Soutenez aqui.fr face au défi de la Nouvelle Aquitaine

21/11/18 : Edgar Feuchtwanger fut le voisin d'Hitler de 1929 à 1939. Âgé de 94 ans, il vient témoigner le 23 nov à Pessac à l’occasion de la projection du documentaire « Hitler, mon voisin, 1929-1939, souvenir d’un enfant juif ».

21/11/18 : Colloque de l’Observatoire National de la Précarité Energétique le 23 nov. à l'Hôtel du Département à Bordeaux. Ce colloque national présentera les chiffres de la précarité énergétique en France et les dispositifs de prévention et d’accompagnement.

21/11/18 : L'ancien international tricolore de football, Djibril Cissé, sera présent lors de l'inauguration des Foulées littéraires samedi 24 novembre à Lormont.

21/11/18 : Rassemblement à l'initiative de la Coordination Rurale 47, vendredi à 8h30 devant le tribunal d'Agen, en soutien à l'agriculteur victime d'une attaque au couteau en juin 2017 et dont son procès se tient le 23 novembre.

20/11/18 : La Rochelle : nouveaux blocages ce matin devant le site pétrolier de La Pallice, où les forces de l'ordre sont intervenues pour dégager l'accès et la route. Un automobiliste ayant forcé le barrage de police a été interpellé.

20/11/18 : En Dordogne, le trafic était encore perturbé ce mardi par les gilets jaunes, notamment dans l'agglomération de Bergerac, avec de nombreux poids-lourds bloqués et stationnés le long des routes. De nombreux blocages et barrages filtrants sont attendus.

20/11/18 : Les installations de péage automatique ont été incendiées à Virsac en Gironde sur l'autoroute A 10 par des gilets jaunes dans la nuit de lundi à mardi.

20/11/18 : Grand Poitiers organise le mercredi 21 novembre à 18h au centre socio-culturel des Trois Cités une réunion publique d'échanges sur le Projet de territoire de Grand Poitiers.

19/11/18 : Charente-Maritime : grosse mobilisation des gilets jaunes encore aujourd'hui, avec des barrages filtrants renouvelés à La Rochelle, Royan et Saintes aux entrées et en sorties de villes.

19/11/18 : Le Château Smith Haut Lafitte a été sacré International Best Of Wine Tourism 2019 à Adélaïde (Australie). Sur 393 candidats au plan mondial, seuls 10 ont reçu ce trophée venant récompenser les propriétés les plus remarquables en matière d’œnotourisme

19/11/18 : Charente-Maritime : les communes de Marennes et de Hiers-Brouage, près de l'île d'Oléron, s'apprêtent à fusionner. Une charte commune a été adoptée par les élus lors du dernier conseil municipal du 15 novembre au soir.

19/11/18 : Une subvention de 50 000 euros a été votée en faveur de l’association « SOS Méditerranée » lors de la commission permanente du Conseil régional de Nouvelle-Aquitaine qui s’est tenue le vendredi 16 novembre à Bordeaux.

- Publicité -
S’abonner ici !
proprietes-rurales.com
- Publicité -
  • 21/11/18 | Zéro déchet, zéro gaspi

    Lire

    Les 23 et 24 novembre, Bordeaux Métropole organise dans le cadre de la Semaine Européenne de Réduction des Déchets le « Festival ZZ ». Près d’une centaine de rendez-vous sont prévus lors de ces 2 jours comme des ateliers, des jeux, des concerts, des conférences... Près de 80 structures locales et artisans seront présentS pour sensibiliser le grand public et les élèves des écoles. Programmation complète

  • 20/11/18 | La Rochelle : de nouveaux blocages à La Pallice

    Lire

    La police et la gendarmerie sont intervenues ce matin à la demande du préfet pour assurer la fluidité de la circulation aux abords des dépôts pétroliers de La Pallice à La Rochelle, et pour libérer les accès à la rocade à Saintes, de nouveau bloquée. Selon un communiqué de la préfecture, "un automobiliste ayant forcé un barrage de police a été interpellé pour mise en danger de la vie d'autrui et violence sur agent de la force publique".

  • 20/11/18 | Gilets jaunes : quatrième jour en Nouvelle-Aquitaine

    Lire

    Dans le Lot-et-Garonne, plusieurs gilets jaunes, accompagnés de transporteurs et d'agriculteurs, bloquaient ce matin le péage de Samazan (A62 sortie 5) et laissaient passer les voitures. Un barrage filtrant était mis en place à Marmande sur le rond-point d'un centre commercial en direction de Bordeaux. La Charente Maritime a subi des embouteillages (nationale 11 de Beaulieu au pont de l'île de Ré). A Pau, 150 camions de forains et des gilets jaunes ont prévu d'organiser une opération escargot sur l'A64. Barrage filtrant à Langon

  • 20/11/18 | Gilets jaunes : la Gironde toujours perturbée

    Lire

    Plusieurs postes automates du péage de Virsac ont été brûlés dans la nuit de lundi à mardi par les gilets jaunes. Au nord de Bordeaux, un blocage subsiste toujours sur la RN10 au niveau de Saint-André de Cubzac. Au sud, la police a levé le blocage de l'A63 (au niveau de Marcheprime dans le sens Bayonne-Bordeaux), mais les itinéraires bis étaient toujours saturés ce matin. Sur l'A62, un barrage filtrant bloque toujours les camions au niveau de Langon. A 10h, la sortie 35 de l'A10 était fermée dans les deux sens de circulation.

  • 20/11/18 | La carte jeune s'exporte

    Lire

    Douze communes de la métropole (Ambarès-et-Lagrave, Ambès, Artigues-près-Bordeaux, Bordeaux, Bouliac, Gradignan, Le Bouscat, Le Taillan-Médoc, Saint-Aubin-de-Médoc, Saint-Louis-de-Montferrand, Saint-Médard-en-Jalles et Talence) ont annoncé leur intention de proposer dans chacune de leurs communes la mise en place d'une carte jeune accessible à tous les résidents de moins de 26 ans, prévue pour mars 2019. A Bordeaux, le dispositif a été lancé il y a cinq ans et profite à plus de 25 000 jeunes, leur permettant de bénéficier de différentes réductions dans des lieux culturels.

Les dossiers d'Aqui

La LGV Sud-Ouest Idées neuves en Nouvelle Aquitaine Innov'action et Agriculture

Société | A Mios, le concours de mini miss a été annulé face à l'ampleur de la polémique

02/06/2012 | La polémique a eu raison du concours de mini-miss qui devait se tenir vendredi 1er juin à Mios

Les concours de mini miss font débat

C'est un vrai sujet de société. Doit-on organiser des concours de mini-miss avec des jeunes filles qui ont parfois seulement 7 ans ? C'est à dire des enfants. Sous la pression de certains élus et d'associations, le concours prévu à Mios en Gironde vendredi 1er juin n'a pas eu lieu. La polémique a été d'autant plus forte qu'un rapport sur l'hypersexualisation des enfants, conduit par la sénatrice UMP Chantal Jouanno, est sorti récemment le 5 mars. Au-delà de ce concours, ce sont de multiples questions qui se posent : celles du culte du corps, de la protection de l'enfance.

Au placard les robes, les écharpes et les couronnes, le concours des mini-miss de Mios qui devait avoir lieu vendredi est annulé. Une centaine de petites filles âgées entre 7 et 15 ans s'était inscrite. L'un des premiers élus à avoir lancé la polémique est le socialiste bordelais, Mathieu Rouveyre. Le 27 mai, dans une lettre ouverte au maire de Mios, il dénonçait le fait que "les candidates sont jugées sur leur apparence, leur tenue, leur maintien et leur démarche sur scène. Examinées par des adultes qui perdent de vue qu'il s'agit d'enfants, elles doivent se conformer au cliché de la femme fatale. Comme il s'agit d'une compétition, c'est celle qui s'approchera le plus près du stéréotype attendu qui décrochera la timbale. À l'issue d'un apprentissage malsain, ces jeunes filles deviennent purement et simplement des enfants objets". Elus et associations se sont appuyés sur les recommandations du rapport sur l’hypersexualisation de la sénatrice UMP Chantal Jouanno. Ce rapport préconise notamment la création d’une « charte de l’enfant » et l’interdiction de ce genre de concours qui donne une « image dégradée de la femme » et valorise « une vision stéréotypée de la fillette qui se construit principalement sur son apparence ».

"Des enfants objets"
Pour tenter de désarmorcer les polémiques, depuis janvier 2012, la charte du concours de Mini-Miss (une marque déposée depuis 1989) impose des règles strictes : maquillage, faux-cils, faux-ongles, perruques, maillot de bain et  talons hauts sont interdits et les filles de moins de 7 ans ne sont pas autorisées à défiler. Une charte qui n'est pas toujours appliquée et que le rapport Jouanno juge trop édulcorée : « Ces adaptations de forme ne changent pas la philosophie de ces manifestations, qui reposent sur les talents de séduction », pointe le rapport. Une chose est sûre, notre société n'a pas grand chose à gagner à ancrer dans la tête des jeunes filles de tels stéréotypes de beauté. Espérons que la polémique aura permis aux parents des candidates inscrites à Mios de regarder ces concours d'un autre oeil.

Nicolas César
Par Nicolas César

Crédit Photo : Ronmiel

Partager sur Facebook
Vu par vous
728
Aimé par vous
1 J'aime
Les réaction
2 réactions
Envoyer par email
Email
Convertir en PDF
PDF
Imprimer cet article
Imprimer
Société
Société
Retour à la page d'accueil
Accueil
ben said gonzalez maria | 02/06/2012

Mis de beauté à sept ans !. Une des plus belles choses dans la vie d'une personne est l'enfance avec sanaîveté , sa pureté ,son insouciance , et on veut enlever tout ça ?, plus d'enfance , adultes avant l'âge , c'est triste ! On entend par tout parler de " valeurs ", quelles sont les valeurs de ces personnes qui ,organissent ces concours et , ces mamans qui , pensent plus à elles que à leur enfantcar , c'est la maman qui prépare sa fille pour ces manifestations . Tout a fait d'accord avec l'interdictio .

COMITE MISS NATIONALE | 02/06/2012

Paris le 02/06/2012

C’est bien suite à la mise en garde envoyée par Michel LE PARMENTIER, président du « Comité Miss Paris - Miss Nationale - Miss Internationale » qui est également le créateur et le détenteur de la marque et du concept « MINI-MISS® » déposés à l’INPI et à la SACD depuis 1989,



que les organisatrices et le Maire de MIOS (Gironde) ont décidé d’annuler la manifestation dite « élection Mini-Miss et Mini-Mister » prévue vendredi 1er juin 2012 à la salle des fêtes de Mios.



En effet Monsieur Michel LE PARMENTIER avait dénoncé dans une lettre ouverte l’usage illicite de la marque et du concept MINI-MISS® qui constituait un acte de contrefaçon selon la Loi sur la propriété intellectuelle et industrielle des marques déposées.



Par la même occasion le Comité des MINI-MISS® rappelle qu’il a mis en place une charte d’éthique relative aux concours de MINI-MISS® en France, à savoir :



- Interdiction de participation aux moins de 7 ans lors de la finale nationale.

- Pas de maquillage, faux cils, faux ongles, perruques, ni maillot de bain ou talons hauts.



Tous les concours de MINI-MISS® doivent se composer de 2 défilés avec 2 tenues imposées :



- un défilé en robe de cérémonie dite « robe de princesse »

- un défilé uniformisé en jeans, baskets et tee-shirt blanc.



Aucune autre tenue ne sera acceptée.



Aussi il est faux de parler d'hypersexualisation des candidates et il est ridicule de prendre les "MINI-MISS" pour des "boucs-émissaires" car il faut bien se rendre compte que c'est toute la société qui est hypersexualisée.



Et si l'on va au bout de la logique de nos contradicteurs, il va falloir interdire l'hypersexualisation des animatrices télé ou des chanteuses qui sont considérées comme des modèles pour les petites filles actuelles.



Aussi dans cette "affaire" il faut raison garder et considérer qu'il ne s'agit que d'un jeu !!



Le Comité tient également à signaler qu’il a introduit une action en contrefaçon contre la société de télévision NT1 (propriété de TF1) pour l’utilisation illicite de la marque « MINI-MISS® » dans le titre d’une émission de télé-réalité américaine rebaptisée en France « MINI-MISS, qui sera la plus belle ! » dont le contenu va à l’encontre de la charte d’éthique française.



Le Comité annonce qu’il organisera au cours de l’automne prochain le concours régional de « MINI-MISS® AQUITAINE 2012 »



La lauréate ira représenter la Région à la finale nationale qui aura lieu à Paris en décembre 2012.



Service de presse du « Comité Miss Paris – Miss Nationale – Miss Internationale »

01 74 30 19 47 / 06 81 87 13 41

www.missnationale.com

www.minimiss.com


Nom * :
Email * :
Texte :
Combien font 23 + 17 ?*

Toutes les réactions sont soumises à validation de la rédaction d'Aqui avant leur publication sur le site. Conformément à l'article 10 du décret du 29 octobre 2009, les internautes peuvent signaler tout contenu illicite à la rédaction d'aqui.fr qui s'engage à mettre en oeuvre les moyens nécessaires à la suppression des dits contenus.

* champs obligatoires

J'aime aqui, je le soutiens ! Aqui!Presse - Professionnels des contenus ! J'aime aqui, je le soutiens !