Soutenez aqui.fr face au défi de la Nouvelle Aquitaine

18/01/21 : Au 16 janvier, 34 689 vaccinations ont été réalisées en Nouvelle-Aquitaine, la plaçant parmi les régions ayant le plus vacciné. L’objectif national de 1 million de vaccinations à fin janvier, se traduit par un objectif régional de 100 000 vaccinations.

11/01/21 : Le 18/01 à 18h le MEF 33, le Centre Europe Direct Bordeaux-Aquitaine et les Jeunes Européens Bordeaux organisent un webinaire le "Plan de Relance et budget européens: Où va l'Europe?" Commission et Parlement européens, et la Région seront représentés+ d'info

08/01/21 : Influenza aviaire - la Préfecture des Pyrénées-Atlantiques annonce désormais 159 communes en zone réglementée en lien avec 2 foyers dans des élevages de palmipèdes à Baigts-de-Béarn et Préchacq-Navarrenx et 4 suspicions fortes à Arget, Lichos et Garlin

06/01/21 : 823kg de jouets et de livres ont été collectés par la Communauté d’Agglo de Pau et ses partenaires grâce à l’opération "Le père Noël fait de la récup’"! Elle se poursuit jusqu'au 17 janvier dans les déchetteries et points de dépôts.+ d'info

28/12/20 : Le 22 décembre, les communes de Tocane-Saint-Apre et Bergerac en Dordogne ont été reconnues en état de catastrophe naturelle pour inondations et coulées de boues en septembre 2020.

28/12/20 : Suite aux inondations et coulées de boues survenues dans les Landes en octobre dernier, les communes de Mimbaste, Bélus et Rivière-Saas-et-Gourby ont été reconnues le 22 décembre en état de catastrophe naturelle.

23/12/20 : Le préfet de la Charente-Maritime a validé la sortie de la communauté d'agglomération de La Rochelle du syndicat départemental Eau 17, à compter du 1er janvier 2021.

23/12/20 : 60 000 € ont été votés lors de la dernière commission permanente du Département des Deux-Sèvres en faveur de la recherche scientifique et l'innovation. Cette somme sera attribuée sous formes de bourses doctorales

23/12/20 : Le Conseil communal des jeunes de Poitiers a organisé mi-décembre, une collecte de produits de puériculture dans les collèges. Plus de 150 produits (couches, lait, produits d’hygiène…) ont ainsi été remis au restos du Coeur et au Secours Populaire

19/12/20 : Le Biarrot Jacques Lajuncomme-Hirigoyen, 64 ans, est le nouveau président de la Fédération française de surf. Il succède à Jean-Luc Arassus, élu en 2005 . Il sera le président qui inaugurera l'entrée du surf à Tokio, mais aussi aux JO 2024 à Teahupoo.

- Publicité -
S’abonner ici !
proprietes-rurales.com
- Publicité -
  • 19/01/21 | L'UIMM Adour organise une semaine de l'apprentissage dans l'industrie

    Lire

    Du 25 au 30 janvier, les pôles formations de l'Union des Industries et des Métiers de la Métallurgie ouvrent leurs portes du 25 au 30 janvier pour inviter à découvrir les métiers de l'industrie. L'UIMM Adour met ainsi ses métiers en valeur, alors même que l'État a lancé le programme 1 jeune 1 solution dans le cadre de France Relance pour aider les entreprises à recruter des apprentis. Au Pôle formation Adour, 580 apprentis ont choisi la filière industrie pour un taux d'insertion de 86%.

  • 19/01/21 | Cognac : la filière attend des arbitrages de l'Etat

    Lire

    Ils ne lâcheront rien! C'est en substance ce qu'on fait savoir au gouvernement les représentants de l'interprofession du cognac, le BNIC, suite aux dernières annonces. D'une part, ils réitèrent leur demande que l'Etat négocie pour obtenir la suspension immédiate des nouveaux droits de douanes américains sur les vins et spiritueux. D'autre part, ils seront attentifs au "détail" des aides annoncées le 14 janvier à destination de la filière, "impactée par la pandémie", et pas seulement.

  • 18/01/21 | 11 centres de vaccinations autorisés dans les Pyrénées-Atlantiques

    Lire

    Afin d'assurer le déploiement de la campagne de vaccination contre la COVID-19, les Pyrénées-Atlantiques comptent 11 centres de vaccination. Dans l’arrondissement de Pau sont concernées les communes de Pau, Lescar et Arzacq, dans l’arrondissement d’Oloron-Sainte-Marie: celles Mauléon et Arudy et dans l’arrondissement de Bayonne, celles de Bayonne, Biarritz, Anglet, Cambo-les-bains, Saint-Jean-Pied-de-Port et Saint-Jean-de-Luz. Réservations vaccinales, via le numéro vert national 0 800 009 110 ou sur les plateformes internet de Doctolib Vaccination, KelDoc de NEHS et Maiia et la plateforme nationale www.sante.fr,

  • 18/01/21 | Démarrage des vaccinations à La Rochelle

    Lire

    Plusieurs communes de l’Agglomération se sont portées volontaires pour accompagner les vaccinations en créant des centres grand public. Un premier sera ouvert du 18 au 22 janvier au centre municipal de vaccination de La Rochelle, 2 rue de l’Abreuvoir. A partir du 25 janvier, deux centres seront installés à l’Espace Encan à La Rochelle et à l’hippodrome de Châtelaillon-Plage, 9 rue des Sulkys. Les vaccinations seront assurées par les professionnels de santé du lundi au vendredi, sur rendez-vous.

  • 18/01/21 | Langues régionales : la Région épingle Jean-Michel Blanquer

    Lire

    Le 10 décembre, le ministre de l'Éducation Nationale affirmait que le système éducatif français "n'est pas hostile aux langues régionales". La Région Nouvelle-Aquitaine s'appuyant sur les chiffres du rectorat conteste : "La réforme des lycées a brutalement dévalorisé l'attractivité du basque et de l'occitan en option." Sur les rentrées 2019 et 2020, les effectifs en occitan ont fondu dans les académies de Bordeaux (-32%) et Limoges (-44%). Pour le basque la baisse est de 48%. Charline Claveau, élue en charge des langues régionales, appelle à ce qu'un amendement soit apporté à la réforme du baccalauréat "dès maintenant".

Les dossiers d'Aqui

La LGV Sud-Ouest Idées neuves en Nouvelle Aquitaine Innov'action et Agriculture

Société | A Beynac, les pro-déviation soufflent le vent de la colère

05/07/2020 | Cinq jours après la décision du Conseil d'état qui acte la fin du contournement de Beynac, 250 à 300 personnes ont manifesté samedi matin leur soutien au projet.

Entre 250 et 300 personnes en faveur de la déviation se sont réunis samedi à Beynac

Ce lundi 29 juin, le Conseil d'état rendait sa décision finale dans le dossier de la déviation de Beynac et Cazenac, en vallée de la Dordogne, enterrant définitivement le projet. Ce samedi matin, entre 250 et 300 personnes en faveur de l'achèvement du contournement se sont réunies pour que le chantier soit poursuivi, parmi elles les maires des quatre communes concernées, le président de l'association "j'aime Beynac et sa vallée", Germinal Peiro, le président du Département. La voie judiciaire étant épuisée, c'est désormais sur le terrain politique que veulent se battre les pro-déviation.

Pour les pro-déviation du Beynac, ce 4 juillet aurait du être un jour de fête célébrant l'inauguration d'un contournement  espéré et attendu par bon nombre habitants et entreprises de vallée de la Dordogne. Mais le lundi 29 juin, la plus haute juridiction en a décidé autrement : le conseil d"état a mis  fin à plus de 25 ans d'un combat politico-judiciaire entre les défenseurs d'une déviation qui aurait permis selon eux, de sécuriser l'accès à ce plus beau village de France et de développer l'activité économique dans ce secteur où beaucoup d'entreprises ont disparu ces dernières années, et les "anti déviation, qui estiment que ce projet n'est qu'une bétonisation nocive pour l'environnement et le paysage et qu'il appartient désormais au passé. 
Entre 250 et 300 personens étaient réunies ce samedi matin, pour défendre le projet de déviation et faire entendre leur colère. Parmi les participants, on notait la présence des quatre communes concernées, soient Saint-Vincent-de-Cosse, Castelnaud-la-Chapelle et Beynac-et-Cazenac), Fabrice Berbessou, le président de l'association J'aime Beynac et sa vallée, et Germinal Peiro, le président du Conseil départemental, maître d'oeuvre du dossier, soutenus par de nombreux habitants de la vallée de la Dordogne et plusieurs élus, dont certains étaient venus du Bergeracois. 
Si la voie judiciaire semble désormais totalement épuisée, le préfet de la Dordogne ayant signé l'arrêté encadrant les travaux de démolition des ouvrages déjà réalisés dès le 1er juillet, les défenseurs de la déviaition veulent poursuivre leurs actions sur le terrain politique, même si on ne sait pas encore sous quelle forme, ces actions seront menées dans les prochaines semaines.  En tout cas, ni les membres de le département de la Dordogne, ni les membres de l'association Jaime Beynac et ma vallée ne veulent croire en ce début d'été à la fin du projet. "Nous disons publiquement que c'est un scandale que nous devons dénoncer. Dans ce dossier, l'Etat a abandonné le Déoartement de la Dordogne en le privant d'un jugement sur le fond; la sécurité n'est pas assurée dans la traverse du bourg.  Il y a de nombreux embouteillages tout au long de l'année, représentant des nuisances importantes, nuisances sonores, pollution de l'eau, vibrations dans un secteur où les falaises sont classées en zone rouge. Le plus beau village de France de Beynac n'a plus une bonne image. Nous devons continuer à nous mobiliser pour que le contournement se réalise et pour empêcher aujourd'hui la démolition des travaux déjà réalisés, indique Fabrice Berbessou.  Les travaux de démolition  se chiffreraient, eux aussi, en millions (entre 10 et 12), alors que le conseil départemental dit avoir déboursé  plusieurs millions. 

Un appel à la désobéissance civile

Les élus en faveur du projet dont le nouveau maire de Beynac ont pris la parole

Le nouveau maire de Beynac, Serge Parre, élu très largement dès le premier tour des municipales avec 88 % de participation, dénonce une situation dramatique pour son village. Inquiet pour la sécurité des Beynacois, il indique avoir rencontré ces derniers jours, certains opposants, dont la députée de la circonscription Jacqueline Dubois, et  qu'ils n'ont aucune solution concrète  à proposer. Il en appelle  aujourd'hui au chef de l'Etat, et l'invite à se rendre sur place, "afin que l'Etat retrouve la voie du bon sens et qu'il permette l'achèvement du chantier." Germinal Peiro, le président du Conseil départemental, fut le dernier à prendre la parole. Il ne baissera pas les bras.  "C’est un scandale environnemental", car "on nous empêche de faire une voie douce dans la vallée. La pollution va rester dans le village", reprend l’ancien maire de Castelnaud-la-Chapelle, un des villages concernés directement par ce contournement. Germinal Peiro a aussi rappelé que les élus locaux, les habitants, trois parlementaires (mais pas Jacqueline Dubois, la députée du Sarladais) et les présidents des trois chambres consulaires soutenaient le projet. Enfin, toujours sur le registre du "scandale", ce sont "40 millions d’euros jetés à la poubelle". "L’État a donné son autorisation avant de la retirer onze mois après le début des travaux.  L’État ne tient pas compte de l’argent public. C’est particulièrement choquant dans la période qu’on traverse." Germinal Peiro précise que le Département suivra à la lettre l'arrêté préfectoral encadrant la démollition des éléments réalisés mais il précise qu'il y a une impossibilité  de réaliser les travaux de remise en état du site dans les délais fixés par la cour administrative d’appel de Bordeaux. Ce dernier a  aussi appelé à la désobéissance civile pour, à défaut de poursuivre le chantier, empêcher la destruction de ce qui avait été fait. "Vous savez, pour empêcher un chantier, il n'y a pas besoin d'être 10 000.  Je connais devant moi au moins une centaine de personnes qui iront faire ce que les zadistes ont fait, c'est à dire se mettre devant les bulldozers. Et vous verrez que ça n'avancera pas si vite que ça..."
Une des principales associations d'opposants,  l'association Défendre l'Intérêt Général en Dordogne vient d'écrire au préfet de la Dordogne : elle s'inquiète  sur les risques que la situation s'envenime et demande au préfet  de rappeler au président du Département le respect de l'État de droit. La hâche de guerre ne semble pas près d'être enterrée et le feuilleton n'est pas terminé. 



 

Claude-Hélène Yvard
Par Claude-Hélène Yvard

Crédit Photo : Claude-Hélène Yvard

Partager sur Facebook
Vu par vous
3953
Aimé par vous
0 J'aime
Les réaction
0 réaction
Envoyer par email
Email
Convertir en PDF
PDF
Imprimer cet article
Imprimer
Société
Société
Retour à la page d'accueil
Accueil
Aucune réaction à cet article pour le moment. A vous de jouer !

Nom * :
Email * :
Texte :
Combien font 22 + 7 ?*

Toutes les réactions sont soumises à validation de la rédaction d'Aqui avant leur publication sur le site. Conformément à l'article 10 du décret du 29 octobre 2009, les internautes peuvent signaler tout contenu illicite à la rédaction d'aqui.fr qui s'engage à mettre en oeuvre les moyens nécessaires à la suppression des dits contenus.

* champs obligatoires

J'aime aqui, je le soutiens ! Aqui!Presse - Des experts pour vous former ! J'aime aqui, je le soutiens !