Soutenez aqui.fr face au défi de la Nouvelle Aquitaine

26/09/20 : Bernard Madrelle, ancien maire de Blaye et député socialiste de Gironde, est décédé un an après son frère Philippe Madrelle, ancien sénateur et président du conseil départemental.

23/09/20 : Après consultation du comité d’experts, la préfète des Landes a décidé qu'à compter de ce jour 14h00, la vigilance revient au niveau jaune pour les feux de forêt. Autrement dit une vigilance moyenne, au niveau 2 sur une échelle de 5.

22/09/20 : La Chambre d'agriculture de la Haute-Vienne va engager une procédure pour obtenir le statut de calamité sécheresse en raison du déficit en eau des derniers mois. Les agriculteurs bénéficieraient d’aides pour pallier la baisse de rendement en céréales.

22/09/20 : L'édition 2020 du festival Animasia, prévue les 10 et 11 octobre prochains a finalement été annulée pour respecter les annonces de la Préfecture concernant les nouvelles restrictions sanitaires notamment la réduction de la jauge d'évènements publics.

18/09/20 : L'incendie du 17 septembre en Nord Gironde avait causé l'interruption du trafic sur la LGV Sud Europe Atlantique. Après vérification du bon fonctionnement des installations par Lisea, le trafic a repris très progressivement depuis 16 heures.

17/09/20 : Dans le 47, la fibre optique arrive dans le Pays de Duras. 1ers foyers lot-et-garonnais raccordables début septembre grâce à l’action d’Orange passé avec le Conseil départemental.

17/09/20 : Touchés par la crise liée au Covid, les producteurs de Foie gras ouvrent leurs portes lors des journées du patrimoine (19-20/09). En Lot-et-Garonne, 2 élevages accueillent le public : La Ferme de Souleilles à Frespech et la Ferme de Ramon à Lagarrigue.

16/09/20 : Trois statues de la flèche de Notre-Dame⁩ sont de retour à Paris depuis mardi, plus précisément à la cité de l'architecture. Elles avaient été déplacées dans le cadre de travaux trois jours avant l’incendie pour être restaurées en Dordogne.

10/09/20 : Le Mouvement Européen France - Gironde a tenu son Assemblée Générale début septembre. François Adoue, directeur de l'Observatoire International des Métiers Internet a été élu président de l'association et succède ainsi à Jean-Michel Arrivé.

- Publicité -
S’abonner ici !
proprietes-rurales.com
- Publicité -
  • 26/09/20 | Plus de 5 millions d’euros pour les Pyrénées-Atlantiques

    Lire

    Lors de la Commission Permanente du 25 septembre, le Département des Pyrénées-Atlantiques a attribué plus de 5 millions d’euros de subventions à 63 projets. Parmi les projets soutenus, 1 147 000 euros sont en faveur de la promotion de la langue basque, 447 436 euros en soutien aux acteurs de la culture dans le cadre de la crise sanitaire. Le Département s’engage aussi au travers d’une délibération à la préservation et la restructuration de la forêt de Chiberta fortement touché lors de l’incendie.

  • 26/09/20 | La Charente s’engage contre la fermeture de Verallia

    Lire

    Lors de sa commission permanente du 25 septembre, les élus du Département de la Charente ont voté une motion contre la fermeture de Verallia. A l’heure où cette fermeture entraîne la suppression de 80 emplois Ils souhaitent que "tout puisse être mis en œuvre pour préserver le bassin d’emploi de Cognac, et notamment que le plan de restructuration porté au niveau national préserve l’unité des acteurs du tissu économique local". De plus, le Département s’engage à être présent aux côtés des salariés et des élus pour faire face à cette annonce.

  • 26/09/20 | Le festival du film court d'Angoulême ce week-end

    Lire

    Le festival international du film court d'Angoulême revient du 25 au 27 septembre inclus, dans sa forme habituelle, à la Cité internationale de la bande-dessinée. 17 films en compétition sont à découvrir samedi après-midi. Ceux qui auront été primés seront de nouveau diffusés le dimanche à 18h30. Certains réalisateurs seront là pour échanger. A découvrir également : des courts-métrages à destination des plus jeunes, dont un Wallace et Gromit. Infos: www.filmcourtangouleme.com

  • 25/09/20 | L’hôpital de La Rochelle active son plan blanc

    Lire

    Le Groupe hospitalier Littoral Atlantique, qui regroupe les établissements de La Rochelle/Ré/Aunis, Rochefort et Marennes/Oléron, a activé mardi le niveau 1 de son plan blanc. Le nombre de patient Covid-19 est passé de 4 à 8 cette semaine, dont un en réanimation. Si le nombre de cas à l'échelle du Département reste faible (taux d'incidence <50 pour 100 000 habitants), le service réanimation est déjà sous tension, avec 2 places disponibles. Une unité spéciale Covid sera mise en place début octobre.

  • 25/09/20 | Bordeaux célèbre Mauriac

    Lire

    À l’occasion du 50ème anniversaire de la disparition de François Mauriac, les bibliothèques de Bordeaux proposent tout au long de l’automne une saison dédiée à l'écrivain, journaliste et Prix Nobel de la littérature. Conférences, expositions, projections et match d'improvisation exploreront les résonances contemporaines des engagements de François Mauriac, au travers de documents rarement montrés voire pour certains inédits. Point d’orgue de la saison, l’exposition "Écrire, c’est agir", à la bibliothèque Mériadeck du 5 novembre 2020 au 17 janvier 2021. http://mauriac2020.bordeaux.fr

Les dossiers d'Aqui

La LGV Sud-Ouest Idées neuves en Nouvelle Aquitaine Innov'action et Agriculture

Société | Adrien Kempf, le titi parisien devenu artisan brasseur en Dordogne

30/09/2018 | La ferme biologique du Duellas à Saint Martial d'Artenset accueille depuis un an et demi une activité originale : une brasserie créée par un ancien chômeur.

Adrien Kempf, jeune artisan brasseur en Dordogne

C'est sur la commune de Saint-Martial d'Artenset, au coeur de la vallée de l'Isle, qu'Adrien Kempf, 33 ans, a trouvé un écrin pour la création de sa brasserie artisanale. La "Courte échelle" a ainsi vu le jour au sein de la ferme biologique du Duellas. Dès le lancement de ce projet, ce jeune entrepreneur, ancien chômeur, convaincu que l'avenir passe par le retour des jeunes à la campagne, a reçu le soutien de la fondation Raoul Follereau, dans le cadre de son programme " emploi et ruralité" qui consiste à soutenir les porteurs de projets au sein des territoires ruraux.

Adrien Krempf, 33 ans, après des études de géographie et un master 2 professionnel en gestion sociale de l'environnement et de valorisation des ressources territoriales, a fait le choix de quitter Paris où il est né pour travailler en province. Après un passage au coeur du Pays basque au sein de l'association Euskal Herriko Laborantza Ganbara qui contribue au développement d’une agriculture paysanne et durable ainsi qu’à la préservation du patrimoine rural, le jeune homme est devenu artisan brasseur en Dordogne en janvier 2017. "Je fais partie de ceux qui pensent que l'avenir passe par le retour des jeunes à la ruralité. J'ai découvert le monde agricole par mes études et mes premières expériences professionnelles, mais je ne me voyais pas paysan, mais travailler en milieu rural. Puis je me suis lancé dans une formation de brasseur et j'ai pu tester mes propres recettes avant de m'installer. La bière a quelque chose de sympa et de très convivial. Le milieu est ouvert."
C'est une rencontre qui va tout changer. Adrien Kempf rencontre Dominique Lecomte, agriculteur qui produit et transforme des céréales à Saint-Martial d'Artenset. Depuis de nombreuses années, l'exploitant investi dans le milieu associatif et professionnel est séduit par la démarche et le projet du jeune homme. C'est ainsi que nait en janvier 2017, la brasserie artisanale "la courte échelle" au coeur de la ferme biologique du Duellas, grâce à la mise à disposition de locaux qui ne servaient plus. Adrien Kempf dispose d'un espace de 70 m2 pour sa brasserie, installée dans un des bâtiments de l'exploitation. Il profite aussi d'un petit magasin où sont commercialisées ses bières ainsi que les huiles et les farines produites sur la ferme. 

Le soutien de la fondation Raoul Follereau
La démarche d'Adrien n'a pas seulement séduite l'agriculteur qui accueille sa petite entreprise sur l'exploitation mais aussi la Fondation Raoul Follereau. "Une de nos missions à travers notre programme emploi et ruralité est justement de promouvoir des projets en milieu rural, surtout s'ils sont créateurs d'emploi. Accompagner Adrien est un réel plaisir : attachant, disponible, compétent, il réunit toutes les conditions pour réussir", explique Rémi Lelong, responsable des projets "ruralité" au sein de la Fondation. L'accompagnement de la Fondation se traduit par des aides financières et un suivi humain : la fondation lui a octroyé un prêt de 4500 euros à taux zéro avec un remboursement différé pour débuter son activité et en ce début d'année, une aide de 5000 euros qui lui a permis d'améliorer son outll de travail, par l'acquisition notamment d'une embouteilleuse.

La production a débuté en mai 2017. Il produit quatre bières classiques : une blonde, blanche, ambrée et brune, complétée par une bière à la framboise en été et une bière au miel. Une bière de Noël est actuellement en préparation. Autre particularité, Adrien Kempf a recours à une technique traditionnelle : il brasse sa bière à la main et la fermentation s'effectue lentement, au rythme naturel des levures. Il n'y a aucune pasteurisation, ni aucun filtrage.

S'approvisionner en local
"Ma volonté est m'approvisionner localement et en bio. Pour l'instant, l'orge que j'utilise est cultivé dans la région d'Albi et le houblon vient Alsace. Dès l'an prochain, je m'approvisionnerai en orge local : il viendra de la région de Saint-Astier. Le houblon, c'est plus difficile, il n'existe plus de filière française : elle a disparu surtout en bio. Certains projets de relancer une filière en houblon sont en train d'émerger.  Le miel et les framboises viennent de producteurs locaux. Les bières sont commercialisées sur un ou deux marchés, dans quelques bars locaux et dans des Bio Coop.

Autre particularité, le packaging de ses bouteiilles ( en 33 cl et en 75 cl) est particulièrement soigné : les dessins des étiquettes sont réalisés par des dessinateurs locaux.  Au terme d'un peu plus d'un an de production, la petite entreprise est en situation d'équilibre et le jeune brasseur espère pouvoir se verser un salaire mensuel entre 500 et 1000 euros d'ici la fin de cette année. Sa priorité est de générer davantage de volumes et atteindre 75 hectolitres d'ici quelques mois. "L'objectif est d'aller à 30 brassins par an." 

Claude-Hélène Yvard
Par Claude-Hélène Yvard

Crédit Photo : Claude Hélène Yvard

Partager sur Facebook
Vu par vous
4587
Aimé par vous
0 J'aime
Les réaction
0 réaction
Envoyer par email
Email
Convertir en PDF
PDF
Imprimer cet article
Imprimer
Société
Société
Retour à la page d'accueil
Accueil
Aucune réaction à cet article pour le moment. A vous de jouer !

Nom * :
Email * :
Texte :
Combien font 29 + 15 ?*

Toutes les réactions sont soumises à validation de la rédaction d'Aqui avant leur publication sur le site. Conformément à l'article 10 du décret du 29 octobre 2009, les internautes peuvent signaler tout contenu illicite à la rédaction d'aqui.fr qui s'engage à mettre en oeuvre les moyens nécessaires à la suppression des dits contenus.

* champs obligatoires

J'aime aqui, je le soutiens ! Aqui!Presse - Affichez Vous chez Nous ! J'aime aqui, je le soutiens !