, a assuré que l'exécutif réfléchissait à un "élargissement significatif" de la limite de déplacement (100 km autour du domicile), qui pourrait entrer en vigueur la semaine prochaine.

25/05/20 : Les hospitaliers du CHU Pellegrin à Bordeaux sont en grève illimitée depuis le 22 mai sur préavis de SUD Santé. Un rassemblement de soutien est organisé le 26 mai devant l'hôpital.

22/05/20 : Dans le cadre de la célébration de la Journée Mondiale des Oiseaux Migrateurs, les 24 et 31 mai 2020 à Vitrezay, BioSphère Environnement propose 2 sorties de découverte des oiseaux des marais de Gironde, de 8h30 à 10h30. Réservations: 05 46 49 89 89.

19/05/20 : Allant dans le sens de la déclaration du Premier Ministre ce matin, le préfet des Pyrénées Atlantiques Eric Spitz déclare que les Bordelais et les Toulousains en zone verte pourraient venir en vacances en juillet et août dans les Pyrénées Atlantiques

18/05/20 : L’incertitude de l’évolution sanitaire, et l’impossibilité de mettre en œuvre les mesures barrières, entrainent l’annulation de l’opération de sensibilisation des jeunes à la nage, Objectif Nage, pour l’été 2020, annonce le Département de la Gironde.

15/05/20 : Initialement prévu le samedi 12 septembre prochain, la 36ème édition du marathon des Châteaux du Médoc est reportée au samedi 11 septembre 2021.

14/05/20 : L'activité partielle pour les entreprises du tourisme et de l'évènementiel sera maintenue jusqu'à fin 2020 et que l'accès au fonds de solidarité est prolongé jusqu'à fin septembre. En revanche, pas de baisse prévue pour la TVA.

12/05/20 : La Compagnie aérienne Chalair annonce la reprise progressive de ses vols entre Bordeaux, Brest et Montpellier. Au rythme de 2 vols hebdomadaires, rdv le 8 juin, pour la reprise des liaisons Bordeaux-Brest puis le 15 juin, pour Bordeaux-Montpellier

- Publicité -
S’abonner ici !
proprietes-rurales.com
- Publicité -
  • 30/05/20 | Des esturgeons exotiques dans le Bassin d'Arcachon

    Lire

    Avec le débordement de cours d'eau du Sud Gironde les 10 et 11 mai 2020, des piscicultures dans les bassins du Ciron et de la Leyre ont été inondées laissant échapper des esturgeons sibériens et des esturgeons du Danube. Si l’espèce sibérienne pourrait a priori survivre sans se reproduire, les esturgeons sibériens emportés dans le Bassin d’Arcachon ne supportent pas la salinité des eaux. Ces deux espèces ne doivent pas être confondus avec l’esturgeon européen, protégé en voie de disparition. La prefecture demande donc aux pêcheurs de relâcher vivants tous les esturgeons qui seraient pris, quelle que soit l’espèce.

  • 30/05/20 | Dordogne : une hausse 24,2 % du nombre de demandeurs d'emploi en avril

    Lire

    La Dordogne voit son nombre de chômeurs s'envoler au mois d'avril. Pôle emploi a enregistré une hausse des inscrits en catégorie A, c'est à dire sans aucune activité, de 24,2 % en avril par rapport à mars 2020. En Nouvelle-Aquitaine, elle est de 27,4 %. C'est plus qu'au niveau national : cette hausse historique est de +22,6 %. Cela porte à 25 170 le nombre de personnes sans aucune activité en Dordogne. Le nombre d'inscrits en catégorie B et C (activité réduite) enregistre une forte baisse.

  • 30/05/20 | Plus de 48 000 salariés périgourdins en activité partielle

    Lire

    En Dordogne, 7390 entreprises ont établi une demande de chômage partielle, ce qui concerne 48 572 salariés actuellement. 1045 entreprises ont demandé des reports de charges fiscales, cela correspond à un montant de 9,4 millions d'euros. 14 487 entreprises ont sollicité le fonds de solidarité, cela représente une somme globale de 24,2 millions d'euros. Sur ces demandeurs, 64 % sont des entreprises individuelles et 24 % sont des SARL.

  • 30/05/20 | Bordeaux Métropole : des mesures pour le tourisme

    Lire

    Bordeaux Métropole vient d'adopter 11 mesures (550 000€) pour soutenir la filière tourisme, parmi lesquelles le financement (à 50%) du déficit d'exploitation "à venir" de l'Office de Tourisme et d'une campagne de promotion de la "destination Bordeaux", une réduction du prix du stationnement dans certains parkings souterrains pour les clients des hôtels, un délai de reversement de la taxe de séjour (dont la redevance passe de 2,5 à 5%) pour les hébergeurs ou l'exonération de "tout ou partie" des redevances d'occupation des pontons pour le tourisme fluvial.

  • 30/05/20 | Fonds d'urgence : 2154 dossiers pour Bordeaux métropole

    Lire

    Ce vendredi, dans un point consacré à l'économie, Bordeaux Métropole a précisé que 2154 dossiers avaient été traités dans le cadre de son fonds d'urgence (15,2 millions d'euros) aux entreprises de 1 à 5 salariés, pour un montant total distribué de 4,313 millions d'euros. Ils l'ont été principalement à des entreprises de services (39%), des cafés/hôtels et restaurants (30%) et des commerces (20%). L'essentiel de ces dossiers (1107) a été déposé par des entreprises bordelaises. Les entreprises peuvent encore déposer une demande d'aide jusqu'au 30 juin.

Les dossiers d'Aqui

La LGV Sud-Ouest Idées neuves en Nouvelle Aquitaine Innov'action et Agriculture

Saveur | Portrait : Marie-Paule Labarère, une histoire de cocottes et de cœur

29/04/2020 | En Gironde, Marie-Paule fait fonctionner une activité commerciale et agricole 100% familiale.

La Ferme d'Antan

Seriez-vous capable de privilégier votre carrière au détriment de votre famille ? Marie-Paule Labarère, elle, répondrait certainement à cette question par une phrase du type « quand les poules auront des dents ! ». Après s’être lassée de son métier de communicante, Marie-Paule a décidé de tout laisser tomber pour créer un business 100% familial. Soudée, la petite équipe de producteurs partage une passion pour la volaille et les produits locaux. Propriétaire du Comptoir des Cocotes (rôtisserie à Saint Médard-en-Jalles), d’un restaurant à Mérignac et de la Nouvelle Ferme d’Antan à Saint-Laurent-Médoc, la famille a su s’organiser au fil du temps pour transmettre son goût des bonnes choses, même en temps de confinement.

L’histoire de Marie-Paule Labarère est celle d’une reconversion professionnelle étonnante mais passionnée. Après avoir obtenu un diplôme BAC + 5 en communication publicitaire, Marie-Paule occupe plusieurs postes en tant que communicante dans l’administration et ensuite dans la grande distribution. Puis, le burn-out croise sa route. Face à cet obstacle, elle décide de changer complètement de vie. « J’habitais depuis peu de temps avec mon mari à Saint-Laurent-Médoc, raconte Marie-Paule. Je suis partie voir un ami qui tenait à l’époque la Ferme d’Antan, et je lui ai proposé de travailler avec lui. » Un an après cette rencontre, Marie-Paule rachète la partie commerciale de son ami, la rôtisserie, aujourd’hui connue sous le nom du « Comptoir des Cocottes » à Saint-Médard-en-Jalles. Elle a donc développé cette rôtisserie, accompagnée de sa mère et de sa fille aînée, Clarice.

Très vite, les choses s’enchaînent. Rejointe par Noémie, sa fille, et son compagnon Loic, Marie-Paule ouvre le « Restaurant des Cocotes » dans le centre de Mérignac en novembre 2019. L’activité se développe et le projet commence à prendre forme. Début 2020, le propriétaire de la Ferme d’Antan à Saint-Laurent-Médoc la contacte pour lui proposer de reprendre la ferme. Après une discussion familiale (car chez Marie-Paule, tout se fait en famille), la maman poule décide de se lancer dans l’aventure. C’est ainsi que la « Nouvelle Ferme d’Antan » naît à Saint-Laurent-Médoc, au mois de février. On y trouve notamment des poulets, des poules pondeuses, des lapins et des pintades.

Ce qui passionne Marie-Paule c’est avant tout le terroir, le partage et l’amour de la terre. Son rêve et son but ultime : réussir à distribuer à un grand nombre de familles des produits fermiers et locaux. « Je veux prouver aux gens qu’il est possible encore de manger des produits venant de la ferme et que ce n’est absolument pas incompatible avec la vie moderne », explique t-elle. Le « Comptoir des Cocotes » est une volaillère rôtisserie où l’on peut trouver des produits fermiers de bonne qualité. « Nous ne travaillons qu’avec des producteurs locaux et surtout nous voulions nous détacher de la rôtisserie qui propose uniquement des poulets labels rouges, pour essayer de remettre dans l’assiette un vrai poulet de ferme », explique la mère de famille déterminée. Elle est persuadée que ce poulet de ferme doit avoir sa place dans toutes les rôtisseries. « Cela demande forcément plus de travail et plus de suivi mais cela vaut la peine ». Le restaurant lui, se décline comme « un Comptoir des Cocotes urbain » à Mérignac.

Une famille de producteurs

Travailler en famille, pour Marie-Paule, c’est une habitude inscrite dans sa culture, dans sa nature. « J’ai grandi dans le sud de la France où mon grand père était propriétaire et viticulteur, confie t-elle. J’habitais avec mon grand-père, ma grand-mère, mon arrière grand-mère et mes parents. Du côté de mon père, nous sommes d’origine espagnole et nous avons donc un fort sens de la famille ». Et puis, Marie-Paule ne s’en cache pas, elle est un peu mère poule et aime sentir la présence de ses enfants.

La Ferme d'Antan

Même si leur passion commune pour les volailles et la nourriture est réelle, ce qui unit véritablement cette famille c’est un lien intime encore plus fort que le lien avec la terre. « La terre a toujours été un moteur chez nous et nous nous sommes réunis en famille pour faire vivre quelque chose en lequel nous croyions. Mais si la terre a pu nous unir, elle ne pourra pas nous désunir. » Les valeurs familiales de ces producteurs vont au delà d’une union stratégique. C’est avant tout une histoire humaine qui se construit autour d’animaux à plumes.

Une activité repensée

Le restaurant de la famille de producteurs, récemment ouvert, a souffert de la crise liée au Covid-19. Mais Marie-Paule ne s’avoue pas vaincue et veut adapter ce commerce pour qu’il continue à vivre, différemment. « Nous allons continuer d’offrir des services de traiteurs, c’est certain, affirme t-elle. En revanche, peut-être que la salle du restaurant sera restreinte ». En tout cas, cela n’empêchera pas l’équipe des cocottes de proposer de la cuisine locale, traditionnelle et surtout de saison !

Face à cette crise, l’entreprise familiale a aussi développé un nouveau service face à l’annonce du confinement. « Au début, cela a été la douche froide, avoue Marie Paule. On s’est demandé comment s’organiser… Puis, je regardais les gens se ruer dans les supermarchés et j’ai été perplexe. Ma fille m’a expliqué qu’avec le confinement, les clients auraient des difficultés pour venir jusqu’à nous. » S’en suivent alors des discussions, des réflexions auprès de ses proches... L’équipe familiale décide enfin de proposer un produit de qualité à domicile. Les clients ont été très réceptifs. « C’est notamment très chouette pour les personnes âgées qui étaient des habitués, indique t-elle. Cette clientèle m’appelait souvent pour me solliciter. » Marie-Paule distribue aussi des fraises et des asperges d’un producteur de Saint-Laurent-Médoc. Pour éviter que les gens congèlent trop de produits, elle propose des livraisons chaque semaine avec son camion réfrigéré, parcourant la Gironde comme une globetrotteuse. « Je préfère revenir, le produit est meilleur dans ce cas » explique cette passionnée qui semble, de jour en jour, s’investir davantage dans ce qui lui tient à cœur. 

Lucile Bonnin
Par Lucile Bonnin

Crédit Photo : La Ferme d'Antan

Inno'action et agricultureCet article fait partie du dossier

Voir les autres articles de ce dossier
Partager sur Facebook
Vu par vous
8521
Aimé par vous
2 J'aime
Les réaction
0 réaction
Envoyer par email
Email
Convertir en PDF
PDF
Imprimer cet article
Imprimer
Saveur
Saveur
Retour à la page d'accueil
Accueil
Aucune réaction à cet article pour le moment. A vous de jouer !

Nom * :
Email * :
Texte :
Combien font 32 + 11 ?*

Toutes les réactions sont soumises à validation de la rédaction d'Aqui avant leur publication sur le site. Conformément à l'article 10 du décret du 29 octobre 2009, les internautes peuvent signaler tout contenu illicite à la rédaction d'aqui.fr qui s'engage à mettre en oeuvre les moyens nécessaires à la suppression des dits contenus.

* champs obligatoires

J'aime aqui, je le soutiens ! Aqui!Presse - Professionnels des contenus ! J'aime aqui, je le soutiens !