Soutenez aqui.fr face au défi de la Nouvelle Aquitaine

24/11/20 : Âgé de 90 ans, André Luberriaga, ancien maire d'Ascain, au Pays basque, s’est éteint lundi, une semaine après son épouse Martta. Conseiller général d’Ustaritz de 1976 à 1988, l'UDF André Luberriaga, avait dirigé la commune de 1977 à 2001.

19/11/20 : Charente-Maritime : le taux de positivité au Covid-19 était ce soir de 75 pour 100 000 habitants, et de 90 pour La Rochelle, soit moitié moins que la semaine dernière, selon l'ARS. 34 patients sont hospitalisés à La Rochelle, dont 14 en réanimation.

17/11/20 : Charente-Maritime: dans le cadre de la poursuite du chantier de changement des câbles du Pont de Ré, la circulation automobile aura de courtes interruptions jeudi 19 novembre entre 12 et 13h, sans conséquence pour le passage des piétons et des vélos.

17/11/20 : Le festival de la BD d'Angoulême se fera en deux temps: en janvier pour la remise des fauves et en juin pour un festival en présentiel. Une exposition sera dédié à l'art d'Emmanuel Guibert au musée des beaux arts d'Angoulême, inauguré le 20/11/2021.

16/11/20 : Les communes de La Mothe Saint Héray et Saint Maixent l'Ecole dans les Deux-Sèvres ont été reconnues en état de catastrophe naturelle, suite aux inondations subies au mois de mars.

15/11/20 : Le Centre communal d’action sociale CCAS de La Rochelle lance un appel à la solidarité et au bénévolat pour épauler les acteurs de l’aide alimentaire. Contact : Frédérique Duchesne àfrederique.duchesne@ccas-larochelle.fr ou au 05 46 35 21 16.

- Publicité -
S’abonner ici !
proprietes-rurales.com
- Publicité -
  • 30/11/20 | Les Chemins de l’Art Rupestre Préhistorique a un nouveau président

    Lire

    A l’occasion du renouvellement du Bureau Directeur de l’association ; principal réseau de tourisme archéologique du continent, Germinal Peiro, président du Conseil Départemental de la Dordogne, a été élu Président de l’Association pour la période 2020-2024. Initiée en 2010 en tant que projet d’initiative européenne de promotion, du patrimoine, de la culture et du tourisme, l’Association est une association internationale qui compte 151 sites d’art rupestres et près de 41 institutions dans tout le continent européen.

  • 30/11/20 | Travaux d’urgence sur les lignes Brive-Ussel et Périgueux-Brive

    Lire

    Afin de sauvegarder le réseau néo-aquitain, le Conseil régional s’est engagé en faveur d’un Plan Directeur d’investissements du réseau ferroviaire. Compte-tenu de l’état très dégradé des lignes régionales, des travaux d’urgence vont être menés sur 6 axes en 2021 parmi lesquels Brive-Ussel et Périgueux-Brive. La Région va prendre en charge 3 930 000 euros.

  • 30/11/20 | Lacs médocains: Début du programme global de restauration

    Lire

    Le conseil régional de Nouvelle-Aquitaine a voté une subvention de 184 000€ au Syndicat intercommunal d’aménagement des eaux du bassin versant des étangs du littoral girondin. En effet, les deux grands lacs médocains et le bassin d’Arcachon sont des écosystèmes qui apportent beaucoup à l’activité économique et touristique. Seulement, ils sont soumis à des risques de dégradation de l’eau. C’est donc dans un but de restauration et préservation que le programme global des restauration des zones humides et des lacs médocains est mis en oeuvre.

  • 30/11/20 | L’argile bentonite se développe en Dordogne

    Lire

    Lafaure, située à Mazeyrolles en Dordogne, est spécialisée dans l’exploitation de carrières et la commercialisation de produits extraits ou transformés. Afin de se positionner sur de nouveaux secteurs, l’entreprise souhaite développer l’exploitation d’argile bentonite en perspective de 3 domaines d’application : la cosmétique, avec le développement de la marque « Argile du Périgord », la protection des plantes et l’alimentation animale. Pour l'aider dans ce développement, la Région la soutient à hauteur de 173 712 euros.

  • 28/11/20 | Forte mobilisation contre la loi sécurité

    Lire

    Forte mobilisation populaire à l'initiative de La Ligue des Droits de l'Homme, d'Amnesty, de syndicats de journalistes, contre la loi sécurité globale, ce samedi, dans plusieurs villes de la région, à Pau, Bayonne, Mont-de-Marsan, Périgueux, La Rochelle, Bordeaux où La marche des libertés réunissaient quelques huit mille personne qui se sont rassemblées place de la Bourse et se sont dirigées vers la place Pey Berland. Des casseurs ont saccagé en marge de la manifestation plusieurs magasins du centre ville notamment entre la rue Sainte Catherine la place Camille Jullian

Les dossiers d'Aqui

La LGV Sud-Ouest Idées neuves en Nouvelle Aquitaine Innov'action et Agriculture

Société | A Coulounieix (24), le programme de renouvellement urbain va transformer le quartier du Bas Chamiers

07/04/2018 | D'ici 2025, le quartier du Bas Chamiers à Coulounieirs-Chamiers (24) sera transformé en profondeur : la principale barre d'immeuble de la cité sera démolie.

En bas sur la photo le bâtiment C qui compte 104 logements sera détruit pour donner une image au quartier

En discussion depuis trois ans, le programme de rénovation urbaine de la cité Jacqueline Auriol sera signé en juin. L'Etat recommande la démolition du bâtiment C, le plus important, pour désenclaver le quartier. Actuellement, l'immeuble compte 104 logements dont 70 sont occupés. L'annonce a été faite jeudi soir aux habitants au cours d'une réunion publique qui a réuni 120 personnes. Le projet prévoit la destruction de 201 logements sociaux mais l'agglomération périgourdine demande que soient reconstruit 49 logements sociaux. L'offre pavillonnaire privée devrait être également développée.

Changer l'image du quartier du Bas Chamiers, sur la commune de Coulounieix, d'ici vingt à trente ans, tel est l'objectif affiché du du programme de renouvellement urbain, qui a été présenté jeudi soir aux habitants de cette cité populaire de l'agglomération périgourdine. La réflexion est conduite depuis deux ans, avec la population, les élus, le Grand Périgueux. "Il s'agit d'une co construction, tient à souligner le maire de Coulounieix Chamiers, Jean Pierre Roussarie. Mais le premier projet, aux yeux de l'agence nationale de rénovation urbaine (ANRU) manquait d'ambition et les différents partenaires ont du revoir leur copie. La dernière version plus ambitueuse prévoit la destruction  de 201 logements sociaux : la destruction de la barre HLM C de la cité Jacqueline Auriol, qui comprend 104 logements dont 70 sont occupés, les 65 pavillons de la cité Jean Moulin, et les 32 logements collectifs du bâtiment Eter. "On nous a clairement expliqué que cette barre de 150 mètres  fermait l'horizon du quartier, malgré la présence de nombreux espaces verts. Deux options s'offraient à nous : soit découper cette barre en plusieurs tronçons ou envisager sa démolition totale. Nous avons opté pour la seconde, techniquement réalisable," explique Jacques Auzou, président du Grand Périgueux. Pour les élus, ce changement notable du projet initial n'est pas confortable. "Quant on touche à l'habitat, on touche à intime et à vie des gens," observe Jean-Pierre Roussarie. Cette opération a été présentée jeudi soir, lors d'une réunion publique en mairie, et n'a pas suscité de vives réactions. Le sujet demeure sensible car de nombreuses personnes qui devront être relogées vivent dans leurs logements depuis plusieurs décennies. "Notre première responsabilité sera de reloger toutes les personnes concernéées en les accompagnant de manière individualisée. Chaque dossier devra être traité de façon humaine et respectueuse," poursuit Jacques Auzou. 

Demande de dérogation pour des logements sociaux

A la place du bâtiment C, dont la destruction est programmée pour 2021, une offre privée d'environ 170 petits collectifs ou 150 logements mixant du petit collectif et de l'individuel groupé en locatif et accession à la propriété devrait voir le jour. Certains promoteurs seraient déjà intéressés selon le maire de la commune. Mais l'agglomération périgourdine et la ville, qui doivent rencontrer la semaine prochaine, la déléguée de l'ANRU, souhaite reconstruire 49 logements sociaux en lieu et place des pavillons de la cité Jean Moulin. Ce programme qui prévoit entre 27 et 35 pavillons individuels ou groupés et 12 à 20 logements adaptés à des personnes âgées ou handicapées. "Nous devons absolument obtenir une dérogation de l'Etat, car l'Etat ne souhaite plus construire des logements sociaux sur site, explique le président de l'agglomération périgourdine. L'habitat est le volet le plus important de  ce programme de renouvellement urbain. 312 logements sociaux seront réhabilités.  Le coût global du projet est estimé à 35, 7 millions d'euros et  le seul volet habitat représente 20 millions d'euros. L'Etat  via l'ANRU participe à hauteur de 34 % soit 9,9 millions d'euros, l'agglomération 12 % et Grand Périgueux Habitat (l'office d'HLM), 28%. 

Ce programme s'accompagne d'autres projets dont le renforcement des équipements publics : restructuration du centre social, l'aménagement d'une maison de quartier (2019) et la construction d'un nouveau gymnase municipal ( à l'hozizon 2024). Sur le volet économique et emploi, les travaux du futur pôle d'artisans destinés à acccueillir 12 entreprises sur l'ancienne friche de Tepco, devraient démarrer cet été pour une livraison à l'automne 2019. Des améliorations concernant le cadre de vie ont été décidées : création de nouvelles aires de jeux, aménagement d'un parc de nature. Le projet devrait être bouclé d'ici quelques semaines pour une signature de convention avec l'ANRU prévue en juin. 

Claude-Hélène Yvard
Par Claude-Hélène Yvard

Crédit Photo : ville de Coulounieix Chamiers

Partager sur Facebook
Vu par vous
6195
Aimé par vous
0 J'aime
Les réaction
0 réaction
Envoyer par email
Email
Convertir en PDF
PDF
Imprimer cet article
Imprimer
Société
Société
Retour à la page d'accueil
Accueil
Aucune réaction à cet article pour le moment. A vous de jouer !

Nom * :
Email * :
Texte :
Combien font 32 + 17 ?*

Toutes les réactions sont soumises à validation de la rédaction d'Aqui avant leur publication sur le site. Conformément à l'article 10 du décret du 29 octobre 2009, les internautes peuvent signaler tout contenu illicite à la rédaction d'aqui.fr qui s'engage à mettre en oeuvre les moyens nécessaires à la suppression des dits contenus.

* champs obligatoires

J'aime aqui, je le soutiens ! Aqui!Presse - Professionnels des contenus ! J'aime aqui, je le soutiens !