Soutenez aqui.fr face au défi de la Nouvelle Aquitaine

09/07/20 : L'inauguration de la Flow vélo, itinéraire cyclable de 294 kilomètres entre Thiviers en Dordogne et L'île d'Aix en Charente- Maritime a eu lieu ce jeudi après midi à Salignac sur-Charente, au Pont du Né, kilomètre zéro de la Charente Maritime.

09/07/20 : Xavier Bonnefont, maire LR d'Angoulême, devient président de l'agglomération de Grand Angoulême en étant élu à la majorité absolue dès le premier tour. Il détrône le socialiste Jean-François Dauré de sept voix.

08/07/20 : Jean-Luc Gleyze, Président du Conseil Départemental de Gironde, a été élu ce 8 juillet, à l’unanimité de ses membres, Président du groupe des présidentes et présidents de gauche de l’Assemblée des Départements de France.

08/07/20 : Guillaume Guérin (Les Républicains) est élu président de la communauté urbaine de Limoges avec 47 voix face au socialiste Gaston Chassain.

08/07/20 : Le nouveau ministre délégué chargé des transports Jean-Baptiste Djebarri s'est rendu ce soir à la société Chronoplus de Bayonne où était employé le chauffeur Philippe Monguillot. Deux des agresseurs sont poursuivis pour tentative d'homicide volontaire.

04/07/20 : Beynac : Entre 250 et 300 personnes pro-déviation se sont réunis ce samedi matin pour que le chantier soit poursuivi, malgré la décision du conseil d'Etat, parmi elles, les maires des 4 communes concernées le président du Département Germinal Peiro.

03/07/20 : Le 1er juillet, la préfecture de la Dordogne a publié un "arrêté portant prescriptions au Département relatives aux travaux de démolition des éléments construits dans le cadre du projet de contournement du bourg de Beynac-et-Cazenac.

03/07/20 : Deux-Sèvres : les 12 Marchés des Producteurs de Pays auront bien lieu cet été. Les communes s'organisent pour accueillir au mieux les producteurs et consommateurs. Pensez à apporter vos couverts, gobelets et serviettes non jetables!

30/06/20 : La Rochelle : Les inscriptions à L'université sont ouvertes du jeudi 2 au vendredi 17 juillet jusqu’à midi pour les néobacheliers et les étudiants admis en Master 1ère année. Dernière chance entre le 25 août et le 11 septembre jusqu’à 23h.

- Publicité -
S’abonner ici !
proprietes-rurales.com
- Publicité -
  • 10/07/20 | Université de Poitiers : des paniers alimentaires pour les étudiants

    Lire

    L'Université de Poitiers, le Crous et l’Afev organisent la distribution de denrées alimentaires pour les étudiants présents en résidence universitaire et/ou étant inscrits à l’épicerie sociale, et aussi à ceux et celles ayant bénéficié du dispositif d’urgence mis en place par l’université de Poitiers pendant le confinement. Une inscription sur le site de l'université permet de réserver un créneau. Au total, ce sont près de 350 étudiants, qui recevront chaque semaine des colis durant tout l'été de juin à fin août.

  • 10/07/20 | Bordeaux Métropole : un fonds "zéro salarié"

    Lire

    La métropole de Bordeaux et la CCI Bordeaux Gironde ont ouvert ce mercredi 8 juillet, un "fonds Covid Bordeaux Métropole zéro salarié" à destination des commerçants, artisans et entreprises qui ne rentrent pas dans les cases d'un précédent fonds d'urgence de 15 millions d'euros (7,6 millions versés) destiné aux entreprises de un à cinq salariés. Cette aide de 1000 euros sera versée aux "travailleurs indépendants, micro-entrepreneurs ou société commerciale n’employant aucun salarié" justifiant d'une perte de chiffre d'affaires de 40% entre le 1er et le 30 avril.

  • 10/07/20 | En juillet, les littoraux à la fête

    Lire

    Les 17, 18 et 19 juillet prochain se déroulera la seconde édition de la Fête de la Mer et des Littoraux sur l'ensemble des côtes françaises, y compris en Outre-Mer. L'occasion de découvrir les sports nautiques, "le patrimoine maritime local" et de décliner une programmation locale (expositions, conférences, rencontres, ect). La députée LREM du Bassin d'Arcachon, à l'initiative de l'évènement, a annoncé que le navigateur Yvan Bourgnon (également fondateur de Sea Cleaners), serait le parrain de cette édition.

  • 09/07/20 | Cognac : un nouveau directeur du développement à la tête du BNiC

    Lire

    Le Bureau National Interprofessionnel du Cognac (BNIC) vient de nommer Raphaël Delpech à la direction générale de l’interprofession en charge du développement, de la protection et de la valorisation de l’appellation Cognac. Sa mission, à compter du 7/09 : piloter le BNiC et mettre en œuvre les orientations stratégiques de la filière. Docteur en droit public, diplômé de l'IEP de Paris et du Kedge de Bordeaux, il a plus de 20 ans d’expérience dans les affaires publiques et la communication.

  • 09/07/20 | Airbus : Mérignac manifeste

    Lire

    La CGT a appelé les salariés de la filière aéronautique à la mobilisation, ce jeudi matin au rond-point de Dassault à Mérignac, en Gironde. La raison ? Manifester contre les 5000 suppressions de postes annoncées chez Airbus. Parmi ses filiales, l'un des sites de Stélia est basé sur la commune, employant 203 postes dont environ 80 sont menacés en plus des 95 autres sur le site de Rochefort en Charente-Maritime. Les négociations entre Airbus et les syndicats, qui viennent de commencer, doivent s'achever en octobre.

Les dossiers d'Aqui

La LGV Sud-Ouest Idées neuves en Nouvelle Aquitaine Innov'action et Agriculture

Société | 4L Trophy : les jeunes dans la raide aventure humanitaire

13/02/2020 | La 24e édition du populaire 4L Trophy, raid humanitaire réservé aux 18-28 ans, s'élancera de Biarritz le jeudi 20 février pour arriver le 1er mars au Maroc.

Les "Coloc'Action" Mathilde et Simon vont embarquer pour le 4L Trophy le 20 février

Le 4L Trophy tient en deux chiffres : 2400 jeunes s'y aventurent chaque année pour 6000 kilomètres de course d'orientation vers le Maroc. Sous le matricule « équipage 460 », Mathilde et Simon, deux Néo-aquitains, effectuent les derniers réglages avant d'embrayer pour un périple rempli de promesses. Rencontre.

« Combien de kilomètres au compteur de la 4L ? J'en sais rien... Tu vois la mécanique, ce n'est pas notre truc » plaisante Mathilde Bugué-Gardrat. Ne vous y méprenez pas, l'étudiante en deuxième année de master criminologie est très organisée. Son coéquipier Simon Riquelme, étudiant en ingénierie mécanique, se dit même chanceux d'être si bien accompagné. Elle, est originaire de Pons en Charente-Maritime, lui de Dax dans les Landes. Les deux amis sont colocataires à Talence depuis septembre 2018 et font leur chemin dans les universités de Bordeaux. Mais la boîte de réception de Mathilde a miraculeusement changé le cours des choses en mars 2019. « J'ai reçu un mail du 4L Trophy complètement par hasard annonçant la fin prochaine des tarifs préférentiels à l'inscription » se souvient-elle. Le lendemain, Simon était déjà motivé et il n'en fallait pas plus pour que l'équipage 460 valide son inscription à l'édition 2020. Quitte à tourmenter les interrogations de leurs parents, curieux d'en savoir un peu plus sur cet énigmatique 4L Trophy. La première édition du rallye-raid a eu lieu en 1997 sur l'idée de Jean-Jacques Rey, pilote passionné. Dès lors, l'aventure prouve qu'elle a quelques raisons d'être en offrant une expérience encadrée à des jeunes en quête d'aventure tout en brandissant un aspect humanitaire.

Abandonner ?

« Nous devons apporter des fournitures scolaires aux écoles marocaines » montre Mathilde. En plus de dizaines de cahiers, stylos et cartables, le coffre de la Renault 4L accueillera des denrées alimentaires en partenariat avec la Croix-Rouge Française. Celle de Simon et Mathilde date de 1978. Elle a même déjà participé deux fois au rallye-raid. « La voiture est plus dur à trouver que je ne le pensais. Beaucoup sont trop chères pour le 4L Trophy car ce sont des voitures de collection » explique Simon. Trouver le véhicule n'a pourtant pas été le plus difficile. En comptant 2500 euros pour la 4L et 3500 pour l'inscription, Mathilde et Simon devaient déjà se prémunir. « Le but c'est de ne rien mettre de notre poche, à part du temps » présente-t-il. La chasse aux sponsors et aux actions est donc lancée. Parfaite dynamique : l'équipage est baptisé Coloc'Action. Les missionnaires humanitaires ont ainsi emballé des cadeaux devant un magasin bordelais, attiré quelques chineurs lors d'une brocante daxoise et convaincu quelques acheteurs sur le marché de Noël de Pons. La récolte s'organise mais les dunes du Maroc paraissent encore loin. La recherche de sponsors est tortueuse. « Un après-midi de septembre, je suis partie de Forum (Talence) pour remonter la ligne du tram à pied jusqu'à Gambetta (Bordeaux). J'ai tapé à toutes les portes et toutes les entreprises ont refusé » déplore Mathilde. A deux reprises, Coloc'Action songe même à abandonner. Puis début décembre, deux mois et demi avant le grand départ : « il y a eu un déclic, plein de gens nous ont rappelé et ont accepté de nous sponsoriser » témoigne Mathilde, rassurée. En considérant que l'équipage s'est lancé dans le projet en mars 2019, il aura fallu un an de préparation et beaucoup d'abnégation aux deux étudiants pour finaliser le projet. Le budget final devrait tutoyer les 8000 euros.

 

Le moteur de la 4L nécessitait quelques réparations.

A l'ancienne

Et si Mathilde et Simon ont pu compter sur leurs proches, la moitié de leur quinzaine de sponsors avait déjà aidé des équipages lors d'éditions précédentes. Comme l'entreprise publicitaire de Charente-Maritime qui leur a offert la pose des encarts sur la 4L. Preuve que le rallye-raid est reconnu et trouve un écho auprès de partenaires potentiels. « Il faut se mettre à chercher des sponsors tôt et ne pas attendre septembre » conseille Simon. Les Coloc'Action auront en tout cas fait preuve d'opiniâtreté pour être présents à Biarritz. Ils devront être sur le village départ dès le mercredi 19 février, contrôle technique d'avant-course oblige. Le lendemain, départ pour Algesiras, voisine de Gibraltar au sud de l'Espagne. Après une traversée méditerranéenne en ferry, cinq jours de désert attendront les 1200 équipages, avant une fin de course à Marrakech. « Ce n'est pas une course de vitesse mais d'orientation : le vainqueur est celui qui fait le moins de kilomètres » rappelle Simon. Pas de GPS ni de trajet prédéfini, les seuls alliés sont boussole et traditionnelle carte routière. Chaque soir, l'organisation prépare le bivouac et ravitaille les véhicules en carburant. « Chaque matin, nous aurons le nom des villes qu'il faut rejoindre pour le soir mais on ne sait pas où on passera dans la journée » s'interroge Simon. Stressés ? « Un peu » confie Mathilde. Quelque chose dit que l'excitation l'emportera. « J'aimerais bien passer du temps avec les enfants au Maroc » espère-t-elle. Quoi qu'il en soit, l'expérience a déjà été formatrice pour les deux équipiers et les douze jours de raid dans la 4L seront vécus comme l'aboutissement de cet engagement. Et pourront pourquoi pas en susciter d'autres.

Maxime Giraudeau
Par Maxime Giraudeau

Crédit Photo : Maxime Giraudeau

Partager sur Facebook
Vu par vous
2600
Aimé par vous
0 J'aime
Les réaction
0 réaction
Envoyer par email
Email
Convertir en PDF
PDF
Imprimer cet article
Imprimer
Société
Société
Retour à la page d'accueil
Accueil
Aucune réaction à cet article pour le moment. A vous de jouer !

Nom * :
Email * :
Texte :
Combien font 12 + 13 ?*

Toutes les réactions sont soumises à validation de la rédaction d'Aqui avant leur publication sur le site. Conformément à l'article 10 du décret du 29 octobre 2009, les internautes peuvent signaler tout contenu illicite à la rédaction d'aqui.fr qui s'engage à mettre en oeuvre les moyens nécessaires à la suppression des dits contenus.

* champs obligatoires

J'aime aqui, je le soutiens ! Aqui!Presse - Affichez Vous chez Nous ! J'aime aqui, je le soutiens !