Soutenez aqui.fr face au défi de la Nouvelle Aquitaine

20/09/18 : Charentes : la rivière Né passe en alerte de crise, niveau sécheresse. Un arrêté prévoit l'interdiction totale des prélèvements à usage d’irrigation agricole, y compris les cultures dérogatoires déclarées, à partir de ce matin 8h.

19/09/18 : Pont de l'île de Ré : Menée cette nuit, la visite d'inspection des services spécialisés du réseau scientifique et technique de l'Etat a confirmé le bien-fondé des mesures de restriction de circulation, qui restent appliquées jusqu'à nouvel ordre.

19/09/18 : Forum pour l’emploi organisé par l’ARCA, Association pour la Relation Client en Nouvelle-Aquitaine, jeudi 20 sept de 9h à 13h à la Maison des Associations de Mérignac. 10 recruteurs présents et 150 postes à pourvoir immédiatement.

19/09/18 : Fermeture du Pont d’Aquitaine dans les deux sens sur la section de la rocade A630 entre les échangeurs 2 et 4 du mercredi 19 à 21h au jeudi 20 sept à 6h, du jeudi 20 à 21h au vendredi 21 sept à 6h, du samedi 22 à 22h au dimanche 23 sept à 18h.

19/09/18 : Charente-Maritime : un nouvel arrêté limite l'irrigation à compter de ce matin 9h à un volume hebdomadaire de 7% du volume restant à consommer depuis le 15 juin, sur les bassins Seudre, Bruant, Charente aval, Marais Sud et Nord de Rochefort, Seugne.

19/09/18 : La Rochelle : suite à un appel à la grève de la CGT et de la CFDT, un peu plus d'un bus sur deux ne circulent pas ce matin. aucun bus ne circule ce mercredi matin sur les quatre lignes Illico, ainsi que sur les lignes 6, 7, 8, 11, 13, et 16.

18/09/18 : Charente-Maritime : Gérard Davet et Fabrice Lhomme, les auteurs d'"un président ne devrait pas dire ça", seront à l'Agora de Saint-Xandre (près de La Rochelle) pour une conférence-débat le mercredi 26 septembre à partir de 18h30.

18/09/18 : Charente-Maritime : Une visite d'inspection étant programmée ce soir au sein du pont de Ré, la circulation est interdite à tous les poids lourds de plus de 3,5 tonnes à compter de 20h ce mardi 18 septembre jusqu'à 7h mercredi 19 septembre.

18/09/18 : La Rochelle : pour lancer officiellement la nouvelle saison 2018-2019, le Carré Amelot ouvre ses portes et organise les festivités "Déambulation et petites formes" samedi 22 de 14h30 à 20h30, avec des spectacles, ateliers et expositions. Gratuit.

18/09/18 : La Rochelle s’engage dans une série d’actions de sensibilisation au Self data. La Ville organise une Conférence publique, "Données personnelles, et si on en parlait ?", jeudi 20 septembre à 18 heures au Musée maritime La Rochelle.

18/09/18 : C'est confirmé, Florence Parly, la Ministre des Armées sera présente le 2ème jour du Salon ADS SHOW, à Mérignac, le jeudi 27 septembre.+ d'info

18/09/18 : A Bordeaux, le Centre Régional Information Jeunesse organise un Jobs Dating Spécial Rentrée ces 18 et 19 septembre: 200 offres d'emploi dans la garde d'enfants, animation, grande distribution, soutien scolaire, propreté et hôtellerie restauration+ d'info

- Publicité -
S’abonner ici !
- Publicité -
  • 20/09/18 | Pau : un rallye étudiant pour découvrir la ville

    Lire

    Pensé par et pour les jeunes, la Mairie de Pau lance le 4 octobre, son 1er Rallye Etudiant. Objectif, selon Régis Laurent Adjoint au maire chargé de la jeunesse: «souhaiter la bienvenue à Pau aux nouveaux étudiants tout en leur montrant la palette des activités associatives, culturelles et sportives qui y sont possibles». Destinés aux étudiants et étudiants des métiers de 1ère année, ce rallye, mêlant jeu de piste urbain et battles entre équipes, permettra aux jeunes de découvrir les acteurs du territoire au fil de leur pérégrination. A 19h, rdv pour un concert électro gratuit et ouvert à tous place Clémenceau. Détails et inscription.

  • 19/09/18 | Les " Ford" appellent à manifester le 22 septembre

    Lire

    A l'initiative des syndicats CFTC et CGT de l'usine Ford de Blanquefort une manifestation aura lieu le 22 septembre à 14h place de la République à Bordeaux. 872 emplois directs et 3.000 emplois induits sont menacés soulignent-ils, insistant sur les aides publiques apportées à la multinationale: de "2013 à 2018 Ford Aquitaine Industries a engrangé près de 50 millions d'euros pour maintenir les 1000 emplois soit approximativement 830 euros par salarié par mois sur 5 ans."

  • 19/09/18 | Anti-ours face à De Rugy, la tension monte en Béarn

    Lire

    L'annonce dans le journal Sud-Ouest ce mercredi, de la venue de François De Rugy à Pau jeudi 20 septembre, sur le thème du lâcher de 2 ourses dans le massif pyrénéen, n'a pas tardé d'effet dans les rangs des « anti ». Si dans un communiqué la Fédération Transpyrénéenne des Éleveurs de Montagne 64 juge cette visite «indécente», un collectif d'éleveurs non identifié appelle quant à lui à «un rassemblement musclé» au village d'Asasp-Arros et précise «s'il faut des armes et des fusils pour que notre message résonne aux oreilles de François de Rugy et jusqu'en Slovénie, ils seront sortis!»

  • 19/09/18 | Portes ouvertes pour les 60 ans de l’INJS

    Lire

    L’Institut National des Jeunes Sourds de Bordeaux, implanté à Gradignan, fêtera ses 60 ans le 22 septembre prochain. Pour lancer une journée ouverte au public, l’arbre des 60 ans sera planté à 10h30. Une exposition dans la chapelle retracera son histoire et la journée sera ponctuée de tables rondes où familles et jeunes raconteront leur expérience. Vous pourrez aussi visiter le site et profiter pour clôturer la journée d’un spectacle réalisé par un magicien sourd.

  • 19/09/18 | Les V3 électriques arrivent à Bordeaux

    Lire

    Avis aux amateurs de vélos sur la métropole bordelaise. Ce mercredi, Keolis et Bordeaux Métropole ont présenté, à l'occasion de la "rentrée" du réseau TBM, le premier V3 électrique. Doté d'une batterie démontable et d'une autonomie de dix kilomètres, il sera rechargeable en une heure trente et son abonnement devrait coûter six euros par mois. Keolis et Bordeaux Métropole ont ainsi prévu d'en déployer 1000 dès le début de l'année 2019.

Les dossiers d'Aqui

La LGV Sud-Ouest Idées neuves en Nouvelle Aquitaine Innov'action et Agriculture

Saveur | Un air du Périgord flotte sur Montmartre en ce week end de Pentecôte.

18/05/2013 | Le Périgord à Montmartre

Le Périgord à Montmartre 2013

Le Périgord au cœur de Paris ? C’est le pari de cette septième édition du « Périgord à Montmartre ». Pour l’occasion, 32 producteurs et interprofessions, répartis dans 40 tentes, se sont donnés rendez-vous. Leur ambition : faire découvrir les saveurs et la richesse de la région, devant des Parisiens et des touristes gourmands ravis.

Pour la 7e édition, des producteurs de la région de foie gras, de noix, d’escargots, de fraises  de cabecou et bien d’autres spécialités  se retrouvent rue d’Azaïs dans la capitale, derrière le sacré cœur. Le lieu n’a pas été choisi au hasard : le cœur de Paris permet de toucher les Parisiens. « Il y a 13 millions de visiteurs par an à Montmartre, ça fait un potentiel de 90.000 par jour, vous imaginez », remarque Nicolas Platon, directeur de la communication du Conseil général de la Dordogne. Après notre participation aux fêtes des vendanges, nous avons eu l’idée de créer cet évènement. C’était il y a sept ans. » L’objectif : faire découvrir le Périgord, ses produits phares bien sûr, sa gastronomie, mais aussi sa richesse culturelle. Les producteurs peuvent ainsi fidéliser une clientèle et remplir leur carnet d’adresses. Un principe, sauf pour les interprofessions, les producteurs changent chaque année. « A une autre exception près, explique Nicolas Platon. Si vous venez de sortir un nouveau produit, comme un rosé pour un viticulteur, vous êtes susceptible de revenir ». Le budget de la manifestation pour le Conseil général : 150.000 euros.

Le Périgord à Montmartre 2013

Dans la joie et la bonne humeurChristiane et Pierre Lacabanne, qui s’occupent de la ferme de Charnaillas sont présents à Paris pour la première fois. Cette mère et son fils de 20 ans présentent leur foie gras. « Mon mari est resté à la ferme. Il y a beaucoup de travail ». Mais les deux sont heureux de cette escapade parisienne. « Ça change », insiste Pierre, avant de proposer une rillette de canard à des acheteurs. « Nous sommes heureux d’être là et espérons revenir », explique-t-il. Car leur spécialité n’est pas seulement le canard et l’oie. Ils produisent aussi des noix, des asperges bio et des truffes.

Garde champêtre d’antan « et je tiens au d’antan », nous précise-t-il, Jean-Pierre Monmarson ne boude pas son plaisir en cette journée ensoleillée. Présent pour animer les stands et munis de son tambour, il salue les producteurs, harangue les passants, et contribue pour beaucoup à l’ambiance chaleureuse. « Oyé, oyé à la population, lance-t-il. Nous représentons le Périgord. » En s’adressant à des acheteurs venus savourer les fruits fourrés au foie gras de Norbert. « Vous allez voir, c’est délicieux. Et quel savoir-faire ! ». Ici, on croise surtout des touristes et des curieux. Des Américaines dégustent du fromage, pas loin des Italiens sont fascinés par des escargots. On vient aussi s’acheter un smoothie de fraises ou on pose devant une fresque représentant celle de Lascaux 2.

Le Périgord à Montmartre 2013

Marie-Noëlle Freyssignet en est à sa sixième manifestation, car elle est éleveuse de chèvres et animatrice de « l’interprofession Caprine de Dordogne Périgord » qu’elle représente pendant ces journées. Leur interprofession compte pas moins de  120 éleveurs, dont 28 fromagers fermiers et une production de 13 millions de litres de lait en produit transformés et 20.000 chèvres dans le Périgord. « Vous voulez goûter ? », demande-t-elle à un couple de retraités, visiblement séduit et qui achète deux barquettes. « Nous venons surtout ici pour faire découvrir nos produits , précise-t-elle. Ici, pas de gros bénéfices, mais une volonté de fidéliser une clientèle et exposer le savoir-faire du Périgord ». En ce moment, le temps est compliqué pour les producteurs. « Il y a quelques années, nous étions 150 éleveurs et pas 120. Nous ne sommes pas les plus à plaindre. Mais les charges montent et pas le prix du lait. Pourtant nous travaillons entre 50 et 80 heures par semaine », rappelle-t-elle avec le sourire. A quelques stands, Elisabeth Guillemot, présente sa production d’escargots, devant certains touristes ébahis. Avec son époux, ils sont héliciculteurs. En Dordogne, ils ne sont que trois éleveurs d’escargots. « En élevage, on produit des gros gris », nous apprend-t-elle. Dans leur six parcs, le couple élève pas moins de 250.000 escargots début mai et ce pour cinq mois. « Pendant cette période, les escargots grossissent de 500 fois leur taille contre trois ans pour le Bourgogne », précise-t-elle.

Samedi et dimanche, le programme reste chargé, avec concours de cuisine et concert le samedi et animation culinaire le dimanche.

Charlotte Lazimi
Par Charlotte Lazimi

Crédit Photo : aqui.fr

Partager sur Facebook
Vu par vous
1604
Aimé par vous
1 J'aime
Les réaction
0 réaction
Envoyer par email
Email
Convertir en PDF
PDF
Imprimer cet article
Imprimer
Saveur
Saveur
Retour à la page d'accueil
Accueil
Aucune réaction à cet article pour le moment. A vous de jouer !

Nom * :
Email * :
Texte :
Combien font 23 + 15 ?*

Toutes les réactions sont soumises à validation de la rédaction d'Aqui avant leur publication sur le site. Conformément à l'article 10 du décret du 29 octobre 2009, les internautes peuvent signaler tout contenu illicite à la rédaction d'aqui.fr qui s'engage à mettre en oeuvre les moyens nécessaires à la suppression des dits contenus.

* champs obligatoires

J'aime aqui, je le soutiens ! Aqui!Presse - Affichez Vous chez Nous ! J'aime aqui, je le soutiens !