Soutenez aqui.fr face au défi de la Nouvelle Aquitaine

30/05/20 : La crise sanitaire est passée par là: la Commission et sa présidente Mme Von der Leyen annoncent un plan de relance de 750 milliards empruntés sur les marchés pour renforcer le budget de l'Union.Préalable: obtenir l'accord des 27 pour ce New Deal "fédéral

29/05/20 : Municipales : A Melle (79), la liste menée par Sarah Klingler ayant obtenu la majorité absolue (28 voix) au premier tour, le conseil a été installé hier, avec 9 postes d'adjoints créés, avec Jérôme Texier et Favienne Manguy comme 1er et 2e adjoints.

27/05/20 : Les 11 Clowns Stéthoscopes organisent une "déambulade festive" aux fenêtres des patients qu’ils ont l’habitude de côtoyer au CHU de Bordeaux à l'Hôpital des enfants afin de renouer le lien physique rompu par le confinement, le 29 mai dès 15h00.

26/05/20 : Le Conseil municipal de Libourne a réélu à sa tête Philippe Buisson. Laurence Rouède se voit confier la délégation de 1ere adjointe, déléguée à la coordination des activités municipales, aux ressources humaines, à l’urbanisme et au foncier.

25/05/20 : Le secrétaire d'État en charge du tourisme, Jean-Baptiste Lemoyne, a assuré que l'exécutif réfléchissait à un "élargissement significatif" de la limite de déplacement (100 km autour du domicile), qui pourrait entrer en vigueur la semaine prochaine.

25/05/20 : Les hospitaliers du CHU Pellegrin à Bordeaux sont en grève illimitée depuis le 22 mai sur préavis de SUD Santé. Un rassemblement de soutien est organisé le 26 mai devant l'hôpital.

22/05/20 : Dans le cadre de la célébration de la Journée Mondiale des Oiseaux Migrateurs, les 24 et 31 mai 2020 à Vitrezay, BioSphère Environnement propose 2 sorties de découverte des oiseaux des marais de Gironde, de 8h30 à 10h30. Réservations: 05 46 49 89 89.

19/05/20 : Allant dans le sens de la déclaration du Premier Ministre ce matin, le préfet des Pyrénées Atlantiques Eric Spitz déclare que les Bordelais et les Toulousains en zone verte pourraient venir en vacances en juillet et août dans les Pyrénées Atlantiques

18/05/20 : L’incertitude de l’évolution sanitaire, et l’impossibilité de mettre en œuvre les mesures barrières, entrainent l’annulation de l’opération de sensibilisation des jeunes à la nage, Objectif Nage, pour l’été 2020, annonce le Département de la Gironde.

15/05/20 : Initialement prévu le samedi 12 septembre prochain, la 36ème édition du marathon des Châteaux du Médoc est reportée au samedi 11 septembre 2021.

14/05/20 : L'activité partielle pour les entreprises du tourisme et de l'évènementiel sera maintenue jusqu'à fin 2020 et que l'accès au fonds de solidarité est prolongé jusqu'à fin septembre. En revanche, pas de baisse prévue pour la TVA.

12/05/20 : La Compagnie aérienne Chalair annonce la reprise progressive de ses vols entre Bordeaux, Brest et Montpellier. Au rythme de 2 vols hebdomadaires, rdv le 8 juin, pour la reprise des liaisons Bordeaux-Brest puis le 15 juin, pour Bordeaux-Montpellier

- Publicité -
S’abonner ici !
proprietes-rurales.com
- Publicité -
  • 30/05/20 | Des esturgeons exotiques dans le Bassin d'Arcachon

    Lire

    Avec le débordement de cours d'eau du Sud Gironde les 10 et 11 mai 2020, des piscicultures dans les bassins du Ciron et de la Leyre ont été inondées laissant échapper des esturgeons sibériens et des esturgeons du Danube. Si l’espèce sibérienne pourrait a priori survivre sans se reproduire, les esturgeons sibériens emportés dans le Bassin d’Arcachon ne supportent pas la salinité des eaux. Ces deux espèces ne doivent pas être confondus avec l’esturgeon européen, protégé en voie de disparition. La prefecture demande donc aux pêcheurs de relâcher vivants tous les esturgeons qui seraient pris, quelle que soit l’espèce.

  • 30/05/20 | Dordogne : une hausse 24,2 % du nombre de demandeurs d'emploi en avril

    Lire

    La Dordogne voit son nombre de chômeurs s'envoler au mois d'avril. Pôle emploi a enregistré une hausse des inscrits en catégorie A, c'est à dire sans aucune activité, de 24,2 % en avril par rapport à mars 2020. En Nouvelle-Aquitaine, elle est de 27,4 %. C'est plus qu'au niveau national : cette hausse historique est de +22,6 %. Cela porte à 25 170 le nombre de personnes sans aucune activité en Dordogne. Le nombre d'inscrits en catégorie B et C (activité réduite) enregistre une forte baisse.

  • 30/05/20 | Plus de 48 000 salariés périgourdins en activité partielle

    Lire

    En Dordogne, 7390 entreprises ont établi une demande de chômage partielle, ce qui concerne 48 572 salariés actuellement. 1045 entreprises ont demandé des reports de charges fiscales, cela correspond à un montant de 9,4 millions d'euros. 14 487 entreprises ont sollicité le fonds de solidarité, cela représente une somme globale de 24,2 millions d'euros. Sur ces demandeurs, 64 % sont des entreprises individuelles et 24 % sont des SARL.

  • 30/05/20 | Bordeaux Métropole : des mesures pour le tourisme

    Lire

    Bordeaux Métropole vient d'adopter 11 mesures (550 000€) pour soutenir la filière tourisme, parmi lesquelles le financement (à 50%) du déficit d'exploitation "à venir" de l'Office de Tourisme et d'une campagne de promotion de la "destination Bordeaux", une réduction du prix du stationnement dans certains parkings souterrains pour les clients des hôtels, un délai de reversement de la taxe de séjour (dont la redevance passe de 2,5 à 5%) pour les hébergeurs ou l'exonération de "tout ou partie" des redevances d'occupation des pontons pour le tourisme fluvial.

  • 30/05/20 | Fonds d'urgence : 2154 dossiers pour Bordeaux métropole

    Lire

    Ce vendredi, dans un point consacré à l'économie, Bordeaux Métropole a précisé que 2154 dossiers avaient été traités dans le cadre de son fonds d'urgence (15,2 millions d'euros) aux entreprises de 1 à 5 salariés, pour un montant total distribué de 4,313 millions d'euros. Ils l'ont été principalement à des entreprises de services (39%), des cafés/hôtels et restaurants (30%) et des commerces (20%). L'essentiel de ces dossiers (1107) a été déposé par des entreprises bordelaises. Les entreprises peuvent encore déposer une demande d'aide jusqu'au 30 juin.

Les dossiers d'Aqui

La LGV Sud-Ouest Idées neuves en Nouvelle Aquitaine Innov'action et Agriculture

Société | A Périgueux, Nicolas Henin partage son expérience sur le djihadisme

19/10/2018 | L'ex journaliste Nicolas Hénin a répondu à l'invitation de la préfète de la Dordogne en animant un séminaire de deux jours sur le thème de la radicalisation.

Nicolas Hénin a animé un séminaire "radicalisation" à Périgueux

L'ancien journaliste et ex otage en Syrie, Nicolas Hénin anime pendant deux jours un séminaire sur la radicalisation, destiné aux agents de l'Etat, aux travailleurs sociaux, aux collectivités, aux forces de l'ordre. Fondateur d'Action résilience, Nicolas Hénin, qui a un vécu d'une quinzaine d'années de reporter de guerre a acquis des compétences sur les sujets du terrorisme et de la radicalisation. Son souhait est de donner des outils de compréhension aux acteurs de terrain : "je n'ai pas grand-chose à apprendre aux services spécialisés, en revanche il y a un défi dans les territoires ruraux."

L'ancien journaliste Nicolas Henin a passé une quinzaine d'années à suivre, à réaliser des reportages et à témoigner sur les crises ou conflits du Moyen-Orient et du monde arabe dont le Soudan, la Somalie et le Yemen. Nicolas Hénin couvre les événements d’Égypte, de Libye, puis de Syrie où il se rend à cinq reprises de 2011 à juin 2013, pour différents médias nationaux. Il finira par être enlevé à Raqqa, le 22 juin 2013 par l'état Islamique et au levant. Il sera détenu dix mois et libéré en avril 2014. La majorité de ces goeliers était des européens, partis comme un millier de Français faire le djihad. 

Aujourd'hui, Nicolas Hénin a changé de métier et veut mettre cette expérience de terrain, au contact de différentes mouvances islamistes et de djihadistes, au service de son pays. Il a créé Action résilience, une société de conseil et de formation, qui intervient principalement auprès des pouvoirs publics sur les questions de radicalisation, de terrorisme. Elle intervient notamment pour l'administration pénitentiaire. 
Les 18 et 19 octobre, il était l'invité de la la préfecture de la Dordogne pour animer un séminair  destiné aux partenaires de l'Etat dans le suivi de la radicalisation dans le département. Des enseignants, des partenaires sociaux, des gendarmes, des policiers y ont participé. En Dordogne, on dénombre 60 personnes fichées S dont 12 sont des détenus. Ce chiffre est stable.
Pour Nicolas Hénin, "il n'existe pas de zone exempte de terrorisme ou de risque de radicalisation, y compris en milieu rural. Il y a eu des attentats dans de petites villes, ne l'oublions pas. On a de la chance de ne pas avoir eu d'attentats significatifs depuis quelques temps, et le rythme a baissé d'intensité. C'est tant mieux. Il ne faut pas baisser la garde pour  autant. C'est dans doute du au fait que le travail des services spécialisés s'est amélioré et qu'on assiste en même temps à un essoufflement de la mouvance djihadiste. L'Etat islamique a perdu une part de sa capacité à organiser des opérations commando complexes."

Le principal enjeu, c'est l'évaluation 

L'ancien journaliste en appelle la vigilance d'où le principal défi à relever est celui de l'évaluation. "C'est l'enjeu majeur. Si vous avez une personne velléitaire, remontée contre la société, qui vous  lance des griefs à tout bout de champ et que vous le traitez de terroriste en puissance, vous avez un vrai risque d'en faire un terroriste. A l'inverse, si vous passez à côté d'un cas, vous risquez de manquer une occasion de prévenir d'une attaque."  Le fondateur d'Action Résilience précise le rôle du travailleur social ou de l'enseignant. "Ils n'ont pas vocation à faire le travail de la police ou de la justice. Ils peuvent faire remonter du terrain des éléments qui peuvent s'avérer inquiétants. Ces signalements doivent être pertinents. Ces travailleurs sociaux ont un devoir de contribution à la prévention." Surtout qu'en matière de terrorisme, on a appris qu' il n'y a pas de profil type : des jeunes, des vieux, des personnes issues de milieux ruraux, de grandes villes, seulement 20 % sont des convertis. "On doit se débarrasser des clichés, car la stigmatisation est l'un des tous premiers facteurs de radicalisation." Troisième point essentiel aux yeux de Nicolas Henin, la cohésion sociale. "La cohésion sociale doit être retravaillée à tous les niveaux de la société. Car les terroristes savent très bien identifier les failles de nos sociétés et sont capables de les exploiter jusqu'au chaos. "

Claude-Hélène Yvard
Par Claude-Hélène Yvard

Crédit Photo : Claude -Hélène Yvard

Partager sur Facebook
Vu par vous
4029
Aimé par vous
0 J'aime
Les réaction
0 réaction
Envoyer par email
Email
Convertir en PDF
PDF
Imprimer cet article
Imprimer
Société
Société
Retour à la page d'accueil
Accueil
Aucune réaction à cet article pour le moment. A vous de jouer !

Nom * :
Email * :
Texte :
Combien font 33 + 11 ?*

Toutes les réactions sont soumises à validation de la rédaction d'Aqui avant leur publication sur le site. Conformément à l'article 10 du décret du 29 octobre 2009, les internautes peuvent signaler tout contenu illicite à la rédaction d'aqui.fr qui s'engage à mettre en oeuvre les moyens nécessaires à la suppression des dits contenus.

* champs obligatoires

J'aime aqui, je le soutiens ! Aqui!Presse - Affichez Vous chez Nous ! J'aime aqui, je le soutiens !