Soutenez aqui.fr face au défi de la Nouvelle Aquitaine

27/09/20 : Sénatoriales Corrèze: Daniel Chasseing (les Indépendants) et Claude Nougein (LR) réélus.

27/09/20 : Sénatoriales Charente-Maritime : Corinne Imbert (LR) et Daniel Laurent (LR) retrouvent leur siège de sénateur avec 47,21% des voix. Remportant 28,51% des suffrages, Mickaël Vallet (PS) décroche le 3e siège. Il succède à Bernard Lalande (DVG - 21%).

27/09/20 : Sénatoriales Deux-Sèvres: Philippe Mouiller (LR) sortant réélu et Gilbert Favreau le président LR du conseil départemental élu au second tour.

27/09/20 : Sénatoriales Dordogne: deux sièges pour la gauche avec deux nouveaux élus: Marie-Claude Varaillas (communiste)groupe CRCE et Serge Mérillou élu dès le premier tour.

27/09/20 : Sénatoriales Charente: Nicole Bonnefoy (PS) réélue.

27/09/20 : Sénatoriales Creuse: Jean-Jacques Lozach (PS) réélu.

26/09/20 : Bernard Madrelle, ancien maire de Blaye et député socialiste de Gironde, est décédé un an après son frère Philippe Madrelle, ancien sénateur et président du conseil départemental.

23/09/20 : Après consultation du comité d’experts, la préfète des Landes a décidé qu'à compter de ce jour 14h00, la vigilance revient au niveau jaune pour les feux de forêt. Autrement dit une vigilance moyenne, au niveau 2 sur une échelle de 5.

22/09/20 : La Chambre d'agriculture de la Haute-Vienne va engager une procédure pour obtenir le statut de calamité sécheresse en raison du déficit en eau des derniers mois. Les agriculteurs bénéficieraient d’aides pour pallier la baisse de rendement en céréales.

22/09/20 : L'édition 2020 du festival Animasia, prévue les 10 et 11 octobre prochains a finalement été annulée pour respecter les annonces de la Préfecture concernant les nouvelles restrictions sanitaires notamment la réduction de la jauge d'évènements publics.

18/09/20 : L'incendie du 17 septembre en Nord Gironde avait causé l'interruption du trafic sur la LGV Sud Europe Atlantique. Après vérification du bon fonctionnement des installations par Lisea, le trafic a repris très progressivement depuis 16 heures.

17/09/20 : Dans le 47, la fibre optique arrive dans le Pays de Duras. 1ers foyers lot-et-garonnais raccordables début septembre grâce à l’action d’Orange passé avec le Conseil départemental.

- Publicité -
S’abonner ici !
proprietes-rurales.com
- Publicité -
  • 27/09/20 | Sénatoriales en Gironde : des confirmations et une première pour EELV

    Lire

    Le résultat des élections sénatoriales en Gironde vient de tomber. Cinq des six sortants ont été élus. Ainsi Nathalie Delattre(MR), Laurence Harribey(PS), Florance Lassarade (LR), Alain Cazabonne (MoDem), Hervé Gillé (PS) retrouveront donc la chambre haute. C'est Monique De Marco, l'écologiste ex Vice-Présidente du Conseil Régional de Nouvelle-Aquitaine qui hérite du sixième siège. C'est la première fois qu'un sénateur écologiste est élu en Gironde.

  • 27/09/20 | Sénatoriales en Haute-Vienne: le sortant sanctionné au profit du PS

    Lire

    Carton plein en Haute-Vienne pour les deux candidats PS Isabelle Briquet, ex maire du Palais sur Vienne, et Christian Redon Sarrazy, maire de Meuzac, qui sont élus au deuxième tour avec respectivement 480 voix et 408 voix. Le maire de Limoges Emile Roger Lombertie (LR) échoue avec 380 voix. Quant au sortant Jean-Marc Gabouty (DVC), il ne totalise que 232 voix...

  • 27/09/20 | Dans les Deux-Sèvres, la droite reste au Sénat

    Lire

    Dans les Deux-Sèvres, le sénateur sortant Philippe Mouiller(LR) est arrivé en tête au premier tour avec 753 voix sur 1101 voix exprimées (il en fallait 551 pour être élu). À l'occasion du second tour, c'est l'actuel président du Conseil départemental Gilbert Favreau (LR) qui a été choisi par les grands électeurs, avec 424 voix, soit 39 voix de plus que son adversaire socialiste Nathalie Lanzi.

  • 27/09/20 | Elections sénatoriales en Creuse, la gauche conserve ses 2 sièges

    Lire

    Ce 27 septembre, les grands électeurs creusois n'ont pas fait durer les suspens pour le sénateur sortant socialiste, et ancien président du Conseil départemental Jean-Jacques Lozach, assuré de sa réélectio, d'une courte tête, dès le 1er tour avec 50.74% des voix. Il aura fallu en passer par le second tour pour finalement voir l'autre sénateur sortant Eric Jensannetas également reconduit pour un nouveau mandat avec 43,5% des voix.

  • 27/09/20 | Elections sénatoriales en Charente: le PS ne réussit pas son pari

    Lire

    C'était joué dés le premier tour pour la sénatrice socialiste Michèle Bonnefoy, qui, raflant 60,5% des voix repart ce 27 septembre pour un 3ème mandat. Suite à la défection de l'autre sénateur sortant PS Michel Boutant, c'est finalement le candidat François Bonneau, divers droite, qui s'est imposé (50,4% des voix) et occupera désormais le second fauteuil de sénateur du département, qui voit de ce point de vue là son équilibre politique bousculé.

Les dossiers d'Aqui

La LGV Sud-Ouest Idées neuves en Nouvelle Aquitaine Innov'action et Agriculture

Société | 4L Trophy : les jeunes dans la raide aventure humanitaire

13/02/2020 | La 24e édition du populaire 4L Trophy, raid humanitaire réservé aux 18-28 ans, s'élancera de Biarritz le jeudi 20 février pour arriver le 1er mars au Maroc.

Les "Coloc'Action" Mathilde et Simon vont embarquer pour le 4L Trophy le 20 février

Le 4L Trophy tient en deux chiffres : 2400 jeunes s'y aventurent chaque année pour 6000 kilomètres de course d'orientation vers le Maroc. Sous le matricule « équipage 460 », Mathilde et Simon, deux Néo-aquitains, effectuent les derniers réglages avant d'embrayer pour un périple rempli de promesses. Rencontre.

« Combien de kilomètres au compteur de la 4L ? J'en sais rien... Tu vois la mécanique, ce n'est pas notre truc » plaisante Mathilde Bugué-Gardrat. Ne vous y méprenez pas, l'étudiante en deuxième année de master criminologie est très organisée. Son coéquipier Simon Riquelme, étudiant en ingénierie mécanique, se dit même chanceux d'être si bien accompagné. Elle, est originaire de Pons en Charente-Maritime, lui de Dax dans les Landes. Les deux amis sont colocataires à Talence depuis septembre 2018 et font leur chemin dans les universités de Bordeaux. Mais la boîte de réception de Mathilde a miraculeusement changé le cours des choses en mars 2019. « J'ai reçu un mail du 4L Trophy complètement par hasard annonçant la fin prochaine des tarifs préférentiels à l'inscription » se souvient-elle. Le lendemain, Simon était déjà motivé et il n'en fallait pas plus pour que l'équipage 460 valide son inscription à l'édition 2020. Quitte à tourmenter les interrogations de leurs parents, curieux d'en savoir un peu plus sur cet énigmatique 4L Trophy. La première édition du rallye-raid a eu lieu en 1997 sur l'idée de Jean-Jacques Rey, pilote passionné. Dès lors, l'aventure prouve qu'elle a quelques raisons d'être en offrant une expérience encadrée à des jeunes en quête d'aventure tout en brandissant un aspect humanitaire.

Abandonner ?

« Nous devons apporter des fournitures scolaires aux écoles marocaines » montre Mathilde. En plus de dizaines de cahiers, stylos et cartables, le coffre de la Renault 4L accueillera des denrées alimentaires en partenariat avec la Croix-Rouge Française. Celle de Simon et Mathilde date de 1978. Elle a même déjà participé deux fois au rallye-raid. « La voiture est plus dur à trouver que je ne le pensais. Beaucoup sont trop chères pour le 4L Trophy car ce sont des voitures de collection » explique Simon. Trouver le véhicule n'a pourtant pas été le plus difficile. En comptant 2500 euros pour la 4L et 3500 pour l'inscription, Mathilde et Simon devaient déjà se prémunir. « Le but c'est de ne rien mettre de notre poche, à part du temps » présente-t-il. La chasse aux sponsors et aux actions est donc lancée. Parfaite dynamique : l'équipage est baptisé Coloc'Action. Les missionnaires humanitaires ont ainsi emballé des cadeaux devant un magasin bordelais, attiré quelques chineurs lors d'une brocante daxoise et convaincu quelques acheteurs sur le marché de Noël de Pons. La récolte s'organise mais les dunes du Maroc paraissent encore loin. La recherche de sponsors est tortueuse. « Un après-midi de septembre, je suis partie de Forum (Talence) pour remonter la ligne du tram à pied jusqu'à Gambetta (Bordeaux). J'ai tapé à toutes les portes et toutes les entreprises ont refusé » déplore Mathilde. A deux reprises, Coloc'Action songe même à abandonner. Puis début décembre, deux mois et demi avant le grand départ : « il y a eu un déclic, plein de gens nous ont rappelé et ont accepté de nous sponsoriser » témoigne Mathilde, rassurée. En considérant que l'équipage s'est lancé dans le projet en mars 2019, il aura fallu un an de préparation et beaucoup d'abnégation aux deux étudiants pour finaliser le projet. Le budget final devrait tutoyer les 8000 euros.

 

Le moteur de la 4L nécessitait quelques réparations.

A l'ancienne

Et si Mathilde et Simon ont pu compter sur leurs proches, la moitié de leur quinzaine de sponsors avait déjà aidé des équipages lors d'éditions précédentes. Comme l'entreprise publicitaire de Charente-Maritime qui leur a offert la pose des encarts sur la 4L. Preuve que le rallye-raid est reconnu et trouve un écho auprès de partenaires potentiels. « Il faut se mettre à chercher des sponsors tôt et ne pas attendre septembre » conseille Simon. Les Coloc'Action auront en tout cas fait preuve d'opiniâtreté pour être présents à Biarritz. Ils devront être sur le village départ dès le mercredi 19 février, contrôle technique d'avant-course oblige. Le lendemain, départ pour Algesiras, voisine de Gibraltar au sud de l'Espagne. Après une traversée méditerranéenne en ferry, cinq jours de désert attendront les 1200 équipages, avant une fin de course à Marrakech. « Ce n'est pas une course de vitesse mais d'orientation : le vainqueur est celui qui fait le moins de kilomètres » rappelle Simon. Pas de GPS ni de trajet prédéfini, les seuls alliés sont boussole et traditionnelle carte routière. Chaque soir, l'organisation prépare le bivouac et ravitaille les véhicules en carburant. « Chaque matin, nous aurons le nom des villes qu'il faut rejoindre pour le soir mais on ne sait pas où on passera dans la journée » s'interroge Simon. Stressés ? « Un peu » confie Mathilde. Quelque chose dit que l'excitation l'emportera. « J'aimerais bien passer du temps avec les enfants au Maroc » espère-t-elle. Quoi qu'il en soit, l'expérience a déjà été formatrice pour les deux équipiers et les douze jours de raid dans la 4L seront vécus comme l'aboutissement de cet engagement. Et pourront pourquoi pas en susciter d'autres.

Maxime Giraudeau
Par Maxime Giraudeau

Crédit Photo : Maxime Giraudeau

Partager sur Facebook
Vu par vous
2855
Aimé par vous
0 J'aime
Les réaction
0 réaction
Envoyer par email
Email
Convertir en PDF
PDF
Imprimer cet article
Imprimer
Société
Société
Retour à la page d'accueil
Accueil
Aucune réaction à cet article pour le moment. A vous de jouer !

Nom * :
Email * :
Texte :
Combien font 30 + 15 ?*

Toutes les réactions sont soumises à validation de la rédaction d'Aqui avant leur publication sur le site. Conformément à l'article 10 du décret du 29 octobre 2009, les internautes peuvent signaler tout contenu illicite à la rédaction d'aqui.fr qui s'engage à mettre en oeuvre les moyens nécessaires à la suppression des dits contenus.

* champs obligatoires

J'aime aqui, je le soutiens ! Aqui!Presse - Affichez Vous chez Nous ! J'aime aqui, je le soutiens !