Soutenez aqui.fr face au défi de la Nouvelle Aquitaine

02/04/21 : Autour de la Journée de sensibilisation à l’autisme le 2 avril des villes illuminent leurs monuments en bleu: un symbole pour rappeler la nécessité de simplifier et améliorer le quotidien des personnes autistes. A Bordeaux ce sera la porte de Bourgogne.

01/04/21 : Le 9 avril prochain, la cité scolaire Alcide Dusolier de Nontron deviendra la 1ère cité scolaire 100% bio de France.

31/03/21 : Régionales- Signe de l'alliance entre GénérationS et EELV, Benoit Hamon sera à Bordeaux le 1er avril en soutien à Nicolas Thierry, tête de liste EELV de « Nos terroirs, notre avenir ». Sa numéro 2 en Gironde est Anne-Laure Bedu candidate GénérationS

24/03/21 : Charente-Maritime : Véronique SCHAAF, sous-préfète de Villeneuve-sur-Lot, est nommée sous-préfète de Saintes. Elle devrait prendre ses fonctions le 19 avril 2021. Elle succède à Adeline BARD, arrivée dans l’arrondissement de Saintes en juillet 2018.

19/03/21 : La Banque alimentaire Béarn-Soule organise, samedi 20 mars 2021, une collecte alimentaire exceptionnelle, mobilisant près de 400 jeunes bénévoles, dans 14 magasins de Pau.

18/03/21 : Charentes : L'Union Générale des Viticulteurs pour l'AOC Cognac (UGVC) vient de se doter d'un nouveau directeur général, Xavier RAFFENNE. Il était précédemment directeur de la Maison des Vins de Gaillac.

16/03/21 : La Rochelle : le festival de fiction télé se déroulera du 14 au 19 septembre, annonce aujourd'hui les organisateurs dans un communiqué. Une journée de plus sera dédiée à la création. Les candidatures pour les œuvres sont ouvertes.

04/03/21 : La Ville de Bayonne a réuni les représentants des professionnels et les partenaires de la fameuse Foire au Jambon pour envisager la suite à donner à cet événement de la semaine pascale. Il prennent date pour cet événement entre les 7 et 10 octobre

02/03/21 : Le 90e Congrès des Départements de France qui devait se tenir à La Rochelle en novembre dernier, puis les 29 et 30 avril prochain, est de nouveau reporté, selon un communiqué du Département de Charente-Maritime du jour.

26/02/21 : Faute de salon de l'agriculture cette année, la confédération paysanne organise du 27 février au 7 mars des fermes ouvertes pour faire découvrir l'agriculture paysanne.Liste des agriculteurs sur www.confederationpaysanne.fr/mobilisations.php?id=11079

24/02/21 : Charente-Maritime : selon un arrêté ministériel du 19/02 publié au Journal Officiel du 24/02, les communes reconnues en état de catastrophe naturelle en inondations et coulées de boue du 3 février 2021 au 9 février 2021 sont Crazannes et Le Mung.

23/02/21 : La ministre, Frédérique Vidal, en déplacement à Poitiers ce 23 février, a annoncé, devant une cinquantaine d'étudiants, la gratuité des protections périodiques dès la rentrée prochaine. 1 500 distributeurs devraient être installés sur les campus.

- Publicité -
S’abonner ici !
proprietes-rurales.com
- Publicité -
  • 09/04/21 | « De l’air ! » en Deux-Sèvres

    Lire

    L’association Ah ? qui propose des spectacles vivants et des évènements artistiques propose pour cette année 2021, 40 représentations dans 8 communes du département comme du théâtre de rue, de la poésie ou des dispersions graphiques. Les 22 compagnies programmées auront pour thématique « De l’air ! » en référence à l’épidémie de Covid-19 et traitera du besoin de liberté, de grands espaces, et de véritables retrouvailles. Festival espéré du 27 mai au 6 juin 2021...

  • 09/04/21 | Les « Marais d’Olives » à Parempuyre recherche un agriculteur

    Lire

    Bordeaux Métropole, propriétaire des « marais d’Olives » à Parempuyre, lance un Appel à Manifestation d’Intérêt pour recruter un agriculteur sur le site. Le site de 90 ha abrite une partie en prairie, un « marais pédagogique » et une partie non-valorisée comprenant des terrains agricoles et un bâtiment. Ce bail agricole environnemental sera d’une durée de 9 ans renouvelable. Les dossiers de candidature sont à transmettre avant le 30 juin 2021.

  • 09/04/21 | David Fortems, lauréat du prix Régine Desforges

    Lire

    Pour la 6ème année, le prix Régine Desforges, porté par la Ville de Limoges et les enfants de l’auteure, récompense un premier roman écrit par un auteur francophone. Cette année, le jury a décerné son prix à David Fortems, 24 ans, pour son roman « Louis veut partir ». Le lauréat a été récompensé par la Ville à hauteur de 3 000 €.

  • 09/04/21 | Plusieurs départs de feu de forêts en Charente-Maritime

    Lire

    Le sud du département de la Charente-Maritime a été touché par plusieurs feux de forêt le dimanche 4 avril (Montendre) et le jeudi 8 avril (Cercoux), qui ont nécessité le déploiement d’importants moyens de secours, ainsi que l’évacuation de plusieurs habitants à titre préventif. Face à cette situation, le préfet a demandé à la Gendarmerie nationale d’intensifier les patrouilles de surveillance afin de repérer et de procéder à l’interpellation de tout individu présentant un comportement suspect.

  • 08/04/21 | Ségur de la santé: 240 M€ pour la modernisation du CHU de Bordeaux

    Lire

    C'est Olivier Véran, ministre de la santé et des Solidarité qui en a fait l'annonce, le CHU de Bordeaux va bénéficier de 240 M€ dans le cadre du Ségur de la Santé. Cette enveloppe permettra de mener à bien le projet de "Nouveau CHU" porté par l'établissement lourd d'un investissement de 800 M€ sur 10 ans. Au total, une dizaine d’opérations va être menée sur les différents sites du CHU entre construction de nouveaux bâtiments (90 000 m²), et rénovation de l'existant. Les sites de Pellegrin et Saint-André notamment seront entièrement réhabilités, proposant aussi une réorganisations des services.

Les dossiers d'Aqui

La LGV Sud-Ouest Idées neuves en Nouvelle Aquitaine Innov'action et Agriculture

Société | Les cuisines du Wanted café Bordeaux s'activent pour les plus démunis

29/12/2020 | Wanted café Bordeaux s'active en cuisine pour préparer 250 repas par semaine pour les plus démunis

Wanted Café

En ce temps de coronavirus où les restaurants n’ont toujours pas le droit de rouvrir leurs portes, le Wanted café prépare 250 repas par semaine pour les personnes les plus démunies. Jérémie Ballarin et Luc Jaubert, deux des trois créateurs - Christian Delachet est le troisième - nous ont accueilli dans leur cuisine pour voir comment cela se passe. 5 fois par semaine, un chef venu d’un restaurant de la ville vient confectionner un repas avec l’aide de quatre bénévoles.

Il est 17h et pourtant, la cuisine du Wanted Café fume déjà. Pour cause, la préparation des 50 repas à débuté. Une action qui se répète cinq fois par semaine rue des Capucins. « On a commencé depuis le premier jour du confinement. On fait 1000 repas tous les mois », raconte Jérémie, un des créateurs de ce lieu. Pour que cela soit possible, Jérémie et Luc s'appuient sur une vingtaine de chefs cuisiniers. Restaurateurs de brasseries ou chefs de restaurants étoilés viennent mettre la main à la pâte. Ils peuvent évidemment compter sur l’aide de bénévoles, membres de la Wanted Community qui regroupe 1 million de personnes sur Facebook !


Chaque soir, ils sont cinq à venir prêter main forte. Au total, déjà 100 personnes sont venues participer. Et il est important de savoir qu’ils sont nombreux à se bousculer pour avoir une place ! « C’est plus de trois cents personnes qui ont manifesté l’envie de vouloir nous aider », précise Jérémie. Et niveau organisation… tout est calé ! « Quand on prévoit les équipes pour le mois, on fait un appel dans la communauté Wanted et en général, en moins d’une heure, on a notre effectif ». Les repas sont ensuite distribués dans la rue par différentes associations avec lesquelles ils ont l’habitude de travailler. Par exemple Les gratuits, Graines de solidarité, Imagine demain et les Robins de la rue. Alors certes il y a un côté " action aide alimentaire " , mais ce qui est très important c’est le lien dont ces gens ont besoin. 

Toujours plus de bénévoles

« On remarque quand même depuis le début du confinement que beaucoup plus de gens veulent aider, qu’ils ont envie de donner du temps. On ressent une vraie volonté de leur part de venir en aide », confie Jérémie. D’une part, parce que les gens ont plus de temps pour le faire, mais aussi parce que la situation donne envie de se rendre utile. Chacun a son échelle apporte sa contribution. C’est le cas d’Ines, 28 ans, qui a trouvé le projet « très humain ». «  Je pense que plus que jamais aujourd’hui on en a besoin », confie-t-elle. C’est dans une bonne ambiance, au milieu d’éclats de rire et d’un son latino, que les petits chefs en herbes se prêtent au jeu.

Les bénévoles s'activent au Wanted Café

Au menu ce soir-là, risotto de lentilles corail à la fourme d’Ambert, légumes rôties et tortilla, avec un gâteau au citron en dessert. Voilà de quoi apporter du réconfort aux personnes qui sont dans le besoin. Le tout dans la bonne humeur, avec « l’impression d’être entre amis », raconte Solène, 34 ans, venue aider « à son petit niveau ». « C’est le bon moment avec le confinement de faire ce genre de choses, ça a mis beaucoup de monde dans l’embarras et il y a beaucoup de gens dans le besoin », poursuit-elle. Un moment « sympathique » où la bienveillance règne. Tout cet élan de générosité, de solidarité, Jérémie espère le voir vivre encore après le confinement. « J’ai vraiment bon espoir. Je pense que quand il arrive de grandes épreuves comme celle qu’on traverse en ce moment, ça vient révéler chez nous une envie de se serrer les coudes, de faire des choses ensemble », raconte-t-il. 

Un travail d’équipe 

Si les bénévoles sont importants, l’implication des chefs l’est tout autant. Pierre, chef cuisinier au restaurant Meunier, fait partie de ceux qui s’engagent et écrivent l’histoire avec Luc et Jérémie. Restaurant fermé, il décide donc, lui aussi, de venir en aide. « J’ai un ami qui m’a présenté ce projet au deuxième confinement. Et je me suis dit « vas-y je fonce direct ».  Vu que moi je sers à rien, maintenant je sers à quelque chose », explique-t-il en train d’émincer les oignons - et sans pleurer, balaise- . Si son restaurant n’est pas encore dans cette lignée, Pierre souhaiterait soumettre l’idée à son supérieur pour « voir si on ne peut pas faire un événement de temps en temps de cette manière ». C’est avec une certaine satisfaction que le chef pose le tablier en fin de service : « là c’est top parce que je me rends compte qu’il y a une cinquantaine de personnes qui vont pouvoir manger un bon repas chaud. Je rentre chez moi le soir, c’est un régal je me dis que les gens vont passer un bon moment », témoigne-t-il en essuyant la sueur de son front.

Comme beaucoup de restaurants pendant la crise, Wanted Café a le même enjeu : « pouvoir rester à flot pour la suite », explique Jérémie. Faire cette action, évidemment, cela a un coût. Que ce soit les produits pour confectionner les repas, mais aussi faire tourner la machine ! Eh oui, faire la cuisine, éclairer le restaurant… Et cela est possible grâce au financement d’Harmonie Mutuelle. Si cela ne rapporte aucun bénéfice, il permet de rendre heureux 50 personnes, cinq soirs dans la semaine. 

Café suspendu

Cette idée ne vient pas de nulle part. Avant le confinement, tous les dimanches, les portes du Wanted Café étaient ouvertes pour les personnes qui sont dans le besoin. « Il y a un an et demi on a commencé les tablées solidaires. On fait appel à des membres de la communauté et on fait des repas de 70 couverts et on accueille qui veut venir », explique Jérémie. Un concept qui a pris une ampleur et une organisation différente en ce temps de crise sanitaire.

Le restaurant propose aussi le café et repas suspendu. Venu tout droit de Naples, le principe est de payer un café, qui sera « suspendu » et sera donné à un personne qui n’a pas forcément les moyens de se l’offrir. « Pour le repas c’est le même principe. Si tu payes 1€ en plus de ta note ça suspend un café. 5€ ça suspend un plat. Cela vient alimenter un compteur de plats que nous offrons à des personnes qui n’ont pas les moyens, qui sont soit à la rue, soit sont isolés ».

Au Wanted Café, c’est possible de bénéficier d’une carte de fidélité ! Mais attention, elle change un petit peu de ce que vous avez l’habitude d’avoir dans votre porte-monnaie. Celle-ci, elle est solidaire. C’est à dire qu’au bout du 10ème repas, un repas est suspendu et donc offert. Ce n’est pas tout ! Le restaurant reverse 2% de son chiffre d’affaires à une association bordelaise qui est dans l’entraide et la solidarité. Ce qui représente 8 000€ par an ! 

Le but avec ces différentes actions, n’est pas seulement de « donner » mais c’est aussi de créer du lien avec ces personnes. « L’accueil et le service se font pour tout le monde pareil. Donc certes il y a le côté alimentaire mais il y a aussi le fait de considérer les gens ». C’est un point très important pour les créateurs du Wanted Café. Et c’est aussi cela qu’ils souhaitent faire perdurer durant le confinement. 

 Et après? 

« Notre vision globale c’est de créer toujours plus de liens avec les gens, parce que c’est quelque chose qui manque beaucoup, les gens sont beaucoup isolés ». Et c’est comme ça d'ailleurs qu’est né le Wanted Café à Bordeaux ! Mais Jérémie Ballarin, Luc Jaubert et Christian Delachet ne comptent pas s’arrêter là et ont d’autres projets ! Ouvrir un second restaurant, à Paris cette fois. Pour que ce projet aboutisse, ils vont faire bon usage du gain - 1 million de dollars - remporté par le concours Facebook Community Leadership Program en septembre 2018. Mais ils vont aussi faire appel à la communauté. Une campagne d’investissement participatif va être lancée.  

Mélanie Philips
Par Mélanie Philips

Crédit Photo : Aqui.fr

Partager sur Facebook
Vu par vous
5121
Aimé par vous
0 J'aime
Les réaction
0 réaction
Envoyer par email
Email
Convertir en PDF
PDF
Imprimer cet article
Imprimer
Société
Société
Retour à la page d'accueil
Accueil
Aucune réaction à cet article pour le moment. A vous de jouer !

Nom * :
Email * :
Texte :
Combien font 13 + 10 ?*

Toutes les réactions sont soumises à validation de la rédaction d'Aqui avant leur publication sur le site. Conformément à l'article 10 du décret du 29 octobre 2009, les internautes peuvent signaler tout contenu illicite à la rédaction d'aqui.fr qui s'engage à mettre en oeuvre les moyens nécessaires à la suppression des dits contenus.

* champs obligatoires

J'aime aqui, je le soutiens ! Aqui!Presse - Professionnels des contenus ! J'aime aqui, je le soutiens !