Soutenez aqui.fr face au défi de la Nouvelle Aquitaine

09/12/18 : La Rochelle : selon l'association Info Trafic 17, le dépôt pétrolier de La Pallice est bloqué ce soir par près de 200 personnes.

09/12/18 : Charente-Maritime : Annick Baillou a été nommée inspectrice d’académie-directrice académique des services de l’éducation nationale (IA-DASEN) de la Charente-Maritime. Elle succède à Gilles Grosdemange qui a fait valoir ses droits à la retraite.

09/12/18 : Samedi vers 23 heures, Jacqueline Dubois, députée du Sarladais a découvert sa voiture en feu, ainsi que celle de son mari, garées dans la rue devant son domicile de Vézac. L'élue a reçu de nombreux soutiens de la classe politique de tous bords.

09/12/18 : la manifestation des gilets jaunes d'abord pacifique à Bordeaux a dégénéré au milieu de l'après-midi lorsqu'une centaine de casseurs, ont jeté des projectiles divers sur les forces de l'ordre. Scènes de guérilla urbaine et dégradations ont suivi

08/12/18 : Forte participation à Bordeaux pour la Marche pour le climat: de l'ordre de 6 à 7000 personnes

08/12/18 : La Rochelle sera présente au Nautic de Paris du 8 au 16 décembre, stand G2 Hall 1, sous la bannière La Rochelle Force Océan. Elle y présentera ses différents événements sportifs comme la Minit Transat, dont les inscriptions sont désormais ouvertes.

07/12/18 : Rochefort : Véritable institution rochefortaise, l'ancien cinéma Alhambra devenu un studio de post-production de films et de musique inauguré au printemps dernier, organise une porte ouverte avec visite de ses locaux ce samedi de 14h à 19h. Gratuit.

07/12/18 : La Rochelle fait sa Marche pour le climat samedi 8 décembre. Départ à 14h de la Tour de la Chaine, direction le Cours des Dames, Quai Duperré, puis Quais Maubec, Louis-Durand et Valin puis Place du Cdt de la Motte Rouge et le bassin des chalutiers.

07/12/18 : Le 8 décembre, à Bordeaux le tram sera interrompu à partir de 13h entre Stalingrad et Mériadeck (tram A), entre Saint-Nicolas et Quinconces (tram B), entre Gare Saint-Jean et Quinconces (tram C). Interruptions et déviations bus sont aussi à prévoir.

07/12/18 : 2 manifestations déclarées auront bien lieu à Bordeaux ce 8 décembre: la marche citoyenne pour le climat (COP 24) et le Noël des motards girondins. "Les organisateurs ont accepté d’en modifier les parcours et les horaires", indique la Préfecture.

07/12/18 : La Cité du Vin vient de recevoir 3 nouvelles récompenses de la part des professionnels de l'œnotourisme. Un International Best of Wine Tourism et 2 Iter Vitis awards "pour son action innovante et audacieuse en matière d'œnotourisme".

07/12/18 : Les manifestations "Pleins Feux sur l'Autriche" prévue le 8 décembre à la médiathèque de Limoges et organisée par la Maison de l'Europe Limousin sont reportées.

- Publicité -
S’abonner ici !
- Publicité -
  • 09/12/18 | Premier rassemblement régional de la filière fruits et légumes à Saintes

    Lire

    La première prise de contact collective et officielle entre les acteurs de la filière fruits & légumes de Nouvelle-Aquitaine se tient les 11 et 12 décembre au lycée Georges-Desclaude à Saintes (17). Objectif : co-construire des actions collaboratives de demain pour développer la filière. Ils s'appuieront notamment sur des thématiques abordées par l’Enquête Propulso « Identification des besoins & des attentes des professionnels de la filière Fruits et Légumes de Nouvelle-Aquitaine » menée au printemps.

  • 09/12/18 | Gilets jaunes : des violences à Bordeaux

    Lire

    Ce samedi à Bordeaux, de violents affrontements se sont déroulés en marge de la manifestation des gilets jaunes dès la fin d'une marche (ayant rassemblé environ 5000 personnes) vers l'hôtel de ville, en milieu d'après-midi. Dans un communiqué tardif, la préfecture évoque des "dégradations de bien publics (notamment des feux de barricades), de vitrines commerciales (, de mobiliers urbains". Les services de police ont interpellé 44 personnes. 26 blessés sont à déplorer, dont un jeune manifestant ayant perdu sa main en voulant renvoyer une grenade lacrymogène.

  • 07/12/18 | «Signalement Voie Publique» le nouveau service de proximité de la Ville de Lormont

    Lire

    Déployé par la municipalité début novembre sous l’acronyme SVP, il vise à améliorer le signalement des dysfonctionnements ou anomalies au sein des espaces publics (propreté, stationnement abusif, éclairage défectueux). A bord d’un véhicule sérigraphié «Signalement Voie Publique» et du numéro de téléphone créé pour l’occasion (0633146911), deux agents circulent du lundi matin au samedi soir dans la commune. Ils doivent s’assurer et faire preuve de vigilance quant à la bonne tenue de la voirie, du mobilier urbain, de la chaussée ou des éclairages publics.

  • 07/12/18 | Noël se met au bio à Nérigean

    Lire

    Demain samedi 8 décembre, les Caves coopératives de Rauzan organisent à Nérigean un marché de Noël bio. Vins et produits locaux bio vous y attendent...ainsi que le Père Noël ! La cave de Nérigean accueillera dans une salle spécialement aménagée pour l’occasion, une dégustation d’une dizaine de vins bio. Dans cette ambiance festive vous pourrez évaluer vos talents d’œnologue et gagner divers prix. A 12h, un verre de l’amitié sera offert. Vous pourrez profiter d’un déjeuner confectionné avec des produits bio en réservant au 0557245064.

  • 06/12/18 | Gilets Jaunes: mesures préventives à Bordeaux

    Lire

    En raison des manifestations prévues samedi 8 décembre, les services de la Mairie de Bordeaux seront fermés ainsi que de nombreux établissements culturels: Bibliothèque Mériadeck, Conservatoire, CAPC, Musée d'Aquitaine, MADD, Musée des Beaux-Arts, Jardin Botanique, Halle des Chartrons, Espace St-Rémi, Marché de Lerme, Théâtre l'Inox et le Grand Théâtre où la manifestation Bordeaux en Livres est annulée. Par ailleurs, Place Pey Berland, les chalets du marché de Noël Solidaire ont été démontés. Le Marché de Noël des Allées de Tourny ne subit quant à lui pas de fermeture, sauf injonction de la Préfecture ou de la Police

Les dossiers d'Aqui

La LGV Sud-Ouest Idées neuves en Nouvelle Aquitaine Innov'action et Agriculture

Société | Accompagnement de la fin de vie : commencer par briser le tabou de la mort

15/11/2011 |

Journée d'échange organisée par FEHAP et la FEP Sud-Ouest, sur le thème  de

Ce mardi 15 novembre, l'amphithéâtre du centre Condorcet a fait salle comble, obligeant même les retardataires à s'asseoir sur les escaliers. Pourtant le thème traité tout au long de cette journée n'avait a priori rien d'attrayant à l'heure du petit déjeuner : « l'accompagnement de fin de vie des personnes âgées - oser parler de la mort ». Une journée, organisée par la FEHAP et la FEP Sud-Ouest, qui a permis d'interroger les pratiques institutionnelles à la lumière des riches réflexions des intervenants autour de la mort et du soin dans les domaines variés de leur compétences : philosophie, médecine, psychologie ou encore théologie.

Il y encore quelques décennies, la « bonne mort » était celle que l'on prenait le temps de préparer, en convoquant ses proches, le temps d'un adieu, d'une réconciliation. Aujourd'hui, note Jacques Ricot, « on considère à l'inversequ'une bonne mort est celle à laquelle on ne s'attendait pas, celle que l'on ne voit pas venir », l'hypothèse de mourir dans son sommeil devenant dans ce cas une véritable chance. D'ailleurs, cette mort est aujourd'hui quasiment invisible, elle est confinée à l'imaginaire. On ne voit sur nos écrans que « la mort spectaculaire ». Celle-là seule est banalisée, loin de la douleur de la lente mort naturelle, pourtant bien plus commune. Autant d'éléments décrits par le philosophe comme « des manifestations du déni de la mort » dans notre société. Point d'orgue de ce déni : en venir à considérer que la mort est assimilable « à quelque chose d'extérieur à la personne, et souvent interprété comme un échec de la médecine. Alors que bien au contraire, s'il y a vie, intrinsèquement, il y a mort... ».

« Porter seul le fardeau de donner un sens aux derniers moments de sa vie »
En conséquence de ce déni généralisé, ce moment pourtant important de la vie qu'est la mort, est de plus en plus individualisé. Autrefois la communauté portait le mourant, et lui donnait sens, puisqu'il avait lui-même, dans sa vie, été témoin direct de la mort des autres. « Aujourd'hui, la personne en fin de vie porte seule le lourd fardeau de donner un sens au dernier moment de sa vie ».
Désormais, loin d'un apprentissage de la mort, ou encore d'une ritualisation de celle-ci, c'est le médical qui a pris le dessus. Une médicalisation extrême qui si elle prolonge la vie, n'est pas beaucoup plus armée face à la confrontation à la mort. Selon Benoît Pain, philosophe attaché à la faculté de Médecine de l'Université de Poitiers les personnes vulnérables en fin de vie n'entre pas dans le même moule que n'importe quel malade un temps hospitalisé. « Chercher à guérir par l'élimination des symptômes, ne marche pas avec des personnes en fin de vie. » La vulnérabilité qui les caractérise amène le philosophe a considéré que « le modèle purement médical est à réinventer ».

De « soigner » à « prendre soin »Jacques RICOT, philosophe et écrivain
La fin de vie parce qu'elle est un moment particulier mêlant à la fois continuité de soi mais aussi rupture de par son caractère inéluctable pose la question « d'un autre soin », un soin qui par définition ne soigne pas. Un soin qui laisse une place aux capacités techniques mais aussi à une conduite humaine. « Il faut ici passer d'un modèle bio-médical à un modèle bio-médico-psycho-social ».Un mélange complexe qui n'amène pas à soigner mais à « prendre soin du patient » en établissant « un ensemble de règles générales de savoir et de savoir-faire dans le creuset d'une rencontre singulière avec le patient qui est un homme jusqu'au bout. »
Bien qu'au-delà des réflexions, quelques mises en pratique existent, notamment dans les unités de soins palliatifs,dans certains EHPAD, ou à travers des réseaux d'accompagnement à domicile, celles-ci restent limitées. Pourtant, au-delàd'une stratégie de confort médical, c'est bien une question de société qui se pose ici. Quelle mort, et donc quelle vie, nous souhaitons-nous ?

Photo: Aqui.fr

Solène Méric

Partager sur Facebook
Vu par vous
596
Aimé par vous
0 J'aime
Les réaction
1 réaction
Envoyer par email
Email
Convertir en PDF
PDF
Imprimer cet article
Imprimer
Société
Société
Retour à la page d'accueil
Accueil
Gonzalez Maria | 22/11/2011

Bonjour
Je réagis à l'article de Solène Mérie sur , accompagnement de la fin de vie :commencer par briser le tabou de la mort .
La "mort" , voila un sujet par le quel je me sens très concernée . Mais , je n'aime pas le mot "mort", je préfère dire "départ de la vie humaine .
Voila 31 mon fils qui avait 22 à laissé ce monde . Il l'à laissé alors qu'il était en pleine santé et plein bonheur . Nous ne nous attendions pas a ce départ donc , le choc fut encore plus dur .
Quelques années plus tard , ça été le tour de mes parents . Eux étaient très agés et malades . Nous avons fait , surtout les médecins , ce que chacun de notre coté pouvions faire mais , à ce moment là je savais déjà que eux , ne mouraient pas , eux ne fesaient que changer d'entité .
Je sais que aucun philosophe , médecin , psychologue ou autre , iront contre idée . Je n'ajoute rien d'autre que ceci :pour prendre ce fait ( qui est ineluctable ) sans faire de drame et et le plus sereinement possible , est admettre que , nous cessons une vie et entamons une autre .

Nom * :
Email * :
Texte :
Combien font 12 + 18 ?*

Toutes les réactions sont soumises à validation de la rédaction d'Aqui avant leur publication sur le site. Conformément à l'article 10 du décret du 29 octobre 2009, les internautes peuvent signaler tout contenu illicite à la rédaction d'aqui.fr qui s'engage à mettre en oeuvre les moyens nécessaires à la suppression des dits contenus.

* champs obligatoires

J'aime aqui, je le soutiens ! Aqui!Presse - Professionnels des contenus ! J'aime aqui, je le soutiens !