15/10/17 : A TF1 Emmanuel Macron après le drame de Marseille a annoncé une nouvelle loi en matière de droit d'asile et d'immigration et la négociation en cours "d'accords bilatéraux avec les pays africains" pour rendre effectives les reconduites à la frontière.

13/10/17 : Les offices HLM de Charente-Maritime organisent une manifestation mardi à 14h devant la prefecture de La Rochelle pour protester contre la baisse des aides au logement pour les bailleurs sociaux.

11/10/17 : Le collectif national « Vive l'APL » qui regroupe 60 organisations associatives, syndicales, de consommateurs et bailleurs sociaux, appelle à la mobilisation samedi «pour défendre le droit au logement social». A Bordeaux, ce sera à Pey Berland à 14h

03/10/17 : L'organisation du Grand Pavois a enregistré quelque 80 000 visiteurs pour cette 45 e édition, identique à l'an dernier, et de nombreuses ventes d'unités. La prochaine édition se tiendra du 26 septembre au 1er octobre 2018.

- Multivote -
- Publicité -
S’abonner ici !
- Publicité -
  • 15/10/17 | Les ours des Pyrénées donnent de leurs nouvelles

    Lire

    L'association Pays de l'ours- ADET se réjouit de "deux bonnes nouvelles" sur le massif pyrénéen. Tout d'abord la réapparition de Cannellito, le fils de l'ourse Cannelle tuée en 2004 par un chasseur béarnais. Alors que le plantigrade avait disparu depuis plusieurs mois, sa trace a été détectée grâce à la génétique en Bigorre et à Luchon. Par ailleurs, une quatrième portée comprenant deux oursons a été repérée sur le massif. "Ce qui porte à 7 le nombre minimum d'oursons cette année".

  • 13/10/17 | A 63: travaux de maintenance en Gironde

    Lire

    En raison de travaux de maintenance de la signalisation sur l'A63, les mesures suivantes vont être mises en œuvre : fermeture de la bretelle d’accès des aires de Lugos Est et Ouest du dimanche 15 à 22h au lundi 16 octobre 17h,la fermeture des bretelles d’accès et de sorties de l’échangeur 21 (Salles), le lundi 16 de 8h à 17h, la fermeture de la bretelle d’accès et de sortie de l’échangeur 20 (Belin-Béliet), le mardi 17 de 8h à 17h. Déviations locales prévues pour les usagers souhaitant rejoindre Salles ou Belin-Béliet depuis l'A 63 ou une entrée d'autoroute depuis Salles ou Belin-Béliet.

  • 12/10/17 | Le maire de Captieux démissionne

    Lire

    Denis Berland, maire de Captieux depuis 2015 suite à l’élection de Jean-Luc Gleyze à la présidence du Conseil Départemental de la Gironde, a présenté par courrier au préfet de la Gironde sa démission. Celui qui a été premier adjoint jusqu’en 2015 n’a pas encore indiqué les raisons de son départ.

  • 11/10/17 | Une Landaise élue Miss Aquitaine

    Lire

    C'est au Théâtre Quintaou d'Anglet ce week-end qu'a été décernée l'écharpe 2017 de Miss Aquitaine en vue de succéder à la Lot-et-Garonnaise Axelle Bonnemaison. Le jury -avec l'aide du public- a désigné la Landaise Cassandra Jullia, 18 ans, du Comité Béarn-Landes ,domiciliée à Orthevielle. Étudiante en BTS esthétique, option management à Mont-de-Marsan. Elle qui représentera l'Aquitaine au concours Miss France de décembre. Pour la petite histoire, le Poitou-Charentes a son propre comité de miss régional.

  • 11/10/17 | Bassin de Lacq: "Une occasion manquée" pour EELV

    Lire

    En 2040, la France devrait cesser l'extraction d'hydrocarbure, sauf sur le Bassin de Lacq. Une décision, généralement saluée ici mais que "déplorent" Françoise Coutant, V-P de la Région chargée du climat et de la transition énergétique (EELV) et J-François Blanco, élu régional écologiste qui accusent "le lobbying des députés béarnais" de "condamner le site à moyen terme, les industriels [n'ayant] plus d'intérêt à anticiper les conséquences du dérèglement climatique. Populations et environnement en pâtiront (et) les travailleurs des sites concernés risquent selon eux d’y perdre leur activité lorsque les gisements seront taris"

Les dossiers d'Aqui

La LGV Sud-Ouest Idées neuves en Nouvelle Aquitaine Innov'action et Agriculture

Nos partenaires


Saveur | Prunier Manufacture, deuxième producteur français de caviar

18/12/2016 | La Nouvelle Aquitaine est l’une des premières régions productrices de caviar au monde. Exemple avec la manufacture Prunier à Montpon Ménestérol en Dordogne.

Neuf tonnes de caviar proposées en cinq variétés différentes sont produites à Montpon

En Dordogne, il y a le foie gras et la truffe mais parmi les spécialités de la région on y retrouve aussi aujourd’hui, sur le menu des fêtes, le caviar. Plusieurs entreprises produisent localement ce produit d'exception. Parmi elles, Prunier Manufacture, à Montpon-Ménestérol est une pisciculture prospère adaptée à l’élevage d’esturgeons. Sa production de caviar représente neuf tonnes actuellement et pourrait croître dans les années à venir. Dans les bassins, situés au bord de l'Isle, alimentés par des eaux d'une grande qualité, rien n'est laissé au hasard pour obtenir ce mets de fête.

Laurent Sabeau, directeur de Prunier Manufacture à Montpon –Ménestérol voit l'avenir avec optimisme. Sa pisciculture produit désormais neuf tonnes par an, pour un chiffre d'affaires de cinq milllions d'euros. L'entreprise périgourdine est le deuxième producteur français (derrière Sturgeon) et fait partie des dix principaux producteurs mondiaux.  Pour assurer le renouvellement des générations d'esturgeons et sécuriser ses approvisionnements, Prunier a acquis en 2011, une seconde pisciculture à Riscle dans le Gers, sur le bassin versant de l’Adour. «  Nous y avons installé notre écloserie. Mais le caviar est toujours produit sur le site de Montpon,  dans notre laboratoire» précise Laurent Sabeau.
L'entreprise compte désormais 25 salariés dont 7 personnes à Riscle. Prunier à Montpon, c'est l'histoire d'une belle aventure  humaine, familiale et entreprenariale qui a débuté, il y a 25 ans.  « Au départ, à cet endroit, il n’y avait rien, seulement des peupliers en bordure de rivière Isle. Nous sommes en 1991. Mon objectif  était de partir à la reconquête de l’esturgeon, présent dans l’estuaire de la Gironde au XIX e siècle et au début du XX e siècle. Je voulais faire de l’esturgeon uniquement pour sa chair. Nous ignorions  si l’espèce que nous avions décidée d’élever produisait le type d’œuf dont on fait le caviar, rappelle Laurent Sabeau, biologiste de formation. Les premiers recherches avec le Cémagref  sont concluants. La première production test, qui ne représente qu’une dizaine de kilos, se révèle qualitative. Le pari est osé. Laurent Sabeau relève le défi à coups d’investissements importants. «En 1997, notre production avoisinait 500 kilos. Il devenait indispensable de développer notre capacité à produire.» La rencontre avec l’homme d’affaires Pierre Bergé va s'avérer providentielle. Amateur de caviar, Pierre Bergé  souhaite redonner vie à la marque Prunier, qui évoque à lui seul toute l'histoire du caviar français. Il entre dans le capital de l’entreprise périgourdine puis actionnaire majoritaire depuis 2001.  

le caviar, un produit d'exception

80 % à l'export

80 % du caviar produit sur les bords de l'Isle à Montpon Ménestérol est commercialisé à l'export. L'entreprise est adossé au premier distributeur mondial, Caviar House & Prunier, présent dans bon nombre de pays, en Allemagne, au Japon, au Royaume Uni. En France, il existe une boutique à Paris, à Cannes, sur la croisette et à Montpon sur le site de production, pour la clientèle locale et régionale où l'on trouve également un excellent saumon commercialisé sous la marque Prunier, mais Laurent Sabeau rêve pour les années à venir, d'une boutique à Bordeaux. Cinq variétés différentes sont proposées et commercialisées entre 1500 et 6000 euros le kilo. Laurent Sabeau et son épouse Valérie, qui l'accompagne depuis le début, a encore de nombreux projets. Leur premier objectif est de continuer à développer la production de caviar : " d'ici trois ans, nous espérons atteindre 12 tonnes, précise le directeur de production. Parmi ces projets,  il y  a la volonté de mleux valoriser le poisson. "Le saumon est devenu très onéreux. Actuellement, nous commercialisons 800 tonnes de poisson. Il existe une forte demande sur l'esturgeon. Les restaurateurs sont très demandeurs. Nous sommes en train de travailler sur sa valorisation en testant des produits traiteur et des plats cuisinés. Une gamme pourrait être lancée dès 2017," détaille Valérie Sabeau. Cette valorisation pourrait aboutir à la création de cinq emplois supplémentaires. 

Claude-Hélène Yvard
Par Claude-Hélène Yvard

Crédit Photo : Claude-Hélène Yvard

Partager sur Facebook
Vu par vous
57861
Aimé par vous
0 J'aime
Les réaction
0 réaction
Envoyer par email
Email
Convertir en PDF
PDF
Imprimer cet article
Imprimer
Saveur
Saveur
Retour à la page d'accueil
Accueil
Aucune réaction à cet article pour le moment. A vous de jouer !

Nom * :
Email * :
Texte :
Combien font 19 + 16 ?*

Toutes les réactions sont soumises à validation de la rédaction d'Aqui avant leur publication sur le site. Conformément à l'article 10 du décret du 29 octobre 2009, les internautes peuvent signaler tout contenu illicite à la rédaction d'aqui.fr qui s'engage à mettre en oeuvre les moyens nécessaires à la suppression des dits contenus.

* champs obligatoires

J'aime aqui, je le soutiens ! Aqui!Presse - Professionnels des contenus ! J'aime aqui, je le soutiens !