Soutenez aqui.fr face au défi de la Nouvelle Aquitaine

03/04/20 : Charente-Maritime : le festival Stereoparc, qui doit se tenir du 17 au 18 juillet à Rochefort, est pour l'instant maintenu, fait savoir aujourd'hui l'organisation.

03/04/20 : Le sommet Afrique-France, prévu les 4,5 et 6 juin prochain, a été reporté à une date ultérieure. Emmanuel Macron devrait proposer "dans les jours qui viennent" une nouvelle thématique, en lien avec la situation sanitaire et économique.

03/04/20 : Charente-Maritime : les maires de l'île Oléron ont pris des arrêtés hier soir pour interdire la venue sur le territoire de vacanciers ou de résidents secondaires, renforçant les pouvoirs de gendarmeries. Les contrevenants devront faire demi-tour.

03/04/20 : Charente : la préfète a autorisé l’ouverture de 47 marchés : 17 pour l’arrondissement d’Angoulême; 12 pour l’arrondissement de Cognac; 18 pour l’arrondissement de Confolens.

03/04/20 : Dordogne : au 2 avril, 63 marchés sont ouverts et ont obtenu une dérogation de la préfecture en tenant compte des mesures barrières et sanitaires. Ils sont limités à une quinzaine d'exposants de proximité à l'exception de Périgueux et de Bergerac.

03/04/20 : Charente : depuis le début du confinement, plus de 1700 demandes d’activité partielle ont été déposées auprès de la Direccte, pour près de 15 500 salariés, a annoncé hier la préfecture.

02/04/20 : Ce mercredi, le CHU et l'Université de Bordeaux ont lancé conjointement un appel aux dons pour soutenir la recherche et "accompagner les étudiants via la fondation Bordeaux Université", qui recueille les dons sur son site ou au 06 26 25 45 56.

02/04/20 : Le festival Big Bang de Saint-Médard-en-Jalles consacré à l'espace est annulé et reporté du 25 au 29 mai 2021. Les organisateurs préparent une conférence live et un podcast entre temps, "pour maintenir le lien avec la communauté".

01/04/20 : Covid-19 : le nombre de malades est établi ce mercredi soir à 1845 cas depuis le début de l'épidémie, selon l'ARS. 700 personnes sont hospitalisées; 215 en soins intensifs; 414 sont sorties guéries de l'hôpital. 82 décès sont à déplorer.

01/04/20 : Charente-Maritime : la ville de Marennes et son association de commerçants lancent un appel à manifestation d'intérêt pour créer une boutique en ligne rassemblant les commerçants locaux pour faire de la vente en ligne. Contact:j.girard@gigamotors.fr

01/04/20 : La ville de Périgueux maintient le stationnement gratuit, en voirie et sur le parking Bugeaud, pour toute la période de confinement. Une manière d'inciter les Périgourdins à rester chez eux, mais aussi pour soutenir les commerces restant ouverts.

01/04/20 : La Charente-Maritime se prépare à affronter la "vague" de malades du covid 19 : une quinzaine de centres de consultation temporaire, avec un dispositif sanitaire particulier, seront mis en place entre demain et la fin de semaine (sur rdv uniquement).

31/03/20 : Débuts prometteurs pour la plateforme www.produits-locaux-nouvelle-aquitaine.fr qui met en relation les producteurs et artisans de l'agro-alimentaire et les consommateurs : plus de 1 000 inscriptions de producteurs et 28 700 de consommateurs.

31/03/20 : Covid-19. Afin de permettre aux habitants de faire leurs courses et aux commerçants de poursuivre leur activité, le maire de Mérignac a obtenu de la préfecture une dérogation de réouverture des marchés sous la forme de drives sécurisés.

- Publicité -
S’abonner ici !
proprietes-rurales.com
- Publicité -
  • 03/04/20 | Le Bac 2020 en contrôle continu

    Lire

    Le ministre de l'Éducation, Jean-Michel Blanquer, a annoncé ce vendredi que les épreuves finales du baccalauréat 2020 n'auront pas lieu "dans les conditions normales". Les élèves seront évalués sur le contrôle continu, sans épreuves finales. Les élèves de CAP, BEP et BTS sont aussi concernés, et les notes données à distance pendant le confinement ne seront pas comptabilisées dans le contrôle continu. En revanche, l'oral de français pour les élèves de 1ère est maintenu et les épreuves de rattrapages du bac auront lieu "dans les conditions habituelles".

  • 03/04/20 | Deux-Sèvres : 200 tablettes numériques pour les EHPAD

    Lire

    Pour faire face à une situation sociale difficile dans les EHPAD à cause de l'interdiction des visites dans les établissements, le Conseil départemental des Deux-Sèvres distribue dès ce vendredi et jusqu'à lundi prochain 200 tablettes numériques. Ces outils devront permettre aux résidents de garder le contact avec leurs proches en cette période de confinement. L'investissement réalisé par le Département pour l'achat de ces tablettes est de 100 000 euros.

  • 03/04/20 | Cet été, rendez-vous avec le « Le Barbier de Séville » à Sanxay (86)

    Lire

    Depuis 21 ans, les Soirées Lyriques de Sanxay dans la Vienne, 3e festival de chant lyrique de France, proposent chaque été un opéra en plein air, dans les vestiges du théâtre gallo-romain de Sanxay (Vienne). Cet été, les 10, 12 et 14 août, « Le Barbier de Séville » de Rossini sera joué pour la première fois à Sanxay. Cette coproduction Opéra national du Rhin / Opéra de Rouen sera scénographiée et mise en scène par Pierre-Emmanuel Rousseau.

  • 03/04/20 | Les deux résidentes d'un Ehpad bayonnais ont quitté l'hôpital

    Lire

    Les deux résidentes de l'Ehpad Harambillet, qui avaient été testées positives au Covid-19 et hospitalisées, ont regagné l'établissement, respectivement hier 2 avril et aujourd'hui 3 avril. La première, âgée de 86 ans, avait été admise au Centre hospitalier de la Côte basque le 17 mars et la seconde, âgée de 89 ans, le 20 mars. En lien étroit avec l’Agence Régionale de Santé, la Ville de Bayonne et son Centre communal d'action sociale ont mis en place des mesures sanitaires de confinement strictes au sein de cet établissement dès le début de la pandémie.

  • 03/04/20 | Nouveaux renforts de personnels soignants à l'Est

    Lire

    Après un premier départ de personnels soignants dimanche dernier, 18 nouveaux volontaires sont partis le 2 avril pour renforcer les hôpitaux de l'Est de la France. Des médecins anesthésistes réanimateurs et infirmiers anesthésistes de milieux hospitaliers mais aussi des libéraux et des praticiens d'établissements publics et privés. Ils viennent des Landes, de Gironde, du Lot-et-Garonne et de Charente-Maritime, pour renforcer le centre hospitalier et l'hôpital militaire de campagne de Mulhouse pour 4 à 10 jours.

Les dossiers d'Aqui

La LGV Sud-Ouest Idées neuves en Nouvelle Aquitaine Innov'action et Agriculture

Saveur | Une Poitevine en lice pour le concours du meilleur apprenti cuisinier de France

12/01/2020 | Yaëlle Dupuy est apprentie en cuisine à la maison de la formation de Poitiers. À 17 ans, elle va participer au concours du meilleur apprenti cuisinier de France

Yaëlle Dupuy se prépare pour son concours. Elle est entourée par son patron François Lafond (à gauche) son formateur, Sébastien Bézagu (à droite).

À 17 ans, Yaëlle Dupuy en première année de bac pro à la maison de la formation de Poitiers va participer au concours du meilleur apprenti cuisinier de France organisé par l’association des Maîtres Cuisiniers de France. Une épreuve qui aura lieu ce lundi 13 janvier à la célèbre école de la gastronomie Ferrandi à Paris. La jeune Poitevine, qui participe à son premier concours, espère arriver à bout du menu commun à tous les candidats. Elle devra se distinguer face à une dizaine d’autres… Rencontre avec Yaëlle qui effectue ces derniers réglages culinaires avant le jour J. 

Ultimes entraînements pour Yaëlle Dupuy dans les cuisines de la maison de la formation de Poitiers. A 17 ans, l’apprentie cuisinière en première année de bac pro effectue ses derniers réglages avant la compétition. Ce lundi 13 janvier, elle participe au concours du meilleur apprenti cuisinier de France organisé par l’association des Maîtres Cuisiniers de France à la réputée école française de gastronomie, Ferrandi de Paris. En quatre heures et trente minutes, elle doit réaliser deux amuses bouches, une entrée, un plat de résistance, ainsi qu’un dessert. « Pour les amuses bouches, il y a une huître perle de jade et un haddock fumée avec de l’endive et de l’orange. En entrée, un vol au vent de fruits de mer, selle d’agneau aux petits légumes royale, salsifis à l’hibiscus, jus à l’estragon et enfin un ananas victoria en dessert », détaille la jeune fille. Un menu et une liste d’ingrédients identiques pour tous les candidats. Ils devront faire preuve d’imagination pour la présentation et maîtriser les techniques pour concocter les meilleurs plats.  

Sa passion pour la cuisine, Yaëlle Dupuy la doit à sa grand-mère.

Ce mardi, c’est la première fois que Yaëlle réalise ce menu dans les conditions du concours. Même si elle ne laisse paraître aucun stress, elle se cherche un peu. « C’est un bon test pour moi », confie-t-elle. Elle a dû répondre aux questions de tous les journalistes locaux venus à sa rencontre. Elle bénéficie aussi du soutien de son formateur, Sébastien Bézagu. « Nous lui avons un peu changé ses habitudes pour la mettre en situation dans un endroit qu’elle ne maîtrise pas », explique-t-il. Le formateur cuisine à la Chambre de Commerce et d'Industrie de la Vienne l’a accompagnée déjà pour les qualifications qui se sont déroulées au CFA de Lagord (Charente-Maritime) le 26 novembre dernier. Elle est arrivée première face aux douze autres candidats de la région Nouvelle-Aquitaine. « J’aime beaucoup cuisiner le poisson, explique la jeune fille. Lors de l’épreuve, nous devions préparer un filet de lieu jaune, j’ai dû faire la différence là-dessus ». 

Grâce à sa grand-mère 

Sa passion pour la cuisine lui vient de sa grand-mère. « Petite, j’appréciais beaucoup l’odeur de cuisine chez ma grand-mère. Ça me donnait envie de faire comme elle », dit-elle toute guillerette. Quant à l’idée de participer à un concours, elle est venue de son maître d’apprentissage, Stéphane Monnereau, il est chef à la Petit France, un traiteur situé à Migné-Auxances, aux alentours de Poitiers. « Nous sommes en contact permanent. Nous nous appelons tous les jours pour préparer Yaëlle et voir les derniers réglages », indique Sébastien Bézagu. Car l’employeur de Yaëlle s’investit également dans l’aventure. Le directeur de la Petite France, François Lafond, se rappelle très bien de la première fois où il a rencontré Yaëlle. Elle était accompagnée de sa mère. « C’était il y a deux ans, elle est venue me voir pour que nous la prenions pour un apprentissage. J’ai été réticent au début, mais finalement, vu son investissement et son engouement, je ne suis pas déçu ».

Il faut cesser de tergiverser. La jeune Yaëlle se met aux fourneaux. Sébastien Bézagu déclenche le chronomètre. C’est parti pour son concours blanc. Il est un 11h30. Là voilà partie pour son marathon culinaire. Elle met à chauffer ses poêles et casseroles, bouillons et préparations. Commence à ouvrir les huîtres. Elle essaie de s’organiser au mieux, car finalement elle ne va pas voir le temps passer. 

Un patron élogieux 

Pendant que l’apprentie cuisinière s’attelle à la préparation des plats. C’est l’occasion de revenir sur sa personnalité. Son patron, François Lafond, ne tarit pas d’éloges sur elle. « Elle est complètement taillée pour le concours. Yaëlle est douée. Elle possède une capacité naturelle pour bien travailler, s’adapter et comprendre vite les consignes. C’est une employée performante et tout terrain. Je pense qu’elle peut avoir une belle carrière devant elle ». Sébastien Bézagu a décelé quelques qualités qui seront utiles pour le concours. « C’est une fausse calme. En concours c’est bien d’être comme ça. Cela permet de tenir sur la longueur. »

Ce lundi 13 janvier, Yaëlle Dupuy va participer au concours du meilleur apprenti cuisinier de France à Paris. Ultimes entraînements avant l'épreuve.

Il est 16 heures. Yaëlle manque un peu de temps, même si elle est parvenue à dresser la majorité des plats. C’est une question de détails. Mais perfectionniste, elle ne paraît déçue de ce qu’elle a fait. « Il ne faut pas que je passe trop de temps sur quelque chose ou que je bloque. Je dois connaître les gestes par coeur. » Elle a couru à droite, à gauche pour chercher des ingrédients, des outils de cuisine, des assiettes… Il lui a manqué vingt minutes. Sébastien Bézagu l’a aidée sur certains dressages. « Cela passe très vite, tellement vite, je n’ai pas vu le temps passer. J’ai été perdue  à un moment donné, je ne suis pas fière de ce que j’ai fait », confie Yaëlle. Sébastien Bézagu, son formateur, est plutôt confiant et tente de la rassurer. « Il faut faire une mise au point sur ton organisation et tu vas grappiller ces vingt petites minutes. Tu sais, on ne court pas un marathon comme ça du premier coup, ça se prépare et là aujourd’hui tu as tout envoyé, c’est une belle satisfaction. déjà ». 

Dégustation et retour sur les plats

Place maintenant à la dégustation. Car dans ce genre de concours, c’est le goût qui prime. Sébastien Bézagu commence par la selle d’agneau. « Tu es parvenu à gérer la cuisson de la viande. Attention tes salsifis sont un chouillat salé… » Avec François Lafond, ils reprennent chacun des plats, les commentent et livrent leurs derniers conseils. Car le jour J, Yaëlle sera toute seule face aux fourneaux. 

L’apprentie a continué sa préparation ce jeudi et même ce week-end. Chez elle, elle potasse les recettes, revoit les techniques pour être prête lundi prochain pour le concours. L’an dernier, un autre apprenti de la maison de la formation avait participé à ce concours. Il s’agit de Thomas Guillot qui travaillait en apprentissage au restaurant du château de Dissay. Lui avait terminé à la quatrième place au pied du podium. Et même s’il n’y a aucune obligation de résultat, Yaëlle aimerait faire aussi bien que lui… en tout cas, la jeune poitevine a encore la vie devant elle. Par la suite, elle aimerait voyager un peu. « Et peut être ouvrir un restaurant en Inde, à Singapour ou aux Etats-Unis. Un restaurant de cuisine traditionnelle, où on travaillera des abats et surtout du poisson », sourit-elle. Un sourire qui sera peut être lundi sur son visage. Et même si elle ne remporte pas ce concours, elle aura vécu une belle aventure et pris de l’expérience… pour sa première participation à un concours.

Pour en savoir plus n'hésitez pas à regarder la vidéo ci-desous 

 

Julien Privat
Par Julien Privat

Crédit Photo : Aqui.fr

Partager sur Facebook
Vu par vous
6371
Aimé par vous
1 J'aime
Les réaction
0 réaction
Envoyer par email
Email
Convertir en PDF
PDF
Imprimer cet article
Imprimer
Saveur
Saveur
Retour à la page d'accueil
Accueil
Aucune réaction à cet article pour le moment. A vous de jouer !

Nom * :
Email * :
Texte :
Combien font 6 + 10 ?*

Toutes les réactions sont soumises à validation de la rédaction d'Aqui avant leur publication sur le site. Conformément à l'article 10 du décret du 29 octobre 2009, les internautes peuvent signaler tout contenu illicite à la rédaction d'aqui.fr qui s'engage à mettre en oeuvre les moyens nécessaires à la suppression des dits contenus.

* champs obligatoires

J'aime aqui, je le soutiens ! Aqui!Presse - Professionnels des contenus ! J'aime aqui, je le soutiens !