18/10/17 : La CGT appelle à nouveau à manifester en Dordogne contre les ordonnances Macron sur le droit du travail. Les rassemblements auront lieu ce jeudi 19, à 17 h à Périgueux (palais de justice), Bergerac (palais de justice) et Sarlat (place de la Grande-Rigaudi

18/10/17 : Malgré la protestation d’élus et des syndicats, la Direction générale des Finances publiques a entériné la fermeture de la trésorerie de Mussidan (24). D’autres pourraient connaître le même sort comme à Belvès, Saussignac, Thiviers et Brantôme.

17/10/17 : La Rochelle organise son Colloque Citoyenneté et Solidarités sur le thème "Innover aujourd’hui pour l’action sociale de demain" le 19 octobre à l'espace Giraudeau, avec l'intervention du CNAM de Paris. Gratuit sur réservation. www.ccas-larochelle.fr

15/10/17 : A TF1 Emmanuel Macron après le drame de Marseille a annoncé une nouvelle loi en matière de droit d'asile et d'immigration et la négociation en cours "d'accords bilatéraux avec les pays africains" pour rendre effectives les reconduites à la frontière.

13/10/17 : Les offices HLM de Charente-Maritime organisent une manifestation mardi à 14h devant la prefecture de La Rochelle pour protester contre la baisse des aides au logement pour les bailleurs sociaux.

11/10/17 : Le collectif national « Vive l'APL » qui regroupe 60 organisations associatives, syndicales, de consommateurs et bailleurs sociaux, appelle à la mobilisation samedi «pour défendre le droit au logement social». A Bordeaux, ce sera à Pey Berland à 14h

03/10/17 : L'organisation du Grand Pavois a enregistré quelque 80 000 visiteurs pour cette 45 e édition, identique à l'an dernier, et de nombreuses ventes d'unités. La prochaine édition se tiendra du 26 septembre au 1er octobre 2018.

- Multivote -
- Publicité -
S’abonner ici !
- Publicité -
  • 18/10/17 | Déviation de Beynac : plus de 2600 avis recueillis pour l'enquête publique

    Lire

    Concernant l'enquête publique sur la déviation de Beynac, en Dordogne, qui s'est clôturée le 17 octobre, plus de 2600 avis ont été déposés dont 2410 en ligne. La commission va remettre sous huitaine une synthèse au Conseil départemental qui pourra formuler des réponses. Dans un délai d'un mois, la commission rendra ensuite son avis avec d'éventuelles observations à la préfète de la Dordogne. C'est à elle que reviendra la décision finale de valider ou non le projet.

  • 18/10/17 | Les Pyrénées-Atlantiques "chouchoutées" par le Tour de France

    Lire

    Les Pyrénées-Atlantiques décrochent la timbale pour l'édition 2018 du Tour de France. Parti de Trie-sur-Baïse (65), le peloton arrivera à Pau le jeudi 26 juillet. Il disputera le vendredi 27 une étape émaillée de nombreux cols entre Lourdes et la commune montagnarde de Laruns (Aspin, Tourmalet, Bordères, Soulor-Aubisque). Un contre la montre entièrement basque sera enfin disputé le samedi 28 entre Saint-Pée-sur-Nivelle et Espelette. Equipes et accompagnateurs étant en prime logées pendant quatre jours à Pau. Que demander de mieux ?

  • 17/10/17 | Dominique Bussereau fait du lobbying pour le Tour de France

    Lire

    Alors qu'il assistera à la présentation du parcours du Tour de France ce mardi, le président de la Charente-Maritime compte bien "faire une petite piqûre de rappel" au patron du Tour de France Christian Prudhomme sur la volonté du Département d'accueillir le Tour de France "dans les prochaines années". Dominique Bussereau a notamment en tête un passage du Tour par les îles de Ré et d'Oléron. Une manne touristique et financière non négligeable, et une belle vitrine pour le territoire.

  • 15/10/17 | Les ours des Pyrénées donnent de leurs nouvelles

    Lire

    L'association Pays de l'ours- ADET se réjouit de "deux bonnes nouvelles" sur le massif pyrénéen. Tout d'abord la réapparition de Cannellito, le fils de l'ourse Cannelle tuée en 2004 par un chasseur béarnais. Alors que le plantigrade avait disparu depuis plusieurs mois, sa trace a été détectée grâce à la génétique en Bigorre et à Luchon. Par ailleurs, une quatrième portée comprenant deux oursons a été repérée sur le massif. "Ce qui porte à 7 le nombre minimum d'oursons cette année".

  • 13/10/17 | A 63: travaux de maintenance en Gironde

    Lire

    En raison de travaux de maintenance de la signalisation sur l'A63, les mesures suivantes vont être mises en œuvre : fermeture de la bretelle d’accès des aires de Lugos Est et Ouest du dimanche 15 à 22h au lundi 16 octobre 17h,la fermeture des bretelles d’accès et de sorties de l’échangeur 21 (Salles), le lundi 16 de 8h à 17h, la fermeture de la bretelle d’accès et de sortie de l’échangeur 20 (Belin-Béliet), le mardi 17 de 8h à 17h. Déviations locales prévues pour les usagers souhaitant rejoindre Salles ou Belin-Béliet depuis l'A 63 ou une entrée d'autoroute depuis Salles ou Belin-Béliet.

Les dossiers d'Aqui

La LGV Sud-Ouest Idées neuves en Nouvelle Aquitaine Innov'action et Agriculture

Nos partenaires


Société | Vincent Etcheto à Bayonne, c'est Top!

30/05/2016 | Après avoir flirté avec l'enfer l'été dernier l'Aviron Bayonnais s'est remarquablement rétabli grâce au trio-Salagoïty-Devèze-Etcheto. Vincent Etcheto, le joker attendu

Vincent Etcheto Aviron bayonnais

Mercredi, lors de sa conférence de presse hebdomadaire, Vincent Etcheto, l’entraîneur messianique des Ciel et blanc avec son sens inné de la parabole avait promis à ses joueurs de trouver de l’eau au pied de la falaise... s’ils chutaient. Pour mieux rebondir. Hier après-midi, 17 000 spectateurs — un record d’affluence en Pro D2- ont porté leur équipe au pied de l’autel du Top 14 dont elle avait été écartée la saison dernière. Un billet obtenu pour une finale qui se disputera samedi à Toulouse face à Aurillac. Jean-Dauger, leur stade cathédral leur a porté chance. Sallagoïty-Devèze-Etcheto, c’était bien le tiercé gagnant

Jean-Dauger, du nom du grand-père maternel de... Vincent Etcheto. Loin aujourd’hui, ce mois de juin 2015, quand l’Aviron ramait grave. Une descente en Pro D2 qui s’effectuait avec la perspective d’une fusion avec le Biarritz Olympique. De quoi faire voir rouge aux socios ciel et blanc. Les Bobos du BO non merci. Jusqu’à le crier sous les fenêtres de la mairie de Bayonne. Autant de colère qui conduisit les présidents des deux clubs vers la sortie, Serge Blanco, l’icône du Biarritz Olympique et Manu Merin, pour l’Aviron après une assemblée plutôt houleuse face aux supporters. Devant cette Jacquerie, administrateurs et municipalité décident de rejouer « Retour vers le futur » en réintroduisant Francis Sallagoïty, président pendant 12 ans, remercié il y a trois ans. L’arrivée d’Alain Afflelou, avait nécessité un changement de monture.

Un conseil de surveillance est mis en place avec, bras droit de Françis Salagoïty, un directeur exécutif, Christian Devèze, expert comptable. En quelques jours, la nouvelle direction trouve sa potion magique grâce à un concours de circonstances. Le président de L’Union Bordeaux Bègles Laurent Marti vient de remercier son entraîneur des lignes arrière, Vincent Etcheto qu’il était allé chercher il y a six ans au... Boucau Stade. Aux portes de Bayonne. Bayonne, c’est le berceau de Vincent, le petit fils d’un historique de l’Aviron, Jean Dauger, et fils de Roger, ouvreur et éducateur de ce club disparu trop tôt. Après les blessures de la descente en Pro D2 et les déchirements qui ont accompagné la saison, Françis Sallagïty et Christian Devèze voient en ce garçon « qui a du sang », particulièrement bleu, un signe du ciel. Comme à Bordeaux, il a le sens de la communication pour ce vestiaire bayonnais qui a connu bien des départs, dont l’international Scott Speeding pour Clermont. Des joueurs qui ont fait le choix de rester et de tout donner pour le maillot. Bayonne salue sa recrue et l’invite à ouvrir les Fêtes de Bayonne. « L’an dernier je me suis retrouvé seul au balcon de la mairie, se souvient-il, cette année, si cela se reproduit ce sera avec toute l’équipe. »

Vincent Etcheto Aviron

 

 


« On est en haut de la falaise, en bas c’est de l’eau claire » Le ciel s’est effectivement bien éclairé depuis le début de la saison, l’appétit est venu en jouant et Vincent Etcheto qui a un sens aigu de la communication aime faire le show afin que le club ne soit pas oublié des clients du Top 14 peut-être aussi parce que cela fait partie de son tempérament. Quand a-t-il senti que le club pouvait jouer le Top 14 ? « Dès le mois de juin, quand je suis arrivé ! Non je déconne !! C’est face à Albi qu’il m’a semblé qu’après avoir regardé derrière, le maintien, je me suis dit que l’on pouvait aller plus haut. » Jusqu’à parvenir à cette fin de semaine ou la bande à Vincent n’avait plus rien à perdre. Et de servir une métaphore : « C’est une belle fête qui arrive. On est au bord de la falaise et il faut sauter. En bas, ce ne sont pas des rochers, on ne va pas s’écraser. C’est de l’eau claire. Si on tombe à l’eau, on nagera, on ne se noiera pas. Ce n’est pas vaincre ou mourir, mais vaincre ou rebondir. Il ne faut pas se retenir et y aller à fond. »
Et ils y sont allés à fond. « Je suis avec mes excès. Je peux gueuler sur mes joueurs et après aller boire un coup avec eux... » Comme le verbe de leur manager. Qui lui a coûté deux suspensions d’être exclu du banc de touche, au plus près de ses joueurs et suivre ses joueurs depuis les tribunes. « Je suis très bien dans les tribunes, mais c’est dans le dernier quart d’heure que c’est compliqué, quand il faut réagir vite.... »
La réaction est venue dimanche des joueurs, particulièrement du buteur ciel et blanc, l’Argentin Butos Moyano qui a assuré le match en marquant 23 des 28 points de l’Aviron et un ticket pour la finale...

2500 places vendues en 2 heures pour la finale samedi à ToulouseCette avant-dernière marche franchie face à Colomiers, les supporters de l’Aviron qui étaient 17 000 à Jean-Dauger, dimanche après-midi se sont inscrits pour participer à la finale de samedi prochain à Toulouse. Les 2500 places mises à disposition par la Ligue nationale de rugby pour les Basques sont parties en deux heures... sur les 19 500 que compte le stade Ernest Wallon. Un engouement qui semble partagé grandement par les supporters d’Aurillac. Pour info, l’an dernier, pour cette finale, la LNR et le Stade n’avaient conservé que 2000 places à disposition des... » neutres ».
Alors, peut-on rêver de retrouver un club basque au sein du Top 14 ? L’Aviron se retrouve bien cette semaine en haut de la falaise. En espérant qu’en plongeant dans l’eau claire avec ses hommes, le capitaine Monribot y trouve la félicité de celle que promet Lourdes. Un Vincent Etcheto dans le Top 14 face à un Boujellal de Toulon, et le show serait assuré chez Moscato. La confiance que le gars du Petit Bayonne a trouvée sur le bord de la Nive lui donne l’eau à la bouche. « La Ville nous aura énormément soutenus cette saison et, comme le président Salagoïty, a de l’ambition pour ce club. Par exemple le projet d’un grand centre d’entraînement ».
Après le projet de fusion et la confusion en 2015 voilà venu le temps des effusions.... Reste à Vincent Etcheto de faire franchir à ses troupes le Rubicon samedi (16 h 15) à Toulouse.

Félix Dufour
Par Félix Dufour

Crédit Photo : F. D.

Partager sur Facebook
Vu par vous
4650
Aimé par vous
0 J'aime
Les réaction
0 réaction
Envoyer par email
Email
Convertir en PDF
PDF
Imprimer cet article
Imprimer
Société
Société
Retour à la page d'accueil
Accueil
Aucune réaction à cet article pour le moment. A vous de jouer !

Nom * :
Email * :
Texte :
Combien font 21 + 16 ?*

Toutes les réactions sont soumises à validation de la rédaction d'Aqui avant leur publication sur le site. Conformément à l'article 10 du décret du 29 octobre 2009, les internautes peuvent signaler tout contenu illicite à la rédaction d'aqui.fr qui s'engage à mettre en oeuvre les moyens nécessaires à la suppression des dits contenus.

* champs obligatoires

J'aime aqui, je le soutiens ! Aqui!Presse - Affichez Vous chez Nous ! J'aime aqui, je le soutiens !