18/10/17 : Malgré la protestation d’élus et des syndicats, la Direction générale des Finances publiques a entériné la fermeture de la trésorerie de Mussidan (24). D’autres pourraient connaître le même sort comme à Belvès, Saussignac, Thiviers et Brantôme.

17/10/17 : La Rochelle organise son Colloque Citoyenneté et Solidarités sur le thème "Innover aujourd’hui pour l’action sociale de demain" le 19 octobre à l'espace Giraudeau, avec l'intervention du CNAM de Paris. Gratuit sur réservation. www.ccas-larochelle.fr

15/10/17 : A TF1 Emmanuel Macron après le drame de Marseille a annoncé une nouvelle loi en matière de droit d'asile et d'immigration et la négociation en cours "d'accords bilatéraux avec les pays africains" pour rendre effectives les reconduites à la frontière.

13/10/17 : Les offices HLM de Charente-Maritime organisent une manifestation mardi à 14h devant la prefecture de La Rochelle pour protester contre la baisse des aides au logement pour les bailleurs sociaux.

11/10/17 : Le collectif national « Vive l'APL » qui regroupe 60 organisations associatives, syndicales, de consommateurs et bailleurs sociaux, appelle à la mobilisation samedi «pour défendre le droit au logement social». A Bordeaux, ce sera à Pey Berland à 14h

03/10/17 : L'organisation du Grand Pavois a enregistré quelque 80 000 visiteurs pour cette 45 e édition, identique à l'an dernier, et de nombreuses ventes d'unités. La prochaine édition se tiendra du 26 septembre au 1er octobre 2018.

- Multivote -
- Publicité -
S’abonner ici !
proprietes-rurales.com
- Publicité -
  • 18/10/17 | Les Pyrénées-Atlantiques "chouchoutées" par le Tour de France

    Lire

    Les Pyrénées-Atlantiques décrochent la timbale pour l'édition 2018 du Tour de France. Parti de Trie-sur-Baïse (65), le peloton arrivera à Pau le jeudi 26 juillet. Il disputera le vendredi 27 une étape émaillée de nombreux cols entre Lourdes et la commune montagnarde de Laruns (Aspin, Tourmalet, Bordères, Soulor-Aubisque). Un contre la montre entièrement basque sera enfin disputé le samedi 28 entre Saint-Pée-sur-Nivelle et Espelette. Equipes et accompagnateurs étant en prime logées pendant quatre jours à Pau. Que demander de mieux ?

  • 17/10/17 | Dominique Bussereau fait du lobbying pour le Tour de France

    Lire

    Alors qu'il assistera à la présentation du parcours du Tour de France ce mardi, le président de la Charente-Maritime compte bien "faire une petite piqûre de rappel" au patron du Tour de France Christian Prudhomme sur la volonté du Département d'accueillir le Tour de France "dans les prochaines années". Dominique Bussereau a notamment en tête un passage du Tour par les îles de Ré et d'Oléron. Une manne touristique et financière non négligeable, et une belle vitrine pour le territoire.

  • 15/10/17 | Les ours des Pyrénées donnent de leurs nouvelles

    Lire

    L'association Pays de l'ours- ADET se réjouit de "deux bonnes nouvelles" sur le massif pyrénéen. Tout d'abord la réapparition de Cannellito, le fils de l'ourse Cannelle tuée en 2004 par un chasseur béarnais. Alors que le plantigrade avait disparu depuis plusieurs mois, sa trace a été détectée grâce à la génétique en Bigorre et à Luchon. Par ailleurs, une quatrième portée comprenant deux oursons a été repérée sur le massif. "Ce qui porte à 7 le nombre minimum d'oursons cette année".

  • 13/10/17 | A 63: travaux de maintenance en Gironde

    Lire

    En raison de travaux de maintenance de la signalisation sur l'A63, les mesures suivantes vont être mises en œuvre : fermeture de la bretelle d’accès des aires de Lugos Est et Ouest du dimanche 15 à 22h au lundi 16 octobre 17h,la fermeture des bretelles d’accès et de sorties de l’échangeur 21 (Salles), le lundi 16 de 8h à 17h, la fermeture de la bretelle d’accès et de sortie de l’échangeur 20 (Belin-Béliet), le mardi 17 de 8h à 17h. Déviations locales prévues pour les usagers souhaitant rejoindre Salles ou Belin-Béliet depuis l'A 63 ou une entrée d'autoroute depuis Salles ou Belin-Béliet.

  • 12/10/17 | Le maire de Captieux démissionne

    Lire

    Denis Berland, maire de Captieux depuis 2015 suite à l’élection de Jean-Luc Gleyze à la présidence du Conseil Départemental de la Gironde, a présenté par courrier au préfet de la Gironde sa démission. Celui qui a été premier adjoint jusqu’en 2015 n’a pas encore indiqué les raisons de son départ.

Les dossiers d'Aqui

La LGV Sud-Ouest Idées neuves en Nouvelle Aquitaine Innov'action et Agriculture

Nos partenaires


Société | A Biarritz, Daniel Balavoine ne sera jamais oublié

18/01/2016 | La pluie abondante n'a pas découragé les fidèles de Daniel qui ne l'ont pas oublié, pas plus que ses copains. Yves et Claire, ses frère et sœur rappellent sa personnalité exceptionnelle

Balvoine Ranquine

Il pleuvait avec abondance sur le cimetière de Ranquine, à proximité de l’aéroport de Biarritz en cette fin de matinée du 14 janvier, date anniversaire du trentième anniversaire de Daniel Balavoine. De nombreuses personnes ont défilé toute la journée. Deux adjoints et trois conseillers municipaux viennent porter une gerbe au nom du maire et du Conseil municipal. Sympa, mais les « enfants » du chanteur, dont Mathilde, 20 ans, qui est venue depuis Bourges interrogent : « Pourquoi Biarritz n’a-elle pas prévu de faire un petit quelque chose pour marquer l’anniversaire ? »

Guillaume Barucq et Nathalie Sozeau, les deux « Djeun’s » du Conseil mesurent que, comme le chantait Jen-Jacques Goldman, « le petit feu ne s’éteint pas » et qu’ils n’ont pas envie d’interpréter demain « A nos actes manqués ». A l’entrée du cimetière de Ranquine s’engage alors un dialogue, avec Mathilde, 20 ans, Robert et Véronique. Drôle de rencontre. Robert était le proprio de la famille Balavoine à Biarritz il y a des lustres et s’est pointé au cimetière avec un album qui prouve bien que cet ancien garçon d’étage du Palais, qui doit avoir largement trois fois l’âge de Mathilde était un familier du chanteur. Mais il regarde avec tendresse particulière deux photos : celles dédicacées de la chanteuse Catherine Ferry au côté de Daniel Balavoine. Et pour cela, il faut bien faire partie de la famille.

Son autre famille, c’était sa bande de la Côte basque à laquelle il faisait systément signe quand il venait sur la Côte : Jacques Durruty, (notre photo archives Jacques Durruty) son ancien pion et protecteur, car Daniel, au lycée d’Hasparren avait déjà du tempérament, Jean-Pierre Laborde, Gastine, et le président de l’Aviron bayonnais omnisport, chirurgien orthopédique retraité de la clinique Saint-Etienne de Bayonne, Philippe Ducasse. « Lors d’un concert à Saint-Jean-de-Luz, se rappelle ce dernier, Jacques est allé le voir en lui demandant s’il se souvenait de lui. Une évidence et ils sont devenus les meilleurs amis du monde, ce qui ne veut pas dire que leurs relations étaient sans nuages. Mais ils se réconciliaient toujours. »

C’est ensemble que la bande va le 31 décembre 1985 fêter le réveillon de la Saint-Sylvestre, dans le sud des Landes chez Gastine. Ghis, la copine de la joyeuse équipe, a gardé le souvenir de Corinne, la femme de Daniel. « Elle a été adorable avec nous les filles et j’ai remarqué qu’elle avait une certaine emprise, une influence certaine sur son mari. »

Balavoine durruty

« Et puis, comme la qualifiait Daniel, nous avons fait la “refête” pour son anniversaire, se souvient encore Philippe Ducasse. Nous nous sommes retrouvés chez Gastambide à Saint-Jen-Pied de-Port, dans une petite salle et Daniel a lancé un grand sujet de conversation sur la société d’économie libérale et l’économie collectiviste. Il fallait toujours qu’il bataille. Dans cet ordre d’idées, je me souviens qu’il nous invitait généreusement à ses spectacles dans les grandes salles parisiennes pour avoir notre avis. Exactement quand, lors de la sortie de son dernier album “Sauvez l’Amour”, il nous a invité dans son appartement de la Milady pour nous le faire écouter en avant-première. Jacques a eu alors une parole malheureuse en lui disant, c’est quand même pas très rock and roll ton truc. Il a été vexé et lui a fait la tête pendant quelque temps. D’ailleurs quand Jacques a voulu ouvrir une concession BMW à Saint-Paul-les-Dax, Daniel lui a spontanément proposé de s’associer avec lui. Trente ans après sa disparition et avec l’actualité que nous connaissons, une question me taraude : quelles auraient été ses réactions aujourd’hui ? »

Yves : « Daniel était un pacifiste et ses paroles ont été mal interprêtées » Drôle de destin. Il aura fallu que Daniel disparaisse pour qu’Yves, son officier de frère de trois ans son aîné soit affecté au 1er RPIMa de Bayonne. En allant à la Réunion en 1984, avec Corinne et Jérémie, le chanteur s’était arrêté à Djibouti où son frère, officier parachutiste était affecté. « Je me souviens qu’il m’avait parlé de son Action-école, en faisant acheminer des sacs de riz en Afrique. Connaissant quand même ce continent et son fonctionnement je lui avais dit “pour moi le plus efficace est que tu fasses pousser du riz chez eux et que pour cela tu alimentes leur territoire en eau. Et c’est ainsi qu’il s’est lancé dans l’opération ‘Pari du cœur’ en installant des pompes à eau. Je dois dire vraiment que son copain Thierry Sabine a mis toute la logistique du Paris Dakar pour lui donner un coup de main et acheminer le matériel.”

Daniel, la grande gueule et Yves le militaire étaient-ils si différents que les apparences et leurs fonctions pouvaient le laisser penser. “Franchement je ne le pense pas, on avait beaucoup d’affinités. Daniel était un pacifiste et les militaires qui veulent assurer la paix le sont aussi. Quand il y a eu l’attentat du Drakkar au Liban où je me trouvais et que j’ai eu vent de la colère de Daniel, j’ai compris qu’il exprimait une grande peur rétroactive. Pour beaucoup de raisons, mais on a fait abstraction d’une partie de sa phrase sur les anciens combattants lors de cette émission 7/7. Je m’attendais forcément à certaines réactions de la part de ma hiérarchie et en fait, elles se sont produites de manière positive et cela m’a touché.”

Conséquence de son appréciation sur les anciens combattants, la Ville de Biarritz de Bernard Marie ne fera aucun zèle pendant six ans pour attribuer un lieu portant son nom. Lui succédant le maire Didier Borotra lui dédiera sa Maison des Jeunes au quartier Petricot.

Après le 1er RPIMa de Bayonne, Yves a été affecté à Castres où il a pris le commandement en second d’un régiment avant de prendre la retraite. Après avoir acquis dans un premier temps un appartement à Biarritz où son frère est enterré, il a aujourd’hui un appartement à Anglet. “Mais c’est surtout mes enfants et ma famille qui en profitent.”
Si les hommages qui ont marqué la disparition de son frère l’ont touché, il en a des appréciations différentes : “J’ai beaucoup aimé celle de France 3 parce qu’on parlait de ce qu’il avait dans les tripes, sa personnalité, ce n’était pas du show, une étude de caractère de Daniel. Évidemment la présence de Joana, la fille qu’il n’a jamais connue m’a beaucoup touchée. Ma sœur Claire m’avait parlé de son esprit et de son élaboration. En revanche, j’ai trouvé celle de TF1 plutôt nulle et on voyait trop qu’elle avait été faite uniquement dans un but. J’ai passé mon temps à zapper entre elle et un match. Il y avait plus de contenu sur W9 et à TMC, l’émission tenait la route. J’ai lu aussi que Daniel était Basque de cœur, mais nous le sommes aussi de sang.
Du côté de ma mère, ça vient d'Urt  et du côté de mon père, un arrière grand-père a épousé une Basque Etcheberts, dont le caveau se trouve à Ainhice Monjelos, près de Saint-Jean-Pied-de-Port. Quand on est passé par Biarritz, on a fait les beaux jours du Club Les Goelands en 1962-1963 et Claire a été une des premières femmes maitre-nageur sauveteur, elle a même été championne de France en nage libre et papillon; Bernard, notre frère ainé et moi on était plus concernés par la brasse."

Claire sur les routes à la mémoire de son frèreAujourd'hui, Claire, sa sportive de sœur de 9 ans son aînée qui a été kiné met un point d'honneur à poursuivre l’œuvre de son frère, la Fondation Balavoine devenue association. "Après sa mort, les dons arri­vaient de toutes parts pour finan­cer des pompes à eau en Afrique, dans la région du Sahel Occi­den­tal. Le public voulait conti­nuer le combat de Daniel. Avec quelques proches, nous avons décidé de créer la Fondation en 1986. Sa transformation de Fondation en association répond à une nouvelle règlementation de structure. Nous n'avons ni les millions ni le parc immobilier qui nous permettait de demeurer une fondation, et l'association a pris le relais. De Daniel, je préfère ne parler que de son grand cœur, de son énorme générosité qui l'ont conduit à se lancer dans ces "Pari du cœur", et à installer des pompes à eau au Mali en bordure du fleuve Niger dans les régions de Kidal et Gao avant sa dramatique disparition. Je n'oublierai jamais dans quel état il est revenu de ce Paris-Dakar qui lui a fait découvrir la misère de ce pays, les conditions de vie dans lesquelles vivaient ces gamins. Il en a été véritablement KO pendant un certain temps. Il ne parlait pas. Il était très sensible et il ressentait profondément les choses."

En 2014, Claire a écrit tout son ressenti en publiant une biographie illustrée des photos d'Alain Marouani, éditée chez Flammarion sur ce frère qui souhaitait être député et a choisi en fait la chanson pour exprimer ses révoltes. Les textes et ses chansons étaient tellement forts, on l'a vu, que leur onde s'est répercutée jusque trente ans après. Le chanteur est devenu légende. "Je ne suis pas un héros" avait-il écrit en 1980 pour le 26e album de Johnny "À partir de maintenant". Passée inaperçue avant que Daniel, sur proposition de Johnny, ne l'enregistre sur son album "Un autre monde". Elle lui ressemble tellement qu'elle fera un carton. Car Daniel envisageait justement un autre monde, loin du star-system, revenir aux fondamentaux musicaux qu'il préparerait à Biarritz et faire quelque chose avec un de ses inspirateurs: Peter Gabriel.

Drôle de destin: Johnny la reprendra pour la première fois sur scène à Bercy en 1990. Derrière la star cette année-là, il y a un choriste. Il s'appelle Michel Chevalier, un chanteur originaire de Pau qui eut son heure de gloire en 1972 avec un tube, "Je veux t'aimer". Ce même Michel Chevalier qui donna l'envie à l'époque à Daniel de monter à Paris tenter sa chance...

Félix Dufour
Par Félix Dufour

Crédit Photo : photo F. D.

Partager sur Facebook
Vu par vous
6310
Aimé par vous
0 J'aime
Les réaction
0 réaction
Envoyer par email
Email
Convertir en PDF
PDF
Imprimer cet article
Imprimer
Société
Société
Retour à la page d'accueil
Accueil
Aucune réaction à cet article pour le moment. A vous de jouer !

Nom * :
Email * :
Texte :
Combien font 20 + 16 ?*

Toutes les réactions sont soumises à validation de la rédaction d'Aqui avant leur publication sur le site. Conformément à l'article 10 du décret du 29 octobre 2009, les internautes peuvent signaler tout contenu illicite à la rédaction d'aqui.fr qui s'engage à mettre en oeuvre les moyens nécessaires à la suppression des dits contenus.

* champs obligatoires

J'aime aqui, je le soutiens ! Aqui!Presse - Affichez Vous chez Nous ! J'aime aqui, je le soutiens !