18/10/17 : La CGT appelle à nouveau à manifester en Dordogne contre les ordonnances Macron sur le droit du travail. Les rassemblements auront lieu ce jeudi 19, à 17 h à Périgueux (palais de justice), Bergerac (palais de justice) et Sarlat (place de la Grande-Rigaudi

18/10/17 : Malgré la protestation d’élus et des syndicats, la Direction générale des Finances publiques a entériné la fermeture de la trésorerie de Mussidan (24). D’autres pourraient connaître le même sort comme à Belvès, Saussignac, Thiviers et Brantôme.

17/10/17 : La Rochelle organise son Colloque Citoyenneté et Solidarités sur le thème "Innover aujourd’hui pour l’action sociale de demain" le 19 octobre à l'espace Giraudeau, avec l'intervention du CNAM de Paris. Gratuit sur réservation. www.ccas-larochelle.fr

15/10/17 : A TF1 Emmanuel Macron après le drame de Marseille a annoncé une nouvelle loi en matière de droit d'asile et d'immigration et la négociation en cours "d'accords bilatéraux avec les pays africains" pour rendre effectives les reconduites à la frontière.

13/10/17 : Les offices HLM de Charente-Maritime organisent une manifestation mardi à 14h devant la prefecture de La Rochelle pour protester contre la baisse des aides au logement pour les bailleurs sociaux.

11/10/17 : Le collectif national « Vive l'APL » qui regroupe 60 organisations associatives, syndicales, de consommateurs et bailleurs sociaux, appelle à la mobilisation samedi «pour défendre le droit au logement social». A Bordeaux, ce sera à Pey Berland à 14h

03/10/17 : L'organisation du Grand Pavois a enregistré quelque 80 000 visiteurs pour cette 45 e édition, identique à l'an dernier, et de nombreuses ventes d'unités. La prochaine édition se tiendra du 26 septembre au 1er octobre 2018.

- Multivote -
- Publicité -
S’abonner ici !
proprietes-rurales.com
- Publicité -
  • 19/10/17 | Le Pays basque a déjà gagné le Tour de France

    Lire

    Le Pays basque intérieur pourrait bien ériger une statue aux organisateurs d'un Tour de France qu'il n'avait pas vu depuis 2006 -à Cambo-les-Bains-. En effet, cette étape contre la montre du samedi 28 juillet entre Saint-Pée-sur-Nivelle et Espelette se dispute la veille de l'arrivée, certes. Comble du bonheur, elle a lieu en pleine période... des Fêtes de Bayonne! Une aubaine touristique pour les maires Jean-Marie Iputcha et Pierre Marie Nousbaum. Il est vivement recommandé de réserver ses nuitées dès aujourd'hui au Pays basque.

  • 18/10/17 | Déviation de Beynac : plus de 2600 avis recueillis pour l'enquête publique

    Lire

    Concernant l'enquête publique sur la déviation de Beynac, en Dordogne, qui s'est clôturée le 17 octobre, plus de 2600 avis ont été déposés dont 2410 en ligne. La commission va remettre sous huitaine une synthèse au Conseil départemental qui pourra formuler des réponses. Dans un délai d'un mois, la commission rendra ensuite son avis avec d'éventuelles observations à la préfète de la Dordogne. C'est à elle que reviendra la décision finale de valider ou non le projet.

  • 18/10/17 | Les Pyrénées-Atlantiques "chouchoutées" par le Tour de France

    Lire

    Les Pyrénées-Atlantiques décrochent la timbale pour l'édition 2018 du Tour de France. Parti de Trie-sur-Baïse (65), le peloton arrivera à Pau le jeudi 26 juillet. Il disputera le vendredi 27 une étape émaillée de nombreux cols entre Lourdes et la commune montagnarde de Laruns (Aspin, Tourmalet, Bordères, Soulor-Aubisque). Un contre la montre entièrement basque sera enfin disputé le samedi 28 entre Saint-Pée-sur-Nivelle et Espelette. Equipes et accompagnateurs étant en prime logées pendant quatre jours à Pau. Que demander de mieux ?

  • 17/10/17 | Dominique Bussereau fait du lobbying pour le Tour de France

    Lire

    Alors qu'il assistera à la présentation du parcours du Tour de France ce mardi, le président de la Charente-Maritime compte bien "faire une petite piqûre de rappel" au patron du Tour de France Christian Prudhomme sur la volonté du Département d'accueillir le Tour de France "dans les prochaines années". Dominique Bussereau a notamment en tête un passage du Tour par les îles de Ré et d'Oléron. Une manne touristique et financière non négligeable, et une belle vitrine pour le territoire.

  • 15/10/17 | Les ours des Pyrénées donnent de leurs nouvelles

    Lire

    L'association Pays de l'ours- ADET se réjouit de "deux bonnes nouvelles" sur le massif pyrénéen. Tout d'abord la réapparition de Cannellito, le fils de l'ourse Cannelle tuée en 2004 par un chasseur béarnais. Alors que le plantigrade avait disparu depuis plusieurs mois, sa trace a été détectée grâce à la génétique en Bigorre et à Luchon. Par ailleurs, une quatrième portée comprenant deux oursons a été repérée sur le massif. "Ce qui porte à 7 le nombre minimum d'oursons cette année".

Les dossiers d'Aqui

La LGV Sud-Ouest Idées neuves en Nouvelle Aquitaine Innov'action et Agriculture

Nos partenaires


Saveur | Un air du Périgord flotte sur Montmartre en ce week end de Pentecôte.

18/05/2013 | Le Périgord à Montmartre

Le Périgord à Montmartre 2013

Le Périgord au cœur de Paris ? C’est le pari de cette septième édition du « Périgord à Montmartre ». Pour l’occasion, 32 producteurs et interprofessions, répartis dans 40 tentes, se sont donnés rendez-vous. Leur ambition : faire découvrir les saveurs et la richesse de la région, devant des Parisiens et des touristes gourmands ravis.

Pour la 7e édition, des producteurs de la région de foie gras, de noix, d’escargots, de fraises  de cabecou et bien d’autres spécialités  se retrouvent rue d’Azaïs dans la capitale, derrière le sacré cœur. Le lieu n’a pas été choisi au hasard : le cœur de Paris permet de toucher les Parisiens. « Il y a 13 millions de visiteurs par an à Montmartre, ça fait un potentiel de 90.000 par jour, vous imaginez », remarque Nicolas Platon, directeur de la communication du Conseil général de la Dordogne. Après notre participation aux fêtes des vendanges, nous avons eu l’idée de créer cet évènement. C’était il y a sept ans. » L’objectif : faire découvrir le Périgord, ses produits phares bien sûr, sa gastronomie, mais aussi sa richesse culturelle. Les producteurs peuvent ainsi fidéliser une clientèle et remplir leur carnet d’adresses. Un principe, sauf pour les interprofessions, les producteurs changent chaque année. « A une autre exception près, explique Nicolas Platon. Si vous venez de sortir un nouveau produit, comme un rosé pour un viticulteur, vous êtes susceptible de revenir ». Le budget de la manifestation pour le Conseil général : 150.000 euros.

Le Périgord à Montmartre 2013

Dans la joie et la bonne humeurChristiane et Pierre Lacabanne, qui s’occupent de la ferme de Charnaillas sont présents à Paris pour la première fois. Cette mère et son fils de 20 ans présentent leur foie gras. « Mon mari est resté à la ferme. Il y a beaucoup de travail ». Mais les deux sont heureux de cette escapade parisienne. « Ça change », insiste Pierre, avant de proposer une rillette de canard à des acheteurs. « Nous sommes heureux d’être là et espérons revenir », explique-t-il. Car leur spécialité n’est pas seulement le canard et l’oie. Ils produisent aussi des noix, des asperges bio et des truffes.

Garde champêtre d’antan « et je tiens au d’antan », nous précise-t-il, Jean-Pierre Monmarson ne boude pas son plaisir en cette journée ensoleillée. Présent pour animer les stands et munis de son tambour, il salue les producteurs, harangue les passants, et contribue pour beaucoup à l’ambiance chaleureuse. « Oyé, oyé à la population, lance-t-il. Nous représentons le Périgord. » En s’adressant à des acheteurs venus savourer les fruits fourrés au foie gras de Norbert. « Vous allez voir, c’est délicieux. Et quel savoir-faire ! ». Ici, on croise surtout des touristes et des curieux. Des Américaines dégustent du fromage, pas loin des Italiens sont fascinés par des escargots. On vient aussi s’acheter un smoothie de fraises ou on pose devant une fresque représentant celle de Lascaux 2.

Le Périgord à Montmartre 2013

Marie-Noëlle Freyssignet en est à sa sixième manifestation, car elle est éleveuse de chèvres et animatrice de « l’interprofession Caprine de Dordogne Périgord » qu’elle représente pendant ces journées. Leur interprofession compte pas moins de  120 éleveurs, dont 28 fromagers fermiers et une production de 13 millions de litres de lait en produit transformés et 20.000 chèvres dans le Périgord. « Vous voulez goûter ? », demande-t-elle à un couple de retraités, visiblement séduit et qui achète deux barquettes. « Nous venons surtout ici pour faire découvrir nos produits , précise-t-elle. Ici, pas de gros bénéfices, mais une volonté de fidéliser une clientèle et exposer le savoir-faire du Périgord ». En ce moment, le temps est compliqué pour les producteurs. « Il y a quelques années, nous étions 150 éleveurs et pas 120. Nous ne sommes pas les plus à plaindre. Mais les charges montent et pas le prix du lait. Pourtant nous travaillons entre 50 et 80 heures par semaine », rappelle-t-elle avec le sourire. A quelques stands, Elisabeth Guillemot, présente sa production d’escargots, devant certains touristes ébahis. Avec son époux, ils sont héliciculteurs. En Dordogne, ils ne sont que trois éleveurs d’escargots. « En élevage, on produit des gros gris », nous apprend-t-elle. Dans leur six parcs, le couple élève pas moins de 250.000 escargots début mai et ce pour cinq mois. « Pendant cette période, les escargots grossissent de 500 fois leur taille contre trois ans pour le Bourgogne », précise-t-elle.

Samedi et dimanche, le programme reste chargé, avec concours de cuisine et concert le samedi et animation culinaire le dimanche.

Charlotte Lazimi
Par Charlotte Lazimi

Crédit Photo : aqui.fr

Partager sur Facebook
Vu par vous
1233
Aimé par vous
1 J'aime
Les réaction
0 réaction
Envoyer par email
Email
Convertir en PDF
PDF
Imprimer cet article
Imprimer
Saveur
Saveur
Retour à la page d'accueil
Accueil
Aucune réaction à cet article pour le moment. A vous de jouer !

Nom * :
Email * :
Texte :
Combien font 22 + 16 ?*

Toutes les réactions sont soumises à validation de la rédaction d'Aqui avant leur publication sur le site. Conformément à l'article 10 du décret du 29 octobre 2009, les internautes peuvent signaler tout contenu illicite à la rédaction d'aqui.fr qui s'engage à mettre en oeuvre les moyens nécessaires à la suppression des dits contenus.

* champs obligatoires

J'aime aqui, je le soutiens ! Aqui!Presse - Professionnels des contenus ! J'aime aqui, je le soutiens !