18/10/17 : Malgré la protestation d’élus et des syndicats, la Direction générale des Finances publiques a entériné la fermeture de la trésorerie de Mussidan (24). D’autres pourraient connaître le même sort comme à Belvès, Saussignac, Thiviers et Brantôme.

17/10/17 : La Rochelle organise son Colloque Citoyenneté et Solidarités sur le thème "Innover aujourd’hui pour l’action sociale de demain" le 19 octobre à l'espace Giraudeau, avec l'intervention du CNAM de Paris. Gratuit sur réservation. www.ccas-larochelle.fr

15/10/17 : A TF1 Emmanuel Macron après le drame de Marseille a annoncé une nouvelle loi en matière de droit d'asile et d'immigration et la négociation en cours "d'accords bilatéraux avec les pays africains" pour rendre effectives les reconduites à la frontière.

13/10/17 : Les offices HLM de Charente-Maritime organisent une manifestation mardi à 14h devant la prefecture de La Rochelle pour protester contre la baisse des aides au logement pour les bailleurs sociaux.

11/10/17 : Le collectif national « Vive l'APL » qui regroupe 60 organisations associatives, syndicales, de consommateurs et bailleurs sociaux, appelle à la mobilisation samedi «pour défendre le droit au logement social». A Bordeaux, ce sera à Pey Berland à 14h

03/10/17 : L'organisation du Grand Pavois a enregistré quelque 80 000 visiteurs pour cette 45 e édition, identique à l'an dernier, et de nombreuses ventes d'unités. La prochaine édition se tiendra du 26 septembre au 1er octobre 2018.

- Multivote -
- Publicité -
S’abonner ici !
- Publicité -
  • 18/10/17 | Les Pyrénées-Atlantiques "chouchoutées" par le Tour de France

    Lire

    Les Pyrénées-Atlantiques décrochent la timbale pour l'édition 2018 du Tour de France. Parti de Trie-sur-Baïse (65), le peloton arrivera à Pau le jeudi 26 juillet. Il disputera le vendredi 27 une étape émaillée de nombreux cols entre Lourdes et la commune montagnarde de Laruns (Aspin, Tourmalet, Bordères, Soulor-Aubisque). Un contre la montre entièrement basque sera enfin disputé le samedi 28 entre Saint-Pée-sur-Nivelle et Espelette. Equipes et accompagnateurs étant en prime logées pendant quatre jours à Pau. Que demander de mieux ?

  • 17/10/17 | Dominique Bussereau fait du lobbying pour le Tour de France

    Lire

    Alors qu'il assistera à la présentation du parcours du Tour de France ce mardi, le président de la Charente-Maritime compte bien "faire une petite piqûre de rappel" au patron du Tour de France Christian Prudhomme sur la volonté du Département d'accueillir le Tour de France "dans les prochaines années". Dominique Bussereau a notamment en tête un passage du Tour par les îles de Ré et d'Oléron. Une manne touristique et financière non négligeable, et une belle vitrine pour le territoire.

  • 15/10/17 | Les ours des Pyrénées donnent de leurs nouvelles

    Lire

    L'association Pays de l'ours- ADET se réjouit de "deux bonnes nouvelles" sur le massif pyrénéen. Tout d'abord la réapparition de Cannellito, le fils de l'ourse Cannelle tuée en 2004 par un chasseur béarnais. Alors que le plantigrade avait disparu depuis plusieurs mois, sa trace a été détectée grâce à la génétique en Bigorre et à Luchon. Par ailleurs, une quatrième portée comprenant deux oursons a été repérée sur le massif. "Ce qui porte à 7 le nombre minimum d'oursons cette année".

  • 13/10/17 | A 63: travaux de maintenance en Gironde

    Lire

    En raison de travaux de maintenance de la signalisation sur l'A63, les mesures suivantes vont être mises en œuvre : fermeture de la bretelle d’accès des aires de Lugos Est et Ouest du dimanche 15 à 22h au lundi 16 octobre 17h,la fermeture des bretelles d’accès et de sorties de l’échangeur 21 (Salles), le lundi 16 de 8h à 17h, la fermeture de la bretelle d’accès et de sortie de l’échangeur 20 (Belin-Béliet), le mardi 17 de 8h à 17h. Déviations locales prévues pour les usagers souhaitant rejoindre Salles ou Belin-Béliet depuis l'A 63 ou une entrée d'autoroute depuis Salles ou Belin-Béliet.

  • 12/10/17 | Le maire de Captieux démissionne

    Lire

    Denis Berland, maire de Captieux depuis 2015 suite à l’élection de Jean-Luc Gleyze à la présidence du Conseil Départemental de la Gironde, a présenté par courrier au préfet de la Gironde sa démission. Celui qui a été premier adjoint jusqu’en 2015 n’a pas encore indiqué les raisons de son départ.

Les dossiers d'Aqui

La LGV Sud-Ouest Idées neuves en Nouvelle Aquitaine Innov'action et Agriculture

Nos partenaires


Société | 11ème « Panorama de la cybercriminalité » : au cœur de la malveillance 2.0

23/06/2013 | Vendredi 21 juin, l'Hôtel de Région de Bordeaux a accueilli le 11ème « Panorama de la cybercriminalité » à l'initiative du CLUSIF.

Le bilan d'une année-clé pour les questions de cyberdéfense

La conférence a permis d'établir un bilan de la lutte contre la cybercriminalité, ainsi que de faire le lien avec des événements sociétaux et accidentels inhérents à la sécurité de l'information. Des experts reconnus de la question ainsi que d'autres invités ont aussi égrené pendant une après-midi les faits marquants de l'année 2012 et ce qu'ils impliquent pour 2013. Il a donc été question d'une grande variété de problématiques : nationales et planétaires, politique et militaires, économiques et humaines. S'il est un fait avéré et récurrent, c'est que l'écart entre l'arsenal à portée des cybercriminels et les moyens de s'en préserver se creuse.

Le CLUSIF (Club de la Sécurité de l'Information Français) est une association sans but lucratif créée au début des années 1980. Aujourd'hui, elle est constituée d'environ 600 membres. Près de la moitié d'entre eux sont des fournisseurs et des prestataires de produits et de services, l'autre moitié rassemble les professionnels de la sécurité de l'information et leurs pendants managériaux. Ce club travaille tant à l'international qu'en région, il dispose ainsi d'antennes en PACA, Rhône-Alpes ou encore à Tahiti. Le panorama de la cybercriminalité présenté vendredi 21 juin est le fruit d'un travail réalisé avec la collaboration d'entreprises comme « McAfee Labs », « Orange labs », « Solucom » ou « Verizon ». Mais il convient de noter aussi la participation de la Gendarmerie Nationale ainsi que du ministère des affaires sociales.

Anonymous et les "enfantillages"

Les groupes de travail constitués par le CLUSIF portent majoritairement sur les codes malveillants  (« malware »), sur la sécurité des applications web et des outils de communication ainsi que sur l'évaluation financière des incidents de sécurité. L'année 2012 a été marquée par une explosion du nombre de programmes malveillants, de même que par une tendance de certains « cybercriminels » aux « enfantillages ». Sous ce terme, ce sont les pirates d'Anonymous que François Paget, secrétaire général du CLUSIF et employé de « McAfee Labs », pointe du doigt. Si la revendication originelle d'un Internet totalement libre était parfaitement défendable, François Paget estime que le mouvement s'est dispersé, en dehors de quelques actions d'éclats, en revendications « farfelues ou mensongères ».

Une année 2012 marquée par de nombreux incidents 

Parmi les événements marquants de l'année écoulée, le congrès sur la sécurité informatique « Breakpoint 2012 » a fait date. C'est en effet lors de ce rendez-vous qu'a été démontrée par un expert la possibilité de pirater un simulateur cardiaque à distance simplement à l'aide d'un ordinateur portable. Suite au piratage, l'expert fut en mesure de délivrer des décharges de 830 Volt à travers le simulateur. De nouvelles potentialités aux effets inimaginables, qu'il convient d'encadrer rapidement et ce dès la conception des objets.

De la même façon, l'incident qu'a subi le courtier américain « Knight Capital » l'été dernier a été évoqué. Le groupe « Knight Capital » gérait alors près des 15% des actions traitées chaque jour à Wall Street. La spécialité de ce courtier, c'est le « trading haute-fréquence », c'est à dire la réalisation simultanée d'un grand nombre d'opérations boursières en l'espace de quelques secondes. L'idée est de réaliser une série de petits profits à la seconde qui, rapportés à une journée d'activité, peuvent prendre des proportions colossales. Au début du mois d'août dernier, le test d'une nouvelle version du logiciel utilisé par « Knight Capital » a dérapé à cause d'une erreur dans l'algorithme. Ce dernier achetait donc au plus cher, et revendait au moins cher. Sur un titre, cela représentait une perte de 15 cents par transaction au rythme de 2400 transactions par minutes. Ce sont au total 4.5 milliards de dollars qui s'évaporèrent dans la nature ce jour là, une douloureuse réduite à 440 millions de dollars après que Goldman Sachs ait épongé le plus gros des pertes.

Des logiciels malveillants toujours plus accessibles... 

La tendance générale dépeinte par les experts présents est celle d'une facilitation d'accès aux outils d'attaque : les logiciels malveillants ont un service d'assistance, une université en ligne crée en novembre 2010 pour former les cybercriminels ; une offre qui se diversifie pour une demande qui augmente. Si on trouve parmi les demandeurs organisations criminelles et particuliers malintentionnés, il faut aussi noter la présence d'entreprises « respectables »et de relais dans les grands médias publics. Tous les services sont achetables en ligne, les tarifs allant pour les demandes les plus pointues de 5000 à 250 000 dollars.

...et des protections toujours en retard

En contrepartie, les enquêtes restent complexes. La faute à des difficultés dans l'attribution des actes de cybercriminalité, la disparité des législations relatives à la sécurité de l'information, la multiplication des acteurs qui va de pair avec celle des cibles. Enfin, la question de l'utilisation par les États de ces technologies a été posée. L'exemple du régime syrien, particulièrement actuel, a été donné. Ainsi, de nombreux piratages ont été constatés de la part des défenseurs du régime de Bachar Al-Assad, lesquels visaient des comptes de réseaux sociaux appartenant à des opposants afin de récupérer des informations et de provoquer de faux rendez-vous.

Cependant, et en dépit d'un jeu d'annonces et de surenchères de plus en plus important, on ne note toujours pas de « cyber-attaque » de grande ampleur officiellement assumée par un État, bien que nombreux soient ceux affirmant disposer ou développer des capacités offensives conséquentes.

 

 

Jonathan Roger
Par Jonathan Roger

Crédit Photo : Aqui.fr

Partager sur Facebook
Vu par vous
713
Aimé par vous
0 J'aime
Les réaction
0 réaction
Envoyer par email
Email
Convertir en PDF
PDF
Imprimer cet article
Imprimer
Société
Société
Retour à la page d'accueil
Accueil
Aucune réaction à cet article pour le moment. A vous de jouer !

Nom * :
Email * :
Texte :
Combien font 20 + 16 ?*

Toutes les réactions sont soumises à validation de la rédaction d'Aqui avant leur publication sur le site. Conformément à l'article 10 du décret du 29 octobre 2009, les internautes peuvent signaler tout contenu illicite à la rédaction d'aqui.fr qui s'engage à mettre en oeuvre les moyens nécessaires à la suppression des dits contenus.

* champs obligatoires

J'aime aqui, je le soutiens ! Aqui!Presse - Professionnels des contenus ! J'aime aqui, je le soutiens !