17/12/17 : "Avant si j'était vieux", théâtre, musique et bien vieillir, voici le mélange détonant que les caisses de retraite d’Aquitaine proposent de découvrir gratuitement. La prochaine représentation a lieu le 19 décembre à 15 h à Bergerac au centre culturel.

15/12/17 : Futuroscope : le président du directoire Dominique Hummel a annoncé dans La Nouvelle République qu'il allait quitter ses fonctions en mars prochain.

14/12/17 : Depuis ce 12 décembre, la FRSEA Sud Ouest a de nouveaux contours. Regroupant désormais les régions Occitanie et Nouvelle-Aquitaine elle représente 25 départements. Le même jour, Philippe Moinard en a été élu à la présidence.

13/12/17 : Pont d’Aquitaine fermé dans les 2 sens : rocade A630 entre échangeurs 2 (Lormont - Croix Rouge) et 4a (Bordeaux - Nouveau Stade) du jeudi 14 décembre 21h00 au 15 à 6h00. Déviations rocade intérieure et extérieure, via le pont François Mitterrand.

12/12/17 : Philippe Martinez,le secrétaire général de la CGT se rendra ce jeudi en Dordogne. Il visitera les ateliers SNCF du Toulon avant de rencontrer le syndicat cheminot. L'après midi, il participera à une assemblée avec tous les syndicats CGT du département.

11/12/17 : Catherine Seguin, 45ans, fille de Philippe Seguin qui était sous-préfète de Bayonne depuis 2016 a pris du galon et sera la nouvelle préfète du Gers en remplacement de Pierre Ory nommé dans les Vosges. Deuxième femme à occuper ce poste dans le Gers

11/12/17 : La Charente-Maritime est passée ce matin en vigilance "jaune" vents violents : la circulation est coupée sur le pont de l'île d'Oléron et les liaisons maritimes coupées avec l'île d'Aix, en raison d'une forte houle.

10/12/17 : A Orthez la liste menée par le socialiste Emmanuel Hanon remporte l'élection municipale (49,69%) devançant celle du maire sortant Yves Darrigrand (39,87%) et de Hélène Marest (Lrem -Modem 10,44%

10/12/17 : Philippe Mahé préfet de Meurthe-et-Moselle depuis août 2015 est le nouveau directeur général des services de la Gironde. Il a occupé plusieurs postes similaires depuis 1995 en Côtes d'Armor Finistère aux communautés urbaines de Nantes et de Toulouse.

10/12/17 : Dans un communiqué du 9/12, le président de la Charente-Maritime Dominique Bussereau annonce que l'instauration d'un péage à l'entrée d'Oléron ne sera finalement pas soumis au vote lors de la session du Département du 18 décembre comme annoncé.

10/12/17 : Charente-Maritime : Météo France annonce une tempête ce lundi, avec de violentes rafales pouvant atteindre localement 120 à 130 Km/h sur le littoral et 100 à 110 Km/h à l'intérieur des terres.

09/12/17 : Après l'annonce de la présence du groupe NTM, les Francofolies ont annoncé cette semaine leurs prochaines têtes d'affiches de l'édition 2018, qui se tiendra du 11 au 15 juillet : Orelsan, Jain, Véronique Sanson, Mc Solaar, Calogero et Shaka Ponk.

08/12/17 : Les maires de Port-au-Prince et de La Rochelle ont signé un accord mardi à l’occasion des 2e Assises de la coopération franco-haïtienne à Port-au-Prince. Une aide nouvelle sera apportée pour la construction d’un lieu d’accueil en cas de catastrophe.

07/12/17 : Le maire de Saint-Jean-de-Luz et premier vice-président de la Communauté Pays basque, Peyuco Duhart, 70 ans, est mort ce vendredi matin à 10 heures au Centre hospitalier de la Côte basque à Bayonne. Il avait été victime d'un AVC la semaine dernière.

- Multivote -
- Publicité -
S’abonner ici !
proprietes-rurales.com
- Publicité -
  • 15/12/17 | Les radicaux de gauche Nouvelle Aquitaine...

    Lire

    Après la récente fusion du Parti Radical de Gauche et du Parti Radical Valoisien au sein "d’une nouvelle structure baptisée « Mouvement Radical » dans laquelle ils ne se reconnaissent pas totalement les élus Radicaux de Gauche du Conseil régional ont souhaité prendre leurs distances avec ce contexte politique national. Ainsi Soraya Ammouche-Milhiet, Benoît Biteau, Régine Marchand, Francis Wilsius,réaffirment leur place au sein de la majorité d’Alain Rousset et gardent leurs distances avec les jeux politiques des appareils nationaux, partageant des valeurs communes autour du triptyque républicain et de la Laïcité."

  • 15/12/17 | La Charente-Maritime toujours en manque d'eau

    Lire

    Au vu de la situation hydrologique actuelle et de l’absence de pluviométrie, le préfet de la Charente-Maritime a décidé de prolonger l'arrêté en date du 31 octobre 2017 jusqu’au dimanche 14 janvier 2018 inclus. Le prélèvement d’eau en vue du remplissage ou du maintien du niveau des retenues d’eau à usage d’irrigation agricole et tous les plans d’eau est interdit sur tous les bassins de gestion de Charente-Maritime (sauf bassin Charente aval) pour les remplissages par prélèvement superficiel.

  • 15/12/17 | Martin Leÿs délégué régional EDF en janvier 2018

    Lire

    Benoît Thomazo délégué régional d'EDF en Aquitaine puis Nouvelle Aquitaine depuis 4 ans passera le relais en janvier prochain à Martin Leÿs. Celui-ci, jusque là directeur du dialogue social au sein du groupe, présidait le Comité central d'entreprise et le Comité européen ainsi que le Fonds "Agir pour l'emploi" d'EDF qui soutient les projets portés par les associations d'insertion. Martin Leÿs avait été en 2002 directeur de cabinet de la délégation d'Aquitaine à Bordeaux avant de devenir conseiller social auprès de François Roussely et de diriger depuis la Chine le développement Asie d'EDF pendant six ans.

  • 15/12/17 | Asphodèle, le plus bio des salons revient à Pau

    Lire

    Plus grand et plus ancien salon des produits bio du Sud ouest, Asphodèle, est de retour, du 15 au 17 décembre, au Parc des expositions à Pau pour sa 22ème édition. Résolument engagé pour la planète et le bien être, il se dédié à la bio et aux nouvelles façons de vivre et de consommer, à travers cette année plus de 220 exposants. Des artisans, producteurs, viticulteurs, créateurs, entreprises de transformation triés sur le volet. Au programme aussi de nombreuses animations et conférences qui évoqueront notamment les OGM, l'agriculture bio, l'éco-construction ou encore les semences libres.

  • 15/12/17 | Le point sur la tuberculose bovine en Dordogne

    Lire

    La campagne de prophylaxie 2017-2018 de la tuberculose bovine a débuté en avance avec un nouveau mode de dépistage qui donne des résultats encourageants. Il s’agit d’un procédé à la fois plus efficace mais aussi plus contraignant, car nécessitant une bonne contention des bovins. Depuis le début novembre, 106 dossiers de prophylaxie ont été traités et 5 élevages ont présenté des résultats positifs. Le nombre de foyers de tuberculose pour 2017 est toujours de 28 élevages, dont 8 ont fait l’objet d’un abattage total et 20 d’un abattage sélectif.

Les dossiers d'Aqui

La LGV Sud-Ouest Idées neuves en Nouvelle Aquitaine Innov'action et Agriculture

Société | A Bordeaux, un pont chasse l'autre ?

15/05/2008 |

Sale temps pour la passerelle Eiffel

C'est au cours du viaduc du 8 au 11 mai prochains que prendra fin le plus grand chantier ferroviaire engagé à ce jour en France, création de la LGV Est mise à part : la suppression du goulot d'étranglement entre Cenon et la gare Saint-Jean de Bordeaux (Gironde), initiée en 2004 par le maître d'oeuvre RFF (Réseaux Ferrés de France) et le géant du BTP, Eiffage. L'ouvrage le plus spectaculaire de ce chantier, un nouveau pont ferroviaire à quatre voies, doit remplacer dès dimanche la passerelle Eiffel, menacée de destruction.

Aujourd'hui, de la gare Saint-Jean, rive gauche, à Cenon, rive droite, tous les trains qui vont vers le nord ou qui en viennent ne circulent que sur une seule voie par sens. Chaque jour, selon Geneviève Latxage, chargée de communication chez RFF, "ils sont 240 à passer sur ces rails" : le trafic est saturé. La suppression de ce bouchon consiste en un doublement des voies, qui sera effectif à partir de lundi, afin de fluidifier la circulation. Derrière cette équation assez simple se profilent des promesses engageantes pour l'économie régionale. Localement, les TER devraient être plus rapides et plus fréquents, ce qui favorisera les liaisons entre les différentes villes d'Aquitaine, troisième région française en superficie, qui se doit donc d'avoir un réseau ferroviaire efficace.

Faire sauter le bouchon
Sur le plan national, ces quatre voies sont une condition indispensable à la mise en place de la nouvelle LGV (Ligne à Grande Vitesse) entre Tours et Bordeaux, qui ne serait plus qu'à 2h10 de Paris en 2016, contre 3h aujourd'hui. La ligne actuelle accueillerait alors davantage de frêt. Car pour l'heure, de nombreux trains de marchandises sont obligés de s'arrêter à l'approche du goulet d'étranglement afin de laisser passer les trains de voyageurs. Bordeaux pourrait ainsi tenir réellement cette place qu'elleoccupe pour l'instant en théorie seulement, sur l'axe Sud Europe Atlantique, de la péninsule ibérique au Bénélux, et ce alors que la SNCF tend à tourner ses activités de frêt vers l'international. Pour 2008, l'entreprise souhaite par exemple doubler le nombre de trains de marchandises à destination du Bénélux. L'Aquitaine et Bordeaux sont donc certainement dans le bon wagon.

Des subventions ?
Vue intérieure de la passerelle EiffelMais à quelques mètres en aval du nouveau pont, un grain de sable est venu enrayer cette mécanique bien huilée. C'est à propos de l'avenir réservé à la passerelle Saint-Jean, appelée aussi passerelle Eiffel, du nom de son illustre concepteur, qu'est née la polémique. Chez son propriétaire RFF, on estime simplement qu'"on est pas là pour faire de la conservation de patrimoine". Geneviève Latxage explique ainsi que RFF "donne la passerelle à la collectivité qui en assumerait la restauration" : un coût estimé entre 8 et 10 millions d'euros (l'ensemble du projet de suppresssion du bouchon ferroviaire représente une enveloppe de 300 millions d'euros). "La balle est dans le camp des collectivités", résume-t-elle. Du côté de la mairie de Bordeaux, on se dit prêt à verser " environ deux millions d'euros", en cas d'accompagnement par les autres territorialités. Mais celles-ci semblent bien frileuses : "il n'y a pas de prise de position de la CUB à ce sujet", avance l'attaché de presse de l'intercommunalité Alain Lamaison. "Ce dossier ne relève pas des compétences stricto-sensu de la CUB", précise-t-il tout de même. Au Conseil régional, on est prudent également. La Région ne se prononcera qu'une fois qu'"un groupe de travail entre les collectivités et RFF aura été réuni", ce qui est prévu pour les jours qui viennent. Le Conseil régional souligne en outre que "l'intérêt patrimonial devra être démontré par des instances habilitées, afin de justifier l'octroi de subventions régionales."

"Un incunable de l'architecture française"
La passerelle Eiffel fut le premier chantier sur lequel travailla l'ingénieur du 19ème siècle. Selon Bertrand Lemoine, chercheur au CNRS etbiographe de Gustave Eiffel, "ce pont est un incunable de l'architecture française" ; son intérêt patrimonial ne semble pas faire l'ombre d‘un doute. Du moins, pas pour l'association "Sauvons la passerelle Eiffel", qui a recueilli plusieurs milliers de signatures de soutien. A l'initiative du collectif de défense, Myriam Larnaudie-Eiffel, descendante de l'ingénieur, est très inquiète : "au 1er juillet, si nous n'avons pas obtenu de transfert de propriété à une collectivité locale, la passerelle sera détruite".Elle a le sentiment que "RFF fait tout pour qu'elle ne soit pas gardée". L'architecte du nouveau pont Jean de Giacinto partage ce point de vue : "RFF ne joue pas le jeu : ils veulent absolument la démolir". "Détruire le premier chantier d'Eiffel, c'est un arrachement", peste l'architecte dont le travail pourrait être la cause indirecte de la perte de "l'incunable de l'architecture française". Lourde responsabilité... Jean de Giacinto a d'ores et déjà proposé un plan de reconversion de la passerelle, qui deviendrait un espace "de circulation douce", où transiteraient cyclistes et piétons. En avril dernier, Alain Juppé déclarait qu'il ne souhaitait pas qu'elle devienne un lieu "d'où l'on regarde passer les trains". Un autre plan de réaménagement serait à l'étude en ce moment. Si aucune solution n'est trouvée, la passerelle Eiffel devrait être détruite en juillet. Ironie du sort, les poutres métalliques du tablier du nouveau pont ont été fabriquées par l'entreprise Eiffel, fondée elle aussi par l'ingénieur.

Léo Peresson

Partager sur Facebook
Vu par vous
754
Aimé par vous
23 J'aime
Les réaction
1 réaction
Envoyer par email
Email
Convertir en PDF
PDF
Imprimer cet article
Imprimer
Société
Société
Retour à la page d'accueil
Accueil
S.LAFARGUE | 13/05/2008

Si ce pont Eiffel est démoli, sa destruction engendrera à cou sûr de gros risque de maladie professionnelle pour les ouvriers qui devront découper l'ouvrage (Fumées toxiques contenant du plomb provenant des multiples couches de peintures).Le saturnisme qui est la maladie engendrée par l'ingestion ou la respiration de vapeurs de plomb est très grave.
Bien sûr il faut aussi compter sur les risques de pollution.
Il serait préférable de laisser cet ouvrage en place...

Nom * :
Email * :
Texte :
Combien font 19 + 18 ?*

Toutes les réactions sont soumises à validation de la rédaction d'Aqui avant leur publication sur le site. Conformément à l'article 10 du décret du 29 octobre 2009, les internautes peuvent signaler tout contenu illicite à la rédaction d'aqui.fr qui s'engage à mettre en oeuvre les moyens nécessaires à la suppression des dits contenus.

* champs obligatoires

J'aime aqui, je le soutiens ! Aqui!Presse - Professionnels des contenus ! J'aime aqui, je le soutiens !