18/10/17 : Malgré la protestation d’élus et des syndicats, la Direction générale des Finances publiques a entériné la fermeture de la trésorerie de Mussidan (24). D’autres pourraient connaître le même sort comme à Belvès, Saussignac, Thiviers et Brantôme.

17/10/17 : La Rochelle organise son Colloque Citoyenneté et Solidarités sur le thème "Innover aujourd’hui pour l’action sociale de demain" le 19 octobre à l'espace Giraudeau, avec l'intervention du CNAM de Paris. Gratuit sur réservation. www.ccas-larochelle.fr

15/10/17 : A TF1 Emmanuel Macron après le drame de Marseille a annoncé une nouvelle loi en matière de droit d'asile et d'immigration et la négociation en cours "d'accords bilatéraux avec les pays africains" pour rendre effectives les reconduites à la frontière.

13/10/17 : Les offices HLM de Charente-Maritime organisent une manifestation mardi à 14h devant la prefecture de La Rochelle pour protester contre la baisse des aides au logement pour les bailleurs sociaux.

11/10/17 : Le collectif national « Vive l'APL » qui regroupe 60 organisations associatives, syndicales, de consommateurs et bailleurs sociaux, appelle à la mobilisation samedi «pour défendre le droit au logement social». A Bordeaux, ce sera à Pey Berland à 14h

03/10/17 : L'organisation du Grand Pavois a enregistré quelque 80 000 visiteurs pour cette 45 e édition, identique à l'an dernier, et de nombreuses ventes d'unités. La prochaine édition se tiendra du 26 septembre au 1er octobre 2018.

- Multivote -
- Publicité -
S’abonner ici !
proprietes-rurales.com
- Publicité -
  • 21/10/17 | Edouard Philippe à Bordeaux

    Lire

    Edouard Philippe était en déplacement aujourd'hui à Marseille et Bordeaux où le Premier ministre a rendu visite à Alain Juppé. Entre autres politesses et admirations mutuelles ("la relève est assurée" a déclamé le maire de Bordeaux, "j'ai appris en vous regardant" lui a répondu le Premier ministre), Edouard Philippe s'est rendu à une réunion de travail à la métropole et devait faire un discours à la Convention Nationale des avocats en fin d'après-midi.

  • 19/10/17 | Le Pays basque a déjà gagné le Tour de France

    Lire

    Le Pays basque intérieur pourrait bien ériger une statue aux organisateurs d'un Tour de France qu'il n'avait pas vu depuis 2006 -à Cambo-les-Bains-. En effet, cette étape contre la montre du samedi 28 juillet entre Saint-Pée-sur-Nivelle et Espelette se dispute la veille de l'arrivée, certes. Comble du bonheur, elle a lieu en pleine période... des Fêtes de Bayonne! Une aubaine touristique pour les maires Jean-Marie Iputcha et Pierre Marie Nousbaum. Il est vivement recommandé de réserver ses nuitées dès aujourd'hui au Pays basque.

  • 18/10/17 | Déviation de Beynac : plus de 2600 avis recueillis pour l'enquête publique

    Lire

    Concernant l'enquête publique sur la déviation de Beynac, en Dordogne, qui s'est clôturée le 17 octobre, plus de 2600 avis ont été déposés dont 2410 en ligne. La commission va remettre sous huitaine une synthèse au Conseil départemental qui pourra formuler des réponses. Dans un délai d'un mois, la commission rendra ensuite son avis avec d'éventuelles observations à la préfète de la Dordogne. C'est à elle que reviendra la décision finale de valider ou non le projet.

  • 18/10/17 | Les Pyrénées-Atlantiques "chouchoutées" par le Tour de France

    Lire

    Les Pyrénées-Atlantiques décrochent la timbale pour l'édition 2018 du Tour de France. Parti de Trie-sur-Baïse (65), le peloton arrivera à Pau le jeudi 26 juillet. Il disputera le vendredi 27 une étape émaillée de nombreux cols entre Lourdes et la commune montagnarde de Laruns (Aspin, Tourmalet, Bordères, Soulor-Aubisque). Un contre la montre entièrement basque sera enfin disputé le samedi 28 entre Saint-Pée-sur-Nivelle et Espelette. Equipes et accompagnateurs étant en prime logées pendant quatre jours à Pau. Que demander de mieux ?

  • 17/10/17 | Dominique Bussereau fait du lobbying pour le Tour de France

    Lire

    Alors qu'il assistera à la présentation du parcours du Tour de France ce mardi, le président de la Charente-Maritime compte bien "faire une petite piqûre de rappel" au patron du Tour de France Christian Prudhomme sur la volonté du Département d'accueillir le Tour de France "dans les prochaines années". Dominique Bussereau a notamment en tête un passage du Tour par les îles de Ré et d'Oléron. Une manne touristique et financière non négligeable, et une belle vitrine pour le territoire.

Les dossiers d'Aqui

La LGV Sud-Ouest Idées neuves en Nouvelle Aquitaine Innov'action et Agriculture

Nos partenaires


Société | 3èmes Rencontres Au doigt & à l’œil : zoom sur les ateliers

13/12/2012 | De nombreux ateliers ont rythmé la journée consacrée au numérique à l'école. Aqui zoome sur quatre d'entre eux.

Atelier organisé lors des 3èmes Rencontres Au doigt et à l'oeil

Ce 12 décembre, dans le cadre de la journée «Savoirs en tête» consacrée à l’éducation et au numérique, différents ateliers ont été organisés tout au long de la journée. Qu’il s’agisse des enjeux économiques de cette numérisation à l’école, de l’usage de la tablette dans les écoles maternelles et primaires, des dispositifs hybrides mis en place actuellement dans l’éducation, des usages pédagogiques avec les réseaux sociaux ou des Environnements Numériques de Travail, chacun s’est attaché à ce que l’intégration du numérique à la sphère éducative se fasse de manière cohérente et constructive.

Dans la matinée, l’atelier « Culture humaniste en classe élémentaire » posait la question suivante : Comment traiter la culture humaniste au CE2 avec un Tableau Numérique Interactif ? Pour Bernard-Yves Cochain, conseiller éducation Smart Technologie, le Tableau Numérique Interactif (TNI) permet de tirer parti de l’ensemble des élèves de manière plus efficace qu’avant : « le côté apparemment ludique du tableau interactif attire l’élève, le motive, le mobilise. Quand il se rend compte que chacun voit la même chose, il veut participer, s’approprier l’image ou le document avec l’ensemble de la classe». Pour Stéphane Coutellier-Morhange, maître-formateur et auteur et concepteur du pack ressources numériques de cycle 3 (CE2) chez Bayard, travailler avec des images est une nécessité : « Ce n’est pas une nouveauté mais les élèves fonctionnent toujours mieux avec des images. Qu’il s’agisse de photos ou d’illustrations, ça marche. Par exemple, lors d’une séquence sur la préhistoire, voir des dessins d’homo-sapiens, des représentations d’australopithèques, ça interpelle les enfants, ils s’étonnent de ce qu’ils voient et participent beaucoup : Pourquoi ? Comment ? Ressemble-t-il plus au singe, à l’homme ?..., autant de questions sur l’identité de l’humanité provoquées par une ou deux images. Le TNI permet alors de lier images et documents en très peu de temps et de ce fait, de capter l’élève, de lui montrer que ce qu’on dit, ce qu’on enseigne, se voit et est concret. »

Le projet pédagogique avant l'outilDans le même temps, un autre atelier intitulé «Nomadisme et apprentissage» cherchait à savoir si les outils nomades renouvellent les pratiques éducatives. Pour Nicolas Vauzelle, Professeur de mathématiques, référent pour les usages pédagogiques numériques au collège de Montmoreau dans l’Académie de Poitiers, il y a en tous les cas une priorité à respecter. Il ne faut pas mettre les outils avant les usages. A l’inverse "c’est le projet pédagogique d’un enseignant, la demande d’un nouvel usage qui doit permettre à l’outil non seulement d’entrer dans l’établissement mais aussi d’en assurer son succès", au-delà de sa simple dimension de gadget. C’est ainsi que ce collège a pu s’équiper de tablettes numériques, de boitiers de vote ou encore de baladeurs numériques. Ces derniers ont par exemple été demandés dans le cadre de cours de langue. Face à une salle de labo de langue ordinaire et un peu vieillissante, ils ont ainsi permis à la fois une interaction entre les élèves jusque-là impossible, mais aussi une meilleure évaluation par le professeur de chacun d’entre eux puisque ces baladeurs permettent l’enregistrement. Autre pratique éducative nouvelle: la possibilité d’un travail oral à la maison. Dans le cadre de projet pédagogique autour du patrimoine, les tablettes numériques permettent par exemple aux élèves, en lieu et place du traditionnel exposé de rendre un travail bien plus interactif mêlant photo, vidéo, enregistrement et travail rédactionnel… Autre présentation de l'atelier: l’E-scan de la société 2SI par Agnès Buis Mauléon et son utilisation dans le cadre d’un CDI. Outre une grande qualité d’image et facilité d’utilisation, ce matériel permet des numérisations à vocation pédagogique permettant ainsi aux ouvrages de rester disponibles en consultation. Enfin, Jean-François Joureau, fondateur de la société Kallysta a fait la démonstration de quelques-uns de ces outils dont des mallettes de classes mobiles, permettant par exemple de synchroniser une vingtaine de tablettes numériques en même temps, et par conséquent d'obtenir un gain de temps pour l’enseignant. Dans le même esprit de simplification des usages pour l’enseignant, il a présenté des logiciels permettant de prendre la main à distance sur l’ensemble des tablettes présentes dans une classe.

L'école hors les murs
Mais l’après-midi aussi a eu son lot d’ateliers, parmi eux, celui consacré aux ENT, les Environnements Numériques de Travail : « L’Ecole hors les murs avec les ENT, 1er  et 2nd degré ; Les relations entre l’école et la famille sont-elles différentes ? Sont-elles facilitées par les espaces d’échange en ligne ? Constats, réussites, questionnements, améliorations à apporter ». Qu’il s’agisse de maternelles, primaires, collégiens ou lycéens, tous sont aujourd’hui concernés de près ou de loin par les ENT. En effet, la maternelle n’échappe pas à cette modernisation de la vie scolaire comme l’explique Sylvie Storti, professeur et maître-formateur maternelle à Agen : « Créer un ENT dès la maternelle, c’est permettre aux parents de savoir ce que l’on fait en classe quand parfois, l’enfant ne raconte rien ; c’est aussi une manière plus simple et plus rapide de mettre des photos, de signaler les anniversaires, les sorties, de mettre en avant un projet envisagé sur l’année avec les élèves… ». Le collège est encore plus concerné par cette numérisation de la vie scolaire compte tenu de l’obligation d’avoir un cahier de textes numérique mise en œuvre en 2011. Pour François Bégards, chef d’établissement et professeur de mathématiques à Carignan-de-Bordeaux, « la communication se fait par l’ENT. Il vient comme un plus au site du collège et permet aux parents de consulter les notes de leur enfant, ses retards, ses absences. Pour les élèves, c’est également un outil précieux puisque emploi du temps et absences éventuelles des professeurs sont systématiquement mis à jour ; l’ENT permet aussi à chacun de consulter les cours en ligne dans la mesure où les professeurs se chargent de numériser ce qu'il se passe dans leurs cours. » Même constat au lycée avec la pression de l’examen final en plus. En effet, comme le souligne Thierry Laribbe, professeur de sciences économiques et sociales et responsable de l’ENT au lycée Louis Barthou de Pau, « l’ENT au lycée permet aussi aux lycéens d’envisager et d’appréhender le baccalauréat de manière peut-être un peu plus sereine dans la mesure où tous les cours sont en ligne et où ils peuvent envoyer des questions qui leur posent problème aux professeurs ; le travail d’accompagnement et de suivi est favorisé par les ENT. »

Atelier collectivité, choix et pilotage organisé lors des 3èmes Rencontres Au doigt et à l'oeil

Collectivité, choix et pilotageDans un autre genre, en présence d’Anne-Marie Cocula, Vice Présidente du Conseil Régional en charge de l’éducation, de Sylvie Loizeau, Directrice Générale du service éducation au Conseil Général de la Gironde, de Bernard Cuartero, Maire de Cambes, de Jean Manuel Andreux, responsable de projets numériques à Bordeaux, et de Daniel Vosgien, Directeur du CRDP Aquitaine, c’est la dimension territoriale des projets qui a été évoquée. A travers leurs témoignages, et leurs expériences, les participants à cet atelier ont ainsi pris conscience qu’au-delà des discours, le plus souvent enthousiastes sur l’intégration du numérique à l’école, ou la rapidité de l’évolution des technologies et des usages de ces technologies, le temps politique est nécessairement plus lent. La mise en œuvre du numérique à l’école doit, elle aussi, faire face aux contraintes politiques et budgétaires. Une équation qui se complique, puisque ces politiques doivent rechercher une certaine collaboration entre elles ainsi qu’avec les services de l’Etat.
Pour autant, les collectivités ne restent pas immobiles, la Région a par exemple équipé les Lycées d’Aquitaine en tableaux numériques, met actuellement en place des Environnements Numériques de Travail et expérimente dans certains d’entre eux la mise à disposition de portables aux élèves, ou de salles informatique dédiées aux internats.
Différentes expérimentations sont également en cours dans certains collèges. Des expérimentations nécessaires car au-delà de la mise en place d’infrastructure, et d’outils numériques, les politiques veulent s’assurer que l’argent public investis dans ces projets soit aussi valorisé en termes d’usages par les élèves, les enseignants et les parents.
La question de la valorisation se pose à tous les niveaux territoriaux ce dont témoigne également le Maire de Cambes, qui a créé et mis à disposition de l’école une "école mobile" (autrement dit un lot d’ordinateurs portables) dès 2003 ainsi que des tableaux numériques pour l'école de sa commune. Mais, bénéficiant d’une plus grande proximité avec notamment les enseignants qui pourraient y être réfractaires, et donc d’une plus grande capacité de dialogue, sa politique pour école numérique s’avère plus facile à mettre en œuvre. Si Bernard Cuartero s’est lancé seul dans l’aventure de l’école numérique, d’autres communes font le choix de monter les projets ensembles. C’est notamment le cas de la ville de Bordeaux, qui s’est rapprochée de 8 autres communes pour mettre en place de manière totalement partenariale un même Environnement Numérique de Travail dans leurs écoles. Une manière de standardiser l’éducation dans la cohérence territoriale, d’avoir une ressource mutualisée et adaptée mais aussi, et c’est un élément non négligeable, de mutualiser les financements.

Lise Gallitre et

Solène Meric
Par Solène Meric

Crédit Photo : Aqui.fr

Partager sur Facebook
Vu par vous
580
Aimé par vous
0 J'aime
Les réaction
0 réaction
Envoyer par email
Email
Convertir en PDF
PDF
Imprimer cet article
Imprimer
Société
Société
Retour à la page d'accueil
Accueil
Aucune réaction à cet article pour le moment. A vous de jouer !

Nom * :
Email * :
Texte :
Combien font 23 + 16 ?*

Toutes les réactions sont soumises à validation de la rédaction d'Aqui avant leur publication sur le site. Conformément à l'article 10 du décret du 29 octobre 2009, les internautes peuvent signaler tout contenu illicite à la rédaction d'aqui.fr qui s'engage à mettre en oeuvre les moyens nécessaires à la suppression des dits contenus.

* champs obligatoires

J'aime aqui, je le soutiens ! Aqui!Presse - Affichez Vous chez Nous ! J'aime aqui, je le soutiens !