Soutenez aqui.fr face au défi de la Nouvelle Aquitaine

24/10/20 : En raison du couvre-feu, la maire de Biarritz, Maïder Arosteguy a décidé d'instituer un stationnement de la ville gratuit en surface dès 18 heures, afin d'inciter les clients des restaurants de venir plus tôt dans ces établissements de la ville.

22/10/20 : Ce 22 octobre Jean Castex a annoncé 38 nouveaux départements et une collectivité d’Outre-mer la Polynésie soumis au couvre-feu de 21h à 6h dès demain soir. En Nouvelle-Aquitaine, Haute-Vienne et Pyrénées-Atlantiques sont concernés.

22/10/20 : Le Pôle Expérimental Métiers d’Art du Périgord-Limousin organise un marché des métiers d’art en plein air, sur la Place Alfred Agard à Nontron, le samedi 24 octobre de 10h à 18h, en remplacement du Salon de la Rue des métiers d'art, qui est annulé.

22/10/20 : La Rochelle : Michel Carmona, adjoint au maire depuis 2014, est décédé dimanche. Ses obsèques auront lieu vendredi à 15h30 au crématorium de Mireuil.

22/10/20 : Charente-Maritime : en plus d'une obligation de porter le masque dans 52 commune du département, le préfet de Charente-Maritime a pris un arrêté interdisant les buvettes et certaines restaurations dans les établissements sportifs.

21/10/20 : Le Conseil scientifique Covid 19 a dans un communiqué rendu public l'avis favorable donné au gouvernement le 19 octobre pour la prorogation du régime transitoire de l'urgence sanitaire jusqu'au 16 février et son prolongement jusqu'au 1° avril 2021.

21/10/20 : La Cour de Cassation a rejeté ce mercredi le pourvoi de Monsanto dans le dossier l'opposant à un agriculteur charentais. La justice avait tranché en faveur de l'agriculteur en 2012, puis en appel en 2015.

21/10/20 : L’agglo Pau Béarn Pyrénées met en garde contre des individus se faisant passer pour des agents de collecte des déchets auprès des particuliers pour vendre des calendriers 2021. En effet tout démarchage de ce type est interdit de la part de ses agents.

20/10/20 : Le Maire de Lormont, Jean Touzeau, et l'équipe municipale, invitent la population, ce mercredi 21 octobre à 12h, à s'associer à leurs côtés à l'hommage national rendu à Samuel Paty, professeur d'histoire-géographie victime du terrorisme.

20/10/20 : Municipales :A Saint Astier, en Dordogne, l'élection municipale, remportée par la maire sortante Elisabeth Marty (DVD) avec 17 voix d’avance, a été annulée ce mardi 20 octobre par le tribunal administratif de Bordeaux.

18/10/20 : Périgueux : Près d'un millier de personnes se sont rassemblées devant l'arbre de la liberté cet après-midi en hommage à Samuel Paty enseignant assassiné à Conflans-Sainte-Honorine, pour défendre la liberté d'expression et dire non à la terreur.

16/10/20 : Le marché de Noël de Bordeaux, organisé sur les Allées de Tourny, a été annulé. D'après l'association de commerçants la Ronde des Quartiers, « les conditions sanitaires, comme une jauge à 1000 personnes rendent l'organisation trop incertaine ».

15/10/20 : Le conseil d'administration de l'agence d'urbanisme Bordeaux Aquitaine (a'urba), a élu son nouveau bureau ce 15 octobre. Succédant à Véronique Ferreira, Pierre Hurmic, maire de Bordeaux et 1er vice-président de Bordeaux Métropole a été élu président.

- Publicité -
S’abonner ici !
proprietes-rurales.com
- Publicité -
  • 24/10/20 | Les Fidjiens s’entraînent à Limoges

    Lire

    L’équipe de rugby des Fidji va effectuer son stage de préparation au Tournoi des 8 Nations à Limoges du 24 octobre au 8 novembre. A cette occasion, le 28 octobre de 14h à 16h, leur entraînement sera ouvert au public, le 31 octobre à 11h30, les halles centrales accueilleront le protocole culturel fidjien. Enfin, le 6 novembre à 18h30 ils joueront leur match de préparation face au Portugal au stade Beaublanc ((billetterie ouverte sur billetweb.fr/match-fidji-portugal).

  • 23/10/20 | Covid-19 : la Nouvelle-Aquitaine accueille 8 patients de la région Auvergne-Rhône- Alpes

    Lire

    Face à une situation de saturation des capacités de réanimation en Auvergne Rhône-Alpes, l’Agence régionale de santé et les établissements de Nouvelle-Aquitaine apportent leur aide en accueillant 8 patients des établissements de Lyon, St Etienne et Villeurbanne. "Les capacités actuelles de réanimation de la région Nouvelle-Aquitaine lui permettent de réaliser cet accueil en toute sécurité, avec la prudence nécessaire face à l’évolution de l’épidémie", assure l'ARS. Les CHU de Bordeaux et de Poitiers et le CH de Brive sont mobilisés pour cet accueil.

  • 23/10/20 | Du concret pour le Nouvelle-Aquitaine Academic Space Center

    Lire

    Le Nouvelle-Aquitaine Academic Space Center, initié en juin 2019 lors du salon du Bourget grandit. En effet, le NAASC a obtenu, début septembre, le soutien financier de la Région Nouvelle-Aquitaine, avec une enveloppe budgétaire de 316 000€ sur 3 ans. Ce qui va permettre de concrétiser notamment deux projets: une fusée expérimentale et un nanosatellite. Pour la fusée, un vol de démonstration se profile à l’horizon de 2023. Pour le nanosatellite, il faudra patienter jusqu’en 2024 pour une mise en orbite.

  • 23/10/20 | 187 275€ à Point Café (Boé) pour devenir le 1er distributeur de boissons 100% écologique

    Lire

    La société Point Café basée à Boé vient de recevoir de la Région une enveloppe de 187 275 € afin de la soutenir dans le développement de son activité de reconditionnement des distributeurs automatiques obsolètes en redonnant une deuxième vie aux distributeurs et machines à café. Point Café sera ainsi le 1er distributeur de boissons proposant une gamme de produits 100% écologiques : distributeurs reconditionnés et café bio.

  • 23/10/20 | Un E-Job pour les jeunes

    Lire

    Le 3 novembre de 17h à 20h, le Crédit Agricole Aquitaine et Wizbii organisent pour la 3ème année consécutive un e-Job Dating pour des postes basés à Bordeaux. Cette rencontre, qui s’inscrit dans la démarche « 1er Stage, 1er Job » regroupera une dizaine d’entreprises de la région des secteurs de la banque, de l’informatique, du BTP et de la finance. Inscription obligatoire avant le 29 octobre sur la page de l'évènement

Les dossiers d'Aqui

La LGV Sud-Ouest Idées neuves en Nouvelle Aquitaine Innov'action et Agriculture

Société | A Talence, un Micro-lycée pour les élèves décrocheurs

07/12/2017 | Ouvert depuis 2015, le micro-lycée Victor Louis donne une deuxième chance aux élèves en décrochage scolaire pour obtenir le baccalauréat.

Salle de classe au micro-lycée de Talence

Le Micro-lycée est une structure scolaire innovante qui s’adresse à des jeunes de 17 à 25 ans déscolarisés. L’objectif ? Réintégrer un cursus secondaire général ou technologique pour décrocher le précieux passeport des études supérieurs : le bac. Grâce au soutien financier de la région Nouvelle-Aquitaine, à Talence, tuteurs et professeurs joignent leurs forces pour redonner confiance aux élèves et les voir réussir. Reportage.

Ils ne sont que huit cet après-midi en cours de management. Un petit nombre d’élèves que jalouse la majorité des professeurs face à des classes traditionnelles de trente. Pourtant, au Micro-lycée Victor Louis, c’est le quotidien. Ici le nombre d’élèves par classe est réduit – 15 étudiants par classe maximum- pour favoriser l’accompagnement.  Ouvert il y a déjà trois ans, le Micro-lycée de Talence est le deuxième du genre en Nouvelle-Aquitaine. Situé dans l’enceinte du lycée public Victor Louis, les quatre classes de cette structure, tiennent sur un étage. Les élèves sont un peu plus âgés que le reste du lycée public et n’ont pas toujours eu des parcours faciles. Problèmes de santé, familiaux ou autres, tous ont été en situation de décrochage scolaire. En effet, passé 16 ans – l’âge obligatoire de la scolarisation en France – un élève qui quitte le système scolaire sans avoir obtenu de diplôme est considéré comme "décrocheur" par l’Education National. En 2016, on en comptait 98 000 selon les chiffres du ministère. 

Pédagogie inversée

C’est un cours de management un peu particulier.  Quelques uns bavardent sans avoir ouvert leurs cahiers, d’autres sont plus consciencieux et prennent des notes derrière leurs ordinateurs. L’une des particularités de cette structure, c’est l’utilisation du numérique. En effet, chaque étudiant a accès un ordinateur portable pour les cours avec une session personnalisée. Sur leur plateforme, les élèves retrouvent leurs leçons sous forme de diaporamas, leurs devoirs, et peuvent communiquer aisément avec leurs professeurs. Une méthode qui leur permet d’aller « plus vite » souligne Mathieu, 19 ans, en première STMG (sciences et technologies du management et de la gestion) au Micro-lycée. Pour lui, le micro-lycée est une chance, « ça a sauvé ma scolarité ». Auparavant en en première scientifique dans une structure classique, son cancer ne lui a pas permis de terminer correctement sa terminale. C’est grâce au CNED (Centre national d’enseignement à distance) et au soutien de ses parents, qu’il décide de présenter son dossier basé sur la motivation. Un entretien et quelques exercices-tests plus tard, il est admis ici. Le parcours de Mathieu, Charlotte Stoiber le connaît bien. Pas étonnant, puisque la coordinatrice du micro-lycée connaît le passé de chaque élève. Elle déambule de classe en classe pour donner les dernières informations aux étudiants qui prennent un malin plaisir à la taquiner. Même sort pour la professeure de management qui donne son cours dans une ambiance sérieuse et décontractée à la fois. Entre deux corrections, elle propose aux élèves « d’aller prendre un café tous ensemble ». Au Micro-lycée de Victor Louis on mise sur la relation de confiance pour aider les élèves. Fini le temps de la domination des professeurs sur les élèves. Plus besoin de rendre des comptes pour les absences, « ce n’est pas le but de la structure » commente Charlotte Stoiber. En effet, « les jeunes adultes » comme on les appelle souvent ici, viennent sur leurs motivations. Les punitions pour lutter contre les absences sont proscrites pour se concentrer davantage sur les difficultés de chacun. Les professeurs et leurs élèves pratiquent également une « pédagogie inversée ». Une méthode qui inverse la nature des activités d'apprentissage en classe et à la maison, ce qui amène une modification des rôles traditionnels d'apprentissage. Ainsi, les élèves, depuis chez eux peuvent se familiariser avec les cours grâce à du contenu interactif (des vidéos par exemple) et pratiquent des activités le lendemain en classe afin de mieux intégrer les connaissances. Enfin, il est possible de revenir sur les apprentissages lors de séances de tutorats proposées par des étudiants de master recrutés pour cette mission.

La clé de confiance

Dans une salle attenante au cours de management, élèves et tuteurs se retrouvent pour travailler. Français, maths ou sciences, des élèves ont décidé de rester pour profiter de cette aide personnalisée. Aurore, tutrice au Micro-lycée, prépare le CAPES de lettres modernes. L’année dernière elle avait déjà eu l’occasion d’aider les élèves pour l’oral de français. Cette année elle apporte son aide pour le français mais pas que: « la dernière fois on a aidé un élève pour son cours de management, je n’en n’avais jamais fait mais avec les connaissances de l’élève et les miennes on a fini par y arriver ». Pour Aurore et ses collègues il est facile d’aider les étudiants car « ils savent parfaitement cibler leurs difficultés et sont très motivés ». Des élèves qui sont « plus motivé que les autres ; ils ne lâchent pas tant qu’ils n’ont pas compris » racontent les tutrices. Plus que d’accompagner les étudiants, elles espèrent leur redonner confiance. Une confiance en soi que Matthieu réapprend peu à peu. S’il y a quelques temps il pensait se tourner vers un DUT ou un BTS il envisage aujourd’hui "la classe prépa". Yoann, 18 ans, dans la même classe que Mathieu, a repris le lycée après avoir décroché pour pouvoir se tourner vers un BTS informatique. Des formations qui ne leur semblent désormais plus si loin. Une confiance en soi saupoudrée d'une grande détermination. Aurore raconte « ces gens-là ils ont vécu des trucs durs, ils sont responsables maintenant ». Elle se souvient d’un élève qui avait mal compris la méthode de l’oral de français. Une séance de préparation en tutorat en plus et l’étudiant « s’est métamorphosé ». Pour elle, c’est la différence avec les élèves des lycées dits traditionnels « ils comprennent moins pourquoi on leur apprend tout ça ». Une énergie collaborative positive qui permet à 90% de la dernière promotion de décrocher, enfin, le baccalauréat. La première cérémonie des diplômés du Micro-lycée Victor Louis est organisée le 18 décembre prochain, l’occasion de primer les nouveaux bacheliers.

Alizé Boissin
Par Alizé Boissin

Crédit Photo : Aqui

Partager sur Facebook
Vu par vous
35863
Aimé par vous
0 J'aime
Les réaction
0 réaction
Envoyer par email
Email
Convertir en PDF
PDF
Imprimer cet article
Imprimer
Société
Société
Retour à la page d'accueil
Accueil
Aucune réaction à cet article pour le moment. A vous de jouer !

Nom * :
Email * :
Texte :
Combien font 28 + 16 ?*

Toutes les réactions sont soumises à validation de la rédaction d'Aqui avant leur publication sur le site. Conformément à l'article 10 du décret du 29 octobre 2009, les internautes peuvent signaler tout contenu illicite à la rédaction d'aqui.fr qui s'engage à mettre en oeuvre les moyens nécessaires à la suppression des dits contenus.

* champs obligatoires

J'aime aqui, je le soutiens ! Aqui!Presse - Affichez Vous chez Nous ! J'aime aqui, je le soutiens !