Soutenez aqui.fr face au défi de la Nouvelle Aquitaine

21/02/18 : Charente-Maritime: Dominique Bussereau a annoncé sur twitter qu'il quittait Les Républicains. "Je reste attaché aux militants, aux amis. Le faux pas grave d'un chef ne me permet pas de rester dans l'équipe du chef",s'est-il justifié sur Public Sénat.

20/02/18 : Pont d'Aquitaine fermé et la section de la rocade A630 comprise entre les échangeurs 2 (Lormont - Croix Rouge) et 4 (Bordeaux – Labarde), les nuits du mercredi 21 février à 21h00 au jeudi 22 à 6h00 et du 22 à 21h00 au 23 février 6h00

16/02/18 : Suite au décès de Joan Taris, les élus MoDem & Apparentés du Conseil régional néo-aquitain ont choisi Pascale Requenna, tête de liste du département des Landes lors des élections régionales de 2015, pour incarner la Présidence de leur groupe.

- Publicité -
S’abonner ici !
- Publicité -
  • 23/02/18 | La Charente-Maritime en alerte pollution atmosphérique

    Lire

    La préfecture de Charente-Maritime a placé en alerte pollution atmosphérique le 22 février, jusqu'à nouvel ordre. La vitesse des véhicules à moteur est donc limitée sur les routes du département : à 110km/h sur les portions d’autoroutes normalement limitées à 130km/h ; à 90 km/h sur les routes normalement limitées à 110 km/h, à 70 km/h sur les routes limitées à 90 km/h. Il est également interdit de brûler des déchets verts ou autre à l'air libre.

  • 22/02/18 | Bordeaux: Anne Walryck démissionne à son tour après les propos de Wauquiez

    Lire

    Anne Walryck, adjointe au maire de Bordeaux, vice-présidente de la métropole, annonce ce jour sa démission des Républicains « devant les propos assumés et calomnieux de Laurent Wauquiez sur Alain Juppé », rejoignant ainsi d'autres conseillers démissionnaires: Elizabeth Touton, Anne Brézillon, Jean-Louis David, Stéphane Delaux, Joël Solari, Laetitia Jarty-Roi.

  • 22/02/18 | Pic de pollution en Gironde: réduction des vitesses maximales autorisées

    Lire

    En conséquence du déclenchement d'une alerte de pollution aux particules fines émise par Atmo Nouvelle-Aquitaine pour jeudi 22 et vendredi 23 février sur le département de la Gironde, Didier Lallement, préfet du département, a pris un arrêté qui réduit de 20km/h les vitesses maximales autorisées sur l’ensemble du réseau routier du département (hors voiries urbaines) jusqu’à la fin de l’épisode de pollution.

  • 22/02/18 | La Gironde déclenche le niveau 2 du plan Grand Froid

    Lire

    Compte tenu de la vague de froid attendue cette semaine sur la Gironde, le préfet Didier Lallement a décidé, dans le cadre du niveau 2 du plan Grand froid, de renforcer la capacité d’accueil en hébergement d’urgence. 66 places supplémentaires sont ainsi ouvertes dont 34 pour les familles et 32 pour les personnes isolées. Au total, ce sont 1 576 places qui sont mobilisées pour l’accueil des sans-abri en Gironde dont 365 places au titre du dispositif hivernal.

  • 21/02/18 | Du mouvement au sein de la Gauche régionale

    Lire

    Des élus du conseil régional ayant quitté le groupe (et le parti) socialiste en début d'année (dont son ex-président Stéphane Delpeyrat-Vincent) un nouveau groupe annonce sa création au sein de l'assemblée régionale : le « Groupe Génération.s », issu du mouvement de Benoît Hamon. Créer par Naïma Charaï, Stéphane Delpeyrat-Vincent, Mathieu Bergé et William Jacquillard, il ambitionne "d'alimenter la Gauche d’idées nouvelles en adéquation avec les valeurs que nous avons toujours portées, notamment au sein de l’assemblée régionale, dans la perspective de la voir gagner les prochaines élections régionales de 2021"

Les dossiers d'Aqui

La LGV Sud-Ouest Idées neuves en Nouvelle Aquitaine Innov'action et Agriculture

Saveur | Vendange 2014 - De l'autre côté de la bouteille…

01/10/2014 | Chantal Carrère-Cuny : "Samedi 27 septembre 2014, j'ai participé à mes premières vendanges !"

Vendange 2014

Enfin pas tout à fait les premières puisque, toute gamine, nous allions déjà vendanger en famille dans la propriété de mes grands-parents à Lormont. C'était alors la fête : on avait le droit de toucher aux sécateurs antédiluviens, qu'on devait tenir à deux mains pour réussir à couper la grappe.

Nos pères et oncles passaient dans les rangs de vigne pour recueillir notre récolte que nous déversions dans de gigantesques hottes où le raisin s'entassait. Le soir venu, nous foulions pieds nus les grappes que l'on écrasait en riant, autorisés que nous étions à nous les jeter à la figure.

Nous n'avions pas alors le respect du fruit, sans doute savions-nous déjà que la production familiale ne dépasserait pas les frontières de la propriété : c'était de l'avis général un véritable tord-boyaux !

En revanche, tous ceux qui étaient là samedi dernier pour les vendanges de Château Réaut (Côtes de Bordeaux) faisaient partie d'une grande famille : celle des 427 copropriétaires d'un domaine qu'ils considèrent comme le leur… et comme un futur grand cru !

Il faut dire que l'histoire est belle : en 2003, un prestigieux groupe champenois veut prouver que l'on peut faire un grand Bordeaux dans une appellation moins connue.

Son choix se porte sur un site rare, tant par son orientation -coteau plein sud-, que par la qualité et la variété de ses sols. Tel Pygmalion, il recrée entièrement ce vignoble de 26 ha en ne retenant que des critères de grand cru : arrachage puis replantation dense (5 500 pieds/ ha), sélection des meilleurs plants de vigne, vendanges à la main, en cagettes, petites cuves, etc.

6 ans plus tard, le groupe abandonne le projet au moment où le domaine va produire son tout premier millésime… Pour reprendre la propriété, se rassemblent alors, autour de l'œnologue Yannick Evenou, des professionnels passionnés de vin, tandis qu'une partie de l'acquisition est financée grâce à un GFA de 427 particuliers, amateurs de bonnes bouteilles. Contre une part, ils reçoivent chaque année 36 flacons de "leur" vin… et peuvent venir vendanger !

Et donc, faisant partie de l'aventure, je découvre que tout a changé depuis mes tendres années. Les sécateurs se tiennent d'une main et sont d'une souplesse et d'une précision merveilleuses ; Les "baillots" en bois et les hottes ont laissé place à de petites cagettes où chaque grappe est déposée en douceur pour ne surtout pas écraser les baies. Empilées ensuite sur une remorque, elles sont aussitôt dirigées vers la table de tri.

C'est là qu'une équipe enlève manuellement les matières étrangères, feuilles ou vilaines baies, avant que l'érafloir automatique ne fasse son travail de séparation des grains et de la rafle (ossature végétale de la grappe).

A regarder toutes ces étapes et le sérieux avec lequel les professionnels agissent, on prend soudain conscience combien le raisin est considéré ! Ne surtout pas l'écraser pour éviter qu'il ne s'oxyde, ne pas le laisser à la chaleur pour empêcher la fermentation, trier les baies et ne garder que le meilleur, bref tout est fait pour que la récolte soit respectée.

Et le contraire eut été regrettable car pour Philippe Moureau, l'nologue de Château Réaut : "Malgré un été difficile, on a au final une récolte magnifique et abondante. Les belles journées ensoleillées de septembre nous ont donné des raisins très murs et concentrés".

Les 360 vendangeurs d'un jour se sont retrouvés pour déjeuner dans l'ancienne carrière qui domine les vignes, là où, d'ici quelques années, devrait être édifié un nouveau chai. Chacun avait apporté son pique-nique mais, ô délicieuse surprise, la Brasserie Bordelaise avait offert de somptueuses côtes de bœuf grillées sur les sarments !

Le soleil, l'ambiance joyeuse, les enfants qui courent dans les vignes, le fumet de la viande qui se mélange aux arômes capiteux du vin : c'est décidé, l'an prochain je recommence !

Chantal Carrère-Cuny
Par Chantal Carrère-Cuny

Crédit Photo : Chantal Carrère-Cuny

Partager sur Facebook
Vu par vous
1289
Aimé par vous
0 J'aime
Les réaction
0 réaction
Envoyer par email
Email
Convertir en PDF
PDF
Imprimer cet article
Imprimer
Saveur
Saveur
Retour à la page d'accueil
Accueil
Aucune réaction à cet article pour le moment. A vous de jouer !

Nom * :
Email * :
Texte :
Combien font 25 + 8 ?*

Toutes les réactions sont soumises à validation de la rédaction d'Aqui avant leur publication sur le site. Conformément à l'article 10 du décret du 29 octobre 2009, les internautes peuvent signaler tout contenu illicite à la rédaction d'aqui.fr qui s'engage à mettre en oeuvre les moyens nécessaires à la suppression des dits contenus.

* champs obligatoires

J'aime aqui, je le soutiens ! Aqui!Presse - Affichez Vous chez Nous ! J'aime aqui, je le soutiens !