15/10/17 : A TF1 Emmanuel Macron après le drame de Marseille a annoncé une nouvelle loi en matière de droit d'asile et d'immigration et la négociation en cours "d'accords bilatéraux avec les pays africains" pour rendre effectives les reconduites à la frontière.

13/10/17 : Les offices HLM de Charente-Maritime organisent une manifestation mardi à 14h devant la prefecture de La Rochelle pour protester contre la baisse des aides au logement pour les bailleurs sociaux.

11/10/17 : Le collectif national « Vive l'APL » qui regroupe 60 organisations associatives, syndicales, de consommateurs et bailleurs sociaux, appelle à la mobilisation samedi «pour défendre le droit au logement social». A Bordeaux, ce sera à Pey Berland à 14h

03/10/17 : L'organisation du Grand Pavois a enregistré quelque 80 000 visiteurs pour cette 45 e édition, identique à l'an dernier, et de nombreuses ventes d'unités. La prochaine édition se tiendra du 26 septembre au 1er octobre 2018.

- Multivote -
- Publicité -
S’abonner ici !
proprietes-rurales.com
- Publicité -
  • 17/10/17 | Dominique Bussereau fait du lobbying pour le Tour de France

    Lire

    Alors qu'il assistera à la présentation du parcours du Tour de France ce mardi, le président de la Charente-Maritime compte bien "faire une petite piqûre de rappel" au patron du Tour de France Christian Prudhomme sur la volonté du Département d'accueillir le Tour de France "dans les prochaines années". Dominique Bussereau a notamment en tête un passage du Tour par les îles de Ré et d'Oléron. Une manne touristique et financière non négligeable, et une belle vitrine pour le territoire.

  • 15/10/17 | Les ours des Pyrénées donnent de leurs nouvelles

    Lire

    L'association Pays de l'ours- ADET se réjouit de "deux bonnes nouvelles" sur le massif pyrénéen. Tout d'abord la réapparition de Cannellito, le fils de l'ourse Cannelle tuée en 2004 par un chasseur béarnais. Alors que le plantigrade avait disparu depuis plusieurs mois, sa trace a été détectée grâce à la génétique en Bigorre et à Luchon. Par ailleurs, une quatrième portée comprenant deux oursons a été repérée sur le massif. "Ce qui porte à 7 le nombre minimum d'oursons cette année".

  • 13/10/17 | A 63: travaux de maintenance en Gironde

    Lire

    En raison de travaux de maintenance de la signalisation sur l'A63, les mesures suivantes vont être mises en œuvre : fermeture de la bretelle d’accès des aires de Lugos Est et Ouest du dimanche 15 à 22h au lundi 16 octobre 17h,la fermeture des bretelles d’accès et de sorties de l’échangeur 21 (Salles), le lundi 16 de 8h à 17h, la fermeture de la bretelle d’accès et de sortie de l’échangeur 20 (Belin-Béliet), le mardi 17 de 8h à 17h. Déviations locales prévues pour les usagers souhaitant rejoindre Salles ou Belin-Béliet depuis l'A 63 ou une entrée d'autoroute depuis Salles ou Belin-Béliet.

  • 12/10/17 | Le maire de Captieux démissionne

    Lire

    Denis Berland, maire de Captieux depuis 2015 suite à l’élection de Jean-Luc Gleyze à la présidence du Conseil Départemental de la Gironde, a présenté par courrier au préfet de la Gironde sa démission. Celui qui a été premier adjoint jusqu’en 2015 n’a pas encore indiqué les raisons de son départ.

  • 11/10/17 | Une Landaise élue Miss Aquitaine

    Lire

    C'est au Théâtre Quintaou d'Anglet ce week-end qu'a été décernée l'écharpe 2017 de Miss Aquitaine en vue de succéder à la Lot-et-Garonnaise Axelle Bonnemaison. Le jury -avec l'aide du public- a désigné la Landaise Cassandra Jullia, 18 ans, du Comité Béarn-Landes ,domiciliée à Orthevielle. Étudiante en BTS esthétique, option management à Mont-de-Marsan. Elle qui représentera l'Aquitaine au concours Miss France de décembre. Pour la petite histoire, le Poitou-Charentes a son propre comité de miss régional.

Les dossiers d'Aqui

La LGV Sud-Ouest Idées neuves en Nouvelle Aquitaine Innov'action et Agriculture

Nos partenaires


Société | 6 mois de prison et 15 000 euros d'amende requis pour les chasseurs de scoop

04/06/2014 | Lors du naufrage du Luno le 5 février, deux jeunes gens avaient filmé le sauvetage des membres d'équipage avec un drone. Le tribunal leur a présenté la facture

luno1

Alors qu'il ne reste quasiment plus rien du "Luno" ce cargo qui s'était échoué contre la digue des Cavaliers, près de la Barre à Anglet, le 5 février en milieu de matinée on arrive à l'heure des comptes. Outre les quelques millions que la société d'assurance devra payer pour son démantèlement, une partie du fameux fait divers s'est terminée à la barre encore. Mais cette fois à celle du tribunal de Bayonne hier matin. Deux jeunes gens qui avaient utilisé un drone pour filmer, puis revendre leurs images sur une chaine de télé ont été accusés d'avoir nui aux opérations de sauvetage.

Nul n'oubliera cette matinée du 5 février 2014 quand le cargo Luno s'est échoué contre un épis du nord du littoral d'Anglet, après avoir subi une avarie alors qu'il s'apprêtait à entrer dans le port de Bayonne, par l'embouchure de l'Adour. L'accident a été spontanément suivi d'une fièvre exceptionelle sur les réseaux sociaux mais aussi sur les chaines de télé d'info continue. C'était Alerte info permanente en cette journée.

Une aubaine pour deux jeunes gens qui venaient d'investir 15 000 euros dans un drone, le nouvel espion venu du ciel. Le premier est ingénieur à l'ESTIA de Bidart, la pépinière des petits génies de l'informatique et le second un jeune entrepreneur bayonnais qui s'est spécialisé dans l'audiovisuel et vient d'acquérir un drone profesionnel.  Aussi la mariée est trop belle quand ils sont informés de l'exceptionelle concentration de journalistes à la Barre... Mais voilà, leur voyage s'est terminé à une autre barre, celle du tribunal de Bayonne. En effet, le capitaine Bougault qui pilotait le Puma pour récupérer les douze membres d'équipage signale l'existence de cet engin à une quinzaine de mètres de l'épave du bateau. Après que l'hélicoptère de la gendarmerie ait renoncé en raison des bourrasques de vent et de pluie qui se succèdent sur les lieux du naufrage, le temps presse. Or la présence de cet appareil retarde son decollage de plus de deux minutes: percuter de drone pourrait causer un crash de l'hélicoptère avec le risque de s'écraser sur la foule, contenue par les CRS et gendarmes, qui s'est agglutinée à quelques quarante mètres de la digue où s'est produit le naufrage. "J'ai vu le drone à une dizaine de mètres du cercle rotor", a-t-il rappelé hier en soulignant les difficultés et les risques des manoeuvres d'hélitreuillage par les seules conditions météorologiques. En cette fin de matinée, la foule a applaudi la réussite du sauvetage sans connaître le fond de l'histoire...
Un jugement basé sur l'exemplaritéLes jeunes gens n'auront pas la même appréciation en rappelant qu'ils avaient informé des gendarmes alentour de leurs manoeuvres "sans jamais traverser le chemin de l'hélicoptère. On a demandé aux forces de l'ordre où l'on pouvait s'installer tente l'un d'eux." "Il y avait d'autres drones dans le secteur" tenta aussi de minimiser Me Diallo chargé de leur défense. En rappelant que les images de deux autres drones ont rapidement circulé aussi sur internet et que certaines considérations relevaient du fantasme.

Toutefois la multiplication des drones conduit, même s'il s'en défend, le Parquet à l'exemplarité dans le jugement. "Il ne s'agit pas de faire un exemple mais cette affaire est inédite...." Et, sous entendu, pourrait se renouveller malgré une règlementation complexe de l'usage des drones. Le Parquet a donc requis six mois de prison avec sursis pour  mise en danger d'autrui et surtout interdiction pendant un an de piloter assorti de la suppression du matériel. Le jugement a été mis en délibéré au 4 juillet... La chasse au scoop se sera mal terminée pour les deux jeunes gens dont la petite entreprise aura par la même occasion pris du plomb dans l'aile. Moralité, la chasse aux peoples n'est-elle pas finalement moins risquée et tout aussi lucrative?

Félix Dufour
Par Félix Dufour

Crédit Photo : Photo F. D.

Partager sur Facebook
Vu par vous
1153
Aimé par vous
0 J'aime
Les réaction
0 réaction
Envoyer par email
Email
Convertir en PDF
PDF
Imprimer cet article
Imprimer
Société
Société
Retour à la page d'accueil
Accueil
Aucune réaction à cet article pour le moment. A vous de jouer !

Nom * :
Email * :
Texte :
Combien font 19 + 16 ?*

Toutes les réactions sont soumises à validation de la rédaction d'Aqui avant leur publication sur le site. Conformément à l'article 10 du décret du 29 octobre 2009, les internautes peuvent signaler tout contenu illicite à la rédaction d'aqui.fr qui s'engage à mettre en oeuvre les moyens nécessaires à la suppression des dits contenus.

* champs obligatoires

J'aime aqui, je le soutiens ! Aqui!Presse - Des experts pour vous former ! J'aime aqui, je le soutiens !