Soutenez aqui.fr face au défi de la Nouvelle Aquitaine

28/09/20 : Une nouvelle opération de dépistage gratuit de la COVID-19 est en cours jusqu'au 30 octobre du lundi au vendredi de 8h30 à 12h30 à l'Arkéa Arena de Floirac. Cette opération s'adresse uniquement aux personnes prioritaires munies d’un justificatif.

28/09/20 : A Pau, l'édition 2020 de la manifestation culturelle "Les idées mènent le monde" qui aurait du se tenir les 20, 21 et 22 novembre prochains est reportée à 2021. En cause: la situation sanitaire et le bon respect des mesures de lutte contre l'épidémie.

27/09/20 : Sénatoriales Corrèze: Daniel Chasseing (les Indépendants) et Claude Nougein (LR) réélus.

27/09/20 : Sénatoriales Charente-Maritime : Corinne Imbert (LR) et Daniel Laurent (LR) retrouvent leur siège de sénateur avec 47,21% des voix. Remportant 28,51% des suffrages, Mickaël Vallet (PS) décroche le 3e siège. Il succède à Bernard Lalande (DVG - 21%).

27/09/20 : Sénatoriales Deux-Sèvres: Philippe Mouiller (LR) sortant réélu et Gilbert Favreau le président LR du conseil départemental élu au second tour.

27/09/20 : Sénatoriales Dordogne: deux sièges pour la gauche avec deux nouveaux élus: Marie-Claude Varaillas (communiste)groupe CRCE et Serge Mérillou élu dès le premier tour.

27/09/20 : Sénatoriales Charente: Nicole Bonnefoy (PS) réélue.

27/09/20 : Sénatoriales Creuse: Jean-Jacques Lozach (PS) réélu.

26/09/20 : Bernard Madrelle, ancien maire de Blaye et député socialiste de Gironde, est décédé un an après son frère Philippe Madrelle, ancien sénateur et président du conseil départemental.

23/09/20 : Après consultation du comité d’experts, la préfète des Landes a décidé qu'à compter de ce jour 14h00, la vigilance revient au niveau jaune pour les feux de forêt. Autrement dit une vigilance moyenne, au niveau 2 sur une échelle de 5.

22/09/20 : La Chambre d'agriculture de la Haute-Vienne va engager une procédure pour obtenir le statut de calamité sécheresse en raison du déficit en eau des derniers mois. Les agriculteurs bénéficieraient d’aides pour pallier la baisse de rendement en céréales.

22/09/20 : L'édition 2020 du festival Animasia, prévue les 10 et 11 octobre prochains a finalement été annulée pour respecter les annonces de la Préfecture concernant les nouvelles restrictions sanitaires notamment la réduction de la jauge d'évènements publics.

- Publicité -
S’abonner ici !
proprietes-rurales.com
- Publicité -
  • 28/09/20 | Dordogne : l'école de Savignac face à un foyer de coronavirus

    Lire

    L’école supérieure de management en hôtellerie-restauration de Savignac-les-Églises, qui accueille 374 élèves, est désormais touchée par l’épidémie du coronavirus. Depuis mercredi 23 septembre, neuf cas ont été dépistés dans la communauté étudiante. La Direction Générale de la CCI Dordogne et la Direction de l’Ecole, en liaison avec l’ARS, ont décidé de passer toutes les formations en distanciel à partir du lundi 28 septembre pour une durée de deux semaines.

  • 28/09/20 | Pierre Hurmic salue l'entrée au Sénat de Monique de Marco

    Lire

    Réaction enthousiaste du maire de Bordeaux après l'élection en Gironde de Monique de Marco: "C’est une victoire historique pour l’écologie politique. Après avoir gagné Bordeaux, mais aussi Artigues et Carbon Blanc sur la métropole qui ont rejoint Bègles, les écologistes viennent de démontrer leur capacité de conviction sur l’ensemble des territoires girondins. Monique de Marco et le nouveau groupe écologiste porteront au Sénat, avec force et compétence, les causes du climat, du respect du vivant, de la justice sociale et des droits humains. Ils pèseront pour concrétiser rapidement les 149 propositions issues de la Convention citoyenne pour le climat."

  • 28/09/20 | L'Hermione compte repartir au printemps 2021

    Lire

    L'Hermione pourrait repartir au printemps 2021, a annoncé vendredi le président de l'association Hermione-Lafayette Olivier Pagezy : « Dans le cadre du plan de relance, le ministère du tourisme a un budget pour faire la promotion de la France à l’étranger et il a bien compris le rôle d’ambassade que peut jouer L’Hermione ». Atout France travaille avec l'association sur un projet de voyage dans les pays européens «les plus susceptibles de venir chez nous», pour y porter les couleurs de la région.

  • 28/09/20 | Le traité d’unification allemande fête ses 30 ans à Limoges

    Lire

    Le 2 octobre, la Maison de l’Europe Direct Limousin fête les 30 ans du traité d’unification allemande ainsi que la présidence allemande du Conseil de l’Union Européenne. Au cours de cette journée de célébration à l’Espace Simone Veil, le public pourra découvrir l’exposition « Au coeur de l’Allemagne » et les structures travaillant dans le cadre des relations franco-allemandes. Des conférences autour de cette thématique sont également organisées. Entrée libre et gratuite.

  • 28/09/20 | L’agglo de Royan soutient les entreprises face au Covid19

    Lire

    La Communauté d’Agglomération de Royan Atlantique vient de décider une aide d’un million d’euros pour soutenir la trésorerie des entreprises qui ont été touchées par la crise sanitaire. Cette subvention de fonctionnement sera versée aux entreprises de moins de 20 salariés et aux associations employeuses résidant sur le territoire communautaire. Le dossier de demande d’aide doit être déposé avant le 30 octobre et est disponible sur le site de l'agglo.

Les dossiers d'Aqui

La LGV Sud-Ouest Idées neuves en Nouvelle Aquitaine Innov'action et Agriculture

Société | Acteurs de l’ombre du Décastar : les bénévoles

27/06/2019 | Le meeting de Talence repose pratiquement à 100% sur ses bénévoles, un cas singulier parmi l’ensemble des manifestations sportives internationales.

Une petite partie des bénévoles présents lors du Décastar

A Talence depuis 43 ans maintenant, le Décastar est organisé à 99,9% par des bénévoles. En effet, ces derniers sont la « fierté et la réussite » de l’Association pour le Développement des Épreuves Combinées et du Meeting de Talence (ADEM), organisatrice de l’évènement. Parmi les 300 bénévoles qui évoluent dans le cadre de la préparation et le déroulé du Décastar, certains sont présents depuis bien longtemps, et ont vu défiler nombre de générations d’athlètes et de volontaires. Rencontre avec plusieurs équipes, travaillant à trois périodes différentes de l’organisation.

Pour que perdure l’âme du Décastar. Chaque année depuis 43 ans, des centaines de petites mains viennent à Talence, aider l’ADEM à l’organisation du plus grand meeting d’épreuves combinées au monde. Jeunes, retraités, couples, célibataires, parents et enfants, tous animés par la même chose : l’amour du sport. « Pas d’élevage sans amour », scandent les agriculteurs, « pas de Décastar sans bénévoles », pourrait-on oser.

Pour une fois, les sportifs n’auront pas la part belle du récit. La parole est aujourd’hui donnée à ceux qui amènent les athlètes du stade à l’hôtel, les nourrissent, les encadrent, accueillent sportifs et badauds. Voici venir la mise en lumière de ceux qui préparent le stade Pierre Paul Bernard de Talence à la réception de milliers de spectateurs.

Installation du stade : « une semaine entière de travail »

En sortant du bois de Thouars, situé tout autour du stade Pierre Paul Bernard, une dizaine de personnes s’active, en plein soleil. Jean-Pierre Rouquier, Jean-Claude Hicaubé et leurs comparses sont en train d’habiller la lice, au bord du tartan talençais. « Il fait chaud, explique Jean-Claude, mais il faut bien préparer le stade, de toute façon, je préfère le soleil à la pluie », ironise-t-il. Les deux hommes sont à la retraite, et racontent avoir pris part à l’organisation du Décastar à peu près en même temps, en 2008. Leur ‘job’ : installer les banderoles des partenaires tout autour de la piste, et préparer l’espace de restauration des bénévoles.

 

Les bénévoles chargés d'insaller les banderoles le long de la piste

« Oui c’est parfois difficile, souligne Jean-Pierre Rouquier, mais on aime ça. Il faut juste réussir à trouver une semaine entière, après si vous êtes sociable et que vous avez l’esprit d’équipe, tout se passe bien ». Les deux hommes ont toutefois un regret : la difficulté à renouveler les effectifs. « Aujourd’hui, tout le monde veut être payé, déplore Jean-Claude Hicaubé, alors que la force du Décastar, c’est les bénévoles ». Le retraité est pourtant optimiste quant à la recherche des volontaires.  En effet, selon Jean-Claude, « un tel évènement attire la jeunesse. La perspective des Jeux Olympiques de Paris et de la Coupe du Monde de Rugby en France  devraient permettre de renforcer le vivier de bénévoles ».

Transport et hôtel : au plus proche des athlètes

Il n’y a pourtant pas que dans les locaux de l’ADEM et au stade de Thouars que l’on s’active. En effet, à quelques kilomètres de là, à Mérignac, deux équipes sont présentes dans l’hôtel partenaire du Décastar, à côté de l’aéroport. Ici, bénévoles et personnel de l’hôtel travaillent main dans la main avec un seul objectif en tête : que tout se passe bien pour les athlètes.

Guy Fournier, responsable transport, est arrivé par hasard au Décastar avec sa femme, Thuy, qui accueille, pointe et informe les athlètes à l’hôtel. Le couple voulait « donner un petit coup de main sur le week-end ». Puis, au départ du précédent responsable transport du Décastar, il s’est proposé. C’est aujourd’hui lui qui cadre et coordonne les chauffeurs entre l’aéroport, l’hôtel et le stade. Parmi ces chauffeurs, six salariés de la Mairie de Talence en roulement et huit bénévoles, des habitués, comme Jean, chauffeur au Décastar depuis 13 ans.  Pour ce dernier, « la principale difficulté à ce poste est la langue : si vous ne parlez pas anglais, ça devient vite difficile. Nous avons des pancartes, alors les athlètes nous reconnaissent à l’aéroport, mais s’ils ont des besoins logistiques, c’est compliqué ». Les chauffeurs sont peut-être les bénévoles dont la mission dure le plus longtemps : les athlètes arrivent parfois dès le lundi précédant le Décastar, et partent quatre à cinq jours après.

Une partie des chauffeurs du Décastar

Dans les vestiaires : « près des athlètes, loin de la compétition »

Au détour d’un couloir, sous les tribunes du stade, une petite salle, occupée par trois bénévoles : Yolaine, Iris et Emma. Yolaine, sûrement une des bénévoles les plus emblématiques du Décastar. « Quand vous mettez un pied dans le Décastar, vous avez du mal à en décrocher », entend-on de manière récurrente de la bouche des bénévoles. Yolaine illustre bien cette affirmation : 29 ans qu’elle est présente. Elle a d’ailleurs été récompensée publiquement pour son engagement en faveur du meeting talençais, le 23 juin à la fin de la compétition.

Les trois dames tiennent régulièrement compagnie aux athlètes et à leurs coachs, puisqu’elles s’occupent du pôle « ration d’attente » : « On bichonne les athlètes, explique Yolaine. Ici, ils peuvent s’éloigner de la foule pour discuter, se reposer, se restaurer et se soigner, pour ceux qui sont blessés. C’est un endroit très convivial, poursuit-elle, on voit les athlètes de très près, et la compétition de très loin ». L’ancienne heptathlonienne a traversé les générations du Décastar, elle a aperçu les Christian Plaziat, Jean Galfione, Marie Collonvilé, Eunice Barber, Romain Barras… « Si les murs pouvaient parler, je suis sûr qu’il y aurait des milliers d’anecdotes géniales, après toutes ces années », s’amuse Yolaine.

Après 29 ans, elle n’est toujours pas fatiguée. Selon elle, « au-delà de la fonction de chaque bénévole, l’association donne du ciment à la fidélité : tous les ans, j’ai le même plaisir. Cet évènement soude des amitiés ». Pour Yolaine, l’ADEM est une grande famille, tout n’y est qu’une affaire d’humain, avec des hauts et des bas. « S’il n’y avait pas autant de bienveillance dans l’association, jamais le Décastar aurait eu lieu pendant 43 ans, précise-t-elle, et ça, c’est ce qui me rassure pour l’avenir ».  

Yoan Denéchau
Par Yoan Denéchau

Crédit Photo : Yoan Denéchau

Partager sur Facebook
Vu par vous
3566
Aimé par vous
0 J'aime
Les réaction
0 réaction
Envoyer par email
Email
Convertir en PDF
PDF
Imprimer cet article
Imprimer
Société
Société
Retour à la page d'accueil
Accueil
Aucune réaction à cet article pour le moment. A vous de jouer !

Nom * :
Email * :
Texte :
Combien font 30 + 15 ?*

Toutes les réactions sont soumises à validation de la rédaction d'Aqui avant leur publication sur le site. Conformément à l'article 10 du décret du 29 octobre 2009, les internautes peuvent signaler tout contenu illicite à la rédaction d'aqui.fr qui s'engage à mettre en oeuvre les moyens nécessaires à la suppression des dits contenus.

* champs obligatoires

J'aime aqui, je le soutiens ! Aqui!Presse - Professionnels des contenus ! J'aime aqui, je le soutiens !