Soutenez aqui.fr face au défi de la Nouvelle Aquitaine

15/12/18 : L'Association Petit Coeur de Beurre a décidé en accord avec la Jeune Académie Vocale d'Aquitaine JAVA et l'Ensemble Vocal Aquistriae d'annuler le concert "De choeurs à coeurs" prévu ce samedi 15 décembre en l'église St Louis des Chartrons à 20h30.

14/12/18 : Du 15/12/18 au 5/01/19 : le centre-ville montois sera piéton les week-ends du 15 et 22/12 et le 24/12 et le stationnement gratuit dans le centre-ville les samedis après-midi. 1h de stationnement gratuit par demi-journée, du lundi au samedi matin.

14/12/18 : Center Parcs Lot-et-Garonne. Les premiers coups de pioche de ce chantier sont donnés ce jour, 14 décembre, à l’étang du Papetier, à Pindères.

14/12/18 : En raison des mouvements sociaux actuels, le Grand-Théâtre sera fermé au public ce samedi 15 décembre entraînant le report du récital de Sondra Radvanovsky au 31 mars 2019. Les visites guidées sont également annulées.

13/12/18 : Le jeune rugbyman du Stade Français Nicolas Chauvin, 19 ans, victime d'un traumatisme cervical suite à un plaquage dimanche lors d'un match à Bègles est décédé au CHU de Pellegrin. Nouveau drame après la mort récente d'un jeune joueur d'Aurillac.

13/12/18 : Présente au salon Nautic de Paris, La Rochelle a lancé de Paris le Défi Atlantique, une nouvelle course en équipage réservée aux Class 40. Départ fin mars 2019 de la Guadeloupe, pour rejoindre La Rochelle mi-avril avec une escale à Horta aux Açores.

13/12/18 : La CCAS de Châtellerault organise ce samedi à la résidence Tivoli son marché de Noël. Lors d'ateliers manuels, les résidents ont réalisés des créations qui seront en vente lors du marché et dont les gains serviront à l'animation de la résidence.

12/12/18 : En raison des liens historiques et fraternels qui unissent les villes de Strasbourg et de Périgueux, le drapeau français sur la mairie de Périgueux sera en berne ce mercredi suite au drame survenu hier sur le marché de Noël de la capitale alsacienne.

12/12/18 : Vigipirate : Urgence Attentat. Renforcement de la sécurité en Gironde. Renforcement des contrôles notamment à l’aéroport de Bdx-Mérignac, surveillance des marchés de Noël, centres commerciaux et interdiction de manifestations sur la voie publique.

12/12/18 : Signature de la charte urbaine, architecturale et paysagère de Pessac le 13 déc. Elle entend garantir et préserver la qualité du cadre de vie des Pessacais en travaillant sur la qualité des espaces extérieurs, de la construction et des usages.

12/12/18 : La FFMC47 organise avec les Restos du Cœur la balade des pères Noël motards, le samedi 15 déc. au Gravier à Agen à 13h30. Le principe : venir déguiser en père Noël avec un cadeau neuf non emballé qui sera offert à des enfants par les Restos à Noël.

12/12/18 : Les 22-26 et 28 déc, Bordeaux Visite organise une visite-famille "Bordeaux à Noël", afin de découvrir la place Pey Berland, le cours de l'Intendance, les allées de Tourny, la place de la Comédie. Accessible aux familles avec enfants dès 7 ans.

12/12/18 : Forum « Sport en société, Droit au Sport et contraintes économiques », les vendredi 14 et samedi 15 décembre, organisé par le CDOS33 en cette année du 40ème anniversaire du mouvement sportif girondin, à l'Hôtel du Département à Bordeaux.

- Publicité -
S’abonner ici !
- Publicité -
  • 15/12/18 | Biarritz: un feu d'artifice séuritaire pour le président

    Lire

    Nous nous en sommes fait écho, le président de la République Emmanuel Macron se déplace mardi 18 décembre à Biarritz pour la préparation du G7 en présence de vingt ambassadeurs. La ceinture de sécurité appliquée est celle que la Ville met en place depuis des années pour...le feu d'artifice du 15 août. Il sera donc difficile d'accéder en voiture au centre ville. Nous vous recommandons d'aller sur le site de la ville, www.biarritz.fr ou www.chronoplus.eu pour prendre connaissance du dispositif et déplacements.

  • 14/12/18 | Jacqueline Gourault en déplacement en Dordogne lundi 17 décembre

    Lire

    Jacqueline Gourault, ministre de la cohésion des territoires et des relations avec les collectivités territoriales sera en déplacement en déplacement en Dordogne ce lundi 17 décembre. En fin de matinée, elle sera à Coulounieix Chamiers pour le projet de rénovation urbaine. L'après midi, elle se rendra au Nord du département pour la pose de la première pierre de la maison médicale de Lanouaille. C'est la troisième fois que la ministre se rend en Dordogne depuis dix huit mois.

  • 14/12/18 | De nouveaux équipements pour la section foot d'un collège du 87

    Lire

    Créée en 2011, la section de football du collège André Maurois est labellisée et reconnue par la FFF et l’Education Nationale. Cette section rend possible la pratique du football dans un cadre scolaire privilégié. Afin de les soutenir, le Conseil Départemental de la Haute-Vienne vient de les doter de 14 équipements joueurs complets et 2 équipements gardiens. Dernièrement, la section sportive a formalisé de nouveaux partenariats avec la FFF, le Limoges Football Club et la Ville de Limoges.

  • 14/12/18 | L'industrie du pin maritime cherche de nouvelles ressources

    Lire

    Début décembre dans les Landes, l’Etat, les acteurs de la filière forêt-bois et les collectivités locales se sont réunis sur les difficultés d’approvisionnement des industries du bois qui nécessitent 6 M m³ annuels alors que la récolte actuelle est de 5,6 M m³. Avec 32 M m³ de bois ayant atteint ou dépassé l’âge d’exploitation préconisé, l’enjeu pour la filière est donc de récolter ces bois mûrs dans les années à venir. Outre l'engagement de l'Etat à intensifier sa communication en ce sens auprès des propriétaires, l'amont et l'aval de la filière pourraient en passer par la contractualisation pour garantir l'adéquation entre offre et demande.

  • 14/12/18 | La Rochelle lance une nouvelle course au Nautic de Paris

    Lire

    L'agglomération de La Rochelle profite de sa présence au salon Nautic de Paris, du 8 au 16 décembre, pour présenter une toute nouvelle course, organisée en partenariat avec le Grand Pavois Organisation : le Défi Atlantique. Cette nouvelle épreuve en équipage est réservée aux Class 40. Le départ sera donné fin mars 2019 de la Guadeloupe, pour rejoindre La Rochelle mi-avril avec une escale à Horta aux Açores.

Les dossiers d'Aqui

La LGV Sud-Ouest Idées neuves en Nouvelle Aquitaine Innov'action et Agriculture

Société | A Bordeaux, un pont chasse l'autre ?

15/05/2008 |

Sale temps pour la passerelle Eiffel

C'est au cours du viaduc du 8 au 11 mai prochains que prendra fin le plus grand chantier ferroviaire engagé à ce jour en France, création de la LGV Est mise à part : la suppression du goulot d'étranglement entre Cenon et la gare Saint-Jean de Bordeaux (Gironde), initiée en 2004 par le maître d'oeuvre RFF (Réseaux Ferrés de France) et le géant du BTP, Eiffage. L'ouvrage le plus spectaculaire de ce chantier, un nouveau pont ferroviaire à quatre voies, doit remplacer dès dimanche la passerelle Eiffel, menacée de destruction.

Aujourd'hui, de la gare Saint-Jean, rive gauche, à Cenon, rive droite, tous les trains qui vont vers le nord ou qui en viennent ne circulent que sur une seule voie par sens. Chaque jour, selon Geneviève Latxage, chargée de communication chez RFF, "ils sont 240 à passer sur ces rails" : le trafic est saturé. La suppression de ce bouchon consiste en un doublement des voies, qui sera effectif à partir de lundi, afin de fluidifier la circulation. Derrière cette équation assez simple se profilent des promesses engageantes pour l'économie régionale. Localement, les TER devraient être plus rapides et plus fréquents, ce qui favorisera les liaisons entre les différentes villes d'Aquitaine, troisième région française en superficie, qui se doit donc d'avoir un réseau ferroviaire efficace.

Faire sauter le bouchon
Sur le plan national, ces quatre voies sont une condition indispensable à la mise en place de la nouvelle LGV (Ligne à Grande Vitesse) entre Tours et Bordeaux, qui ne serait plus qu'à 2h10 de Paris en 2016, contre 3h aujourd'hui. La ligne actuelle accueillerait alors davantage de frêt. Car pour l'heure, de nombreux trains de marchandises sont obligés de s'arrêter à l'approche du goulet d'étranglement afin de laisser passer les trains de voyageurs. Bordeaux pourrait ainsi tenir réellement cette place qu'elleoccupe pour l'instant en théorie seulement, sur l'axe Sud Europe Atlantique, de la péninsule ibérique au Bénélux, et ce alors que la SNCF tend à tourner ses activités de frêt vers l'international. Pour 2008, l'entreprise souhaite par exemple doubler le nombre de trains de marchandises à destination du Bénélux. L'Aquitaine et Bordeaux sont donc certainement dans le bon wagon.

Des subventions ?
Vue intérieure de la passerelle EiffelMais à quelques mètres en aval du nouveau pont, un grain de sable est venu enrayer cette mécanique bien huilée. C'est à propos de l'avenir réservé à la passerelle Saint-Jean, appelée aussi passerelle Eiffel, du nom de son illustre concepteur, qu'est née la polémique. Chez son propriétaire RFF, on estime simplement qu'"on est pas là pour faire de la conservation de patrimoine". Geneviève Latxage explique ainsi que RFF "donne la passerelle à la collectivité qui en assumerait la restauration" : un coût estimé entre 8 et 10 millions d'euros (l'ensemble du projet de suppresssion du bouchon ferroviaire représente une enveloppe de 300 millions d'euros). "La balle est dans le camp des collectivités", résume-t-elle. Du côté de la mairie de Bordeaux, on se dit prêt à verser " environ deux millions d'euros", en cas d'accompagnement par les autres territorialités. Mais celles-ci semblent bien frileuses : "il n'y a pas de prise de position de la CUB à ce sujet", avance l'attaché de presse de l'intercommunalité Alain Lamaison. "Ce dossier ne relève pas des compétences stricto-sensu de la CUB", précise-t-il tout de même. Au Conseil régional, on est prudent également. La Région ne se prononcera qu'une fois qu'"un groupe de travail entre les collectivités et RFF aura été réuni", ce qui est prévu pour les jours qui viennent. Le Conseil régional souligne en outre que "l'intérêt patrimonial devra être démontré par des instances habilitées, afin de justifier l'octroi de subventions régionales."

"Un incunable de l'architecture française"
La passerelle Eiffel fut le premier chantier sur lequel travailla l'ingénieur du 19ème siècle. Selon Bertrand Lemoine, chercheur au CNRS etbiographe de Gustave Eiffel, "ce pont est un incunable de l'architecture française" ; son intérêt patrimonial ne semble pas faire l'ombre d‘un doute. Du moins, pas pour l'association "Sauvons la passerelle Eiffel", qui a recueilli plusieurs milliers de signatures de soutien. A l'initiative du collectif de défense, Myriam Larnaudie-Eiffel, descendante de l'ingénieur, est très inquiète : "au 1er juillet, si nous n'avons pas obtenu de transfert de propriété à une collectivité locale, la passerelle sera détruite".Elle a le sentiment que "RFF fait tout pour qu'elle ne soit pas gardée". L'architecte du nouveau pont Jean de Giacinto partage ce point de vue : "RFF ne joue pas le jeu : ils veulent absolument la démolir". "Détruire le premier chantier d'Eiffel, c'est un arrachement", peste l'architecte dont le travail pourrait être la cause indirecte de la perte de "l'incunable de l'architecture française". Lourde responsabilité... Jean de Giacinto a d'ores et déjà proposé un plan de reconversion de la passerelle, qui deviendrait un espace "de circulation douce", où transiteraient cyclistes et piétons. En avril dernier, Alain Juppé déclarait qu'il ne souhaitait pas qu'elle devienne un lieu "d'où l'on regarde passer les trains". Un autre plan de réaménagement serait à l'étude en ce moment. Si aucune solution n'est trouvée, la passerelle Eiffel devrait être détruite en juillet. Ironie du sort, les poutres métalliques du tablier du nouveau pont ont été fabriquées par l'entreprise Eiffel, fondée elle aussi par l'ingénieur.

Léo Peresson

Partager sur Facebook
Vu par vous
960
Aimé par vous
23 J'aime
Les réaction
1 réaction
Envoyer par email
Email
Convertir en PDF
PDF
Imprimer cet article
Imprimer
Société
Société
Retour à la page d'accueil
Accueil
S.LAFARGUE | 13/05/2008

Si ce pont Eiffel est démoli, sa destruction engendrera à cou sûr de gros risque de maladie professionnelle pour les ouvriers qui devront découper l'ouvrage (Fumées toxiques contenant du plomb provenant des multiples couches de peintures).Le saturnisme qui est la maladie engendrée par l'ingestion ou la respiration de vapeurs de plomb est très grave.
Bien sûr il faut aussi compter sur les risques de pollution.
Il serait préférable de laisser cet ouvrage en place...

Nom * :
Email * :
Texte :
Combien font 18 + 18 ?*

Toutes les réactions sont soumises à validation de la rédaction d'Aqui avant leur publication sur le site. Conformément à l'article 10 du décret du 29 octobre 2009, les internautes peuvent signaler tout contenu illicite à la rédaction d'aqui.fr qui s'engage à mettre en oeuvre les moyens nécessaires à la suppression des dits contenus.

* champs obligatoires

J'aime aqui, je le soutiens ! Aqui!Presse - Affichez Vous chez Nous ! J'aime aqui, je le soutiens !