Soutenez aqui.fr face au défi de la Nouvelle Aquitaine

03/04/20 : Charente-Maritime : le festival Stereoparc, qui doit se tenir du 17 au 18 juillet à Rochefort, est pour l'instant maintenu, fait savoir aujourd'hui l'organisation.

03/04/20 : Le sommet Afrique-France, prévu les 4,5 et 6 juin prochain, a été reporté à une date ultérieure. Emmanuel Macron devrait proposer "dans les jours qui viennent" une nouvelle thématique, en lien avec la situation sanitaire et économique.

03/04/20 : Charente-Maritime : les maires de l'île Oléron ont pris des arrêtés hier soir pour interdire la venue sur le territoire de vacanciers ou de résidents secondaires, renforçant les pouvoirs de gendarmeries. Les contrevenants devront faire demi-tour.

03/04/20 : Charente : la préfète a autorisé l’ouverture de 47 marchés : 17 pour l’arrondissement d’Angoulême; 12 pour l’arrondissement de Cognac; 18 pour l’arrondissement de Confolens.

03/04/20 : Dordogne : au 2 avril, 63 marchés sont ouverts et ont obtenu une dérogation de la préfecture en tenant compte des mesures barrières et sanitaires. Ils sont limités à une quinzaine d'exposants de proximité à l'exception de Périgueux et de Bergerac.

03/04/20 : Charente : depuis le début du confinement, plus de 1700 demandes d’activité partielle ont été déposées auprès de la Direccte, pour près de 15 500 salariés, a annoncé hier la préfecture.

02/04/20 : Ce mercredi, le CHU et l'Université de Bordeaux ont lancé conjointement un appel aux dons pour soutenir la recherche et "accompagner les étudiants via la fondation Bordeaux Université", qui recueille les dons sur son site ou au 06 26 25 45 56.

02/04/20 : Le festival Big Bang de Saint-Médard-en-Jalles consacré à l'espace est annulé et reporté du 25 au 29 mai 2021. Les organisateurs préparent une conférence live et un podcast entre temps, "pour maintenir le lien avec la communauté".

01/04/20 : Covid-19 : le nombre de malades est établi ce mercredi soir à 1845 cas depuis le début de l'épidémie, selon l'ARS. 700 personnes sont hospitalisées; 215 en soins intensifs; 414 sont sorties guéries de l'hôpital. 82 décès sont à déplorer.

01/04/20 : Charente-Maritime : la ville de Marennes et son association de commerçants lancent un appel à manifestation d'intérêt pour créer une boutique en ligne rassemblant les commerçants locaux pour faire de la vente en ligne. Contact:j.girard@gigamotors.fr

01/04/20 : La ville de Périgueux maintient le stationnement gratuit, en voirie et sur le parking Bugeaud, pour toute la période de confinement. Une manière d'inciter les Périgourdins à rester chez eux, mais aussi pour soutenir les commerces restant ouverts.

01/04/20 : La Charente-Maritime se prépare à affronter la "vague" de malades du covid 19 : une quinzaine de centres de consultation temporaire, avec un dispositif sanitaire particulier, seront mis en place entre demain et la fin de semaine (sur rdv uniquement).

31/03/20 : Débuts prometteurs pour la plateforme www.produits-locaux-nouvelle-aquitaine.fr qui met en relation les producteurs et artisans de l'agro-alimentaire et les consommateurs : plus de 1 000 inscriptions de producteurs et 28 700 de consommateurs.

31/03/20 : Covid-19. Afin de permettre aux habitants de faire leurs courses et aux commerçants de poursuivre leur activité, le maire de Mérignac a obtenu de la préfecture une dérogation de réouverture des marchés sous la forme de drives sécurisés.

- Publicité -
S’abonner ici !
proprietes-rurales.com
- Publicité -
  • 03/04/20 | Le Bac 2020 en contrôle continu

    Lire

    Le ministre de l'Éducation, Jean-Michel Blanquer, a annoncé ce vendredi que les épreuves finales du baccalauréat 2020 n'auront pas lieu "dans les conditions normales". Les élèves seront évalués sur le contrôle continu, sans épreuves finales. Les élèves de CAP, BEP et BTS sont aussi concernés, et les notes données à distance pendant le confinement ne seront pas comptabilisées dans le contrôle continu. En revanche, l'oral de français pour les élèves de 1ère est maintenu et les épreuves de rattrapages du bac auront lieu "dans les conditions habituelles".

  • 03/04/20 | Deux-Sèvres : 200 tablettes numériques pour les EHPAD

    Lire

    Pour faire face à une situation sociale difficile dans les EHPAD à cause de l'interdiction des visites dans les établissements, le Conseil départemental des Deux-Sèvres distribue dès ce vendredi et jusqu'à lundi prochain 200 tablettes numériques. Ces outils devront permettre aux résidents de garder le contact avec leurs proches en cette période de confinement. L'investissement réalisé par le Département pour l'achat de ces tablettes est de 100 000 euros.

  • 03/04/20 | Cet été, rendez-vous avec le « Le Barbier de Séville » à Sanxay (86)

    Lire

    Depuis 21 ans, les Soirées Lyriques de Sanxay dans la Vienne, 3e festival de chant lyrique de France, proposent chaque été un opéra en plein air, dans les vestiges du théâtre gallo-romain de Sanxay (Vienne). Cet été, les 10, 12 et 14 août, « Le Barbier de Séville » de Rossini sera joué pour la première fois à Sanxay. Cette coproduction Opéra national du Rhin / Opéra de Rouen sera scénographiée et mise en scène par Pierre-Emmanuel Rousseau.

  • 03/04/20 | Les deux résidentes d'un Ehpad bayonnais ont quitté l'hôpital

    Lire

    Les deux résidentes de l'Ehpad Harambillet, qui avaient été testées positives au Covid-19 et hospitalisées, ont regagné l'établissement, respectivement hier 2 avril et aujourd'hui 3 avril. La première, âgée de 86 ans, avait été admise au Centre hospitalier de la Côte basque le 17 mars et la seconde, âgée de 89 ans, le 20 mars. En lien étroit avec l’Agence Régionale de Santé, la Ville de Bayonne et son Centre communal d'action sociale ont mis en place des mesures sanitaires de confinement strictes au sein de cet établissement dès le début de la pandémie.

  • 03/04/20 | Nouveaux renforts de personnels soignants à l'Est

    Lire

    Après un premier départ de personnels soignants dimanche dernier, 18 nouveaux volontaires sont partis le 2 avril pour renforcer les hôpitaux de l'Est de la France. Des médecins anesthésistes réanimateurs et infirmiers anesthésistes de milieux hospitaliers mais aussi des libéraux et des praticiens d'établissements publics et privés. Ils viennent des Landes, de Gironde, du Lot-et-Garonne et de Charente-Maritime, pour renforcer le centre hospitalier et l'hôpital militaire de campagne de Mulhouse pour 4 à 10 jours.

Les dossiers d'Aqui

La LGV Sud-Ouest Idées neuves en Nouvelle Aquitaine Innov'action et Agriculture

Société | A Talence, un Micro-lycée pour les élèves décrocheurs

07/12/2017 | Ouvert depuis 2015, le micro-lycée Victor Louis donne une deuxième chance aux élèves en décrochage scolaire pour obtenir le baccalauréat.

Salle de classe au micro-lycée de Talence

Le Micro-lycée est une structure scolaire innovante qui s’adresse à des jeunes de 17 à 25 ans déscolarisés. L’objectif ? Réintégrer un cursus secondaire général ou technologique pour décrocher le précieux passeport des études supérieurs : le bac. Grâce au soutien financier de la région Nouvelle-Aquitaine, à Talence, tuteurs et professeurs joignent leurs forces pour redonner confiance aux élèves et les voir réussir. Reportage.

Ils ne sont que huit cet après-midi en cours de management. Un petit nombre d’élèves que jalouse la majorité des professeurs face à des classes traditionnelles de trente. Pourtant, au Micro-lycée Victor Louis, c’est le quotidien. Ici le nombre d’élèves par classe est réduit – 15 étudiants par classe maximum- pour favoriser l’accompagnement.  Ouvert il y a déjà trois ans, le Micro-lycée de Talence est le deuxième du genre en Nouvelle-Aquitaine. Situé dans l’enceinte du lycée public Victor Louis, les quatre classes de cette structure, tiennent sur un étage. Les élèves sont un peu plus âgés que le reste du lycée public et n’ont pas toujours eu des parcours faciles. Problèmes de santé, familiaux ou autres, tous ont été en situation de décrochage scolaire. En effet, passé 16 ans – l’âge obligatoire de la scolarisation en France – un élève qui quitte le système scolaire sans avoir obtenu de diplôme est considéré comme "décrocheur" par l’Education National. En 2016, on en comptait 98 000 selon les chiffres du ministère. 

Pédagogie inversée

C’est un cours de management un peu particulier.  Quelques uns bavardent sans avoir ouvert leurs cahiers, d’autres sont plus consciencieux et prennent des notes derrière leurs ordinateurs. L’une des particularités de cette structure, c’est l’utilisation du numérique. En effet, chaque étudiant a accès un ordinateur portable pour les cours avec une session personnalisée. Sur leur plateforme, les élèves retrouvent leurs leçons sous forme de diaporamas, leurs devoirs, et peuvent communiquer aisément avec leurs professeurs. Une méthode qui leur permet d’aller « plus vite » souligne Mathieu, 19 ans, en première STMG (sciences et technologies du management et de la gestion) au Micro-lycée. Pour lui, le micro-lycée est une chance, « ça a sauvé ma scolarité ». Auparavant en en première scientifique dans une structure classique, son cancer ne lui a pas permis de terminer correctement sa terminale. C’est grâce au CNED (Centre national d’enseignement à distance) et au soutien de ses parents, qu’il décide de présenter son dossier basé sur la motivation. Un entretien et quelques exercices-tests plus tard, il est admis ici. Le parcours de Mathieu, Charlotte Stoiber le connaît bien. Pas étonnant, puisque la coordinatrice du micro-lycée connaît le passé de chaque élève. Elle déambule de classe en classe pour donner les dernières informations aux étudiants qui prennent un malin plaisir à la taquiner. Même sort pour la professeure de management qui donne son cours dans une ambiance sérieuse et décontractée à la fois. Entre deux corrections, elle propose aux élèves « d’aller prendre un café tous ensemble ». Au Micro-lycée de Victor Louis on mise sur la relation de confiance pour aider les élèves. Fini le temps de la domination des professeurs sur les élèves. Plus besoin de rendre des comptes pour les absences, « ce n’est pas le but de la structure » commente Charlotte Stoiber. En effet, « les jeunes adultes » comme on les appelle souvent ici, viennent sur leurs motivations. Les punitions pour lutter contre les absences sont proscrites pour se concentrer davantage sur les difficultés de chacun. Les professeurs et leurs élèves pratiquent également une « pédagogie inversée ». Une méthode qui inverse la nature des activités d'apprentissage en classe et à la maison, ce qui amène une modification des rôles traditionnels d'apprentissage. Ainsi, les élèves, depuis chez eux peuvent se familiariser avec les cours grâce à du contenu interactif (des vidéos par exemple) et pratiquent des activités le lendemain en classe afin de mieux intégrer les connaissances. Enfin, il est possible de revenir sur les apprentissages lors de séances de tutorats proposées par des étudiants de master recrutés pour cette mission.

La clé de confiance

Dans une salle attenante au cours de management, élèves et tuteurs se retrouvent pour travailler. Français, maths ou sciences, des élèves ont décidé de rester pour profiter de cette aide personnalisée. Aurore, tutrice au Micro-lycée, prépare le CAPES de lettres modernes. L’année dernière elle avait déjà eu l’occasion d’aider les élèves pour l’oral de français. Cette année elle apporte son aide pour le français mais pas que: « la dernière fois on a aidé un élève pour son cours de management, je n’en n’avais jamais fait mais avec les connaissances de l’élève et les miennes on a fini par y arriver ». Pour Aurore et ses collègues il est facile d’aider les étudiants car « ils savent parfaitement cibler leurs difficultés et sont très motivés ». Des élèves qui sont « plus motivé que les autres ; ils ne lâchent pas tant qu’ils n’ont pas compris » racontent les tutrices. Plus que d’accompagner les étudiants, elles espèrent leur redonner confiance. Une confiance en soi que Matthieu réapprend peu à peu. S’il y a quelques temps il pensait se tourner vers un DUT ou un BTS il envisage aujourd’hui "la classe prépa". Yoann, 18 ans, dans la même classe que Mathieu, a repris le lycée après avoir décroché pour pouvoir se tourner vers un BTS informatique. Des formations qui ne leur semblent désormais plus si loin. Une confiance en soi saupoudrée d'une grande détermination. Aurore raconte « ces gens-là ils ont vécu des trucs durs, ils sont responsables maintenant ». Elle se souvient d’un élève qui avait mal compris la méthode de l’oral de français. Une séance de préparation en tutorat en plus et l’étudiant « s’est métamorphosé ». Pour elle, c’est la différence avec les élèves des lycées dits traditionnels « ils comprennent moins pourquoi on leur apprend tout ça ». Une énergie collaborative positive qui permet à 90% de la dernière promotion de décrocher, enfin, le baccalauréat. La première cérémonie des diplômés du Micro-lycée Victor Louis est organisée le 18 décembre prochain, l’occasion de primer les nouveaux bacheliers.

Alizé Boissin
Par Alizé Boissin

Crédit Photo : Aqui

Partager sur Facebook
Vu par vous
34614
Aimé par vous
0 J'aime
Les réaction
0 réaction
Envoyer par email
Email
Convertir en PDF
PDF
Imprimer cet article
Imprimer
Société
Société
Retour à la page d'accueil
Accueil
Aucune réaction à cet article pour le moment. A vous de jouer !

Nom * :
Email * :
Texte :
Combien font 5 + 10 ?*

Toutes les réactions sont soumises à validation de la rédaction d'Aqui avant leur publication sur le site. Conformément à l'article 10 du décret du 29 octobre 2009, les internautes peuvent signaler tout contenu illicite à la rédaction d'aqui.fr qui s'engage à mettre en oeuvre les moyens nécessaires à la suppression des dits contenus.

* champs obligatoires

J'aime aqui, je le soutiens ! Aqui!Presse - Affichez Vous chez Nous ! J'aime aqui, je le soutiens !
Aurélien Leroy Pôle Emploi Société | 03/04/2020

Covid-19 : pour Aurélien Leroy, responsable régional de Pôle Emploi, il faudra "continuer à s'adapter"

Entrée de l’hôpital de La Rochelle Société | 02/04/2020

Covid-19 : La Rochelle ouvre ses premiers centres de consultation publiques

Angélique, infirmière libérale en milieu rural à l'heure du Covid 19 Société | 01/04/2020

Angélique, infirmière libérale en milieu rural : « Nous acceptons toute l'aide que l'on nous propose ! »

Banque Alimentaire 2020 Société | 31/03/2020

Face à l'épidémie du Covid-19, la distribution alimentaire se réorganise en Nouvelle-Aquitaine

masques Société | 31/03/2020

Solidarité et masques en tissu : nouveau combat dans des communes en Gironde

Hopital de Bayonne Société | 30/03/2020

Le Plan blanc Aquitaine s'étend jusqu'au Pays basque

Les supporters de l'UBB célèbrent la victoire Société | 29/03/2020

Union Bordeaux-Bègles : l'histoire fait la force

"Construire un lieu différent qui serait le lieu des possibles pour les jeunes porteurs de TSA et leur famille », tel est l'objectif du Conseil départemental des Landes, en partenariat avec le milieu associatif et les différentes institutions Société | 28/03/2020

"Chacun sa vie, chacun sa réussite", l'ambitieux projet landais pour les jeunes autistes

Hall centre hospitalier Bayonne Société | 27/03/2020

Un appel du Centre hospitalier de Bayonne qui... interpelle

Société | 27/03/2020

MAJ DU 03/04/2020 - Covid-19 : 194 cas confirmés en Haute-Vienne et 6 décès, 8 000 salariés en chômage partiel

L'école à la maison en période de confinement Société | 27/03/2020

L’école à la maison : le numérique, un outil indispensable

Le marché de Périgueux a été maintenu mais non pas sous sa forme habituelle Société | 25/03/2020

Covid 19 : la situation en Dordogne

violences conjugales Société | 25/03/2020

Confinement et femmes victimes de violences : que faire contre l’intolérable ?

CCAS de Libourne Société | 24/03/2020

Solidarité Covid-19 : portage de repas au sein de la Cali et livraison de courses à Libourne

Illustration agglomération de Niort Société | 21/03/2020

Covid-19 : les mesures prises à Niort