Soutenez aqui.fr face au défi de la Nouvelle Aquitaine

02/04/21 : Autour de la Journée de sensibilisation à l’autisme le 2 avril des villes illuminent leurs monuments en bleu: un symbole pour rappeler la nécessité de simplifier et améliorer le quotidien des personnes autistes. A Bordeaux ce sera la porte de Bourgogne.

01/04/21 : Le 9 avril prochain, la cité scolaire Alcide Dusolier de Nontron deviendra la 1ère cité scolaire 100% bio de France.

31/03/21 : Régionales- Signe de l'alliance entre GénérationS et EELV, Benoit Hamon sera à Bordeaux le 1er avril en soutien à Nicolas Thierry, tête de liste EELV de « Nos terroirs, notre avenir ». Sa numéro 2 en Gironde est Anne-Laure Bedu candidate GénérationS

24/03/21 : Charente-Maritime : Véronique SCHAAF, sous-préfète de Villeneuve-sur-Lot, est nommée sous-préfète de Saintes. Elle devrait prendre ses fonctions le 19 avril 2021. Elle succède à Adeline BARD, arrivée dans l’arrondissement de Saintes en juillet 2018.

19/03/21 : La Banque alimentaire Béarn-Soule organise, samedi 20 mars 2021, une collecte alimentaire exceptionnelle, mobilisant près de 400 jeunes bénévoles, dans 14 magasins de Pau.

18/03/21 : Charentes : L'Union Générale des Viticulteurs pour l'AOC Cognac (UGVC) vient de se doter d'un nouveau directeur général, Xavier RAFFENNE. Il était précédemment directeur de la Maison des Vins de Gaillac.

16/03/21 : La Rochelle : le festival de fiction télé se déroulera du 14 au 19 septembre, annonce aujourd'hui les organisateurs dans un communiqué. Une journée de plus sera dédiée à la création. Les candidatures pour les œuvres sont ouvertes.

04/03/21 : La Ville de Bayonne a réuni les représentants des professionnels et les partenaires de la fameuse Foire au Jambon pour envisager la suite à donner à cet événement de la semaine pascale. Il prennent date pour cet événement entre les 7 et 10 octobre

02/03/21 : Le 90e Congrès des Départements de France qui devait se tenir à La Rochelle en novembre dernier, puis les 29 et 30 avril prochain, est de nouveau reporté, selon un communiqué du Département de Charente-Maritime du jour.

26/02/21 : Faute de salon de l'agriculture cette année, la confédération paysanne organise du 27 février au 7 mars des fermes ouvertes pour faire découvrir l'agriculture paysanne.Liste des agriculteurs sur www.confederationpaysanne.fr/mobilisations.php?id=11079

24/02/21 : Charente-Maritime : selon un arrêté ministériel du 19/02 publié au Journal Officiel du 24/02, les communes reconnues en état de catastrophe naturelle en inondations et coulées de boue du 3 février 2021 au 9 février 2021 sont Crazannes et Le Mung.

23/02/21 : La ministre, Frédérique Vidal, en déplacement à Poitiers ce 23 février, a annoncé, devant une cinquantaine d'étudiants, la gratuité des protections périodiques dès la rentrée prochaine. 1 500 distributeurs devraient être installés sur les campus.

- Publicité -
S’abonner ici !
proprietes-rurales.com
- Publicité -
  • 09/04/21 | « De l’air ! » en Deux-Sèvres

    Lire

    L’association Ah ? qui propose des spectacles vivants et des évènements artistiques propose pour cette année 2021, 40 représentations dans 8 communes du département comme du théâtre de rue, de la poésie ou des dispersions graphiques. Les 22 compagnies programmées auront pour thématique « De l’air ! » en référence à l’épidémie de Covid-19 et traitera du besoin de liberté, de grands espaces, et de véritables retrouvailles. Festival espéré du 27 mai au 6 juin 2021...

  • 09/04/21 | Les « Marais d’Olives » à Parempuyre recherche un agriculteur

    Lire

    Bordeaux Métropole, propriétaire des « marais d’Olives » à Parempuyre, lance un Appel à Manifestation d’Intérêt pour recruter un agriculteur sur le site. Le site de 90 ha abrite une partie en prairie, un « marais pédagogique » et une partie non-valorisée comprenant des terrains agricoles et un bâtiment. Ce bail agricole environnemental sera d’une durée de 9 ans renouvelable. Les dossiers de candidature sont à transmettre avant le 30 juin 2021.

  • 09/04/21 | David Fortems, lauréat du prix Régine Desforges

    Lire

    Pour la 6ème année, le prix Régine Desforges, porté par la Ville de Limoges et les enfants de l’auteure, récompense un premier roman écrit par un auteur francophone. Cette année, le jury a décerné son prix à David Fortems, 24 ans, pour son roman « Louis veut partir ». Le lauréat a été récompensé par la Ville à hauteur de 3 000 €.

  • 09/04/21 | Plusieurs départs de feu de forêts en Charente-Maritime

    Lire

    Le sud du département de la Charente-Maritime a été touché par plusieurs feux de forêt le dimanche 4 avril (Montendre) et le jeudi 8 avril (Cercoux), qui ont nécessité le déploiement d’importants moyens de secours, ainsi que l’évacuation de plusieurs habitants à titre préventif. Face à cette situation, le préfet a demandé à la Gendarmerie nationale d’intensifier les patrouilles de surveillance afin de repérer et de procéder à l’interpellation de tout individu présentant un comportement suspect.

  • 08/04/21 | Ségur de la santé: 240 M€ pour la modernisation du CHU de Bordeaux

    Lire

    C'est Olivier Véran, ministre de la santé et des Solidarité qui en a fait l'annonce, le CHU de Bordeaux va bénéficier de 240 M€ dans le cadre du Ségur de la Santé. Cette enveloppe permettra de mener à bien le projet de "Nouveau CHU" porté par l'établissement lourd d'un investissement de 800 M€ sur 10 ans. Au total, une dizaine d’opérations va être menée sur les différents sites du CHU entre construction de nouveaux bâtiments (90 000 m²), et rénovation de l'existant. Les sites de Pellegrin et Saint-André notamment seront entièrement réhabilités, proposant aussi une réorganisations des services.

Les dossiers d'Aqui

La LGV Sud-Ouest Idées neuves en Nouvelle Aquitaine Innov'action et Agriculture

Société | A Bordeaux, les acteurs du sport s’adaptent au confinement

05/04/2020 | Pendant le confinement, les entreprises à Bordeaux proposent de nouvelles formules en ligne et gratuites. Un modèle économique inédit.

Sport à la maison

Adaptabilité et gratuité. Tel est le nouveau credo de nombreuses entreprises bordelaises spécialisées dans l’activité sportive. Depuis le samedi 14 mars et les annonces du Premier ministre, Édouard Philippe, tous les « lieux recevant du public non indispensables à la vie du pays » ont effectivement été fermés. Face au confinement, de nouvelles formules émergent en France. A Bordeaux, malgré les inquiétudes qui planent autour de leurs activités économiques, beaucoup d’acteurs du milieu sportif participent à l’effort national de solidarité. Regard sur trois entreprises sportives qui se sont accommodées.

Depuis le début du confinement, une véritable effervescence est née autour du sport à la maison. Dans les médias, sur les réseaux sociaux, dans les discussions privées : la tendance est à la pratique sportive pour, notamment, maintenir sa forme physique pendant le confinement. Problème : les salles de sport sont désormais fermées et les footings doivent être rapides et effectués non loin du domicile. Le sport est pourtant une activité recommandée pour entretenir sa santé, alors comment trouver des activités de substitution ? Des deux cotés de l’équation il y a des personnes en demande de sport et des entrepreneurs ou clubs contraints de stopper toute activité dans le domaine physique. Un nouveau business s’est donc fortement développé : le e-coaching. Autre facteur important : ces nouveaux services de sport en ligne sont souvent disponibles de manière totalement gratuite et sans engagement. Qu’est ce qui pousse alors ces entreprises à adopter ce type d’offre ? Quelle est la volonté qui se cache derrière cette démarche teintée de solidarité ? Découvrez trois entreprises bordelaises qui ont choisi de rendre accessible le sport à tous.

« C’est ma façon à moi d’inciter les personnes à rester chez elles »

Vegas Training

Yassine Bougouffa est préparateur sportif bordelais de haut niveau. Il y a 4 ans, il crée l’application « Vegas Training ». Suite à une lourde opération qu’a subi sa mère, Yassine a décidé de l’aider à reprendre une activité sportive. Cependant, il n’y avait pas de cours collectifs adaptés pour elle. Il a décidé alors de lui faire un programme pour la remettre sur pieds. A ce moment-là, le jeune sportif a un déclic : et si sa mère n’était pas un cas isolé ? « J’ai fait un sondage auprès de différentes salles de sport pour en savoir plus, et je me suis rendu compte que les cours collectifs n’étaient pas accessibles à tous », confie Yassine Bougouffa. Son application « Vegas Training » est alors née suite à ce constat. Les utilisateurs de l’application ont ainsi la possibilité de suivre la même programmation que dans les salles de sports. Le Vegas Training est composé de 5 cycles de 8 semaines avec plus de 1400 exercices chaque semaine. Les utilisateurs suivent le cours via des vidéos préenregistrées.

Même si le support virtuel semble être un avantage en ces temps de confinement, le jeune entrepreneur reste impacté par cette situation inédite. « C’est très compliqué, indique t-il. En effet, habituellement, je travaille sur la programmation et les exercices chaque semaine avec mon équipe d’athlètes afin de les préparer pour le tournage des vidéos et les cours coachés en salle. Heureusement, l’application n’est pas touchée car de nombreuses vidéos ont déjà été tournées pour l’année.  Mais nous ne pouvons plus donner de cours dans les salles.» Pendant le confinement, Yassine Bougouffa commence à offrir aux adhérents de salles partenaires des vidéos gratuites. Puis, considérant « la gravité de la situation », il a décidé d’offrir 8 semaines d’exercices à tous ! « C’était ma façon à moi d’inciter les personnes à rester chez elles » explique le coach. Cette gratuité temporaire transpire la générosité mais peut aussi apporter de la visibilité à son tout jeune concept. « Cette offre gratuite peut permettre de faire connaître Vegas Training à de nouvelles personnes », espère aussi Yassine Bougouffa. Ce principe d’e-coaching, parfois méconnu des sportifs, connaît avec le confinement, un réel succès. Pour son fondateur, Vegas Training veut aider pendant cette crise sanitaire et permettre l’accessibilité du sport à tous. « Le Vegas Training est un concept inédit et j’espère que j’aurais apporté une nouvelle vision des cours-vidéos coachés » termine Yassine Bougouffa.

« En tant qu'association, nous sommes ainsi garants de l'esprit de solidarité »

Les Coqs Rouges

Association historique du centre-ville de Bordeaux, « Les Coqs Rouges » a été créée en 1891. Des activités sportives pour tous y ont été proposées dès le début du XXème siècle (gymnastique et football). Aujourd'hui Maison de Quartier bordelaise, elle demeure encore un vecteur important de lien social du centre-ville, notamment dans le Quartier Sainte-Eulalie, de par sa dynamique sur les plans sportif et culturel. Malgré le confinement, les séances de sport de l’association continuent à la maison ! « Nos salariés administratifs sont en télétravail, tandis que les professeurs et intervenants des différentes activités se sont organisés pour faire pratiquer nos adhérents à la maison : visioconférences, diffusion de contenus texte et audio, lives sur les réseaux sociaux, vidéos sur la chaîne Youtube des Coqs Rouges, les moyens sont divers ! » explique Jean-Noël Désirée, chargé de communication pour « Les Coqs Rouges ».

Parmi les exemples de cours gratuits, on retrouve Cécile, professeur de Gym Globale, Zumba Gold et stretching, et Candice, professeur de Street Dance sur la chaîne Youtube des Coqs Rouges. Des séances Yoga sont également disponibles en vidéo sur la chaîne Youtube Turiya-Satsana. Evidemment, certaines disciplines ne peuvent pas se pratiquer à domicile mais là encore, les entraineurs de l’association s’adaptent. La section Football s’est lancée dans les défis insolites entre joueurs tandis que la section Natation publie des vidéos ludiques sur sa page Facebook. Ces contenus diffusés sur Internet sont donc accessibles à tous car, comme l’explique Jean-Noël Désirée, « nous sommes ainsi garants de l'esprit de solidarité qui doit s'appliquer en cette période de confinement. » Cette formule sportive tournée vers les réseaux sociaux va apporter aux adhérents et également aux non-adhérents. « Il est possible que nos contenus nous permettent de faire découvrir à d'autres personnes nos activités, mais ce n'est pas le but premier » précise Jean-Noël Désirée. D’un autre coté, l’activité économique de l’association est fortement impactée. Beaucoup d’évènements ont été annulés et la rénovation des locaux a dû être repoussée. « L'association survivra à cette crise, mais nous avons peu de visibilité pour le moment sur les conséquences réelles. Comme pour toutes les associations, la gestion du budget était déjà une problématique délicate avant la crise sanitaire. Nous aurons sûrement le soutien des instances territoriales et fédérales, nous attendons leurs futures communications. Le timing de la sortie de crise sera également décisif… » explique-t-il.

« En tant qu’auto-entrepreneurs, nous avons besoin de rester actifs »

Club Nutriforme Bordeaux

Le  Club Nutriforme à Bordeaux est né il y a un an et demi rue Mouneyra, dans le quartier du Palais de Justice. Katia et Laurent Delamarre ont ouvert ce club ensemble. Depuis l’annonce du confinement, et de la fermeture de nombreux restaurants, les dirigeants ont choisi de fermer le club pour des raisons sanitaires. De nombreux coachs travaillent partout en France via ce réseau « Nutriforme » et créent des évènements mutualisés pour pouvoir ouvrir le Club Nutrition Online, le lundi 23 mars. « Nous ne pouvons pas rester économiquement sans rien faire, et je préfère faire une belle publicité et attirer du monde (même sans faire de commerce) plutôt que de ne rien faire. On ne pouvait pas non plus laisser les « challengers » que l’on accompagne au quotidien sans solution. » C’est via un groupe privé sur Facebook que le Club Nutriforme Online prend vie. On y retrouve, par exemple, plusieurs fois par jour des témoignages de personnes qui ont eu des résultats en suivant le programme du club. Des recettes healthy sont aussi disponibles gratuitement et quelques séances sont à suivre en direct avec toujours une bonne dose de bonne humeur.

Cet investissement en ligne montre dans un premier temps que le club ne veut pas perdre la confiance de sa clientèle. « Ce sont des personnes qui nous font confiance et qui ont besoin de continuer, explique Katia Delamarre. Tous les accompagnements sont faits de la même manière mais en virtuel. » La seconde raison sonne comme une évidence pour la dirigeante du club. Selon elle, tout le monde, en cette période difficile, doit avoir le droit d’accéder à des sources pour bien manger et faire du sport. « D’un point de vue pratique, c’est aussi impensable de faire rémunérer une séance de sport via une vidéo ». C’est aussi l’occasion pour ce club de créer une communauté autour de nouvelles personnes. « Les gens se sentent souvent seuls dans cette épreuve et ce groupe permet notamment de créer des échanges entre les participants » explique Katia. Cela dépasse donc la simple logique économique puisque les clients restent fidèles et continuent de commander notamment les produits nutritifs vendus par le club. Une autre raison a poussé Katia Delamarre et son mari à s’investir autant en ligne : « pour nous, c’est aussi un moyen de continuer notre activité. Lorsque l’on est auto-entrepreneurs, nous sommes actifs, et c’est aussi un vrai besoin d’aider les gens. »

Le marché de la perte de poids et du sport est très concurrentiel, surtout dans un territoire urbain comme celui de Bordeaux. Il faut donc savoir se démarquer. En s’investissant ainsi, le Club Nutriforme et les autres clubs proposant des programmes différents, gratuits et à distance, mettent en avant une image valorisante de leur entreprise. En ces temps difficiles, entreprendre ce genre d’action solidaire permet de montrer l’aspect éthique d’une entreprise et faire éclore de nouvelles valeurs liées à l’histoire de l’entreprise. Cette crise pousse aussi les entrepreneurs à se réinventer, à s’adapter et à savoir utiliser les outils de communication actuels de manière plus instinctive. « Avant la semaine dernière, je ne savais pas comment lancer un live sur Facebook », avoue Katia Delamarre en riant. Le e-coaching est en train d’être apprivoisé de plus en plus par de nombreux acteurs du milieu sportif. L’occasion, pourquoi pas, de réfléchir à un avenir différent pour les salles de sports ou à une offre supplémentaire exclusivement en ligne… 

Lucile Bonnin
Par Lucile Bonnin

Crédit Photo : Pixabay

Partager sur Facebook
Vu par vous
4404
Aimé par vous
0 J'aime
Les réaction
0 réaction
Envoyer par email
Email
Convertir en PDF
PDF
Imprimer cet article
Imprimer
Société
Société
Retour à la page d'accueil
Accueil
Aucune réaction à cet article pour le moment. A vous de jouer !

Nom * :
Email * :
Texte :
Combien font 13 + 10 ?*

Toutes les réactions sont soumises à validation de la rédaction d'Aqui avant leur publication sur le site. Conformément à l'article 10 du décret du 29 octobre 2009, les internautes peuvent signaler tout contenu illicite à la rédaction d'aqui.fr qui s'engage à mettre en oeuvre les moyens nécessaires à la suppression des dits contenus.

* champs obligatoires

J'aime aqui, je le soutiens ! Aqui!Presse - Professionnels des contenus ! J'aime aqui, je le soutiens !